Archive pour décembre, 2012

Astrologie Mondiale

L’astrologie mondiale obéit à des lois générales et particulières qui vont du macrocosme au microcosme et inversement.

Astrologie Mondiale dans ASTROLOGIE astre

Lorsqu’on passe de l’astrologie individuelle, la plus facile et la plus aisée, à l’astrologie mondiale, il est nécessaire d’approfondir les mythes, de les décrypter, ce dont se sont bien sûr abstenus les indianistes, les érudits ou les universitaires qui les rapportent, ceux-ci n’en voulant et n’en pouvant retenir que l’aspect littéral qui les réduit à un balbutiement enfantin.

Si les eaux cosmiques sont la source de toutes choses, elles sont aussi leur tombeau. Ceci s’explique. Le signe du Cancer, signe cardinal de l’élément eau, correspond à l’océan, à la naissance de la vie, mais aussi en tant que quatrième signe à la maison IV. Et l’une des attributions de la maison IV est en même temps que le tombeau, la fin des choses.

L’eau suit toujours une pente et va au plus bas ; de là dérivent les facultés supra-normales propres à ses signes.

Si nous reprenons par contre l’élément air, nous observons sa pleine similitude avec les fonctions de relation et les rapports avec autrui, ce qui sur le simple plan physique est immédiatement vérifié puisque l’air et les autres gaz ne peuvent rester comprimés sans une pression étrangère et qu’aussitôt libérés ils tendent à occuper le volume maximum.

Appelés planètes ou astres rapides, ou encore « le septénaire », Soleil, Lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, influencent plus précisément l’individu.

Uranus, Neptune et Pluton, invisibles à fceil nu, modèlent en premier la houle des civilisations. Passant dans les signes d’air, ceux d’une relation entre les différents membres d’une collectivité, leur action est extrêmement puissante, notamment dans le signe cardinal de la Balance et dans le signe fixe du Verseau, signes cardinaux et signes fixes développant une force plus persévérante et donc des résultats plus importants que les signes doubles.

Bien avant tous les mouvements « de masse » actuels, qui du reste selon le sens étymologique et physique du terme écrasent au lieu de libérer, cette notion de communauté est affirmée dans les livres sacrés de toutes les religions.

Identité donc entre individu et collectivité. L’astrologie mondiale devient alors l’étude des rapports véritables existant entre individu et collectivité. Les Romains et les IJtrusques, les Incas et les Chinois de la même époque, chargèrent certains de cette tâche. Les astrologues remplissaient à ce moment une mission de conseillers auprès du pouvoir temporel, subordonné alors au spirituel étant donné que cette subordination ne dura qu’autant que ce principe fut accepté. Du jour où elle fut niée totalement commence la civilisation moderne.

Voir le site d’origine… 

 

Publié dans:ASTROLOGIE |on 20 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

La Magie Verte

 

Beaucoup de magies ont des termes de couleurs, mais l’expression magie verte elle, est plus commune et bien plus connue. 
On peut définir cette magie comme la magie végétale, on y inclut donc les arbres, forêts, les fleurs, plaines, les herbes, les plantes…

Elles seront utilisées dans ce cas pour leurs caractéristiques médicinales et thérapeutiques ainsi que pour leurs propriétés magiques. On peut parler « d’herborisme » « d’herboristerie » ou « d’herboriste »

Certaines traditions poussent même la définition de magie verte comme de Magie de La Nature. On parlera de la « magie de la nature » en incluant tous les rituels incluant la nature dans son ensemble et en spécifiant que c’est de la « magie naturelle ». On parlera alors de la Terre, des pierres, des animaux, de l’eau, de toute forme de vie… et même de l’Univers, le Cosmos, etc.

Les rituels de « magie verte » sont des rituels englobant tout types de rituels : sortilèges d’amour, de protection, de guérisons, de pouvoirs, etc., en autant que ces rituels demeurent en parfaite harmonie avec la nature. Ou en respect avec les énergies de la Nature ou de la Terre. 

Par extension, on parlera alors de « magie verte » la magie qui utilise les énergies telluriques, etc. En général, on dit surtout que ces rites visent à entrer en harmonie avec soi-même et avec les énergies de l’univers – peu importe la façon d’ arriver. 

Beaucoup vont alors associer la « magie verte » à une magie bénéfique ou blanche. Cette association est basée sur le fait que les énergies utilisées proviennent des plantes, herbes, fleurs, etc… et donc de la Nature, de la Terre et que si ces énergies sont utilisées avec respect, le praticien est donc en harmonie avec la Nature. Certains discours soulignent cependant que de toute évidence, ces rituels ne sont pas plus bénéfiques puisque la « Nature », n’est ni bonne, ni mauvaise… mais bien les deux, elle est à la fois créatrice et destructrice. 

Lorsque les rites de « magie verte » font appel aux entités, nous verrons alors le plus souvent les divinités associées à la terre et à la nature. Parfois aux élémentaux et aux fées, comme nous verrons plus loin. 

 La Magie Verte dans LOI NATURELLE 220px-oaxaca-corn-rafleLa Magie verte est nommée ainsi en raison des ingrédients utilisés pour les rituels. En effet, la Magie verte comme son nom l’indique utilise de nombreux végétaux pour l’élaboration des rituels.

La Magie verte rentre en rapport des éléments de la nature comme les forêts, les plantes, les arbres, les végétaux en règle générale.

La Magie verte utilise différentes plantes pour l’élaboration des rituels magiques. Autrefois, lorsque la médecine ne parvenais pas à soigner des maux, ils utilisaient fréquemment des mélanges de plantes.

La Magie verte permet comparativement à la Magie blanche, d’avoir de la chance, de réussir un mariage, d’apaiser le sommeil, de réveiller les souvenirs, de se rappeler de nos vies antérieures ou d’avoir des rêves prémonitoires. Les débouchées sont nombreuses.

La Magie verte fut couramment pratiquée par les druides, les amérindiens et les aborigènes.

Les magiciens, ou plutôt les sorciers connaissaient les vertus des plantes et pouvaient ainsi les utiliser pour soigner différents maux. De nos jours, les recettes qu’ils utilisaient sont pour la plupart perdus à jamais.

La Magie verte utilise différentes plantes pour l’élaboration des rituels magiques. Des différentes plantes possèdent des vertus et s’utilisent en fonction des différents jours de la semaine, et des phases de la lune.

Acacia, Achillée, Ail, Ajonc, Amande, Angélique, Anémone, Aneth, Angélique, Anis, Aubépine, Avoine, Basilic, Bouleau, Bouton de rose, Bruyère, Buis, Camomille, Cannelle, Carvi, Céleri, Chardon béni, Chèvrefeuille, Chicorée, Chiendent, Chou, Citron, Clou de girofle, Concombre, Coriandre, Cumin, Cyprès, Erable, Eucalyptus, Euphraise, Fenouil, Fenugrec, Fougère, Fraisier, Fumeterre, Gentiane, Géranium, Gingembre, Guy, Hêtre, Iris, Jacinthe, Jasmin, Laurier, Lotier, Marguerite, Mélisse, Menthe, Moutarde, Myrtille, Nénuphar, Noisetier, Orchidée, Origan, Orme, Ortie, Patience, Pensée, Pervenche, Peuplier, Piment, Pin, Pissenlit, Pommier, Poirier, Poivrier, Primevère, Quinquina, Rhue, Rose, Romarin, Salsepareille, Sauge, Sureau, Thym, Tilleul, Tomate, Trèfle, Valériane, Vanille, Varech, Verveine, Vétivers, Violette, Ylang-Ylang.

Si vous envisagez de pratiquer la Magie verte, il vous faudra donc trouver différentes plantes. Dans le cas ou vous ne vous y connaissez pas spécialement n’hésitez pas à présenter les plantes que vous trouvez à un professionnel afin de ne pas ingérer une mauvaise plante ! Vous pouvez également trouver certaines de ces plantes dans les jardineries ou encore dans une herboristerie.

Dans la magie blanche les herbes et les plantes sont très importantes. Elles ont chacune leur propriété magique et sont souvent utiliser pour des rituels ou des potions. Il est important de savoir à quoi servent chacune de ces plantes. Il en existe plusieurs mais je vous en présente ici que quelques-unes:

-L’Acacia
Elle peut être brûler pendant les séances de méditation pour capter plus facilement les message émanant du monde invisible

-L’Ail
Cette plante est très efficace contre le mauvais oeil. Il peut être suspendu à notre porte ou emporter sur soi. L’ail porte chance.

-L’Angélique
L’angélique, appelée également l’herbe aux anges, préserve des maléfices et mauvais sortilèges, toutes personnes faisant appel à ses vertus. Elle possède également le pouvoir d’augmenter la patience et la persévérance

-Le Basilic
Cet herbe sacrée assure la protection dans la maison; son odeur agréable et attirante apporte, entre autres, la joie et la gaieté.

Le Bouleau
L’écorce de bouleau sert à fabriquer des talismans, à inscrire des incantation en vue de sortilèges amoureux et à protéger des envoûtements. 

Le Bouton de rose
Jeter quelques boutons de rose dans un feu procure la chance.

La Camomille
Il est reconnu que la camomille attire l’argent; il est recommandé de se laver les mains dans un infusion de camomille juste avant de jouer à un jeu de hasard.

La Cannelle
Utilisée comme encens, elle apporte la prospérité.

Le Céleri (graines)
Elles sont excellentes pour la concentration des médiums. Brûlée avec de l’encens, elles augmentent les pouvoirs psychiques. 

Le Coriandre
Les graines de coriandre sont portées dans un sachet de tissu blanc comme amulette contre toutes sortes de maladies.

La Fougère
Mettre une fougère près de sa fenêtre protège des mauvais sorts.

Le Gui
Le gui était la plante sacrée des druides, et un rituel magique précédait toujours sa cueillette. On dit qu’il possède des propriétés aphrodisiaques, qu’on le consomme en infusion ou qu’on le porte en talisman.

Le Jasmin
Il protège l’affection et l’amour. Brûlé comme encens, il inspire des rêves divinatoires.

Le Laurier
Une feuille de laurier passée sur une feuille de papier apporte l’inspiration à celui ou celle qui veut écrire. Un bouquet de laurier offert à une mariée lui assurera une union heureuse et durable.

La Marguerite
Les marguerites prédisposent au retour d’affection.

Le Nénuphar
Le nénuphar est une plante aquatique. Une variété des nénuphars blanc entraient autrefois dans la préparation de l’onguent des sorcières, panacée pour tous les maux. On dit que les fleurs de nénuphar sont excellentes pour augmenter la sensualité.

Le Romarin
Cette plante améliore la mémoire. Placée sous un oreiller, elle attire la chance; portée sur soi, elle favorise la bonheur.

La Rose
La rose est la fleur par excellence pour tous les rituels d’amour et, pour ce type de rituel, on la retrouvera toujours sur l’autel ou à l’intérieur du cercle magique. Symbole de la perfection, de la séduction et de la sensualité, elle est la fleur de Vénus, planète associée aux natifs du Taureau et de la Balance. Les pétales de roses rouges et jaunes ont un effet incontestable sur la fécondité.

Le Thym
Lorsqu’on le brûle sur du charbon, dans la maison, on garantit la bonne santé à tous les occupant; en porter sur soi nous apporte de vois nos qualités reconnues.

La Verveine
La verveine, également appelée plante d’amour, sera utilisée dans tous les rituels visant à garder auprès de soi une personne aimée ou pour attirer à soi un personne désirée.

 

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:LOI NATURELLE |on 19 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Méditation Mer ka ba

 

La méditation merkaba est une technique avancée de respiration du prâna visant à recréer le champ énergétique cristallin de l’humain éveillé. Elle consiste en la visualisation de figures géométriques sacrées qui alignent ensemble le corps, le coeur et l’esprit et elle est associée à des mudras (positions des mains). Le corps de lumière ainsi créé est la véritable conscience.

A l’inspire on visualise un tétraèdre (ou pyramide) dont le sommet se situe à la distance d’une main au-dessus du crâne et dont la base passe par les genoux. Chez l’homme, l’une des arêtes est dirigée devant lui, et une des faces pour une femme. La pyramide pointant vers le haut est masculine. A l’expire, on visualise un tétraèdre orienté vers le bas, pointe en dessous des pieds tandis que la base passe au niveau du plexus solaire, à quelques centimètres au-dessus du nombril. L’une des arêtes est située derrière l’individu masculin tandis que chez une personne dotée d’une énergie à majorité féminine, l’arête se situe devant. La figure pointant vers le bas est féminine. Dans la position du lotus, le tétraèdre du haut englobe tout le corps.

Les 17 premières respirations de la merkaba selon Claude Tracks :
 » Telles que je les ai comprises grâce à l’enseignement de Drunvalo Melchizedek.

Méditation Mer ka ba dans MER-KA-BA arbre-chakra

Commencez par vous relaxer et à tendre au maximum vers un état d’amour inconditionnel. Il est important de bien se tenir droit afin d’optimaliser la circulation de l’énergie. Pour les six premières respirations, vous allez faire ce que l’on appelle un «mudra». À cette fin, posez vos mains de manière à avoir les paumes intérieures dirigées vers le haut. Détendez vos doigts, et faites attention qu’ils ne se touchent pas les uns les autres. 

