Archive pour le 19 décembre, 2012

La Magie Verte

 

Beaucoup de magies ont des termes de couleurs, mais l’expression magie verte elle, est plus commune et bien plus connue. 
On peut définir cette magie comme la magie végétale, on y inclut donc les arbres, forêts, les fleurs, plaines, les herbes, les plantes…

Elles seront utilisées dans ce cas pour leurs caractéristiques médicinales et thérapeutiques ainsi que pour leurs propriétés magiques. On peut parler « d’herborisme » « d’herboristerie » ou « d’herboriste »

Certaines traditions poussent même la définition de magie verte comme de Magie de La Nature. On parlera de la « magie de la nature » en incluant tous les rituels incluant la nature dans son ensemble et en spécifiant que c’est de la « magie naturelle ». On parlera alors de la Terre, des pierres, des animaux, de l’eau, de toute forme de vie… et même de l’Univers, le Cosmos, etc.

Les rituels de « magie verte » sont des rituels englobant tout types de rituels : sortilèges d’amour, de protection, de guérisons, de pouvoirs, etc., en autant que ces rituels demeurent en parfaite harmonie avec la nature. Ou en respect avec les énergies de la Nature ou de la Terre. 

Par extension, on parlera alors de « magie verte » la magie qui utilise les énergies telluriques, etc. En général, on dit surtout que ces rites visent à entrer en harmonie avec soi-même et avec les énergies de l’univers – peu importe la façon d’ arriver. 

Beaucoup vont alors associer la « magie verte » à une magie bénéfique ou blanche. Cette association est basée sur le fait que les énergies utilisées proviennent des plantes, herbes, fleurs, etc… et donc de la Nature, de la Terre et que si ces énergies sont utilisées avec respect, le praticien est donc en harmonie avec la Nature. Certains discours soulignent cependant que de toute évidence, ces rituels ne sont pas plus bénéfiques puisque la « Nature », n’est ni bonne, ni mauvaise… mais bien les deux, elle est à la fois créatrice et destructrice. 

Lorsque les rites de « magie verte » font appel aux entités, nous verrons alors le plus souvent les divinités associées à la terre et à la nature. Parfois aux élémentaux et aux fées, comme nous verrons plus loin. 

 La Magie Verte dans LOI NATURELLE 220px-oaxaca-corn-rafleLa Magie verte est nommée ainsi en raison des ingrédients utilisés pour les rituels. En effet, la Magie verte comme son nom l’indique utilise de nombreux végétaux pour l’élaboration des rituels.

La Magie verte rentre en rapport des éléments de la nature comme les forêts, les plantes, les arbres, les végétaux en règle générale.

La Magie verte utilise différentes plantes pour l’élaboration des rituels magiques. Autrefois, lorsque la médecine ne parvenais pas à soigner des maux, ils utilisaient fréquemment des mélanges de plantes.

La Magie verte permet comparativement à la Magie blanche, d’avoir de la chance, de réussir un mariage, d’apaiser le sommeil, de réveiller les souvenirs, de se rappeler de nos vies antérieures ou d’avoir des rêves prémonitoires. Les débouchées sont nombreuses.

La Magie verte fut couramment pratiquée par les druides, les amérindiens et les aborigènes.

Les magiciens, ou plutôt les sorciers connaissaient les vertus des plantes et pouvaient ainsi les utiliser pour soigner différents maux. De nos jours, les recettes qu’ils utilisaient sont pour la plupart perdus à jamais.

La Magie verte utilise différentes plantes pour l’élaboration des rituels magiques. Des différentes plantes possèdent des vertus et s’utilisent en fonction des différents jours de la semaine, et des phases de la lune.

