Archive pour novembre, 2012

La maladie n’est pas là par hasard

 

Rien dans notre vie n’est le fruit du hasard. Tout événement est la conséquence d’un fait, d’une pensée, d’une manière d’agir. Tout dans notre vie est vibration, les pensées et les actes sont vibrations, au niveau de la planète mais aussi au niveau plus individuel des êtres humains. Donc, même de façon inconsciente, nous agissons sur les probabilités de notre futur parce que ce sont nous qui créons ces énergies créatrices. Il est alors important de constater que notre manière de penser va influencer notre futur au niveau vibratoire et cela touchera un domaine en particulier : il s’agit de la santé.

La maladie n'est pas là par hasard dans GUERISON main-francesca-438x275-438x275-200x126Qu’est-ce que la maladie au sens général ? C’est la manifestation au niveau physique d’un disfonctionnement qu’il soit mental, psychique ou autre. Or beaucoup de personnes pensent que la maladie n’est pas la conséquence d’un disfonctionnement psychique, par exemple elles pensent que la grippe est la conséquence de tel virus et c’est tout. Mais ces personnes se contredisent car en même temps elles acceptent que certaines soient psychosomatiques (eczéma, herpes). Pourquoi cette contradiction? Parce que la médecine elle-même le reconnaît, la société le reconnaît, bref c’est rentré dans l’esprit commun que certaines maladies soient la conséquence de causes psychologiques.

Mais pourquoi cela ne serait-il pas le cas de toutes les maladies alors? Il s’agit ici d’être cohérent. Même si la médecine ne le reconnaît pas (par exemple elle ne dira pas que la bronchite est le résultat de tel problème psychologique, émotionnel ou autre), cela ne nous empêche pas à nous d’y réfléchir. Il y a encore 50 ans, la moitié des maladies que nous appelons, nous, de nos jours, psychosomatiques n’avaient pas pour origine l’état d’âme du patient. Alors la médecine n’est pas le garant d’une Vérité totale. Ce qu’elle disait il y a 50 ans sur ce sujet est remis en cause aujourd’hui, la médecine évolue avec les mentalités.

Par ailleurs, toute maladie représente la même chose : un disfonctionnement vibratoire. Alors que ce soit une poussée d’urticaire ou un claquage musculaire tout est question de vibration. Avant qu’une maladie n’apparaisse au niveau physique, elle est matérialisée dans différents niveaux de notre aura. C’est pour cette raison que toute maladie vient de nous-même. Sans le savoir nous avons favorisé un disfonctionnement dans différentes couches auriques et selon notre problème dans notre vie il surviendra telle ou telle maladie située sur telle ou telle partie du corps car chaque partie du corps a une symbolique.

La maladie est donc une sirène d’alarme. Elle est là pour nous permettre de prendre conscience que quelque chose de profond ne va pas dans notre vie (que ce soit au niveau spirituel, émotionnel, mental…). Soigner la maladie sans voir la cause n’aide pas beaucoup notre être : soit la même maladie va revenir, soit elle se transformera en d’autres maux mais finalement il y aura toujours quelque chose, « un pet de travers » comme on dit.

Certaines personnes me disent : » mais quand on se casse une jambe c’est le hasard de même quand j’attrape un virus »

Je leur répond que leur psychisme est tel qu’il favorise des événements de telle sorte qu’une jambe cassée n’est pas le hasard de circonstances. Cela dans votre évolution a un sens qu’il faut savoir apprécier afin de comprendre et voir ce qu’il ne va pas en nous. Toute maladie est la conséquence d’un disfonctionnement au niveau vibratoire de notre être. Soit nous créons cette maladie (par exemple l’urticaire), soit nous amenons à nous des événements (par exemple une jambe cassée).

 source-lumiere.net – 2002-2008 

 

venez nous rejoindre sur le forum : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

 

Publié dans:GUERISON, MALADIE |on 20 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

L’eau, vecteur de notre ascension

 

Par Guillaume Moreau

Notre planète est en train de connaître une élévation progressive de sa fréquence vibratoire fondamentale, que les physiciens et les géophysiciens connaissent sous le nom de Résonance de Schumann.