Pour les six premières respirations, visualisez votre corps entouré de deux tétraèdres imbriqués (pyramides à quatre faces).
À L’inspire, on visualise un tétraèdre dont le sommet se situe à la distance d’une main au-dessus de notre crâne, et dont la base nous passe au niveau des genoux. L’un de ses côtés est dirigé devant nous pour les personnes dotées d’une énergie à majorité masculine, et derrière nous pour les personnes dotées d’une énergie à majorité féminine.

Le tétraèdre pointé vers le haut est le tétraèdre masculin.

À l’expire, on visualise un tétraèdre dont le sommet est orienté vers le bas, en dessous de nos pieds. Sa base passe à hauteur du plexus solaire (poitrine). L’un de ses côtés est dirigé derrière nous pour les personnes dotées d’une énergie à majorité masculine, et devant nous pour les personnes dotées d’une énergie à majorité féminine. Le tétraèdre pointé vers le bas est le tétraèdre féminin.

Lorsque vous vous asseyez en lotus, le tétraèdre dirigé vers le haut englobe tout votre corps.

1 – Positionnez vos mains pour le premier mudra. Joignez légèrement vos pouces et vos index. Fermez les yeux. Inspirez profondément à la manière des Yogis (d’abord par le ventre, ensuite par le diaphragme, et finalement par la cage thoracique) durant huit secondes. Visualisez la pyramide qui se remplit d’une lumière blanche qui remplit tout votre corps. Ensuite, sans interruption, dans le même rythme, expirez yogiquement (d’abord par le ventre, ensuite par le diaphragme, et finalement par la cage thoracique) durant huit secondes et visualisez le tétraèdre pointé vers le bas qui se remplit d’une lumière blanche. Ensuite, retenez votre respiration pendant cinq secondes et détendez-vous. Croisez vos yeux (louchez), dirigez votre regard vers le haut, et rabattez-le vers le bas le plus vite possible. Simultanément au rabattement, visualisez l’énergie blanche qui sort de l’apex (la pointe) du tétraèdre dirigé vers le bas, qui jaillit dans la Terre.

Lors de l’expulsion de l’énergie, vous êtes, sensé ressentir une sorte de frémissement électrique qui parcourt votre colonne vertébrale. Il s’agit d’une sorte de nettoyage de votre système énergétique lié au mudra que vous venez de créer (contact du pouce et d’un des autres doigts). Une fois que vous avez ressenti cette «vague de frisson», passez à la respiration suivante. Toutefois, je tiens à préciser qu’il n’est pas évident de ressentir ce «nettoyage» au début. Personnellement, je passe à la respiration suivante, même si je ne le ressens pas.

2 – Pour cette deuxième respiration, tout est identique à la première excepté que vous changez de mudra avant de commencer à inspirer. Vous touchez légèrement vos pouces et vos majeurs.

3 – Identique. Léger contact entre les pouces et les annulaires.

4 – Identique. Léger contact entre les pouces et les auriculaires.

5 – Identique. Retour au léger contact entre les pouces et les index de la première respiration.

6 – Identique. Retour au léger contact entre les pouces et les majeurs de la deuxième respiration.

7 – Oubliez les deux tétraèdres et visualisez le canal pranique qui traverse votre corps. Le mudra utilisé sera le même pour les sept respirations suivantes. Il connecte vos pouces avec vos majeurs et vos index. Durant l’inspiration de huit secondes, visualisez le tube pranique se remplissant d’une lumière blanche simultanément par le haut et par le bas. L’énergie provenant des deux sources se rejoint au nombril (3ième Chakra). Imaginez une boule de lumière blanche d’une grosseur comparable à un pamplemousse. Elle va grossir rapidement jusqu’à atteindre, à la fin de l’expir, un diamètre égal à la hauteur du livre que vous avez entre les mains. L’expire dure également huit secondes. Il n’est plus nécessaire de retenir votre respiration entre l’expire et l’inspire, ni de ressentir la «vague de frissons électriques».

8 – Identique à la 7ième respiration. À la fin de l’expiration, la boule de lumière autour du nombril atteint sa taille maximum (semblable à une balle de volley-ball). Cette taille varie selon les personnes. Pour connaître la taille de la vôtre, prenez la distance entre le bout de votre doigt le plus long et votre poignet.

9 – La boule de lumière garde la même taille, mais devient de plus en plus lumineuse.

10 – Votre boule reçoit tellement d’énergie qu’elle devient de plus en plus dorée durant l’inspiration. Commencez à expirer en laissant juste s’échapper un peu d’air entre vos lèvres par un souffle puissant. Ce jet d’air va agrandir la boule jusqu’à englober tout votre corps. (cf. l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci)

Paradoxalement, il est important de réaliser que la petite boule centrée sur le nombril est toujours là. Elle est en fait plus brillante que la boule de Leonardo.

Il – Comme nous l’avons fait pour la petite boule, nous remplissons la grande boule d’une énergie de plus en plus lumineuse.

12 – Identique à la respiration 11.

13 – Identique à la respiration 11.

14 – Cette 14ième respiration va nous permettre de passer de la troisième dimension à la quatrième dimension. Durant les 13 respirations précédentes, notre boule d’énergie était centrée sur le 3ième Chakra qui nous lie à la 3ième dimension. Si nous désirons nous ancrer dans cette dimension, il n’est pas nécessaire d’aller jusqu’à la 14ième respiration.

Comme nous désirons nous habituer progressivement à passer à la quatrième dimension (la dimension Christique), il ne nous reste plus qu’à centrer cette boule d’amour sur notre quatrième Chakra… Celui du coeur.

Pour ce faire, nous commençons par modifier complètement la position de nos mains. Vous trouverez de nombreuses représentations du Bouddha dans cette position. Vos mains sont l’une sur l’autre en dessous de votre nombril, les paumes dirigées vers le haut. Pour les êtres à prédominance masculine, vous placerez votre main gauche dans votre main droite, avec vos pouces qui se touchent légèrement. Pour les êtres à prédominance féminine, vous placerez votre main droite dans votre main gauche avec vos pouces qui se touchent légèrement.

Au début de l’inspiration de huit secondes, déplacez le point de rencontre de l’énergie venant du haut et de celle venant du bas. Le nouveau point de rencontre se situe… au Chakra du coeur. Sentez votre tube qui capte cette énergie venant du bas et celle venant du haut. Ces énergies, cosmique et tellurique, se rencontrent au niveau du coeur. Le plus souvent possible dans vos journées, visualisez ce tube et ce flot incessant. Ce flot est à proprement parler votre lien à votre vie éternelle.

15 – Au moment de l’inspiration pensez le code «Vitesse égale».

Visualisez vos deux double tétraèdres tournent à une vitesse égale l’un par rapport à l’autre. Ne vous inquiétez pas si ce qui suit fait un peu mode d’emploi pour «vaisseau spatial». En fait c’est exactement le cas, vu que vous êtes en train d’activer votre Merkabah qui est un véhicule qui permet de voyager dans l’EspaceTemps. Votre corps sait très bien ce que vous êtes en train de faire. Il connaît la Merkabah, vu qu’il s’agit de sa nature profonde. Les codes que vous allez lui donner sont là pour le guider afin qu’il sache quelle Merkabah vous désirez utiliser.

À l’expiration, créez une petite ouverture entre vos lèvres, comme vous l’avez fait pour la lOième respiration. Expirez de la même manière avec une certaine force et ressentez les deux doubles tétraèdres qui tournent autour de vous.

Ce deuxième petit jet d’air au travers de vos lèvres est en quelque sorte une manière de mettre le moteur de votre Merkabah en marche.

16 – Au moment de l’inspiration pensez le code «34/21».

Cela signifie que votre double tétraèdre masculin fera 34 tours pendant que votre double tétraèdre féminin en fera 21.

À l’expiration créez à nouveau un petit trou entre vos lèvres et soufflez avec un max. de pression. Ce souffle va accélérer votre vitesse et stabiliser votre Merkabah qui prendra de plus en plus la forme suivante : un disque plat d’un diamètre de plus ou moins 19 mètres. Cela ressemble étrangement à l’image que beaucoup se font des soucoupes volantes. Lorsque l’on est en position de Lotus, on est assis dessus. Il touche la base de notre colonne vertébrale.

17 – Au moment de l’inspiration pensez le code «9/10».

Cela signifie que votre double tétraèdre masculin fera 10 tours pendant que votre double tétraèdre féminin en fera 9. Vous harmonisez ici la vitesse de votre Merkabah avec celle de l’électron qui tourne autour du noyau de vos cellules.

À l’expiration, créez à nouveau un petit trou entre vos lèvres et soufflez avec un max de pression. Ce souffle va accélérer votre vitesse et stabiliser votre Merkabah.

SITES EN LIENS :
http://fr.merkaba.org/ : introduction aux techniques sacrées merkaba, aux techniques d’activation, de méditation et de guérison

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:MER-KA-BA |on 19 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Légende du géant et de la petite fée

Il était une fois (Eh oui, c’est une légende !), vivait, dans les Vosges du Nord, un géant qui habitait  une grande grotte ; cette grotte était en fait un coquillage gigantesque que la mer avait déposé là il y a des millions d’années, du temps où la montagne était immergée.

Personne  ne demeurait dans le voisinage du géant qui se sentait souvent très seul, et cela lui pesait malgré la magnificence du lieu. De plus, en raison de sa taille imposante, les animaux de la forêt fuyaient à son approche. Il ne parlait donc à personne et ne pouvait rien partager de ses idées, ses espoirs et de son ressenti. Au fil du temps, il devenait de plus en plus pessimiste et malheureux.

Une nuit, il fit un beau rêve : une petite fée, aux cheveux de blé et au corps lumineux, habitant un rocher de la forêt,  lui apparut ; cette fée était si belle, si resplendissante, si rayonnante qu’à son réveil elle exerçait encore sur lui une attirance indicible.

Légende du géant et de la petite fée dans NATURE fee040Il se mit en tête de la chercher jusqu’à ce qu’il la trouve et de lui offrir le bien le plus précieux qu’il détenait ; le présent qu’il voulait lui donner était une perle de nacre très volumineuse, provenant de sa roche-coquillage, qui, par ses propriétés particulières, éclairait sa demeure le soir. Il pensait ainsi, avec celui-ci, montrer à cette fée si magnétique l’amitié qu’il lui portait.

Il prit donc sa perle et partit à sa recherche. Il parcourut la forêt dans tous les sens, examina chaque roche mais rentra chez lui sans l’avoir trouvée. Il recommença le lendemain, puis le surlendemain, en vain. Le désespoir commençait à s’installer en lui, au point qu’il envisageait même d’abandonner sa quête. Mais, la nuit suivante, la petite fée lui apparut à nouveau en rêve et s’adressa à lui en ces termes : « J’habite près de chez toi mais je suis si petite par rapport à toi que tu passes à côté de moi sans me voir, viens je t’attends. ».

Le lendemain matin, il reprit donc ses recherches, dans un rayon proche de sa grotte, en apportant une extrême attention. Très vite, il la découvrit à proximité d’une roche particulière, constituée d’arcades, qui allait, de fleur en fleur, s’abreuver de la rosée du matin. Il la regarda émerveillé et fasciné mais, tout-à-coup, il prit conscience de sa lourdeur et de sa maladresse et il se sentit déconfit et incapable de l’aborder. Il allait rebrousser chemin lorsque la petite fée se mit à lui parler : « S’il te plaît, ne t’en vas pas, je souhaite, moi aussi que nous devenions amis. Tu sais, je suis très sensible à ta gentillesse et, comme tu es très fort, ta présence me rassurerait et me protègerait. Moi, je t’apprendrai tout ce qui est dans ma  nature et en mon pouvoir. Qu’en dis-tu ? ». Le géant s’approcha d’elle, timidement, et ils s’assirent côte à côte. Puis ils se mirent  à parler et le soir arriva qu’ils parlaient encore…Une profonde amitié était née.

Ils se rencontrèrent chaque jour, partageant leurs expériences et leurs sentiments et, chaque jour, ils se sentaient de plus en plus proches.

Un jour, ils se sentirent comme n’étant qu’un seul être ; alors, ils disparurent du plan terrestre et une nouvelle étoile scintillante apparut dans le ciel…

 Les lieux évoqués dans cette légende existent réellement : la grotte est la grotte Saint-Léon, qui se situe dans la commune de WALSCHEID, en Moselle ; c’est la plus vaste grotte des Vosges (profonde de 32  mètres et large de 24  mètres) ; quant à la roche dont il est question ici, elle est à quelques kilomètres de la grotte, sur le territoire de la commune de SAINT-QUIRIN, en Moselle ; elle s’appelle la roche des fées…

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:NATURE |on 18 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Arrivée du Verseau

 

par Gabriel Archange 

Salutations à vous tous, chers amis sur cette planète Terre! 

Oui, vous êtes tous mes amis, parce que vous êtes tout esprit, nous sommes tous de la même source, si nous sommes amis, nous sommes une famille – même si l’illusion de la séparation est si dominante sur votre planète. 

