Le mariage chez les Amérindiens


 

Le choix de la mariée étant fixé, les parents du fiancé envoient des présents dans sa cabane. Ce peuvent être des colliers de porcelaine, quelques couvertures de fourrure ou des meubles d’usage courant. Les parents de la jeune fille n’ont aucune dot à apporter, ils doivent simplement agréer l’époux qui se propose. Dès que les présents sont acceptés, le mariage est censé conclu. Il ne reste plus qu’à faire les présentations…

Chez les Iroquois, où la femme est maîtresse, l’épouse ne doit pas quitter sa tente. Aussi l’époux s’y rend-il au début de la nuit, accompagné de toute sa famille. On le fait asseoir sur une natte, près du feu. Sans un mot, son épouse lui sert une bouillie de blé et lui tourne à demi le dos, enveloppée d’une couverture, par pudeur et par modestie. En apportant le plat nuptial, la mariée reconnaît son obligation de faire des provisions pour son mari et de lui préparer à manger. Par cette nourriture commune, ils font alliance. L’époux se restaure puis… se retire : la cérémonie est achevée !

Le mariage chez les Amérindiens dans AMERINDIENS amerindien

Il est coutume de passer la première année après le mariage sans le consommer. Ne pas respecter ce délai serait faire injure à l’épouse qui pourrait penser que l’on a recherché son alliance moins par estime pour elle que pour sa sensualité. Chacun reste dans la cabane de sa mère en attendant. L’époux peut néanmoins rejoindre sa femme pour la nuit – jamais le jour – mais le mariage ne doit pas être consommé : c’est la raison pour laquelle le feu est entretenu : pour que les parents puissent surveiller les mariés pendant la nuit. La coutume veut également que l’époux ne parle pas à ses beaux parents. Avant la naissance du premier enfant.

 La mariée est obligée de secourir ceux de la cabane de son époux quand il est absent, en voyage ou en guerre. Elle doit les aider à travailler leurs champs et à entretenir le feu et doit donc leur porter du bois : le bois de mariage. Elle commence à le faire dès que la date du mariage est arrêtée. Avec les femmes de sa cabane et aidée d’une grande partie de celles du village. Elle apporte de petites bûches censées entretenir le feu, dans la cabane de son époux, qui représenteront l’âme de feu….

Publié dans : AMERINDIENS |le 25 janvier, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3