L'eau, vecteur de notre ascension dans ASCENSION penduleL’activité électromagnétique des gaz de l’atmosphère terrestre dans la zone située entre la surface de la Terre et la dernière couche de l’ionosphère, sur une épaisseur d’environ 55 km, produit une résonance. Celle-ci a été découverte par le physicien allemand W.O. Schumann (1952-1957), qui lui donna son nom. C’est cette résonance électromagnétique qui permet de calculer le taux vibratoire moyen de notre planète.  La Résonance Schumann est considérée par les géophysiciens comme le « battement de cœur de la Terre » ! Pendant des milliers d’années, elle était de 7,8 hertz. Mais depuis 1987 cette fréquence vibratoire s’est accélérée lentement puis, à partir de 1997, de plus en plus vite. Aujourd’hui, elle atteint la valeur record de 13 hertz ! Or, à partir de 13 hertz, la Terre commence à basculer dans la 4ème Dimension ! Nous sommes donc en train de passer lentement d’une Dimension à une autre… ! Cette élévation de la fréquence vibratoire de la Terre agit sur notre corps et en particulier sur l’eau qui nous compose. 

  L’eau, constituant fondamental de la vie, nous permet d’entrer en résonance 
L’eau est un constituant majeur de la planète et de notre corps. Aujourd’hui, l’eau de notre planète, tout comme l’eau de notre corps, est souvent extrêmement polluée par la chimie, l’alcool, les drogues. Mais aussi par les mémoires ancestrales, les dogmes, les guerres …. Et pourtant c’est par l’eau que nous pouvons rentrer en résonance avec les champs vibratoires qui nous entourent. Nos cellules, baignant dans une eau pure (les liquides intra et extracellulaires), sont à même de vibrer facilement à de nouvelles fréquences. Sclérosées par trop de toxiques, elles restent figées, et nous entraînent dans des malaises tant sur les plans psychiques et émotionnels que sur le plan physique. Bien que nous ayons une conscience intellectuelle de la pollution de la planète, il serait temps que nous ayons une prise de conscience physiologique. Aussi pour passer dans cette 4ème dimension, il va être nécessaire de se purifier. Le nettoyage s’impose pour se libérer de nos peurs, de nos craintes, de nos colères…. Nous devons nous alléger afin d’augmenter notre taux vibratoire et être au plus près de notre cœur divin. Cette purification doit passer tout d’abord par le nettoyage de l’eau de notre corps : les liquides intra et extracellulaires. 

  L’eau alcaline quantique, un outil d’évolution 
Depuis les travaux de Louis – Claude Vincent, nous savions que la qualité de notre eau de boisson est essentielle à notre santé. Notre organisme est aujourd’hui saturé en acides et en toxiques de toutes sortes. L’eau légèrement acide qu’il préconisait à son époque est insuffisante pour nous régénérer véritablement. Aujourd’hui, nous savons qu’un pH tissulaire acide correspond à un pH sanguin trop alcalin (comportant des risques de cancérisation). C’est pour cela qu’il est important de conserver un bon équilibre acido-basique au niveau des tissus. L’eau baigne toutes les cellules de notre corps. Elle est un vecteur de santé formidable. Il est nécessaire d’avoir recours à une eau qui non seulement hydrate, mais qui draine aussi les acides et les toxines hors de nos tissus et rééquilibre notre terrain en profondeur.

L’eau quantique alcaline ionisée est une nouvelle alternative physiologique, réellement efficace pour régénérer notre organisme. Elle nous permet de retrouver une vitalité suffisante pour faciliter l’adaptation du corps à ces changements vibratoires.

L’eau physio alcali, rééquilibre progressivement le pH tissulaire du corps.

Notre équilibre acido-basique, en réajustement permanent, est aujourd’hui compromis par nos modes de vie. Le stress, un manque d’exercice, d’oxygénation, une alimentation dénaturée… entraînent une acidification massive de l’organisme, et derrière elle son cortège de maladies. L’eau physio alcali est riche en minéraux alcalins, présents sous la forme ionique, ce qui les rend très assimilables. Ils neutralisent les acides du corps et rétablissent cet équilibre acido-basique.

La consommation quotidienne d’eau physio alcali permet de neutraliser les radicaux libres et préserve les eau_vivante-199x300 dans HUMANITEtissus des effets néfastes du vieillissement. Dans certaines conditions (stress, fatigue, mauvaise alimentation, pollution de l’air ou de l’eau, maladies ou carences…), notre corps génère une grande quantité de molécules instables, les radicaux libres. Ceux-ci cherchent à se fixer sur d’autres molécules, oxydant ainsi les protéines, l’ADN, les acides gras poly insaturés… L’eau alcaline ionisée est un anti radicalaire puissant. Elle neutralise leur action. L’eau physio alcali a un pouvoir hydratant et solubilisant supérieur à l’eau traditionnelle. En effet les molécules d’eau se regroupent par microgouttelettes appelées clusters. Dans l’eau du robinet, ces clusters sont formés de 15 molécules environ, alors que dans l’eau physio alcali ces clusters contiennent seulement 5 à 6 molécules. Or plus les clusters sont petits, plus le pouvoir pénétrant et solubilisant de l’eau est important. L’eau physio alcali a ainsi les qualités d’une eau de source de montagne. Elle hydrate et draine les tissus en profondeur.