Arrivée du Verseau dans TOLERANCE 8Cette illusion de la séparation est à l’origine de toute la souffrance que vous éprouvez. Si vous étiez tous d’obtenir la conscience de l’Unité, il pourrait y avoir ni délit, ni guerre, ni répréhensible, aucune violence contre aucun être vivant, sans faim et sans pauvreté, que vous comprendrez que blesser l’autre, la prise d’un autre, serait être comme vous blesser ou de prendre de vous-même. Ce que je veux dire, peut sembler le paradis ou l’utopie, mais il ya beaucoup de planètes dans l’univers, même dans votre galaxie, où cette pratique est courante. Je ne viens pas à vous de vous accuser d’être tombé si profondément dans cette illusion de la séparation, mais pour vous aider à en découler, et vous donner une vision de l’humanité se dirige. Parce que, chers amis, c’est maintenant le temps de le faire – il est temps de se réveiller, d’élargir votre conscience, et avec cette expansion de la conscience, d’avoir une meilleure compréhension de qui vous êtes, de ce que vous êtes et pourquoi vous sont ici – et cela inclut la compréhension que vous êtes moins individuel, moins distinctes que vous avez pensé et cru pendant des milliers d’années.

 Alors que ceux d’entre vous qui lisez ceci peut avoir une compréhension de ce que c’est que d’être une âme, une partie de l’humanité et de la création – incarné sur terre pour apprendre et grandir -, très peu ont été capables d’intérioriser ce soit, c’est peut-être dans leur esprit, une seule pensée, mais ne fait pas partie de leur conscience active. Toutefois, cela va changer, comme vous commencez à entrer dans l’ère du Verseau.

Comme il ya beaucoup de controverse au sujet de ce qui va se passer au cours de cette année qui vient de commencer, permettez-moi de jeter un peu de lumière sur cette question: Tout d’abord, 21 Décembre, 2012 est pas la fin du monde, il n’est pas va y avoir de la destruction globale. Deuxièmement, en ce qui concerne la discussion généralisée du moment où l’ère du Verseau commence – comme il ya des théories qu’il a commencé en 1844 ou en 1991, ou qu’il puisse commencer en 2200, 2442, 2600 ou 3573, alors que beaucoup de gens croient qu’il est le 21 Décembre, 2012, en faisant valoir que c’est à ce moment le calendrier maya se termine – il me semble qu’il ya un intéressant mélange de calendriers, ainsi que les théories astrologiques et astronomiques qui ajoutent à la confusion. Tout ce que je peux vous dire c’est qu’en effet, une nouvelle ère va commencer vers la fin de cette année. 

Nous avons été étiqueter cette nouvelle ère de l’ère du Verseau, comme cela semble être le terme commun parmi ceux qui croient en un changement de conscience. Ce qui importe vraiment, c’est moins ce que vous appelez, plutôt que vous savez ce qui se passe. Permettez-moi de reprendre: la planète Terre est sur ​​le point de changer sa fréquence vibratoire principale.

Ceci entraînera des changements très importants pour l’humanité, principalement au niveau de la conscience est concerné. Ce n’est pas par hasard une erreur de la nature que les humains utilisent seulement un petit pourcentage de leur cerveau au cours de leur vie, bien que certains scientifiques contestent cela. Ce manque d’utilisation est de par leur conception, dès que vous serez en mesure d’utiliser la pleine capacité. 

Mais je dois ajouter que le cerveau n’est pas ce qui vous fait penser – penser est un processus qui se déroule dans votre champ d’énergie mentale, tandis que le cerveau agit davantage comme un lien de transformation de votre corps physique, c’est un peu comme une antenne pour vos pensées . Oui, il contrôle les fonctions physiques comme rythme cardiaque et de la respiration, mais c’est aussi la connexion à votre corps l’énergie mentale. Comme les humains sont actuellement très limités dans leur prise de conscience, il est compréhensible que seul un faible pourcentage du cerveau est utilisée. Mais, comme mentionné ci-dessus, c’est sur ​​le point de changer, car le changement vibratoire de la Terre Mère signifie que l’humanité connaîtra un changement dans la conscience – et pas seulement un changement dans le sens d’un changement, mais aussi une grande expansion. En tant que tel, les capacités qui sont actuellement limitées à quelques-uns, tels que la télépathie et d’autres compétences de perception extrasensorielle, va devenir très commun. Le temps cesse d’être strictement linéaire et vous apprendrez à «étirer» et «rétrécissement» du temps; certains d’entre vous ont déjà eu des expériences dans ce domaine. Mais l’avantage le plus significatif sera un sens accru de l’Unité. 

Cela nous ramène à la question de départ de mon intervention aujourd’hui. Permettez-moi d’ajouter quelques conseils pour cette année, en raison de la nature particulière de cette journée et de cette année que nous venons de commencer. Tout d’abord, permettez-moi de vous rappeler qu’une bonne protection contre la lumière, comme la lumière par une triple protection Emmanuel , est encore plus important maintenant. Je vous invite tous à appliquer une telle protection au moins chaque matin et chaque soir, et avant toute situation qui pourrait vous influencer énergiquement, comme tout travail spirituel, une visite au supermarché, etc – ayant plus de lumière à l’intérieur empêche non seulement les basses énergies de vous influencer, mais contribue également à des énergies de libération déjà présent, aidant ainsi à prévenir les manifester physiquement que les symptômes de la maladie. 

Vous remarquerez peut-être que vous êtes moins susceptibles d’être infectés par des virus plus vous vous remplir de lumière et il se fait facilement en quelques minutes tous les jours. Les avantages sont si grands, avec peu d’effort tel, que tout le monde devrait faire ça. Aussi j’ai besoin de souligner que même si 2011 a été une année difficile pour beaucoup, 2012 apporte des «examens finaux», les tests finaux, afin de s’assurer que vous êtes tous bien préparés pour ce qui est à venir. Donc, ne soyez pas surpris s’il ya un effondrement économique mondial, d’autres graves catastrophes naturelles et d’origine humaine, bien que l’humanité a connu un assez grand nombre au cours des dernières années, le pic de la transition est sur ​​le point d’arriver, alors soyez prêt.

Comment? En premier lieu, au niveau individuel, à la protection contre la lumière, lightwork plus, la méditation – et, en outre, il est sage de commencer à prendre la parole, comme vous pouvez intuitivement à qui vous pouvez parler et les aider sur leur chemin ainsi, soit n ‘t garder vos connaissances à vous-même. Il n’est pas nécessaire de devenir missionnaire – il suffit d’observer attentivement votre environnement, vos frères humains, et quand ils sont dans le besoin, fournir une assistance sous forme de conseils ou de tout ce qu’ils peuvent vraiment besoin. Cette année, vous enseignera solidarité humaine et la tolérance. L’individu tôt chaque fois, comme vous, embrasse cette leçon, le plus tôt toute l’humanité sera aussi, et ils passeront cette grande leçon sans avoir à se rappeler de lui, encore et encore, avec des occasions répétées de démontrer que la leçon a été appris. 

Alors que 2012 sera amener à de nombreux défis, et quelques leçons très importantes doivent être apprises, il n’y a pas lieu de craindre cette année, car elle marque l’entrée dans une nouvelle ère, et constitue une raison de regarder en avant de lui, avec une grande joie . Comme mentionné ci-dessus, il n’est pas nécessaire pour les souffrances – toute souffrance humaine est d’origine humaine.Acceptez qui et ce que vous êtes, et ce monde va changer – littéralement. Maintenant, ce n’est plus une utopie ésotérique – c’est le début de la nouvelle ère, à votre porte. C’est un grand privilège d’être incarné à cette époque; beaucoup d’âmes veulent être ici maintenant – ce qui explique le niveau historique des êtres humains sur la terre.Embrasser la vie, surtout la vôtre, et respecter toutes les autres formes de vie comme vous le faites vous-même. Soyez bénis.

 Amen.

 

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:TOLERANCE |on 18 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Un couple resté dans l’ombre

Jésus et Marie-Madeleine, un couple resté dans l’ombre…

Interview de Françoise Gange, propos recueillis par Marjolaine Watelle

Découvrez le Vrai visage de Jésus, cet homme pur qui oeuvrait pour l’égalité entre les hommes et le femmes, cet homme en avance sur son temps, dont le message a été incontestablement déformé au profit d’un pouvoir patriarcal…

Françoise, dans votre ouvrage Jésus et les Femmes, vous évoquez la relation de Jésus avec ses disciples féminins. Vous vous basez sur des évangiles gnostiques. Que découvre-t-on sur Marie-Madeleine ?

Un couple resté dans l'ombre dans JESUS i-grande-1785-dessin-de-la-sainte-famille.net_-205x300

Venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Dans les textes gnostiques, Marie de Magdala (Marie-Madeleine) apparaît comme la compagne de Jésus et sa disciple de prédilection. C’est ce qu’on voit dans l’Évangile selon Marie, dans un texte intitulé Pistis Sophia (la Sagesse et la foi), ou encore dans l’Evangile selon Philippe, évangile qui précise que Jésus embrassait Marie sur la bouche et que parfois les autres disciples s’en montraient jaloux. Jésus apparaît, non plus comme cet être asexué qu’on a présenté dans les évangiles canoniques, mais comme un sage qui souhaite rétablir l’Unité, masculin et féminin unis, afin de parvenir à la Totalité : l’Homme parfait, pourvu des deux moitiés inséparables qui le constituent. Dans la société judaïque de l’époque, la femme n’était pas l’égale de l’homme : les biens par exemple, appartenaient à l’époux, et la femme était l’un des biens de l’époux, qui pouvait la prendre puis la répudier comme bon lui semblait. Dans l’Evangile selon Thomas, Jésus dit : « Si deux (l’homme et la femme) sont l’un avec l’autre en paix dans la même maison, ils diront à la montagne : Déplace-toi, et elle se déplacera. » Il insiste constamment pour dire que l’amour profond dans un couple (amour conçu comme Alliance à la fois sensuelle et spirituelle) décuple les forces des deux individus qui le composent.Ceci était très novateur car à l’époque, il n’y avait pas d’Alliance d’amour entre l’homme et la femme, mais un mariage patriarcal dominant-dominé. Seul le plaisir de l’époux était pris en compte. Pour la femme, le plaisir était interdit ou en tous cas jamais mentionné : l’église lui parlait de « devoir conjugal ». Ce couple entre Jésus et Marie apparaît donc détonant : il rappelle le monde « païen » antérieur, et plus particulièrement la longue culture de la Déesse qui avait précédé l’apparition des Dieux dans le panthéon. Culture qui pratiquait la hiérogamie ou union sacrée entre le principe masculin et le principe féminin, âprement combattue par l’Eglise, comme on le voit dans les Actes des Apôtres où Paul, venu prêcher dans l’amphithéâtre d’Ephèse, doit reculer devant la grande Artémis, encore prédominante en ce premier siècle de notre ère. Entre Jésus et Marie, il y a une véritable liaison, car non seulement ils s’aiment d’amour, mais ils partagent le plus grand : la spiritualité.

« L’Evangile selon Marie » est un texte capital, qui montre qu’après la mort de Jésus, tandis que les disciples sont découragés et craignent d’être poursuivis à leur tour par les autorités du temple, c’est Marie qui les console et leur redonne des forces pour continuer l’œuvre consistant à répandre la Parole ; elle leur rappelle que Jésus « les a fait Homme », c’est à dire les a réconciliés avec les deux moitiés de l’humain, féminin et masculin. On voit Pierre lui demander si Jésus, « qui la préférait », lui aurait délivré un enseignement que les autres ne connaîtraient pas et qu’elle pourrait leur délivrer à son tour. Prenant la place de Jésus, « l’Enseigneur », elle leur fait alors partager un message essentiel, qui déroute les plus misogynes d’entre eux, et tout particulièrement Pierre. Enseignement « secret » qui parle de la remontée de l’Ame féminine du monde, ensevelie par les Archontes, parmi lesquels Ialdabaoth, alias Yahvé. C’est à dire qu’elle leur enseigne, ce qui constitue le centre de tous les écrits gnostiques : le grand Féminin du monde (jadis féminin divin) a été précipité dans l’En-bas, c’est à dire démonisé par Yahvé, et il crie vers les hauteurs pour retrouver sa lumière, sa grandeur d’autrefois. Et Jésus apparaît comme celui qui va l’aider à retrouver sa Lumière, c’est à dire sa grandeur. Pierre, furieux et jaloux comme il apparaît souvent (dans « l’Evangile selon Thomas » par exemple, ou encore dans « Pistis Sophia » ) à l’égard de Marie, doute et se révolte à l’idée qu’elle, une femme, ait pu recevoir un enseignement que lui n’aurait pas reçu. Il tente de dresser les autres contre Marie : Jésus lui aurait-il vraiment donné cet enseignement, et eux , les hommes, devraient-ils faire cercle autour d’elle pour l’écouter ? A ce moment là, un autre disciple, Lévy, se lève et dit à Pierre : Qui es-tu pour douter, nous savons que Jésus la préférait… Et l’évangile se termine par ces termes très significatifs : « Ils partirent prêcher l’Evangile selon Marie ». Ce texte montrant donc qu’après la crucifixion, Marie prit pendant un laps de temps la tête de la petite communauté des disciples. Ce qui a été totalement occulté dans les textes du canon qui ont effacé le rôle de Marie.

