Archive pour le 13 avril, 2013

La certitude de la Possession

La certitude de la Possession dans POSSESSION mort4-300x183

Le communiqué de l’Agence France-Presse, dont il a été fait mention précédemment, indique que, selon le nouveau Rituel « l’exorciste ne doit jamais procéder à un exorcisme sans avoir la ‘certitude morale’ de se trouver réellement face au démon » !… Voilà une exigence qui est théologiquement plus que discutable !…

Il faut rappeler d’abord que les signes caractéristiques d’une possession diabolique ne se manifestent pas constamment ; au contraire, ils apparaissent presque toujours pendant ou vers la fin d’un exorcisme. Sauf dans les cas les plus graves, le sujet possédé peut continuer à vaquer à son travail, à poursuivre des études, d’une manière apparemment normale, étant en réalité le seul à connaître les efforts que cela lui demande. Lorsqu’il ne se trouve pas en présence d’une influence religieuse, le possédé n’attire habituellement pas l’attention ; au contraire, il peut être aimable et discret !…

Le discernement est souvent difficile et conjectural et c’est l’exorcisme lui-même qui permet de diagnostiquer la possession. Les trois principaux symptômes de la possession, c’est-à-dire une force surhumaine, le parler en langues inconnues et la connaissance de choses cachées, ne se manifestent jamais avant l’exorcisme et toujours pendant celui-ci. C’est au cours de l’exorcisme que l’exorciste discerne graduellement la gravité du mal, qu’il constate s’il s’agit d’une possession, d’une obsession, d’une vexation, et si le mal est profondément enraciné.

Il convient de remarquer que le nouveau Code de droit canonique n’exige plus la certitude de la présence du démon pour prononcer un exorcisme (can. 1172), comme le faisait l’ancien Code (can. 1151).

D’ailleurs, pourquoi prendre tant de « précautions » pour éviter de nuire au démon, alors qu’il est la cause, plus ou moins lointaine, de tout le mal qu’il y a chez les hommes et sur la terre ?… De plus, selon le témoignage de nombreux exorcistes, jamais un exorcisme, qui n’était pas nécessaire, n’a causé le moindre dommage ; par contre, ils ont parfois eu à regretter de l’avoir omis !…

A ce sujet, on peut admirer la « sagesse » du père Francescau Palau, béatifié par le pape Jean-Paul II, le 25 avril 1988 !… Il accueillait les malades mentaux et il les exorcisait TOUS : alors, ceux qui étaient malades restaient malades, tandis que les possédés étaient libérés !…

Extrait du site : http://chapellesaintexpedit.com/pathologie.php

Publié dans:POSSESSION |on 13 avril, 2013 |Pas de commentaires »

La Loi de l’Amour

La Co-création de la Vie porte un autre nom : la loi de l’Amour

 

QUESTIONS – REPONSES

La Loi de l'Amour dans AMOUR libellule-150x145

« Pourquoi ai-je attrapé un cancer ? Je n’ai jamais pensé à avoir un cancer. »

Cette dame, que l’on appellera Anne, me faisait cette remarque sur le ton de la colère :

« je n’ai jamais désiré avoir un cancer, je n’y ai jamais pensé »

Elle n’avait évidemment pas désiré avoir un cancer. Qui déciderait d’utiliser sa pensée pour avoir un cancer ? Et cependant c’était la conséquence des ses pensées et sentiments.

Cette personne, quelques mois plus tôt avait été trahie. Elle a découvert que l’homme qu’elle aimait, avait une maîtresse à laquelle il avait donné de grosses sommes d’argent.

La conversation continue avec Anne et je lui rappelle ces sentiments tumultueux et les pensées obsédantes qu’elle avait à l’époque.

« J’y ai bien réagi, je suis restée calme, je cherchais simplement une solution »

Elle a oublié que durant cette époque il était impossible de pouvoir placer une phrase dans une conversation avec elle. Elle pouvait parler pendant plus de deux heures à répéter en boucle les mêmes phrases. Elle disait ne plus dormir, ne plus penser qu’à cela.

Bien souvent nous oublions ce qui nous arrange de ne pas se souvenir par auto-protection. Ce n’est pas consciemment. Mais nous avons une mémoire sélective. On se ment à soi-même. A chacun de désirer être honnête avec lui-même et de se regarder en face. Comment progresser dans sa pensée, si nous occultons tout ce qui ne nous convient pas en nous. Il n’est pas question de se juger et de se culpabiliser. Mais de regarder ce qui en soi, a pu amener les circonstances de la vie qui est la nôtre, afin de faire des progrès. C’est un apprentissage. Si, à un enfant, nous ne lui disons pas qu’il fait une faute, il recommencera toujours la même faute. Il en est de même pour chacun d’entre nous dans sa vie. Simplement le professeur est soi-même, Il nous enseigne par ce qui nous arrive à chaque instant. C’est la loi de la cause à effet, la loi de la co-création de la Vie.

Je rappelle donc à Anne ce qu’elle me disait : ne plus dormir, ne plus manger, ne penser qu’à cela. Elle me répond :

« Oui mais comment faire autrement ? »

Bien entendu, les émotions sont fortes devant une telle trahison. On peut choisir d’être la victime ou décider d’agir et réagir. Encore une fois comprendre que si cette trahison a eu lieu, c’est que quelque chose en soi l’a attirée. Accepter de comprendre que l’autre, celui qui trahit, en fait, nous permet ainsi de progresser, d’apprendre. Accorder le pardon. Si on n’arrive pas à pardonner demander l’aide Divine. Méditer sur la solution idéale qui est paix.