C’est aussi une eau vivante, dynamisée par de la zéolite informée, qui va stimuler et renforcer les défenses naturelles de l’organisme. La zéolite est une roche d’origine volcanique, connue pour ses propriétés anti-oxydantes. La zéolite physio quanta a reçu un traitement quantique « milta », au laser lumino-magnéto-infrarouge. Ce procédé dynamise l’eau, renforçant considérablement son action anti-oxydante et sa vitalité.

Consommée au quotidien, l’eau quantique alcaline ionisée, régénère votre organisme. Dans notre monde industrialisé et pollué à outrance, elle devient indispensable à l’entretien de notre santé.

En conclusion, pour votre santé, augmentez le taux vibratoire de vos cellules en buvant une eau quantique (purifiée, alcalinisée, ionisée et dynamisée). Le taux vibratoire de la planète augmente. Si vous réussissez à être en harmonie avec toutes ces belles énergies qui nous parviennent, alors la préparation se fera de façon tout à fait naturelle et simple. Nous serons donc prêts à ascensionner dans la 4ème dimension !

  Guillaume Moreau : Naturopathe, pionnier depuis 12 ans dans les thérapies quantiques, il est le responsable de la société Physio Quanta concepteur de technologie quantique pour la santé et le bien être a MONTPELLIER. Il forme aujourd’hui des thérapeutes et médecins en France et à l’étranger. 

  Il consulte au centre NEMO de Montpellier millénaire avec sa collaboratrice Mlle Lara LELOUCHE : 04.67.65.75.18. 
  Pour demander de la documentation, Société PhysioQuanta 1086 av Albert Einstein 34000 Montpellier 
Tél : 04.67.65.75.18. ou physio@physioquanta.com

Publié dans:ASCENSION, HUMANITE, NATURE, TERRE |on 18 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Des valeurs pour vivre notre pouvoir personnel

 

Par Jean-Claude Genel

Selon une pensée fort répandue, nous traversons actuellement une crise des valeurs. Mais n’est-ce pas justement parce nos valeurs profondes s’adaptent mal à une conception purement matérialiste de la vie ? Découvrons la boussole de nos valeurs pour nous redonner notre pouvoir personnel.

Des valeurs pour vivre notre pouvoir personnel dans GUERISON fleurs-fleurs-roses-00003Qu’elles soient conscientes ou non, nos valeurs dirigent notre vie. Elles pilotent en particulier la qualité de nos relations et sont nos instruments de navigation dans l’existence. Quotidiennement, elles sous-tendent nos décisions, nos actions et nos choix de vie. Paradoxalement, c’est bien souvent par leur absence qu’elles nous interpellent : manque de confiance en soi, de courage ou de patience. Pas assez solidaire, intègre ou bienveillant. En fait, les valeurs nous aident à mesurer le chemin parcouru et, en ce sens, elles sont des moyens d’apprécier notre qualité d’être et d’exprimer le meilleur de nous-mêmes en toute circonstance.

Les valeurs structurent l’être spirituel que nous sommes et facilitent une relation de cœur et d’âme avec les autres. Elles nous offrent une intelligence intuitive par laquelle nous sommes toujours présents à notre « essentiel » dans toute action. C’est ce qui nous permet d’être forts, même dans les moments d’épreuves, et de nous hisser à un autre niveau de compréhension. La voie des valeurs nous évite, dans les moments critiques, de céder à la victimisation et à la faiblesse, à la bêtise. Chaque jour, par les valeurs, nous gagnons en estime de soi et percevons plus finement ce monde intelligent, ce monde d’amour, celui que l’on dit invisible et qui fait la noblesse de l’être. Les valeurs nous révèlent que ce monde est là pour chacun de nous. 

Se rapprocher de soi 
L’étude des valeurs, du courage à la persévérance, du l’humilité à la compassion, a pour fonction de rapprocher de soi, et même de se recentrer sur ce qui est met naturellement de l’ordre dans la vie, à l’image de la Maât des ancien égyptiens. Vivre ses valeurs impose une sacrée responsabilité. On essaie toujours de s’améliorer et de se tenir dans une parfaite intelligence qui génère l’harmonie, une complicité et place la relation à l’autre au-dessus de tous préjugés. Petit, mes parents me disaient toujours « Reste comme tu es, ne t’occupe pas des autres. ». Finalement je me plais à penser que seul mon être spirituel était vertueux et que l’expérience humaine que je représentais ne pouvait que pratiquer les valeurs pour offrir une pensée juste, une parole et un comportement justes.