Il y a donc une réelle manipulation de l’église envers les croyants ?

Le judéo-christianisme a fait dégénérer le message d’Amour (amour envers l’autre et Amour/Alliance entre les deux moitiés de l’humain) qu’il a changé en message de force. Le Jésus de la gnose dit : « Aimez vous les uns les autres, et à cela on reconnaîtra que vous êtes les miens » ce qui ne peut que signifier : « aimez vous, hommes et femmes, et vous montrerez ainsi l’Alliance féminin/ masculin. Réconciliez le féminin et le masculin en vous et en dehors de vous et à cela on vous reconnaîtra pour les miens. » Message qui a été enseveli. La volonté de l’église ayant été la domination de l’homme sur la femme, dans une culture misogyne qui considérait l’accouchement, l’acte sexuel et même le corps de la femme, comme « impurs ». Le message « gnostique » de Jésus apparaît ainsi avoir été radicalement modifié, dans le sens d’un maintien des hiérarchies et d’un encouragement au renoncement à toute recherche personnelle… permettant aux autorités dûment habilitées (les évêques), l’exercice d’un pouvoir présenté comme incontestable. Habilement, le message d’amour de Jésus a été conservé en surface, tandis qu’était véhiculé en profondeur un tout autre message. Message étayé sur le pouvoir, la hiérarchie, l’argent et l’accumulation des biens -il ne faut pas oublier que le Vatican est l’un des Etats les plus riches du monde.

Tout ceci fait froid dans le dos…

<Avec l’inversion de la polarité du divin -du féminin divin, époque de la Déesse considérée comme la Mère/protectrice de l’univers, aux Dieux Pères, tous guerriers- s’est inversé le rôle de la femme et du féminin. Désacralisée, réduite à son corps (épouse et mère ou prostituée), elle est censée n’avoir plus d’esprit ni d’âme, elle qui était l’Ame du monde, l’Esprit de justice et de droiture, de bonté et de générosité dans les premiers mythes de Sumer… Il faut rappeler que c’est la haine de la femme et du féminin qui allumera les bûchers d’une Inquisition avide de purger le monde des « sorcières », l’église ayant organisé là, pendant plus de 2 siècles, un véritable « sexocide » ainsi que l’a très justement écrit Françoise d’Eaubonne. Les sorcières n’étant autres que des femmes jeunes et jolies, des femme médecins, des herboristes, qui continuaient à transmettre la très ancienne connaissance des Plantes guérisseuses.. toutes refusant leur exclusion du monde patriarcal.

A lire « Jésus et les femmes », « Avant les dieux la mère universelle ». Françoise Gange. Editions Alphée.

Publié dans:JESUS, MARIE-MADELEINE |on 17 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

La fin de la peur

 

Par Bernard Clavière

Descartes a dit : « Je pense, donc je suis ». Il aurait pu dire : « Je pense, donc j’ai peur ».

C’est parce que nous pensons que nous avons peur. L’animal ne connaît pas la peur car il ne pense pas. S’il fuit devant son prédateur c’est par instinct de survie, pas par peur. L’animal est conditionné pour survivre, il ne réfléchit pas, il n’a pas de libre arbitre, de choix. Il vit en accord parfait, spontanément, avec les lois de la vie. L’animal ne peut avoir peur car la peur est le sous-produit de la pensée. 

La fin de la peur dans PEUR 2013Le terreau sur lequel se développe la peur est toujours l’ignorance de la réalité de la vie – et donc de cette phase de la vie que nous appelons la mort. L’ignorance de notre propre réalité. 
Aussi longtemps que nous nous prenons pour cette image que nous voyons dans le miroir, notre conscience est limitée à nos souvenirs – de notre enfance, de l’école, de nos aventures sentimentales, de notre premier enfant …-, et à nos désirs – de confort, de sécurité, d’amour, de plaisirs, d’expériences. 

Cette perception illusoire de notre vie met en œuvre des processus mentaux visant à réaliser ces désirs et à maintenir cette forme que nous croyons être nous – ce corps physique, nos émotions, nos idées – et à laquelle nous nous identifions. 

Par la pensée, nous donnons forme aux idées que crée le mental. La pensée nous permet d’échafauder des théories, des systèmes, de créer, de faire des projets, de tirer des plans sur la comète. Outre le fait que ces élucubrations mentales ni même l’éventuelle réalisation de ces désirs et projets n’apportent jamais de joie durable, dans le monde de la dualité le désir est nécessairement accompagné de son double : la peur de ne pas pouvoir assouvir ce désir ou, plus insidieusement souvent, de ne pas pouvoir assouvir les désirs des autres, que nous voulons satisfaire pour gagner leur amour, parce que nous n’avons pas encore trouvé en nous la Source de tout Amour. 

Alors on a peur ; de « ne pas y arriver », de ne pas donner satisfaction (à nos supérieurs hiérarchiques, à nos patrons, à nos parents, nos médecins, nos professeurs, nos curés, nos guides spirituels …) ; on a peur de manquer, on a peur de la maladie, de perdre ceux que l’on aime (de perdre ceux qui NOUS aiment ?…) ; on a peur de la critique (susceptible de nous faire mettre le doigt sur nos imperfections, sur notre inadéquation…) ; on a peur de vieillir (et donc de ne plus ressembler à celui/celle que l’on voit dans le miroir), de souffrir, et bien sûr, on a peur de mourir. On a peur de la mort parce qu’on pense que l’image dans le miroir disparaîtra pour toujours et cette pensée nous est insupportable. Toujours la pensée… 

Nos peurs sont le facteur le plus inhibant dans notre vie ; elles nous empêchent de nous épanouir, de « réussir », ou simplement d’être heureux. En fait, elles inhibent la manifestation et l’expression de notre divinité essentielle. 
Car la pensée est créatrice. Nous sommes ce que nous pensons, nous créons ce que nous pensons. 
Nos peurs nous rendent malades, psychiquement, physiquement, elles nous rongent et nous détruisent. 

Si certaines peurs nous viennent de la nuit des temps, où l’homme primitif était constamment menacé par les grands animaux prédateurs et l’absence de nourriture, ce sont depuis longtemps des modèles sociétaux iniques et abrutissants qui ont favorisé le développement de la plupart de nos peurs. Les religions nous ont imposé de suivre leurs préceptes en instillant en nous la peur de Dieu et une vision totalement erronée de la vie. C’est grâce à la peur de la souffrance que les médecins exercent depuis toujours une fascination excessive, proprement pathologique, sur le citoyen moyen. Et c’est par peur de la répression – plus ou moins violente – que des régimes dictatoriaux font régner la terreur sur des peuples pendant des dizaines d’années. 

Alors nous obéissons, parce que nous avons peur. Nous obéissons aux religieux, aux médecins, aux dictateurs. L’obéissance est devenue un réflexe spontané inscrit au plus profond de notre subconscient. Milgram a magnifiquement montré dans son expérience éponyme que l’obéissance est un ressort assez puissant pour annuler autant les codes personnels de morale et de conduite que le potentiel de sympathie et de compassion. 

Mais sur le long chemin de l’évolution, un jour vient où les péripéties de ses multiples incarnations amènent inéluctablement l’individu à un point où il se demande « qui suis-je ? ». 
A partir de ce moment, cette interrogation ne le quitte plus. C’est elle qui pousse les peuples du monde à se libérer des oppressions en tout genre ; à ne plus obéir docilement à des dirigeants corrompus ; à se détacher des religions pour se réapproprier leur spiritualité (Dieu a-t-il vraiment besoin d’intermédiaires ou de « représentants » ?) ; à quitter la médecine officielle et ses imprécateurs arrogants pour se réapproprier la gestion autonome de leur santé. 

En cette époque magnifique, l’être humain est en train de recouvrer sa souveraineté. Partout, la voix des peuples exige justice, démocratie, partage. Ces grandes conquêtes seront la marque de notre siècle. Dans le monde en paix où ils règneront, la peur disparaîtra
Une fois éliminées les peurs profondes inhérentes à l’insécurité physique (alimentation, hébergement, guerre, terrorisme), l’homme s’engagera résolument dans la quête du sens de la vie, et la découverte de sa propre nature, avec pour conséquence la destruction de l’illusion du moi. Nous saurons que l’image dans le miroir n’est pas nous. 

En évoluant spirituellement, notre vision nous-mêmes change. 
Nous cessons de nous identifier à cette accumulation d’expériences que nous appelons le « moi », limité dans le temps et l’espace, pour stabiliser progressivement une relation avec le Soi, notre Etre immortel. 
En d’autres termes, notre conscience passe des véhicules du Soi que sont les corps physique, astral (ses émotions) et mental (ses idées), au Soi lui-même. La paix et l’amour s’installent peu à peu dans le cœur de l’homme, la lumière du Soi illumine son mental et révèle l’unité de la Création. A ce stade, l’individu n’est plus le jouet de ses pensées. Il les contrôle pleinement et les met au service des objectifs les plus élevés : servir et contribuer au mieux à la réalisation du Plan. La pensée manifeste alors naturellement puissance, amour, et intelligence créatrice. Elle est devenue un instrument évolutif parfait. Dans cet état de plénitude intérieure, toute peur a disparu. 

  Bernard Clavière contact@DocteurNature.org 
  www.docteurnature.org le portail des moyens naturels de santé.

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:PEUR |on 17 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Astrologie Horaire

La règle d’or est d’ériger la carte du ciel pour le moment où la question se pose à vous ou vous est posée.

 L’astrologie horaire érige, tout comme l’astrologie judiciaire, appelée aussi généthliaque ou traditionnelle, une carte du ciel. Elle le fait dans les mêmes conditions mais, au lieu que ce soit pour une naissance, celle d’un être humain, elle s’y emploie à l’occasion d’un fait déterminé, dont elle entend signifier les conséquences, la conclusion ou le temps. Ainsi pour un voyage, un amour, un mariage, un accident de santé, etc…

Maisons, signes, planètes, etc., sont identiques.

ASTROLOGIE HORAIRE
( Comment dresser une carte )

Astrologie Horaire dans ASTROLOGIE cadran-300x254

La règle d’or est d’ériger la carte du ciel pour le moment où la question se pose à vous ou vous est posée.

Imaginez par exemple que l’on vous téléphone que l’un de vos enfants ait été victime d’un accident. Vous reposez le téléphone ; vous vous demandez bien légitimement : « Quelles vont être les conséquences de cet accident ? Sera-t-il grave ? »

II est, mettons, 10 h. 10 du matin. Vous prenez les éphémérides, une table des maisons, et vous dressez une carte du ciel. Elle sera valable (c’est-à-dire : la question pourra être interprétée par l’examen de cette carte) si l’ascendant est hors des deux premiers ou des deux derniers degrés d’un signe. Ainsi si l’ascendant est à 1° 55′ du signe du Taureau, ou à 28° 43′ du signe des Poissons, vous ne pouvez pas interpréter la question. Il convient alors de ne pas utiliser l’astrologie horaire.

Dans tous les autres cas, c’est-à-dire lorsque l’ascendant se trouve hors des deux premiers degrés ou des deux derniers degrés d’un signe, la question peut être valablement interprétée.
Vous dressez la carte pour le lieu où vous vous trouvez. Il s’agit de calculer en premier l’heure de Greenwich, qui servira pour placer les planètes, puis l’heure locale qui permettra de trouver les maisons, donc d’orienter le thème.

Comment procéder pour soi-même ?

Peut-on dresser une carte d’astrologie horaire pour soi ? Réponse : naturellement. Imaginons que vous tombiez amoureux. Vous venez de rencontrer une femme, vous désirez savoir quelles seront les suites de cette rencontre.

Vous notez l’heure. Vous faites les corrections nécessaires (heure de Greenwich, heure locale) puis vous posez la question : « Quelles vont être les suites de cette rencontre, au point de vue affectif, avec Mme ou Mlle X… ? »

Si l’ascendant tombe hors des deux premiers degrés ou des deux derniers degrés d’un signe du Zodiaque, votre question est valable. Tout ce qui vous est demandé par le ciel est une extrême sincérité. Il est bien évident qu’il faut prendre un réel intérêt à la question, il s’agit (tout comme dans le Tarot, le Yi-King, etc.) d’être sincère et loyal vis-à-vis de soi-même (et des autres).

Dans la pratique, ce qui est difficile, c’est la détermination de la maison de la question.
Vous-même, à titre de Consultant, serez toujours représenté par la maison I, le maître de I, éventuellement les planètes en maison I, et la Lune.

Nous trouvons là une importante distinction avec l’astrologie natale, érigée pour n’importe quelle naissance : le Consultant est non seulement représenté par l’ascendant, son maître, il l’est aussi par la Lune.

Nous aurions pû en conséquence baptiser l’astrologie horaire du nom de la planète la plus rapide du Zodiaque, du nom d’Astrologie lunaire.

Lire la suite sur le site d’origine…. 

Publié dans:ASTROLOGIE, TEMPS |on 16 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

L’héritage terrien

 

par Omnec Onec – enfant de Vénus

En considérant votre passé historique, on s’aperçoit que les habitants de ces autres planètes sont les ancêtres de toutes les races de la terre. Aux travers de toute votre histoire, nous vous avons envoyés des êtres, guides spirituels, savants et scientifiques (Nicola Tesla; n.d.t.) afin d’affiner la conscience de l’humanité, et ainsi de l’émanciper, de l’élever – car les premières colonies qui avaient été installées par des êtres hautement développés était techniquement très avancées.