Acacia, Achillée, Ail, Ajonc, Amande, Angélique, Anémone, Aneth, Angélique, Anis, Aubépine, Avoine, Basilic, Bouleau, Bouton de rose, Bruyère, Buis, Camomille, Cannelle, Carvi, Céleri, Chardon béni, Chèvrefeuille, Chicorée, Chiendent, Chou, Citron, Clou de girofle, Concombre, Coriandre, Cumin, Cyprès, Erable, Eucalyptus, Euphraise, Fenouil, Fenugrec, Fougère, Fraisier, Fumeterre, Gentiane, Géranium, Gingembre, Guy, Hêtre, Iris, Jacinthe, Jasmin, Laurier, Lotier, Marguerite, Mélisse, Menthe, Moutarde, Myrtille, Nénuphar, Noisetier, Orchidée, Origan, Orme, Ortie, Patience, Pensée, Pervenche, Peuplier, Piment, Pin, Pissenlit, Pommier, Poirier, Poivrier, Primevère, Quinquina, Rhue, Rose, Romarin, Salsepareille, Sauge, Sureau, Thym, Tilleul, Tomate, Trèfle, Valériane, Vanille, Varech, Verveine, Vétivers, Violette, Ylang-Ylang.

Si vous envisagez de pratiquer la Magie verte, il vous faudra donc trouver différentes plantes. Dans le cas ou vous ne vous y connaissez pas spécialement n’hésitez pas à présenter les plantes que vous trouvez à un professionnel afin de ne pas ingérer une mauvaise plante ! Vous pouvez également trouver certaines de ces plantes dans les jardineries ou encore dans une herboristerie.

Dans la magie blanche les herbes et les plantes sont très importantes. Elles ont chacune leur propriété magique et sont souvent utiliser pour des rituels ou des potions. Il est important de savoir à quoi servent chacune de ces plantes. Il en existe plusieurs mais je vous en présente ici que quelques-unes:

-L’Acacia
Elle peut être brûler pendant les séances de méditation pour capter plus facilement les message émanant du monde invisible

-L’Ail
Cette plante est très efficace contre le mauvais oeil. Il peut être suspendu à notre porte ou emporter sur soi. L’ail porte chance.

-L’Angélique
L’angélique, appelée également l’herbe aux anges, préserve des maléfices et mauvais sortilèges, toutes personnes faisant appel à ses vertus. Elle possède également le pouvoir d’augmenter la patience et la persévérance

-Le Basilic
Cet herbe sacrée assure la protection dans la maison; son odeur agréable et attirante apporte, entre autres, la joie et la gaieté.

Le Bouleau
L’écorce de bouleau sert à fabriquer des talismans, à inscrire des incantation en vue de sortilèges amoureux et à protéger des envoûtements. 

Le Bouton de rose
Jeter quelques boutons de rose dans un feu procure la chance.

La Camomille
Il est reconnu que la camomille attire l’argent; il est recommandé de se laver les mains dans un infusion de camomille juste avant de jouer à un jeu de hasard.

La Cannelle
Utilisée comme encens, elle apporte la prospérité.

Le Céleri (graines)
Elles sont excellentes pour la concentration des médiums. Brûlée avec de l’encens, elles augmentent les pouvoirs psychiques. 

Le Coriandre
Les graines de coriandre sont portées dans un sachet de tissu blanc comme amulette contre toutes sortes de maladies.

La Fougère
Mettre une fougère près de sa fenêtre protège des mauvais sorts.

Le Gui
Le gui était la plante sacrée des druides, et un rituel magique précédait toujours sa cueillette. On dit qu’il possède des propriétés aphrodisiaques, qu’on le consomme en infusion ou qu’on le porte en talisman.

Le Jasmin
Il protège l’affection et l’amour. Brûlé comme encens, il inspire des rêves divinatoires.

Le Laurier
Une feuille de laurier passée sur une feuille de papier apporte l’inspiration à celui ou celle qui veut écrire. Un bouquet de laurier offert à une mariée lui assurera une union heureuse et durable.

La Marguerite
Les marguerites prédisposent au retour d’affection.

Le Nénuphar
Le nénuphar est une plante aquatique. Une variété des nénuphars blanc entraient autrefois dans la préparation de l’onguent des sorcières, panacée pour tous les maux. On dit que les fleurs de nénuphar sont excellentes pour augmenter la sensualité.