Une pratique quotidienne… 
« Nous ne sommes pas des êtres humains venus vivre une expérience spirituelle, mais des êtres spirituels venus vivre une expérience humaine ». Cette pensée parle à la fois des valeurs qui permettent de prendre conscience de nos états intérieurs, éternels et des vertus qui placent ces états au-dessus de toute morale. Notre intelligence s’anime et nous permet de retrouver notre verticalité, notre humanité spirituelle. Ainsi, on se sent bien dans son corps et l’on se guérit de bien des maux. Par leur charge essentiellement positive, les valeurs permettent toujours de faire une lecture philosophique de notre vie, c’est-à-dire avec juste ce qu’il faut de distance pour oser exprimer le meilleur de nous-mêmes. Et pour y parvenir sans effort, la pratique quotidienne est une clé irremplaçable ! 

  Retrouvez les douze valeurs fondamentales de l’auteur dans le DVD « Aimer, Guérir, Réussir » et l’ouvrage « Le Sens sacré des Valeurs (3 Monts), en librairie et sur www.gproductions.fr 

  Une « Journée des valeurs » est organisée le 24 avril à Paris et le 25 avril à Ferney-Voltaire sur le thème « Vivez votre Légende personnelle ! ». Infos surwww.gproductions.fr

Publié dans:GUERISON, POUVOIR |on 18 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Contrôler ses émotions

 

 

. Ceci est un travail de tous les jours. Nous devons rechercher la paix intérieure afin d’être capables de distinguer les bonnes émotions des mauvaises. Nous pourrons alors agir en conséquence sans avoir peur de nous faire du mal ou de faire du mal aux autres.

— Contrôler ses émotions ne signifie pas devenir pareil à un bloc de pierre, c’est-à-dire froid et indifférent. Cela veut plutôt dire apprendre à gérer les émotions négatives et irrationnelles qui déséquilibrent l’esprit. La colère, la jalousie, la peur de ne pas réussir sont toutes des exemples de ces émotions qui font que vous perdez le contrôle momentanément de vos vies. Il est  certain que les émotions sont nécessaires à l’épanouissement de l’homme et de la femme. C’est grâce à elles que vous arrivez à exprimer toute la beauté et tout l’amour qui vous font de vous ce que vous êtes.

Contrôler ses émotions dans AMOUR bouquet-de-roses-rosesSeulement, vous devez reconnaître que certaines  émotions sont néfastes et particulièrement aliénantes. En sachant les reconnaître, vous apprendrez à les utiliser plutôt qu’à en devenir des esclaves. Ces émotions sont nécessaires à l’être humain, car ce sont des émotions impliquées dans la transition. Elles servent à passer à un niveau supérieur de conscience et doivent être utilisées comme tremplin. Elles existent dans l’homme et la femme comme des barrières qu’ils doivent franchir afin d’être en mesure, un jour, de se libérer de cette emprise et ultimement parvenir à l’éclosion de la conscience.

Le paragraphe suivant est très important. Il demeure une dernière chose dont je ne t’ai pas encore parlé. Une chose essentielle à l’équilibre des sept lois et à la vie elle-même et cette chose est L’AMOUR! L’amour de soi et l’amour des autres. L’amour doit devenir le fondement de toutes formes et de toutes actions dans le futur. L’amour est l’artère principale qui mène à la conscience.

venez nous rejoindre sur le forum : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Cliquez ici pour accéder au document PDF « Le Messager »

(logiciel Acrobat Reader requis)

Publié dans:AMOUR |on 18 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Respecter toutes formes de vie

 

Le respect de la vie représente un des pas les plus importants que l’être humain doit franchir. Sans le respect de celle-ci, nous ne pourrons jamais commander la matière.

— Vous devez reconnaître que la matière, qu’elle soit fleur, eau, poisson ou pierre, fait partie intégrante de votre être. Si vous voulez atteindre un niveau de conscience qui vous permet d’interagir directement avec elle, vous êtes dans l’obligation de la considérer d’égal à égal, car vous faites partie tous deux de la même source de vie.

Respecter toutes formes de vie dans NATURE dune-de-sable1-182x300Dès que l’être humain reconnaîtra cela, c’est-à-dire dès qu’il ne se situera pas au-dessus de la nature, mais bien au même niveau qu’elle, le travail de fusion avec elle commencera sur la Terre. Quand « vous », habitants de la planète Terre, lirez cela, ce travail aura déjà commencé. Car à partir du moment où l’être humain aura accès à cette connaissance, cette dernière établira des ponts entre elle et lui.