L'héritage terrien dans O.V.N.I et E.T. omnecMais la hiérarchie des hommes, qui contrôlaient les autres planètes, d’où nous étions revenus, se rendirent également sur Terre pour essayer d’asservir les humains et de régner sur eux. Des guerres eurent lieu, et à cause de leurs technologies hautement développées et de leur supériorité, grandes furent les destructions. Les survivants de ces grandes cultures dans leurs luttes pour la survie se disséminèrent de part et d’autre de la planète – tout en perdant une grande partie de leur savoir originel. Au cours des événements historiques, ce savoir leur a été finalement rendu. Puis celui-ci fut à nouveau perdu, en grande partie lors de l’éclosion de nouvelles civilisations.

Maintes sociétés structurées existent aujourd’hui sur votre planète. Beaucoup d’humains ont perdu les enseignements d’origine et les débuts de votre histoire vous est incompréhensible. Des êtres venus d’autres planètes vous ont visités depuis des milliers d’années, afin de vous relier de nouveau à l’histoire originelle, à ses enseignements spirituels et à la connaissance. Ces êtres savaient qu’il n’y avaient aucun sens de transmettre des informations techniques, car vous en abuseriez. Il vous appartenait de recouvrer en toute conscience la vie spirituelle perdue. Ainsi décidèrent-ils de ne plus vous offrir la technologie, mais en revanche de vous amener à réaliser des progrès spirituels aux travers des enseignements universelles.

La plupart du temps, lorsque les Maîtres spirituels apparaissaient, ils furent l’objet d’adoration et leurs enseignements ne furent ni compris ni acceptés! Et arriva bientôt le temps où ceux-ci tombèrent à nouveau dans l’oubli. Le Maîtres continuèrent à établir maint contact avec les humains. Ainsi de tout temps, bien des livres traitant d’êtres venus d’autres planètes furent écris. Le problème était, que pour ceux-ci, il était très difficile de communiquer avec les humains, car la terre est divisée en bon nombre de cultures et sociétés. En son sein existent d’incalculables émotions, qui ne nous sont pas familières, telles que la colère, l’agressivité; en effet, dans nos sociétés, il n’existe qu’une seul race planétaire et un seul enseignement spirituel. Différentes cultures et religions, ainsi que divers états de conscience caractérise votre Terre. En revanche, les êtres d’autres planètes ont de grandes difficultés de communication et de compréhension, eu égard aux divers types d’émotions et agressions existants chez vous. Ils ne peuvent venir travailler parmi vous que dans un laps de temps très limité. C’est ce qu’ils font d’ailleurs depuis des centaines d’années. Cependant ils ont décidé que le temps était venu, de modifier la conscience humaine sur terre. Cela est nécessaire pour l’évolution et le progrès de cette planète, ainsi que pour sa préservation et sa protection. Ils jugèrent que la venue d’un enfant d’entre les leurs était la meilleure chose à apporter en ce monde. En grandissant parmi les sociétés humaines, ici sur terre, une meilleure compréhension et une appréciation plus profondes seraient offertes à cet enfant, et ce, au plus profond de son être, étant appelé à vivre des expériences similaires aux vôtres dans vos sociétés. Et ainsi je suis venue…

A SUIVRE ICI …  

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:O.V.N.I et E.T., TERRE |on 16 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Iroquois et six nations

 

Les Iroquois connus aussi par l’expression Cinq-Nations comprennent effectivement cinq et puis plus tard six nations amérindiennes de langues iroquoises vivant historiquement dans le nord de l’État de New York aux États-Unis au sud du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent. La plupart des quelques 125 000 Iroquois vivent aujourd’hui en Ontario au Canada et dans l’État de New York. D’autres vivent au Wisconsin, au Québec et en Oklahoma. Seule une petite minorité des Iroquois parle aujourd’hui une des langues iroquoises dont notamment près de 1 500 locuteurs du mohawk dans le village Kahnawake, au sud de Montréal.

Les six nations étaient liées entre elles par une constitution commune appelée Gayanashagowa ou « grande loi de l’Unité » :

  • les Cayugas sont aussi appelés Goyogouins en français, Guyohkohnyo (peuple du grand marais) dans leur propre langue ;
  • les Mohawks, qui aujourd’hui se désignent eux-mêmes par ce nom anglo-américain signifiant « mangeurs d’homme » dans la langue de leurs rivaux abenaki, étaient appelés Agniers par les colons français, le terme autochtone étant Kanienkehaka signifiant peuple des étoiles (étincelles de silex);
  • les Oneidas sont aussi appelés Onneiouts en français ;
  • les Onondagas sont aussi appelés Onontagués en français ;
  • les Sénécas (Senecas en anglais), jadis les Sénèques en français, sont aussi appelés Tsonnontouans d’après leur nom autochtone ;
  • les Tuscaroras (la sixième nation, 1722), n’ont pas d’autre nom usité.
                                                                                                          Iroquois et six nations dans AMERINDIENS irokois

L’origine du mot « iroquois » est obscure, mais cette appellation pourrait provenir d’une phrase souvent employée à la fin de discours iroquois, « hiro kone » (je l’ai dit). D’autres considèrent que le mot proviendrait du nom qui leur a été donné par leurs ennemis, lesAlgonquins : « Irinakhoi » (serpents à sonnette). Il est aussi possible que le mot provienne des pêcheurs basques qui surnommait le peupleHilokoa (« les tueurs ») qui aurait passé en langue algonquine, qui ne prononce pas le « r », à hirokoa, les Français auraient tout simplement francisé l’ethnonyme. Toutefois, les Iroquois s’appellent eux-mêmes Haudenosaunee (peuple aux longues maisons).

La Gayaneshagowa est la Constitution de la nation iroquoise qui s’est transmise pendant plusieurs siècles sous forme de maximes récitées par cœur. Rédigée en 1720, elle est composée de 117 paragraphes et préfigure les écrits constituants des pères fondateurs de l’Amérique moderne.

Économie, vie quotidienne

Les Iroquois sont un peuple agriculteur et semi-sédentaire. Ils cultivent le blé, le tournesol et les trois sœurs : le maïs, le haricot et la courge. Ils complètent leur alimentation par la pêche, auprintemps, et la chasse. Les hommes partent à l’automne et reviennent en hiver.

Les Iroquois sont aussi d’habiles artisans. Ils portent des vêtements en peau d’animal cousue avec les épines du porc-épic et décorée de coquillages et de motifs divers. Ils utilisent des mocassins.

La maison iroquoienne, ou la « maison longue », était construite de troncs d’arbres entrelacés et recouverte d’écorce. Les Indiens cultivaient aussi le chanvre (le cannabis) qu’ils utilisaient pour lier les charpentes des maisons entre elles, ce qui les rendait très solides. À l’intérieur, il y avait deux rangées qui comprenaient des pièces séparées les unes des autres. Une allée au milieu servait à circuler et à faire des feux. De cinq à dix familles habitaient dans ces maisons. Les maisons longues étaient regroupées en villages de mille à deux mille habitants. Le village, qui était souvent entouré d’une palissade, se trouvait souvent près d’un cours d’eau. La maison longue mesurait 5 à 7 mètres de large par 50 à 100 mètres de long sur 7 mètres de haut. Les portes étaient très basses. Durant l’hiver, les portes étaient fermées avec des peaux d’animaux.

Les Iroquois se servaient aussi du chanvre pour leurs rituels, ils mélangeaient de petites quantités avec du tabac et des plantes aromatiques. Très vite les Indiens se sont rendu compte que les Blancs aimaient beaucoup ce produit et ils s’en servirent comme monnaie d’échange.

Organisation sociale

L’organisation sociale est matriarcale, matrilinéaire et matrilocale: c’est la mère qui détermine le lignage, et les femmes possèdent la terre. Après son mariage, l’homme emménage chez son épouse, et ses enfants deviennent membres du clan de la mère. Les femmes choisissent également les chefs de clan.

Un père jésuite français qui rencontre les Iroquois en 1650 décrit la société iroquoise comme égalitaire. La Confédération Iroquoise s’étend des monts Adirondacks aux Grands Lacs, sur le territoire actuel de la Pennsylvanie et du nord de l’État de New York. La terre est détenue et travaillée en commun. La chasse se fait en groupe et les prises sont partagées entre les membres du village. La notion de propriété privée des terres et des habitations est parfaitement étrangère aux Iroquois. Les femmes jouent un rôle important : le lignage s’organise autour de ses membres féminins dont les maris viennent rejoindre la famille. Les familles élargies forment des clans et une douzaine ou plus de clans peuvent former un village. Les femmes les plus âgées du village désignent les hommes habilités à représenter le clan au conseil de village et de tribu. Elles désignent également les 49 chefs qui composent le grand conseil de la Confédération des cinq nations iroquoises. Les femmes surveillent les récoltes et administrent le village quand les hommes sont à la chasse ou à la pêche. Elles fournissent mocassins et nourriture pour les expéditions guerrières, et ont un certain contrôle sur les affaires militaires.

En 1744, le gouverneur de Virginie invitait les Iroquois à envoyer au « Collège of William and Mary » de Williamsburg six jeunes gens pour faire leur éducation. Le chef de la Nation iroquoise, Conassatego, répondit en termes élégants qu’il comprenait la générosité de cette offre, mais que, à leur tour, les blancs devaient comprendre que les Iroquois étaient différents et avaient une autre conception des choses.

Bandeau illustratif du Portail:Amérindiens

De farouches guerriers

Les Iroquois de la région de New York étaient réputés pour être de terribles guerriers; les prisonniers de guerre pouvaient être mangés, comme dans toutes les armées occidentales à court de ravitaillement. Ils utilisaient les mêmes armes que pour la chasse : le tomahawk, l’arc et les flèches, les massues. À partir des guerres coloniales entre la France et l’Angleterre, certains guerriers iroquois portaient un ou plusieurs scalps autour du cou, preuve exigée par les colons de leur valeur au combat, les colliers d’oreilles servant de monnaie imposée par les occupants se battant le plus souvent par tribus interposées dans une logique d’extermination des peuples autochtones.

Leurs terres d’origine se situent entre les Adirondacks et les chutes du Niagara. Des traces de peuplement sont attestées dès le xe siècle av. J.-C. Au xive siècle est introduite la culture du maïs. Selon la tradition iroquoise, à cette époque il n’y avait qu’une seule tribu, habitant sur le fleuve Saint-Laurent, à qui les Algonquins apprennent l’agriculture. La formation des différentes tribus est incertaine. On sait qu’une ligue iroquoise est créée en 1570 sous le nom de Ligue des cinq nations. En 1722, les Tuscaroras entrent dans la ligue, qui devient les Six nations. La population des Iroquois est évaluée à 22 000 individus au début en 1630 et tombe à 6000 au début du xviiie siècle.

Au xviie siècle, des guerres avec les Français, alliés aux Algonquins, aux Montagnais (Innus) et aux Abénakis, et les Britanniques, les forcent à retourner dans les limites de leurs terres ancestrales, ou, dans le cas des Iroquois christianisés par les Jésuites et persécutés par leurs compatriotes, au Canada, principalement au Québec. En 1648-1653, les Iroquois attaquent les Hurons, les Algonquins et leurs alliés français. Ils finissent par affaiblir la confédération des Hurons qui se dispersent. Certains prisonniers étaient adoptés (ils devenaient Iroquois) alors que d’autres étaient torturés (on leur arrachait notamment les ongles avant de les brûler vifs, à petit feu) ou frappés à coups de bâton. Les guerriers mangeaient les organes des vaincus. En 1660, quelques centaines d’iroquois gagnent la bataille de Long Sault contre 17 français et 48 alliés indiens. En 1667, les Agniers et les Onneiouts acceptent de conclure la paix.

La guerre reprit par ordre du ministre de la marine Jérôme Phélypeaux de Pontchartrain le 13 juin 1687: l’expédition contre les Iroquois quitta Montréal, avec 832 hommes des troupes de la marine, 900 hommes de milice et 400 Indiens alliés. L’avant-garde captura plusieurs Iroquois le long du fleuve. Au Fort Frontenac, l’intendant de Champigny, qui avait devancé le gros de l’expédition, s’empara de Goyogouins et d’Onneiouts pour les empêcher de porter aux villages iroquois au sud du lac, la nouvelle de l’approche de l’armée française.

Un autre groupe d’Iroquois, soi-disant neutres, qui habitaient un village près du fort, furent aussi capturés pour les mêmes raisons. En tout, 50 à 60 hommes et 150 femmes et enfants furent emmenés à Montréal. Le gouverneur Jacques-René de Brisay expédia en France 36 des 58 prisonniers iroquois, mais laissa clairement entendre qu’il aurait mieux aimé n’en rien faire.