Le Romarin
Cette plante améliore la mémoire. Placée sous un oreiller, elle attire la chance; portée sur soi, elle favorise la bonheur.

La Rose
La rose est la fleur par excellence pour tous les rituels d’amour et, pour ce type de rituel, on la retrouvera toujours sur l’autel ou à l’intérieur du cercle magique. Symbole de la perfection, de la séduction et de la sensualité, elle est la fleur de Vénus, planète associée aux natifs du Taureau et de la Balance. Les pétales de roses rouges et jaunes ont un effet incontestable sur la fécondité.

Le Thym
Lorsqu’on le brûle sur du charbon, dans la maison, on garantit la bonne santé à tous les occupant; en porter sur soi nous apporte de vois nos qualités reconnues.

La Verveine
La verveine, également appelée plante d’amour, sera utilisée dans tous les rituels visant à garder auprès de soi une personne aimée ou pour attirer à soi un personne désirée.

 

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:LOI NATURELLE |on 19 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Méditation Mer ka ba

 

La méditation merkaba est une technique avancée de respiration du prâna visant à recréer le champ énergétique cristallin de l’humain éveillé. Elle consiste en la visualisation de figures géométriques sacrées qui alignent ensemble le corps, le coeur et l’esprit et elle est associée à des mudras (positions des mains). Le corps de lumière ainsi créé est la véritable conscience.

A l’inspire on visualise un tétraèdre (ou pyramide) dont le sommet se situe à la distance d’une main au-dessus du crâne et dont la base passe par les genoux. Chez l’homme, l’une des arêtes est dirigée devant lui, et une des faces pour une femme. La pyramide pointant vers le haut est masculine. A l’expire, on visualise un tétraèdre orienté vers le bas, pointe en dessous des pieds tandis que la base passe au niveau du plexus solaire, à quelques centimètres au-dessus du nombril. L’une des arêtes est située derrière l’individu masculin tandis que chez une personne dotée d’une énergie à majorité féminine, l’arête se situe devant. La figure pointant vers le bas est féminine. Dans la position du lotus, le tétraèdre du haut englobe tout le corps.

Les 17 premières respirations de la merkaba selon Claude Tracks :
 » Telles que je les ai comprises grâce à l’enseignement de Drunvalo Melchizedek.

Méditation Mer ka ba dans MER-KA-BA arbre-chakra

Commencez par vous relaxer et à tendre au maximum vers un état d’amour inconditionnel. Il est important de bien se tenir droit afin d’optimaliser la circulation de l’énergie. Pour les six premières respirations, vous allez faire ce que l’on appelle un «mudra». À cette fin, posez vos mains de manière à avoir les paumes intérieures dirigées vers le haut. Détendez vos doigts, et faites attention qu’ils ne se touchent pas les uns les autres. 

Pour les six premières respirations, visualisez votre corps entouré de deux tétraèdres imbriqués (pyramides à quatre faces).
À L’inspire, on visualise un tétraèdre dont le sommet se situe à la distance d’une main au-dessus de notre crâne, et dont la base nous passe au niveau des genoux. L’un de ses côtés est dirigé devant nous pour les personnes dotées d’une énergie à majorité masculine, et derrière nous pour les personnes dotées d’une énergie à majorité féminine.

Le tétraèdre pointé vers le haut est le tétraèdre masculin.

À l’expire, on visualise un tétraèdre dont le sommet est orienté vers le bas, en dessous de nos pieds. Sa base passe à hauteur du plexus solaire (poitrine). L’un de ses côtés est dirigé derrière nous pour les personnes dotées d’une énergie à majorité masculine, et devant nous pour les personnes dotées d’une énergie à majorité féminine. Le tétraèdre pointé vers le bas est le tétraèdre féminin.

Lorsque vous vous asseyez en lotus, le tétraèdre dirigé vers le haut englobe tout votre corps.