— Mais comment pouvons-nous espérer changer les choses sur la Terre au point de pouvoir un jour atteindre un si haut niveau de conscience? Il me semble que nous partons de si loin…

—Sache que le travail sur la Terre est déjà commencé. Ce n’est qu’une question de temps avant que l’éclosion de la conscience se produise.

— Comme tu as dit tout à l’heure que le temps commençait à presser, je présume que cette deuxième rencontre tire maintenant à sa fin. J’aimerais, si tu le permets, avant de partir, que tu m’expliques comment nous arriverons un jour à ériger de tels monuments.

— Je ferai mieux que cela. Tu assisteras très bientôt à l’élévation d’un tel édifice.

Maintenant mon ami, le moment est venu pour toi de partir. Sois patient et prends le temps de bien décrire tout ce que tu as vu et de bien raconter tout ce que je t’ai dit dans son ensemble. Quand cela sera fait, je reprendrai contact avec toi pour la suite de cette entreprise.

— Tu sais, ce n’est pas évident pour moi ce travail. Je ne suis pas titulaire d’une maîtrise en lettres… Je dois utiliser des mots ordinaires pour essayer d’expliquer quelque chose d’extraordinaire.

— C’est une des raisons pour lesquelles tu as été choisi. Nous devions être sûrs que cette connaissance serait entendue et comprise de tous. Sur ce, mon ami, je te dis :

« À très bientôt… »

 

Cliquez ici pour accéder au document PDF « Le Messager »

(logiciel Acrobat Reader requis)

Publié dans:NATURE, TERRE, TOLERANCE |on 17 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Maîtriser ses pensées

 

Si l’être humain désire un jour pouvoir créer une société idéale, il devra comprendre et appliquer cette deuxième loi. Apprendre à maîtriser ses pensées devra faire partie intégrante de sa vie au même titre que se nourrir tous les jours.

— Tu dois savoir, vous devez savoir, que toutes les pensées que vous avez dans le monde voyagent vers un point qui est défini par cette même pensée. Si elle ne trouve pas de récepteur pour recevoir et emmagasiner cette énergie générée, elle retourne alors à son créateur. C’est donc dire que plus vous émettez de mauvaises pensées, plus vous recevez de mauvaises pensées. Une mauvaise pensée ne peut rien créer. Imagine maintenant, si cette mauvaise pensée est dirigée vers un individu en particulier et que celui-ci est sur la bonne fréquence, même s’il n’en est pas conscient, il la retournera amplifiée. Car l’écho d’une pensée est toujours amplifié. Si ce n’était pas le cas, nous n’aurions aucun avantage à créer des pensées. De toute façon, vous connaissez déjà cela.

Maîtriser ses pensées dans MAITRISE zen1Quand vous parlez de choc en retour, c’est exactement à cela que vous faites allusion. Donc, la pensée est amplifiée et c’est de cette façon que le processus de création peut commencer. Une pensée créatrice n’est jamais négative. Les pensées négatives font en sorte de maintenir l’homme et la femme dans l’ignorance de leurs véritables pouvoirs. Si vous espérez bâtir une nouvelle société gouvernée selon les lois universelles de la création où règnent paix et amour, vous devez absolument apprendre à maîtriser vos pensées. Au fur et à mesure du déroulement de ce processus, vous deviendrez de plus en plus conscients de la vie qui vous entoure. En devenant conscients de cette vie, vous apprendrez à être respectueux à son égard. Vous pourrez alors lui ordonner et elle vous obéira, car vous faites partie de la race des créateurs. Dès le moment où vous serez capables de contrôler totalement vos pensées, votre puissance sera telle que vous deviendrez les bâtisseurs de votre propre destinée. La conscience est la science du nouveau monde.

 

Cliquez ici pour accéder au document PDF « Le Messager »

(logiciel Acrobat Reader requis)

Publié dans:MAITRISE, PENSEE |on 17 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Les cycles et le choix d’incarnation

 

Par le Collectif Ashtar 
 le 23 juillet 2012 par Simon Leclerc 

Salutations à vous chers enfants de la Terre, 

Il nous fait plaisir de revenir vers vous en cette période de transition si importante pour votre humanité. Beaucoup d’éléments se mettent en place en ce moment sans que vous n’en soyez conscients. C’est une période bénie qui vous permet de raffiner votre préparation et de rester attentifs aux prochains signes que la vie vous présentera. Qu’il en soit ainsi. 

Dans notre dernier message, nous avons souligné le fait que la survie et la peur du manque éveillaient chez les Êtres un état qui les éloigne de leur pulsion d’association naturelle. À un niveau plus global, les Êtres se sont rassemblés dans les grandes cités pour se sécuriser, tout en y vivant de façon individualiste. Mais cette sécurité est artificielle et en vérité, les Êtres se sont plutôt déconnectés graduellement des cycles naturels de la vie qui leur témoigne à chaque instant que la planète est abondante. 