Après la Glorieuse Révolution de novembre 1688 qui renversa Jacques II, l’allié de Louis XIV, les Iroquois apprennent des Anglais d’Albany que l’Angleterre et la France sont en guerre et abandonnent toute idée de paix. Le Massacre de Lachine eut lieu le 5 août 1689: environ 1500 guerriers iroquois s’abattirent sur le village de Lachine, aux portes de Montréal, près des rapides du même nom. Vingt-quatre colons furent tués, 70 à 90 faits prisonniers, dont 42 ne revinrent jamais. Sur 77 maisons, 56 furent rasées par les Iroquois et leurs alliés de la Confédération des Cinq nations. Le massacre de Lachine et ses suites aurait coûté la vie à un québécois sur dix.

Pendant la guerre de Sept Ans, les Iroquois, alliés aux Anglais, assurèrent leur victoire sur le terrain terrestre, en complément de la suprématie britannique dans le domaine maritime.

Lors de la guerre d’Indépendance américaine, ils décident de s’allier à nouveau aux Britanniques, qui avaient fait des promesses aux nations indiennes concernant le respect des frontières. Cette décision s’avère cependant désastreuse pour eux : en 1779, George Washington envoie une armée envahir leurs terres ancestrales. La plupart de ces Iroquois sont repoussés jusqu’en Ontario. Au xixe siècle, un petit groupe part faire du commerce de fourrure en Alberta.

Les Iroquois restés aux États-Unis sont contraints de céder leurs terres. La plupart des tribus parviennent à éviter la déportation des années 1830, sauf les Onneiouts, qui en 1828 partent pour une réserve du Wisconsin. Les Goyogouins ont vendu leurs terres new-yorkaises en 1807 pour rejoindre des tribus apparentées en Ohio. Les Onontagués, les Tsonnontouans et les Tuscaroras vivent encore aujourd’hui dans des réserves de l’État de New York.

 

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:AMERINDIENS |on 15 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Crise Spirituelle

Notre société en état de crise spirituelle

Par Philippe ABEL

 

 La Renaissance, le Siècle des Lumières, et la Révolution Industrielle des 19ème et 20ème Siècle ont engendré un progrès économique, social, technique, et scientifique sans précédent dans l’histoire de l’Humanité. Il se traduit par un bouleversement de nos modes de vie qui sont passés du stade agraire et rural au stade technologique et urbain (habitat- automobile…). La dernière révolution en date, celle des NTIC, a aboli le temps et l’espace, en nous projetant dans un village planétaire où tout événement petit ou grand dispose d’une caisse de résonance immédiate et universelle. Ce Progrès objectif s’accompagne d’une augmentation considérable de l’espérance de vie dans le monde qui devrait passer de 68 ans aujourd’hui à 81 ans en 2100. Le corollaire réside dans l’explosion démographique puisque le nombre d’êtres humains est passé de 600 millions vers 1700 à 1,76 milliard en 1900, 7 milliards aujourd’hui , pour une projection à 10 milliards en 2100. Une telle évolution exponentielle pose pour la première fois dans notre histoire la question du déséquilibre entre l’homme et son écosystème et la capacité de notre planète bleue perdue dans l’immensité de l’univers à assurer les conditions de survie de notre espèce « prédatrice »

Crise Spirituelle dans SOCIETE nouvelle-ascension-202x300 Loin de moi l’idée de m’engager dans une approche obscurantiste et de nier les progrès considérables de la période récente, du moins pour une partie d’entre nous. Cela mérite bien-sûr d’être nuancé pour le Tiers Monde et le Quart-Monde, mais aussi compte-tenu du bilan catastrophique des guerres (horrible guerre de 14- 18…) ou encore des pires dictatures de l’histoire au 20ème siècle (nazisme- fascisme- stalinisme- maoïsme…). 

 Aujourd’hui, la page de la marche en avant du Progrès se tourne, du moins tel qu’on le concevait jusqu’à présent. La dissémination des conflits dans un monde éclaté depuis la disparition des 2 grands blocs USA- URSS, la résurgence du racisme et de la xénophobie, les ravages de la haine et des intégrismes, et la persistance de « l’exploitation de l’homme par l’homme » attestent du fait que le progrès technologique ne s’est pas accompagné d’un progrès moral ou spirituel concomitant seul à même d’en assurer la viabilité.

 L’Humanité traverse actuellement une grave crise économique sociale, mais aussi écologique, culturelle et spirituelle. La différence par rapport à celles qu’elle a déjà connues dans l’Histoire, tient au fait que, cette fois, sa survie en tant qu’espèce est enà jeu. Elle dépend des choix moraux et politiques ( au sens noble du terme) que nous ferons ou non.

 Les causes de la Crise résident pour l’essentiel dans l’émergence d’un capitalisme financier mondialisé, non régulé et obsédé par le profit à court terme. Cette dérive vers la « financiarisation » de l’économie et le « court-termisme matérialiste » emporte 2 conséquences qui risquent de nous être fatales:

 l’accroissement des inégalités entre riches et pauvres au niveau mondial, et jusqu’au sein de nos sociétés protégées autrefois par les filets inspirés de la social-démocratie. Loin d’être un épiphénomène, ces nouvelles inégalités constituent le cœur même du système. Ce dernier ne peut survivre que par une fuite en avant visant à rentabiliser toujours plus et toujours plus vite le capital financier bénéficiant à une minorité au détriment de la valeur travail et de la création de biens durables et services pour tous. La cohabitation au grand-jour entre une richesse médiatisée, indécente, infondée et non distributive (nous sommes bien loin des anciens capitaines d’industrie) et d’une misère grandissante ne peut qu’être explosive.

L’épuisement et la pollution des ressources naturelles (eau, air, minerais, biodiversité…) générés par la marchandisation du monde. L’idéologie de la croissance productiviste liée à la société de consommation vise à rentabiliser notre environnement. Elle est consubstantielle au capitalisme financier, même si celui-ci n’en a pas le monopole, comme l’ont démontré les dégradations environnementales majeures causées par l’économie dirigée des ex-pays communistes. Pour la 1ère fois dans l’histoire de l’humanité, la question se pose à notre génération de savoir si nous allons continuer à brûler la chandelle par les 2 bouts pour laisser à nos petits enfants un immense dépotoir devenu au sens propre invivable.

 Un bon résumé de la situation actuelle tient dans la formule significative de la « privatisation des profits, et de la socialisation des pertes ».

 L’idéologie dominante génère une concurrence acharnée entre individus. Elle induit une perte de repaires au niveau individuel d’hommes et femmes en repli sur le principe de plaisir immédiat et le culte de l’égo inhérents au matérialisme de la société de consommation. C’est l’avènement de l’ère individualiste du « tous contre tous ». Or, comme le démontre Daniel COHEN, dans « homo economicus », le bonheur ne réside pas dans la course effrénée à l’argent et aux biens matériels qui procure une insatisfaction permanente, inhérente à l’évolution des besoins. L’étalage de son niveau de vie comme élément fondateur deà son statut social, en comparaison aux autres, ne saurait combler les aspirations profondes de l’individu. En outre, la crise sociale; économique et écologique fondée sur la peur ou le déni de l’avenir ( cf le « no future » des punks) se traduit naturellement en crise du sens et des valeurs dans l’esprit de chaque citoyen.

LIRE LA SUITE ICI ….  

 

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:SOCIETE |on 15 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Partir sans mourir – partie 1

 

« Tout le monde veut aller au ciel

Mais, personne ne veut mourir. »

(chanson de Petula Clark)

 

Pourquoi le ciel serait-il pour notre esprit seulement?

Pourquoi mourir si notre corps est programmé pour la survie?

Comment apprendre à activer cette programmation de vie?

Comment désactiver cette autre programmation

qui dit qu’il faut absolument mourir?

Dans tout être humain, il y a rencontre de l’Esprit qui veut s’exprimer dans la Forme-Matière (Dieu descendant) et de la Forme-Matière qui veut retourner à l’Esprit (Déesse ascendante).

 

Partir sans mourir - partie 1 dans La MORT cleSi la Forme-Matière dont est composé notre corps se trouve être de la lumière qui a ralenti ses vibrations jusqu’à la densité physique, pourquoi cette lumière densifiée ne pourrait-elle pas accélérer ses vibrations à nouveau et redevenir Lumière? C’est ce qu’on a appelé le processus de l’Ascension.

La programmation de la mort serait-elle une conséquence de la peur du changement? Serait-elle une attitude de raideur mentale et émotionnelle face à l’inconnu? En libérant nos peurs, pouvons-nous défaire ou annuler cette programmation apprise?

Ce sont nos émotions non reconnues, non acceptées, non exprimées, qui ont rendu notre corps rigide et dense au point où il ne peut plus accélérer ses vibrations à la vitesse de la lumière, afin de suivre l’esprit dans son ascension. Par conséquent, notre corps a dû rester en arrière.

 Ce sont surtout nos peurs que nous avons besoin de faire vibrer pour être transmutées : peur de l’inconnu, peur du changement, peur de perdre le contrôle sur notre vie. En libérant nos peurs, nous pouvons rendre notre corps plus léger, plus ouvert, plus subtil, plus lumineux.

 Pas besoin d’attendre la mort pour effectuer cette transmutation de nos peurs. Nous en avons ample opportunité grâce aux événements chaotiques de cette fin de cycle où tout semble basculer : instabilité économique et politique, pertes d’emploi, séparations, désastres dits naturels, dégradation de l’environnement, propagande de la peur par les médias, etc. Nous pouvons apprendre à vivre ces changements de façon plus harmonieuse en rendant notre corps et nos émotions plus flexibles, plus transparents.

 Si je considère la mort du point de vue de mon esprit seulement, je n’en ai aucune peur, car elle plutôt une libération de tout ce qui m’accable et me limite. Par contre, si j’écoute vraiment mon corps et mes émotions, c’est là que montent la terreur, la révolte, ou la dépression qui les recouvre. C’est à ce niveau que doit se produire la transmutation, et non au niveau du mental conscient.

 Est-ce que notre corps meurt parce que nous n’avons pas encore appris à nous aimer en totalité? Il me semble facile d’apprendre à m’aimer comme être spirituel, mais est-ce suffisant? Puis-je apprendre à m’aimer également en tant qu’être émotionnel, être corporel, m’aimer comme je suis, m’aimer suffisamment pour exprimer qui je suis, pour émettre ces sons authentiques qui expriment la totalité de mon être?

 Je ne pourrai emmener avec moi au ciel les parties de moi que je n’aime pas. Puisque ces parties reniées ou mal aimées n’ont pas la permission de vibrer, elles demeurent denses et ne peuvent donc s’élever avec mon esprit.

 Si je laisse derrière moi à la mort une partie de moi-même, ne devrai-je pas revenir la chercher, éventuellement?

 Puis-je faire le choix de quitter la roue de la réincarnation en emmenant avec moi toutes les parties de mon être?

 

Nous retrouverons ce potentiel d’immortalité du corps

quand nous aurons appris à l’aimer, à le respecter,

à lui donner sa vraie place,

non pas seulement comme contenant de l’esprit,

mais plutôt comme manifestation du Divin.

© Tous droits réservés LaPresseGalactique.orgTitre: PARTIR SANS MOURIR

Vous pouvez partager ce texte à la condition d’en respecter l’intégralité et d’en citer la source et l’auteur.

 

 

Publié dans:La MORT |on 14 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Partir sans Mourir – partie 2

 

Publié par Carmelle Amara le 7 déc, 2012

 

À l’Univers, j’envoie cette question:
Quel est ce secret au cœur de la matière, de la cellule même, qui va nous permettre de « passer au-delà de la mort sans mourir » comme le dit Mère, ce secret qui va transmuter l’espèce humaine? (¹)

Partir sans Mourir - partie 2 dans La MORT arbre2Au tout début, une explosion gigantesque d’où partit toute la création.  En contrepartie, une résistance, une contraction, toute aussi grande où s’est logée la peur de l’inconnu, dans le rouge du Feu originel qu’on retrouve dans le chakra racine, relié à la survivance dans la matière.

Le « spectre » de la mort nous pousse à rentrer dans cette peur, cette exigence de survie de la matière, et ainsi retrouver le moment de l’Origine, la mémoire de l’éclatement, en  toute conscience cette fois, pour réunir ce qui a été séparé, ce que Mère appelle le « Tout et les détails », et que j’appelle le Tout et les fragments éclatés.

Que serait donc ce secret, sinon la possibilité de libérer la charge émotionnelle de cet instant de peur, refermée sur elle-même, et ainsi donner naissance à un nouvel éclatement, un orgasme cosmique sans retenue qui nous fera passer à un nouveau mode de conscience, dans l’extase (ex-stase = hors de la stase).

Mais comment libérer cette peur quand on a tendance à se contracter dès qu’on y touche?

On peut commencer par se permettre de trembler quand on la ressent, afin de relâcher la contraction et faire vibrer à nouveau nos cellules, et les tissus de notre corps qui ont formé des nœuds à force de rigidité. Une fois libérées de leur fardeau de peur, nos cellules entreront en résonance avec le Tout dont elles font partie.

La Terre elle-même ne tremble-t-elle pas de plus en plus en ces temps de transition? Tremblons donc avec Elle afin de l’assister à libérer la contraction qui pourrait conduire à une explosion destructrice, par exemple, un volcan ou un tremblement de terre.
Ainsi nous expanserons dans une toute nouvelle création, sans la peur, et sans la mort qui en découle, l’énergie étant alors dirigée vers une manifestation grandiose, dans la matière, de la gloire, de la beauté, de la puissance, de l’amour et de la félicité, à l’état latent dans la Source, et que nous avons comme mandat de déployer.