1 – Positionnez vos mains pour le premier mudra. Joignez légèrement vos pouces et vos index. Fermez les yeux. Inspirez profondément à la manière des Yogis (d’abord par le ventre, ensuite par le diaphragme, et finalement par la cage thoracique) durant huit secondes. Visualisez la pyramide qui se remplit d’une lumière blanche qui remplit tout votre corps. Ensuite, sans interruption, dans le même rythme, expirez yogiquement (d’abord par le ventre, ensuite par le diaphragme, et finalement par la cage thoracique) durant huit secondes et visualisez le tétraèdre pointé vers le bas qui se remplit d’une lumière blanche. Ensuite, retenez votre respiration pendant cinq secondes et détendez-vous. Croisez vos yeux (louchez), dirigez votre regard vers le haut, et rabattez-le vers le bas le plus vite possible. Simultanément au rabattement, visualisez l’énergie blanche qui sort de l’apex (la pointe) du tétraèdre dirigé vers le bas, qui jaillit dans la Terre.

Lors de l’expulsion de l’énergie, vous êtes, sensé ressentir une sorte de frémissement électrique qui parcourt votre colonne vertébrale. Il s’agit d’une sorte de nettoyage de votre système énergétique lié au mudra que vous venez de créer (contact du pouce et d’un des autres doigts). Une fois que vous avez ressenti cette «vague de frisson», passez à la respiration suivante. Toutefois, je tiens à préciser qu’il n’est pas évident de ressentir ce «nettoyage» au début. Personnellement, je passe à la respiration suivante, même si je ne le ressens pas.

2 – Pour cette deuxième respiration, tout est identique à la première excepté que vous changez de mudra avant de commencer à inspirer. Vous touchez légèrement vos pouces et vos majeurs.

3 – Identique. Léger contact entre les pouces et les annulaires.

4 – Identique. Léger contact entre les pouces et les auriculaires.

5 – Identique. Retour au léger contact entre les pouces et les index de la première respiration.

6 – Identique. Retour au léger contact entre les pouces et les majeurs de la deuxième respiration.

7 – Oubliez les deux tétraèdres et visualisez le canal pranique qui traverse votre corps. Le mudra utilisé sera le même pour les sept respirations suivantes. Il connecte vos pouces avec vos majeurs et vos index. Durant l’inspiration de huit secondes, visualisez le tube pranique se remplissant d’une lumière blanche simultanément par le haut et par le bas. L’énergie provenant des deux sources se rejoint au nombril (3ième Chakra). Imaginez une boule de lumière blanche d’une grosseur comparable à un pamplemousse. Elle va grossir rapidement jusqu’à atteindre, à la fin de l’expir, un diamètre égal à la hauteur du livre que vous avez entre les mains. L’expire dure également huit secondes. Il n’est plus nécessaire de retenir votre respiration entre l’expire et l’inspire, ni de ressentir la «vague de frissons électriques».

8 – Identique à la 7ième respiration. À la fin de l’expiration, la boule de lumière autour du nombril atteint sa taille maximum (semblable à une balle de volley-ball). Cette taille varie selon les personnes. Pour connaître la taille de la vôtre, prenez la distance entre le bout de votre doigt le plus long et votre poignet.

9 – La boule de lumière garde la même taille, mais devient de plus en plus lumineuse.

10 – Votre boule reçoit tellement d’énergie qu’elle devient de plus en plus dorée durant l’inspiration. Commencez à expirer en laissant juste s’échapper un peu d’air entre vos lèvres par un souffle puissant. Ce jet d’air va agrandir la boule jusqu’à englober tout votre corps. (cf. l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci)

Paradoxalement, il est important de réaliser que la petite boule centrée sur le nombril est toujours là. Elle est en fait plus brillante que la boule de Leonardo.

Il – Comme nous l’avons fait pour la petite boule, nous remplissons la grande boule d’une énergie de plus en plus lumineuse.

12 – Identique à la respiration 11.

13 – Identique à la respiration 11.