Les cycles 

Les cycles et le choix d'incarnation dans REINCARNATION astreLa lune, le soleil et les différentes étoiles sont étudiés depuis le début des temps par vos initiés, parce que leur parcours orbital influence la vie sur Terre. L’Univers fonctionne par cycles, et les Êtres humains aussi. Mais ces derniers se sont déconnectés des courants naturels, car ils avancent trop souvent à contre-courant. Ils voudront pousser lorsqu’il est temps de se déposer, et ils voudront ralentir lorsqu’il est temps d’avancer. Ainsi, plusieurs Êtres arrivent difficilement à transformer les choses, parce qu’ils agissent contre nature. Lorsque la vague repousse l’eau au rivage, c’est alors que l’Être est invité à nager pour regagner la berge, et non au moment du reflux. 

Symboliquement et de façon très concrète, il est important de comprendre les cycles pour faciliter le parcours dans l’incarnation. Beaucoup d’Êtres tentent de changer les choses avec une forme d’acharnement au moment où ils sont plutôt invités à les contempler avec un regard amoureux. Et les Êtres auront alors l’impression qu’ils sont impuissants puisque rien ne bouge. Et s’ils ne sont pas attentifs, ils émettront en plus un jugement envers eux-mêmes, ce qui viendra empirer la situation. 

L’impuissance 
Au moment où l’extérieur invite les Êtres à créer un changement, animé par leur feu intérieur qui s’allume, les Êtres entrent en résonnance avec leur impuissance et les jugements qu’ils ont émis envers eux-mêmes au moment où ils ont voulu changer les choses et qu’ils n’y sont pas parvenus. C’est alors que le saboteur intérieur entrera en scène pour confirmer l’impuissance, parce que c’est ce qui aura été enregistré intérieurement, ce qui viendra amplifier la stagnation. 

Le saboteur inconscient chez un Être l’amènera à avancer à contre-courant. Lorsqu’il aura envie de changer les choses, ses mémoires et conditionnements d’échecs passés lui rappelleront son incapacité à le faire. Ces jugements déjà présents en lui seront réveillés par sa sensation d’impuissance, résultat de l’impasse dans laquelle il s’est placé. Et il est difficile de sortir de cette spirale lorsque l’Être n’est pas conscient du processus. Qui plus est, en déconnectant les Êtres des cycles naturels de la création, les grandes cités de votre planète ne participent pas à rétablir l’équilibre rompu. Au contraire, elles l’amplifient. 

La vie fonctionne par cycle, et les humains s’en sont coupés massivement. Voilà pourquoi la vie à la surface de la Terre est devenue difficile. Au moment où l’Être est invité à agir il se sabote, et au moment où il veut se déposer pour ressentir son cycle naturel, il n’y arrive pas parce qu’il est coupé de lui-même. Et c’est ainsi que les Êtres de vos sociétés, séparés des cycles lunaires et solaires, avancent à contre-courant. Ne suivant plus les marées ascendantes et descendantes, ils ont perdu de vue le soutien naturel que la vie leur offre continuellement dans leur incarnation.

Les fruits de la nature 
À chaque instant, la nature offre ses fruits de façon surabondante à qui sait les recueillir. À elle seule, cette nature représente l’infinie abondance de l’Univers. Elle est l’image de la vie en perpétuel mouvement. Dans la nature, le vide et le manque n’existent pas. Pourtant, tant d’Êtres expérimentent ces réalités. Ils sont coupés des cycles de la nature et oublient que tout autour d’eux leur propose l’abondance. 

Le manque est une illusion créée par l’homme qui a peur, afin d’avilir ses frères et sœurs. Cette utopie est née de la sensation de séparation de l’homme avec la vie. 

Celui qui plante les carottes sait qu’au moment de la cueillette, il doit recueillir les légumes. Si, par peur d’en manquer dans son futur, il choisit d’attendre, il perdra sa récolte entière. La peur du manque ne peut justifier l’attente, car dépassé un certain seuil, les légumes commenceront à dépérir dans le sol. Rien ne se perdra, puisque la nature récupèrera l’engrais ainsi produit pour nourrir la prochaine récolte. Mais elle n’attendra pas que l’humain soit prêt. 

Lire la suite ici…. 

Publié dans:REINCARNATION |on 16 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Qui a écrit le programme reptilien ?