Ce nouveau mode d’être pourrait nous effrayer au début, notre corps n’y étant pas habitué. Il est plus familier avec la résistance, la retenue, la souffrance et les limites qui s’ensuivent.

Laisser vibrer la peur originelle
Nous permettra d’éviter de l’enfermer à nouveau
Au cœur d’une matière qui est fatiguée d’en mourir.

Parce qu’elle est intimement connectée à la mort, la peur est l’émotion la plus difficile à déloger et à transmuter. Les événements de plus en plus chaotiques de cette fin de cycle peuvent servir d’agents catalyseurs pour nous aider à libérer la programmation de la mort basée sur la peur et à accueillir notre potentiel d’immortalité. Notre esprit peut facilement se détacher de la peur, mais si le corps la garde toujours enfermée en ses cellules, peut-on vraiment affirmer qu’on n’a plus peur de la mort?

La compassion aimante pour notre corps de matière, ainsi que notre réalisation que cette matière est  « lumière solidifiée », peut grandement nous assister à résoudre ce dilemme, cette énigme à laquelle est confrontée l’humanité depuis si, si longtemps. Si chacun de nous contribue à changer l’égrégore collectif à ce sujet, nous pourrons plus facilement nous reprogrammer pour cette immortalité à laquelle toute forme de vie aspire, consciemment ou non.

Pour terminer, je partage avec vous ce message reçu juste avant de m’éveiller le 11 mai dernier :

« Va, accepte le monde, et vis la matérialité. »

——————————————————————

(¹) L’Agenda de Mère – 1972-1973 (vol. 13)

© Tous droits réservés LaPresseGalactique.orgTitre: PARTIR SANS MOURIR – 2e partie

Vous pouvez partager ce texte à la condition d’en respecter l’intégralité et d’en citer la source et l’auteur.

 

Publié dans:La MORT |on 14 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Rencontre avec les êtres de la nature

 
livre de  Anne Givaudan
Editions Sois
242 pages 
Prix : 21 €

Rencontre avec les êtres de la nature dans NATURE livreQue sont les Lutins devenus ? Les Sylphes, les Ondines, les Gnomes, les Elfes et les Dévas ? Étaient-ils juste sortis de l’imaginaire des poètes ? Sont-ils repartis aux oubliettes dans notre monde matérialiste, où le subtil n’a pas sa place ?

Notre monde a dû expérimenter la densification, mais nous sommes à l’heure de la remontée vers un monde plus lumineux. C’est pourquoi, de plus en plus, les êtres de la nature petits et grands se manifestent et nous convient à coopérer avec eux pour un monde meilleur où tous les règnes œuvreront ensemble.

Anne Givaudan, spécialiste des voyages dans les mondes subtils nous entraîne dans un étonnant périple au cœur d’une réalité que nous ne faisons que redécouvrir aujourd’hui : celle des êtres de la Nature.

Les messages qu’ils lui confient et qui touchent chacun de nous, contribuent à un renouveau incontournable pour la planète et ceux qui l’habitent.

Ce livre est illustré de nombreux dessins et de photos de ces êtres d’un monde de plus en plus tangible et visible à nos yeux d’humains.

 

Avis:
Pour rencontrer les fées, il faut une large ouverture d’esprit. Mais attention à ne pas laisser votre coeur et votre pensée trop ouverts quand même. C’est un peu l’impression que j’ai eue en lisant les premières pages de ce livre et en sursautant une fois de plus à l’évocation d’une personne imaginaire, mentionnée comme référence réelle… La lecture s’est ensuite poursuivie sur la présentation d’êtres de la Nature tantôt issus de l’expérience Findhorn, tantôt de la théosophie et autres mouvements philosophiques nés aux 19 et 20e siècles. On y croise surtout l’influence de Bordeaux Szekely, qui a étudié les Esséniens et prôné une philosophie proche de la leur (un peu moins sévère quand-même) et de Mickhaël Aïvanhov, disciple de Peter Deunov (le fondateur de la Fraternité Blanche Universelle, concept repris et élargi depuis les théories théosophiques de Blavatsky). Le tout relié aux fées, ondines, elfes, salamandres de l’incontournable Paracelse. L’auteure nous fait part de ses expériences et de témoignages recueillis ci et là, lors de ses voyages. En cela, l’élément intéressant du livre ressort: ce sentiment de partage universel des rencontres avec les esprits de la nature. Juste dommage que notre société occidentale qui a oublié le lien fort entre matière et esprit, corps et âme tente de redécouvrir celui-ci par des théories et pratiques bien souvent trop compliquées. Pourquoi absolument vouloir renforcer cette séparation par une thématique entourée de mystère, de secret quand il n’y en a pas ? Quand autrefois, dans les mêmes lieux, nos grands-parents offraient tout naturellement leurs mercis aux invisibles sans y ajouter tant de mystère ?

Notons toutefois qu’à plusieurs reprises, l’auteure insiste sur le fait que les êtres de la nature vaquent à leurs occupations, ne se soucient pas de l’homme comme leur priorité. Une notion que l’on partage volontiers. Quant au reste… l’interrogation demeure.

 

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:NATURE |on 13 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Les planètes et les organes

 

LES ORGANES régis par les astres

LE SOLEIL régit: le coeur, la colonne vertébrale et les yeux. ( lire la suite )

LA LUNE régit: l’estomac, le grand sympathique, les fonctions digestives dans leur ensemble, la lymphe et les fluides autres que le sang. Chez la femme elle gouverne les seins, l’utérus et les ovaires. ( lire la suite )

MERCURE régit: les nerfs, les bras, les épaules, les mouvements qui brassent la masse intestinale, l’électricité cérébrale. Avec le Soleil et Uranus il gouverne la mœlle épinière. ( lire la suite)

VENUS régit: les veines, la gorge, les seins (conjointement avec la Lune), les organes génitaux internes de la femme (avec Pluton), les reins, la langue, le larynx, la bouche, l’oesophage, la voix. (lire la suite )

MARS régit: la tête, le fer dans le sang, le nez, les muscles, les hormones mâles (avec Pluton) et les glandes qui les génèrent. ( lire la suite )

JUPITER régit: le foie, la rate, la vésicule biliaire, la transformation des sucres, l’activité chimique du corps, le sang et les fonctions d’oxygénation et de régénération qui s’y attachent, puis différents liquides organiques, la bile, par exemple. ( lire la suite )

SATURNE régit: les os, les genoux, les cartilages, le squelette, les sels minéraux, la peau, les ongles et les dents. ( lire la suite )

URANUS régit: l’électricité cérébrale, les nerfs, les phénomènes osmotiques au niveau cellulaire, les chevilles, les artères. ( lire la suite )

NEPTUNE régit: le système nerveux, le coma, la catalepsie, les états de léthargie, la chimiothérapie , les empoisonnements, les drogues, les pieds.

PLUTON régit: les organes sexuels, la production d’hormones sexuels. 

Publié dans:PLANETES |on 13 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

La Prophétie de Shambhala

 » Parvenue jusqu’à nous à travers douze siècles, la prophétie annonçant la venue des guerriers Shambala illustre les défis auxquels nous sommes confrontés à l’époque du Grand Tournant et les forces que nous pouvons y investir.

C’est en 1980 que Joanna Macy a connu cette prophétie en Inde par des amis tibétains, persuadés que cette ancienne prophétie se rapportait au temps de la planète que nous vivons. Elle an fait souvent le récit dans des ateliers car les signes qu’elle annonçait sont reconnaissables aujourd’hui – des signes qui témoignent d’un grand danger.

La Prophétie de Shambhala dans PROPHETIES fontaine2On peut donner de cette prophétie diverses interprétations.
Certains définissent la venue du royaume de Shambhala comme un événement intérieur, une métaphore de notre voyage spirituel intérieur, indépendant du monde qui nous entoure. D’autres le présentent comme un événement purement extérieur qui se déroulera indépendamment du choix de nos actes et de notre participation à la guérison de notre monde.
Une troisième version de la prophétie, Joanna l’a reçu de son ami et maître Choegyal Rinpoche de la communauté de Tashi Jong au nord de l’Inde.

La Prophétie :

Il arrive un moment où toute vie sur terre se trouve en danger.
De grandes puissances barbares se sont dressées. Bien que ces puissances dépensent leurs richesses à préparer leur destruction réciproque, elles ont beaucoup de choses en commun : des armes de destruction massive incommensurables et des technologies qui dévastent notre monde. En ce siècle où l’avenir de notre existence physique ne tient qu’au fil le plus mince, le royaume de Shambhala fait son apparition.

On ne peut pas s’y rendre car ce n’est pas un lieu ; ce n’est pas une entité géopolitique. Il existe dans le cœur et l’esprit des guerriers Shambhala – « guerrier » est bien le terme employé par Choegyal. On ne peut pas reconnaître les guerriers Shambhala -homme ou femme- en les voyant car ils ne portent ni uniformes ni insignes ni drapeaux. Ils ne montent pas sur des barricades pour menacer leurs ennemis ou ne se replient derrière pour se reposer ou se regrouper. Ils n’ont pas même de territoire à eux. Ils doivent toujours se déplacer sur les terrains des barbares.

Le temps est venu où les guerriers Shambhala doivent s’armer d’un grand courage -moral et physique- car ils doivent s’avancer au cœur même de la puissance barbare, pénétrer dans les fosses et les caches où sont entreposées les armes pour les démanteler. Pour démanteler ces armes -dans tous les sens du terme- ils doivent parvenir dans les allées du pouvoir où se prennent les décisions.

Les guerriers Shambhala ont le courage de faire cela parce qu’ils savent que ces armes sont « manomaya » -construites par l’esprit. Construites par l’esprit humain, elles peuvent être détruites par l’esprit humain. Les guerriers Shambhala savent que les dangers qui menacent la vie sur terre ne nous sont pas infligés par quelque puissance extra-terrestre, des divinités sataniques ou un destin maléfique déterminé à l’avance. Ils proviennent de nos propres décisions, de nos propres modes de vie, des relations que nous entretenons.

C’est pourquoi aujourd’hui les guerriers Shambhala s’exercent.
Quand Choegyal lui dit cela, Joanna lui demanda
« comment s’exercent-ils ? ’, «ils s’exercent au maniement de deux armes ».
« Quelles armes ? ». Il leva la main comme le font les lamas qui tendent les objets rituels dorje et cloche au cours de la danse des lamas.

Ces armes sont la compassion et la compréhension intuitive (insight). Les deux sont nécessaires, dit-il.

Il vous faut la compassion parce qu’elle vous donne le punch, la force, la passion pour vous mettre en marche.
Cela implique que vous n’ayez pas peur de la douleur du monde.
Alors vous pouvez vous offrir à lui, aller de l’avant, agir.

Mais cette arme seule ne suffit pas.
Elle peut vous détruire, vous avez donc besoin de l’autre.

Vous avez besoin de cet esprit de pénétration qui vous permet de saisir l’interdépendance fondamentale de tous les phénomènes.
Grâce à cette sagesse, vous savez qu’il ne s’agit pas d’une lutte entre les « bons » et les « méchants », car la ligne de démarcation entre le bien et le mal traverse le paysage de tout cœur humain.

Si l’on comprend par intuition les profonds liens qui nous unissent -notre écologie profonde- on sait que des actions entreprises dans une intention pure ont des répercutions dans tout le tissu vital et dépassent ce que l’on peut mesurer ou entrevoir.

En elle-même cette compréhension peut nous paraître trop molle, trop conceptuelle pour nous soutenir et nous maintenir en mouvement, nous avons donc besoin de chaleur et de compassion.
Les deux ensemble peuvent nous soutenir et faire de nous les agents d’un changement salutaire.
Ce sont les dons qu’il nous faut réclamer pour guérir notre monde.

Ces deux armes du guerrier Shambhala représentent deux aspects fondamentaux de l’œuvre de Reconnexion.

L’une reconnaît et expérimente notre douleur éprouvée pour le monde. L’autre reconnaît et expérimente les liens fondamentaux qui nous permettent de nous unir à toute forme de vie. »

Merci à C. Dandréa d’avoir traduit ce texte de l’anglais et merci à tous ceux et celles qui ont permis à cette prophétie de traverser douze siècles….

Source : http://www.journarles.org/spip.php?article31

Publié dans:PROPHETIES |on 12 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Une nouvelle Terre de 5è dimension

 

Nous avons parlé de la compréhension qui se fait jour sur le mécanisme de transition, et nous avons donné quelques informations sur la séquence transitionnelle des phases de préparation, de manifestation et d’ascension actuelle. Une meilleure compréhension des lignes de temps potentielles continuera à être révélée selon le Timing Divin. Lors de la plénitude de l’Ascension Actuelle de la Terre, celle-ci ne se manifestera plus dans la fréquence 3D. Ce sera une Terre qui se manifestera dans une fréquence 5D.