14 – Cette 14ième respiration va nous permettre de passer de la troisième dimension à la quatrième dimension. Durant les 13 respirations précédentes, notre boule d’énergie était centrée sur le 3ième Chakra qui nous lie à la 3ième dimension. Si nous désirons nous ancrer dans cette dimension, il n’est pas nécessaire d’aller jusqu’à la 14ième respiration.

Comme nous désirons nous habituer progressivement à passer à la quatrième dimension (la dimension Christique), il ne nous reste plus qu’à centrer cette boule d’amour sur notre quatrième Chakra… Celui du coeur.

Pour ce faire, nous commençons par modifier complètement la position de nos mains. Vous trouverez de nombreuses représentations du Bouddha dans cette position. Vos mains sont l’une sur l’autre en dessous de votre nombril, les paumes dirigées vers le haut. Pour les êtres à prédominance masculine, vous placerez votre main gauche dans votre main droite, avec vos pouces qui se touchent légèrement. Pour les êtres à prédominance féminine, vous placerez votre main droite dans votre main gauche avec vos pouces qui se touchent légèrement.

Au début de l’inspiration de huit secondes, déplacez le point de rencontre de l’énergie venant du haut et de celle venant du bas. Le nouveau point de rencontre se situe… au Chakra du coeur. Sentez votre tube qui capte cette énergie venant du bas et celle venant du haut. Ces énergies, cosmique et tellurique, se rencontrent au niveau du coeur. Le plus souvent possible dans vos journées, visualisez ce tube et ce flot incessant. Ce flot est à proprement parler votre lien à votre vie éternelle.

15 – Au moment de l’inspiration pensez le code «Vitesse égale».

Visualisez vos deux double tétraèdres tournent à une vitesse égale l’un par rapport à l’autre. Ne vous inquiétez pas si ce qui suit fait un peu mode d’emploi pour «vaisseau spatial». En fait c’est exactement le cas, vu que vous êtes en train d’activer votre Merkabah qui est un véhicule qui permet de voyager dans l’EspaceTemps. Votre corps sait très bien ce que vous êtes en train de faire. Il connaît la Merkabah, vu qu’il s’agit de sa nature profonde. Les codes que vous allez lui donner sont là pour le guider afin qu’il sache quelle Merkabah vous désirez utiliser.

À l’expiration, créez une petite ouverture entre vos lèvres, comme vous l’avez fait pour la lOième respiration. Expirez de la même manière avec une certaine force et ressentez les deux doubles tétraèdres qui tournent autour de vous.

Ce deuxième petit jet d’air au travers de vos lèvres est en quelque sorte une manière de mettre le moteur de votre Merkabah en marche.

16 – Au moment de l’inspiration pensez le code «34/21».

Cela signifie que votre double tétraèdre masculin fera 34 tours pendant que votre double tétraèdre féminin en fera 21.

À l’expiration créez à nouveau un petit trou entre vos lèvres et soufflez avec un max. de pression. Ce souffle va accélérer votre vitesse et stabiliser votre Merkabah qui prendra de plus en plus la forme suivante : un disque plat d’un diamètre de plus ou moins 19 mètres. Cela ressemble étrangement à l’image que beaucoup se font des soucoupes volantes. Lorsque l’on est en position de Lotus, on est assis dessus. Il touche la base de notre colonne vertébrale.

17 – Au moment de l’inspiration pensez le code «9/10».

Cela signifie que votre double tétraèdre masculin fera 10 tours pendant que votre double tétraèdre féminin en fera 9. Vous harmonisez ici la vitesse de votre Merkabah avec celle de l’électron qui tourne autour du noyau de vos cellules.

À l’expiration, créez à nouveau un petit trou entre vos lèvres et soufflez avec un max de pression. Ce souffle va accélérer votre vitesse et stabiliser votre Merkabah.

SITES EN LIENS :
http://fr.merkaba.org/ : introduction aux techniques sacrées merkaba, aux techniques d’activation, de méditation et de guérison

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:MER-KA-BA |on 19 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3