Archive pour le 9 avril, 2013

Signification de la réincarnation

 Signification de la réincarnation dans REINCARNATION 14-petit

La doctrine de la réincarnation, très populaire de nos jours, est un point de vue déformé sur le processus d’interaction entre le monde des esprits et le monde terrestre. Pour comprendre la part de vérité que contient cette doctrine, il faut revenir à ses sources orientales. L’hindouisme et le bouddhisme partent du principe que l’individualité ne survit pas à la mort. La célèbre exploratrice Alexandra David-Néel soulignait qu’on ne peut parler de réincarnation sans poser la question : << Qu’est que cela qui se réincarne ? >> car, selon la doctrine orientale, le « moi » n’a aucune permanence.

La tradition monothéiste judéo-chrétienne affirme au contraire que l’esprit de chaque être humain reste éternellement individualisé. Nous ne pouvons donc transposer la doctrine de la réincarnation d’un contexte dans l’autre, sans préciser de quoi nous parlons.

En définitive, il faut comprendre que ce n’est pas l’individualité qui se réincarne, mais le karma lui-même. En quittant son corps de chair, une personne laisse derrière elle un karma qui va se « réincarner » dans d’autres vies terrestres. En même temps, elle reste liée à cekarma et donc également aux personnes terrestres qui en héritent, jusqu’à sa résolution finale.

Quant aux prétendus « souvenirs de vies antérieures », obtenus soit spontanément, soit sous hypnose, ils s’expliquent en réalité par les relations très fusionnelles qui peuvent exister entre un esprit et une personne incarnée. En fait, ce qui est interprété comme une « vie antérieure » n’est, souvent, que les souvenirs terrestres réels d’un esprit désincarné.

Ce qui est interprété comme une « vie antérieure » n’est, souvent, que les souvenirs terrestres réels d’un esprit désincarné.

L’hypnose, souvent utilisée pour faire « régresser » une personne dans ses « vies antérieures », favorise en réalité la perméabilité psychique et rend une personne incapable de distinguer ce qui lui appartient en propre de ce qui s’est infiltré dans son esprit par une source extérieure. Il est reconnu depuis longtemps que l’utilisation de l’hypnose ou d’autres techniques psychothérapiques dites « régressives » génère fréquemment de « faux souvenirs ».

Un lien fusionnel avec un esprit, pouvant donner l’impression de la réincarnation, peut aussi être obtenu de façon accidentelle. A titre d’exemple, étudions brièvement les célèbres 20 cas suggérant le phénomène de réincarnation de Ian Stevenson.9 Le scénario général de tous ces cas est le suivant : après une maladie ou une perte de connaissance, un enfant a des troubles d’identité. Il ne reconnaît plus ses parents et se prétend une autre personne qui s’avère avoir vécu à quelques kilomètres et être décédée quelques années auparavant de mort violente ou prématurée. La majorité de ces cas se passe en Inde.

Plusieurs éléments militent ici fortement pour l’hypothèse de la possession plutôt que celle de la réincarnation : la distance et le temps très courts qui séparent le décès du moment où l’enfant changera d’identité ; le fait que ce changement survienne chez un enfant, et à l’occasion d’une maladie, condition doublement favorable à la perméabilité psychique ; le fait que ces troubles de l’identité s’accompagnent chez l’enfant de graves symptômes névrotiques et retardent sa croissance psychologique ; enfin, le fait que les décès en question sont tous des morts violentes ou prématurées, ce qui, comme on sait également, peut entraîner chez certains un refus violent d’accepter leur mort et un désir puissant de revenir sur Terre.

Publié dans:REINCARNATION, VIES ANTERIEURES |on 9 avril, 2013 |Pas de commentaires »

Nous vivons déjà dans le monde spirituel

Nous vivons déjà dans le monde spirituel dans ESPRITS 9-petit1

Nous ne « devenons » pas subitement des esprits lorsque nous mourons. Déjà, au cours de notre vie terrestre, nous sommes des esprits, incarnés dans des corps. D’une certaine manière, nous faisons déjà partie du monde spirituel, tout en appartenant au monde terrestre.

Nous sommes sans cesse en contact avec toutes sortes d’entités spirituelles et, généralement, d’une manière inconsciente. La qualité du monde spirituel qui nous influence dépend largement de notre mode de vie et de nos « nourritures spirituelles » (lectures, arts, etc.). Nos pensées, nos sentiments et nos actions attirent des esprits de même niveau, qui, à leur tour, encouragent nos penchants bons ou mauvais.

Il existe donc des interactions multiples entre le monde des esprits et le monde des hommes sur la terre. D’une part, nous bénéficions de l’aide et de la protection de certains esprits, qui nous transmettent l’acquis de leur propre croissance accomplie sur la Terre.

Nos pensées, nos sentiments et nos actions attirent des esprits de même niveau, qui, à leur tour, encouragent nos penchants bons ou mauvais.

D’autre part, le monde physique est le milieu indispensable pour développer la maturité spirituelle et pour réparer les fautes que nous y avons commises. En coopérant à la vie de personnes physiques, les esprits peuvent continuer leur croissance et se libérer de leurs péchés, bien que beaucoup plus difficilement et lentement que s’ils possédaient leur propre corps physique. En effet, si l’on compare le corps à un véhicule pour l’esprit, leur situation est comparable à celle d’un auto-stoppeur qui n’est ni propriétaire ni maître des véhicules qu’il emprunte.

Ce processus est attesté par de nombreuses communications spirituelles. Écoutons par exemple ce message, reçu par le journaliste Alain Guillo de la part de sa mère, décédée alors qu’il était enfant. Elle lui parle de son expérience dans l’au-delà :

<< J’ai retrouvé ma mère, mon père, et une quantité de gens que je ne connaissais pas, que je pensais ne pas connaître. Certains avaient partagé tout ou une partie de mon existence. Ils étaient moi, j’étais eux, et je ne le savais pas. [...] Ici, des âmes t’attendent pour partager ton butin. Et, dans le fond, il est juste qu’elles bénéficient de la récolte, car elles t’ont aidé à l’engranger. [...] Moi, je vis avec toi depuis bientôt quarante-cinq ans, intégrée à ton âme, silencieuse et impuissante bien souvent, sauf quand tu ouvres ton coeur. >>

Publié dans:ESPRITS |on 9 avril, 2013 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3