 

John Lamb Lash
Traduction par Dominique Guillet de l’essai « Reptilian Agenda »
Sur l’Origine du Script Annunaki

Dans une édition de “Collectors” intitulée “Secrets of Da Vinci Code”, et publiée par US news et World Report, il y a un bref interview de James Robinson, l’éditeur général des Codex de Nag Hammadi. En réponse à la référence de Dan Brown aux textes et parchemins de Nag Hammadi, Robinson souligne que “ce sont des codex – des livres avec des pages individuelles. Ce sont, en fait, les exemplaires les plus anciens que nous possédions d’ouvrages avec des reliures en cuir”.

Qui a écrit le programme reptilien ? dans REPTILIENS logo-ovni-euLes Codex de Nag Hammadi, quelle que soit la signification que l’on attribue à leur contenu (et nous avons juste commencé à appréhender ce qu’elle pourrait être) sont en effet de rares artefacts originaux qui sont les exemplaires les plus anciens d’ouvrages reliés qui aient survécu. Une lecture attentive de ces traités ésotériques met en valeur que les Gnostiques, tels qu’étaient appelés les instructeurs et instructrices des anciens Mystères, s’intéressaient intensément à l’intrusion extra-terrestre dans les affaires humaines. Les entités, qu’ils appelaient les Archontes, semblent être identiques aux ET de l’ufologie moderne. Les deux types de Gris et de Reptiliens sont explicitement décrits dans les codex. J’estime qu’environ un cinquième des écrits majeurs de ces codex concerne les Archontes, leur origine, leur stratégie et leurs motivations.

Le Mythe de Sophia, l’histoire de la création Gnostique, explique que les Archontes ont pour origine une anomalie dans l’ordre cosmique. “Le système planétaire dans lequel nous demeurons a pour origine une erreur” (L’Evangile de Philippe. CNH II.3. 75.5). Ce passage étonnant fait allusion à la conception Gnostique selon laquelle le système solaire fut engendré par la collision de l’Eon Sophia avec la matière atomique inerte alors que la Terre fut formée à partir du pouvoir conscient, vivant et divin de Sophia. Tout étrange que cela puisse paraître, cette vision est compatible avec l’astronomie moderne. Nous savons que le système solaire, dans son ensemble, est dominé par la chimie inorganique et ne peut pas entretenir la vie au contraire de la biosphère qui se caractérise par une chimie organique. Les Gnostiques affirmeraient que cela est ainsi parce que la Terre est l’incarnation de Sophia tandis que le système solaire est la création et la demeure des Archontes. La découverte de cette différence entre les aspects organiques et inorganiques de notre système solaire conduisit James Lovelock à formuler l’hypothèse Gaïa.

Les documents terrestres les plus anciens sous forme de livres contiennent donc une avant-première de la théorie de Gaïa et, en sus, une narration de l’intrusion extra-terrestre. Qu’en est-il des écrits connus les plus anciens? Selon les archéologues, l’écriture cunéiforme fut inventée en Mésopotamie vers 3200 avant l’ère commune, bien avant que les livres n’apparussent. Les écrits cunéiformes sur des tablettes d’argile présentent un répertoire extensif de récits sur la préhistoire humaine. Les textes cunéiformes tels que “Atrahasis”, “Enuma Elish” et “Enki et l’Ordre du Monde”, décrivent une race non-humaine appelée les Annunaki “ceux qui du ciel vinrent sur terre”, ainsi que Zecharia Sitchin traduit ce terme. Sitchin est réputé pour ses ouvrages très fouillés sur les Annunaki qu’il identifie avec les Nephilim de la Bible, les “Veilleurs” du livre d’Enoch. Ce sont des entités extra-terrestres qui “visitèrent les filles des hommes” ainsi que le narre la Genèse.

L’histoire cunéiforme des Annunaki décrit comment une race extra-terrestre intervient profondément dans l’évolution humaine. Sitchin, et d’autres, acceptent ce scénario comme si c’était l’histoire réelle d’événements de la préhistoire. Les tablettes décrivent comment deux leaders Annunaki, Enki et sa demi-soeur Ninhursag, créèrent une race esclave hybride à partir de populations autochtones simiesques de la planète. Un “programme extra-terrestre d’hybridation” est donc au coeur de la narration Annunaki. C’est un fait indiscutable que cette histoire est contenue dans les écrits les plus anciens mais cela signifie-t-il que cette histoire soit véridique?

Les ouvrages les plus anciens et les écrits les plus anciens nous racontent la même histoire. N’est ce pas étonnant? A ma connaissance, on n’a prêté que peu ou pas du tout d’attention à cette “coïncidence” étrange.

Lire la suite ici ….. 