Une nouvelle Terre de 5è dimension dans ASCENSION planetes-terre-00005Nous apprenons que le processus de transition d’une Terre 3D à une Terre 5D est une dynamique unique. Elle est unique dans un sens de non-transformation avec une superposition complexe ou chevauchement d’états transitoires. Pendant cette transition, la Terre 3D est encore ici et la Terre 5D se manifeste de plus en plus. Ce sera seulement à la pleine actualisation de l’ascension que la Terre 5D sera dans sa pleine expression et que la Terre 3D se dissociera de la manifestation de fréquence de troisième dimension.

Alors que nous sommes en transition et que nous nous élevons vers une dimension supérieure et vers une Nouvelle Terre, nous n’allons pas perdre toute la splendeur et la majesté de la Terre. Nous allons garder toute la beauté de la nature et y gagner en plénitude dans une fréquence 5D de dimension supérieure. C’est une Nouvelle Terre, une Terre 5D, et non pas une nouvelle planète. La disparition de l’ancienne Terre n’est pas la fin des beautés de l’expérience biologique que nous avons sur Terre. C’est la même Terre qui exprimera désormais une fréquence encore plus glorieuse de son Être. Ce que nous comprenons maintenant du mécanisme de transition, c’est qu’il s’agit d’un transfert unique où une fréquence de la Terre sort littéralement d’une existence et où une forme supérieure de sa réalité va s’exprimer ensuite dans l’univers physique. Ce processus pourrait ne pas être différent de la façon dont le corps physique fait sa transition d’une incarnation à l’autre.

Alors que nous allons vers les prochaines phases du changement, nous pouvons continuer à observer la Terre, les énergies galactiques et nous-mêmes, afin d’être ouvert à une plus grande quantité d’informations qui pourraient nous aider dans notre évolution et dans notre ascension vers une conscience de cinquième dimension sur Terre. Peu importe ce que nous comprenons du mécanisme, il est essentiel de choisir de s’élever vers une conscience unitaire basée sur le cœur grâce à notre conscience intentionnelle. Puissions nous continuer à accomplir notre but qui est celui de vivre à partir du véritable Soi en unité Divine en tant qu’Être et expression de l’amour et de la créativité.

Peter N Borys Jr.- http://www.peterborysjr.com/

Publié dans:ASCENSION |on 12 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Sagesse Biblique de l’ascension dimensionnelle

 

Nous allons brièvement parler de la sagesse biblique qui aborde l’Ascension Dimensionnelle et qui est un soutien sous-jacent au mécanisme de Changement Dimensionnel. Lorsque le Nouveau Testament se réfère à ‘la fin des âges’, cela indique le changement du cycle de précession qui est également le fin du cycle galactique actuel et la fin du cycle évolutionnaire de la Terre 3D. La fin de ce cycle n’est pas juste un changement des âges ou une période cyclique de changements Terrestres, mais c’est une Ascension Dimensionnelle. C’est l’ascension des dimensions où la Terre se manifeste en 5D et où l’humanité sur Terre vit à partir d’une conscience d’unité de cinquième dimension basée sur le cœur.

Sagesse Biblique de l'ascension dimensionnelle dans ASCENSION feuillage-211x300« Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ; car le ciel premier et la terre première avaient disparu … » (Révélation 21:1). Le mot ‘disparition’ est utilisé littéralement afin d’exprimer un mécanisme de transition. « Et j’entendis une voix forte qui venait du trône en disant, « Vois, la maison de Dieu est parmi les mortels. Il sera avec eux en tant que Dieu, ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux ; il essuiera toutes les larmes de leurs yeux. Il n’y aura plus de mort, plus de deuil, de pleurs et de souffrance, car toutes ces choses premières auront disparu ». ( Révélation 21: 3-4). Ce passage nous montre une conscience humaine de dimension supérieure incarnée sur Terre. Il montre le changement de l’Ascension Dimensionnelle. «  Et celui qui était assis sur le trône dit, « Vois, je fais que toutes choses soient nouvelles. ( Révélation 21:5).

« Mais le jour du Seigneur viendra comme un voleur, et les cieux se dissiperont … et les éléments seront dissous par le feu … (2 Pierre 3:10) … « Nous attendons de nouveaux cieux et une nouvelle terre ou régnera la justice ». Ceci met en évidence le Changement Dimensionnel et le mécanisme potentiel sous-jacent de transition. « car des nations s’élèveront contre des nations, des royaumes contre des royaumes, et il y aura des famines et des tremblements de terre en des lieux divers : tout ceci sera le commencement des premières douleurs de l’enfantement »(Matthieu 24:7). « Lorsqu’une femme accouche, elle a des douleurs parce que l’heure est venue. Mais lorsque l’enfant est né, elle ne se souvient plus de son angoisse car elle est dans la joie d’avoir mis au monde un être humain ». (Jean 16:20-22). Ces passages font référence aux effets très réels 3D de cette période d’accélération sur la Terre 3D et du chevauchement qui va conduire finalement à l’ascension actuelle vers une Terre 5D.

« Nous savons que jusqu’ici la création tout entière gémit dans les douleurs de l’enfantement, et pas seulement la création, mais également nous-mêmes qui possédons les prémices de l’esprit… » (Romains 8: 22-23). Ici nous voyons que la Terre ascensionne, que nous évoluons et que nous nous élevons vers une conscience dimensionnelle supérieure de la Terre. Nous voyons également l’indication de l’évolution de notre Corps de Lumière vers une conscience de cinquième dimension dans ce qui suit : « Il a été semé un corps physique, il va s’élever un corps spirituel » (1 Corinthiens 15: 44). Nous évoluons et nous ascensionnons vers un Corps de Lumière uni à un corps physique 5D. Le point de passage vers notre ascension dans le corps incarné actuel est le moment instantané de l’ascension.

« Car les jours d’avant le déluge, ils mangeaient et buvaient, ils se mariaient et étaient donnés en mariage, jusqu’au jour ou Noé entra dans l’arche, et ils ne surent plus rien jusqu’à ce que le déluge arrive et les emporte tous, il en sera de même pour l’avènement du Fils de l’Homme. Puis il y en aura deux dans le champ, un sera pris et l’autre sera laissé » (Mathieu 24: 38-40). Ce passage indique également que les phases de préparation et de manifestation de la transition conduisent à une plénitude instantanée de l’ascension. Cela concerne également les différents chemins de l’évolution de l’âme, le séquençage de la transition et le choix d’aller vers cette Ascension Dimensionnelle de la Nouvelle Terre 5D

 

Peter N Borys Jr.http://www.peterborysjr.com/

 

Publié dans:ASCENSION |on 10 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

La sagesse ancienne

 et le Changement Dimensionnel 

La Sagesse ancienne donne des informations sur le Changement Dimensionnel qui sont décrites différemment. Nous trouvons des informations dans de nombreuses traditions anciennes mystiques, métaphysiques, ésotérique et scientifiques. Ce qui inclut les traditions Maya, Hopi, de l’ancienne Egypte, Védique, du Bouddhisme Tibétain, Biblique et toutes celles connues à travers l’histoire et qui sont trop nombreuses pour les citer ici. La connaissance d’une Ascension Dimensionnelle est inscrite et encodée au sein de ces traditions, mais la compréhension du mécanisme de transition n’est pas transmis. De plus, il est fréquent que le langage utilisé ne soit plus approprié à notre compréhension actuelle alors que nous recevons une plus grande quantité d’informations selon le timing Divin.

Pendant le cycle de transition de vingt-cinq ans, la sagesse des Mayas et des Hopis nous a donné les bases les plus solides concernant le temps actuel d’Ascension Dimensionnelle. Nous la trouvons également dans d’autres traditions avec de nombreuses façons différentes de compréhension. Nous sommes ici afin de parler de l’ancienne sagesse et non pas afin de déterminer le mécanisme précis de transition, et pour renforcer la connaissance qui soutient les nouvelles informations que nous allons continuer à recevoir sur la nature du mécanisme. A propos de ce fondement, nous allons décrire les points principaux de la tradition Biblique sur le Changement Dimensionnel. En utilisant une terminologie différente, cette tradition nous donne des aides importantes pour l’évolution de notre nouvelle compréhension sur les dynamiques transitoires d’un mécanisme d’Ascension Dimensionnelle.

 Peter N Borys Jr.- http://www.peterborysjr.com/

 

Publié dans:ASCENSION |on 9 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Nouvelle matrice de l’Unité

Kishori Aird :  2012.

Certitude essentielle et présence aimante de soi.

 Nouvelle matrice de l'Unité dans 2012 - PREDICTIONS kishori_aird-246x300

Un changement de fréquence s’opère actuellement sur la Terre. L’heure est enfin venue de transformer les vieux paradigmes sur lesquels se fondent nos programmes de séparation et d’isolement pour choisir celui de l’Unité. La séparation, qui était le postulat du monde qui se meurt actuellement, a laissé des coupures profondes avec soi et les autres.

Le sens du code 2-0-1-2

La cosmologie décrit souvent les lois par lesquelles le monde physique est gouverné selon le code suivant : 0-1-2. Au début il y a le chaos ou le grand chaos cosmique, le Grand Tout – le ZÉRO. Puis, dans le Zéro apparaît un mouvement : le UN (l’Essence). L’Essence est la partie individualisée du Zéro. S’ouvre alors le chemin à travers lequel l’Essence peut se manifester, c’est le Tao. Ce chemin de l’expression du Un essentiel le conduira du non manifesté vers le manifesté. 

L’Essence arrive comme un germe ou un œuf dans le manifesté et se déploie selon des lois générales du monde physique qui sont gouvernées par le DEUX, le yin et le yang, l’ombre et la lumière, le féminin et le masculin. Cette dualité agit comme une complémentarité plutôt qu’une opposition. Elle est la base de la manifestation de l’Essence dans la matière. La vie de cette Essence s’exprimera au gré des besoins du temps à travers cette complémentarité au point zéro. 

MAIS DANS LA MATRICE DE LA SÉPARATION le yin et le yang furent séparés l’un de l’autre. La nouvelle MATRICE DE L’UNITÉ est un nouveau départ qui permettra la coexistence harmonieuse et unifiée du yin et du yang sans que l’un soit plus important que l’autre.

L’alignement galactique de notre temps nous amène à l’heure actuelle vers un changement de structure : 2-0-1-2. Nous terminons un cycle d’évolution de la matière dans la séparation le DEUX (le yin et le yang divisés et en opposition). Nous retournons vers le point ZÉRO pour recommencer avec le UN (Essence) dans une nouvelle manifestation d’UNITÉ de la coexistence au point zéro du DEUX (le yin et le yang en coexistence et en unité au point zéro).

Nouvelle étape d’unité convergente

À partir de maintenant, dans un monde de densité et de restrictions, après avoir vécu la matrice de la dualité (2) , nous arrivons au point zéro (0), nous retournons vers l’ESSENCE (1) pour commencer une nouvelle forme de complémentarité non duelle (un nouveau 2). Comme je l’ai écrit dans mon livre Convergence, le point zéro ouvre une nouvelle possibilité d’Unité. Dans ce mouvement convergent sans début et sans fin, les polarités cessent d’exister individuellement et se fondent dans une spirale convergente dynamique et puissante qui ouvre la porte de l’espace sacré des possibilités essentielles au centre du vortex. Le point zéro, qui permet la coexistence de l’ombre et de la lumière, est identique à l’espace dynamique convergent à l’intérieur de la double hélice d’ADN.Chacune des torsades représente des forces opposées négatives et positives. 

Cet enchaînement se fait dans un sens déterminé, opposé à celui de l’autre, formant une spirale qui s’enroule autour d’un axe d’énergie. En périphérie, l’énergie se dissipe, mais lorsqu’elle converge vers le centre, comme dans le cas des tornades ou des vortex, elle s’amplifie. La force négative et la force positive se déplacent constamment le long de cet axe de rotation du point zéro. C’est un enroulement énergétique tendant vers l’infini et l’éternel, puisqu’il est sans naissance et sans fin. Il est la manifestation de l’amour non polarisé dans le bien et le mal

Nous revoici actuellement avec un nouveau commencement, au lieu de vivre la complémentarité dans une réalité (une matrice) qui est basée sur la différence et la séparation entre le yin et le yang, le bon et le mauvais, nous pouvons par le passage du point zéro, et l’Essence (le Un), accéder à la nouvelle matrice de l’unité – celle du cœur. C’est comme si nous avions un sablier et que le sable de l’ampoule du haut (matrice de la séparation) se soit complètement écoulé vers celle du bas – c’est le moment zéro : celui de retourner le sablier et de recommencer cette fois-ci dans l’Unité et la coexistence au lieu de la séparation et de l’isolement. Il ne faut pas attendre que l’année 2012 nous apporte un miracle ou une fin du monde. C’est la fin d’un temps de séparation qui s’offre à nous, il ne tient qu’à nous de choisir de vivre dans l’Unité et la Présence aimante de soi. Si nous réalisons que nous ne sommes pas capable de vivre de façon essentielle dans l’état d’amour au point zéro, nous pouvons quand même le choisir même si nous ne savons pas comment faire.

Contact auteur, infos stages :

kishori@kishori.org site : www.kishori.org 
Tél : 001 819 868 1284   Stage de l’ADN DÉMYSTIFIÉ et l’ADN et le Choix Quantique 27 au 30 septembre 2012 en France 

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:2012 - PREDICTIONS, CHIFFRES |on 9 décembre, 2012 |Pas de commentaires »
123

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3