Analyser,
Comprendre
Pardonner
Incorporer des pensées de paix

Anne continue : « et puis c’est la faute de… » Elle remet la faute sur une tierce personne. Ce n’est plus l’homme qu’elle aime, qui est responsable, ce n’est pas elle, c’est une autre personne.

C’est plus facile ainsi. Elle peut continuer à vivre dans l’illusion d’un couple solide, d’un amour sincère, et croire aux mensonges de l’homme. Ils sont tous deux victimes. Elle occulte que cette situation, elle est déjà arrivée. Cet homme l’a déjà trahie plusieurs fois. Mais à chaque fois le mensonge est de plus en plus important. Cela est logique. Tant qu’elle se ment à elle-même, qu’elle éprouve le sentiment d’être trahie et ne fait pas ce qu’il faut pour s’en libérer, elle attire des situations similaires. Cet homme qui la trahit, ne fait que l’aider, par son comportement, à comprendre, à apprendre.

« C’est injuste »

Cette phrase que Anne vient de prononcer, je l’ai souvent entendue. Il n’y a jamais d’injustice dans la loi de la co-création de la Vie, il n’y a que des conséquences.

Imaginez que votre état de conscience soit comme une toile. Chaque sentiment y met une touche de couleur. Cela depuis votre naissance. De plus cette toile, était déjà colorée par ce que vous avez amené avec vous lors de votre naissance. Ce n’est pas votre première vie. Vous venez avec un plan précis de ce que vous désirez expérimenter, apprendre, comprendre. Vous avez dans vos bagages, certaines blessures dont vous avez envie de vous libérer. Pour cela il va vous falloir revivre des situations semblables à celles qui ont provoqué ces blessures.

Donc votre état de conscience est comme une toile avec une multitude de touches de couleurs qui correspondent à vos sentiments. Parfois vous y avez mis de l’harmonie, de l’amour, de la joie, de la beauté, d’autres fois, vous y avez mis, de la colère, de la peur, du chagrin, du doute, de l’envie….

Cette toile, va attirer les conditions, événements, personnes qui lui correspondent du point de vue couleur.

Tout est vibration. Imaginez que le chemin de votre vie corresponde à une note. Sur votre chemin vous ne rencontrerez que ce qui est sur la même vibration que cette note. Pour changer de chemin, il vous faut changer de couleur, changer de note, donc changer de sentiment.

Le malheur n’arrive pas systématiquement au « méchant ». Ce n’est pas ainsi que fonctionne la Co-création de la Vie. Elle n’est pas une loi de punition et récompense. Elle est conséquence, cause à effet.

A chaque fois que nous réagissons émotionnellement, nous nous attirons le même genre d’expériences. Le bonheur attire le bonheur, le malheur attire le malheur.

…..

« Comment changer ma fille, mon mari, mon ami, ma sœur, etc. »

Elle est longue la liste des personnes que l’on me dit vouloir changer. Il n’y a rien à changer en l’autre. L’autre, qu’il soit un parent ou un enfant, est une expression de la Vie, son Âme sait exactement ce qu’elle désire et peut faire autant que nous-mêmes. Ce qui est à changer ce sont le regard et les réactions émotionnelles vis-à-vis de l’autre. Apprendre à aimer sans juger, voir, par delà le mental de l’autre, la Présence qui nous répond au travers de lui. Lorsque l’autre nous blesse, la Vie nous montre ainsi notre reflet. L’autre n’est qu’un support pour que l’on puisse se voir.

Lorsqu’il y a des difficultés avec une personne, se tourner en soi. Chercher pourquoi nous réagissons émotionnellement. En réagissant émotionnellement nous donnons pouvoir à l’autre. Si c’est sur notre route c’est que cela nous correspond. Peut-être avons-nous eu un comportement semblable dans le passé, peut-être avons nous déjà rencontré cela et avons-nous été déjà blessé. La situation se répète jusqu’à ce que nous comprenions que tout cela n’a que le pouvoir que nous lui donnons. En comprenant, en restant calme, en pardonnant et bénissant, soit l’autre changera de comportement vis-à-vis de nous, soit il restera le même mais nous ne serons plus atteint, soit la vie l’éloignera.

C’est toujours en soi qu’est la cause et la solution. En trouvant la paix en soi, la paix s’installera à l’extérieur.

Ne pas réagir aux comportements et dires des autres s’apprend. Commencer par s’entraîner avec les simples relations. Lorsque quelque chose est dite de désagréable, ne pas la prendre avec soi, mais rester indifférent.

Par exemple si vous décidez d’acheter un vêtement, vous regardez les vitrines, les rayonnages des magasins. Tous les vêtements qui ne vous plaisent pas, vous passez outre, n’y attachez pas d’importance et vous les oubliez aussitôt. Vous portez votre attention vers le ou les vêtements qui peuvent vous convenir.

Faire de même avec les dires des autres.

Lorsque nous arrivons à faire cela avec les relations, apprendre à le mettre aussi en pratique avec les proches. Là il va vous falloir plus de ténacité car l’émotionnel sera plus intense. Mais, avec de la persévérance, en sachant que vous n’être pas seul, vous y arriverez. Lorsque l’on tend à l’harmonisation avec l‘Univers, on reçoit l’aide de l’Univers.

Accepter que l’autre est venu lui aussi, pour apprendre. On ne peut gérer la vie de ceux que l’on aime. Mais on peut l’aider en regardant la Présence en lui.

Extrait du livre « L’Alchimie du Bonheur – Et si les Licornes existaient »

 

Publié dans:AMOUR, CO-CREATION |on 13 avril, 2013 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3