Publié dans:REPTILIENS |on 16 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Spirit Of The Eagle par Diamantine

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans:ANIMAUX, VIDEOS à voir |on 13 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Les Atlantes et les égyptiens

Les rescapés du déluge de l’atlantide

 

« Les Atlantes et les égyptiens adoraient Dieu sous sa forme solaire. » 

 

Rescapés du Déluge

Une tribu d’Indiens blancs, appelés Parias, vivait jadis au Venezuela dans un village qui portait le nom significatif de « Atlan ». Elle maintenait la tradition d’un désastre qui avait détruit son pays, une vaste île de l’Océan.

Plus de 130 tribus d’Indiens d’Amérique conservent les légendes ayant trait à une catastrophe mondiale. 
Il y a 12 000 ans environ, a eu lieu le déluge.

Les rescapés se sont réfugiés sur les « cinq hauts plateaux du globe : Iran, Himalaya, Abyssinie, Montagnes Rocheuses, Altiplano péruvien. » 

Les Atlantes et les égyptiens dans ATLANTES egypte-4-300x272« La catastrophe eut lieu durant la présence du Soleil devant la constellation du Lion. Le cataclysme fut d’une telle violence que la terre pivota sur son axe et que le globe solaire qui avançait dans le ciel ne le fit plus, mais rétrograda, c’est à dire qu’il parut reculer alors qu’étant fixe c’était simplement la terre qui avait changé de rotation dans l’espace.

Mais le phénomène que retinrent les survivants de cette colère divine fut que le soleil ne se levait plus à l’ouest mais à l’est, et qu’il se couchait sur leur pays englouti depuis ce jour là. »


Le Maroc était une colonie atlante avant le cataclysme. Elle était la Terre la plus proche du continent disparu.
C’est pourquoi les rescapés atlantes y débarquèrent à la disparition de leur continent. Ils se réfugièrent au nord de la région d’Agadir, à Tamanar.

D’après des géologues marocains, l’ancien pôle Nord (avant son renversement) se trouve dans le sud d’Erfoud, dans le Sahara. 
Quand eut lieu la destruction finale de l’Atlantide, certains se réfugièrent dans le pays Maya (actuel Yucatan).

10/02/1935 : le Washington Herald publiait un article de F.A. Mitchell-Hedges, explorateur britannique de grand renom, membre de la Commission Maya du British Musueum, qui a trouvé les vestiges d’une civilisation inconnue dans les îles situées au large de l’Amérique Centrale. Cette civilisation, disait-il, « pourrait bien être celle de la légendaire Atlantide ».

Le musée de l’Indien d’Amérique, fondation Heye, à New York écrit à Mitchel Hedges :
« Vos observations et les explorations américaines officielles au Nicaragua prouvent incontestablement qu’en des temps très reculés un mouvement terrestre d’une extraordinaire ampleur et d’une force cataclysmique a dû se produire dans cette partie du monde, et vos fouilles ont sans aucun doute mis au jour les vestiges d’une civilisation préhistorique, qui existait avant ces cataclysmes. 
Les habitants d’Amérique Centrale étaient formé d’un métissage entre ceux de l’Atlantide, Mu et Oz (ou Og située en terre péruvienne).
Edgar Cayce fait de nombreuses allusions à des arrivées des atlantes en Egypte et dans les Pyrénées. Avant la destruction, les Atlantes allèrent en Egypte, dans les Pyrénées, au Yucatan, et dans le pays d’Og. 

Ou sont situées les Archives et documents traitant des Atlantes ?
« Les uns dans la Terre Atlante qui fut engloutie, et qui ressurgira, et remonte déjà vers la surface; d’autres dans ce lieu proche du Sphinx où se trouvait la salle des Archives, en terre égyptienne; et d’autres encore dans le pays aryen, au Yucatan, où le temple qui fut construit là bas existe encore (2012-1, 25/09/1939) 

Il y a une salle en Amérique du Sud où se trouvent des disques (dans un métal inconnu aujourd’hui) contenant l’Histoire passée et future datant de l’Atlantide (fin).
Dans l’Himalaya se trouvent des instruments pour déchiffrer. 

1940 : Edgar Cayce prédit que l’enregistrement des systèmes par lesquels les Atlantes fabriquaient de l’énergie se trouve dans une partie effondrée de leur continent, dans la boue marine, près de la Floride, au lieu appelé Bimini, où se trouvent les restes d’une portion de temple.

1970 : Bimini : des murailles ont été détectées à Bimini. 

Par Edgar Cayce – Anne Givaudan – Robert Charroux – Albert Slosman - Andrew Tomas 

Publié dans:ATLANTES, O.V.N.I et E.T. |on 11 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

PROGRAMMER LA MAGIE

Alors, systémisme ou psychanalyse ? 

Chaque école propose sa clé au mystère familial.
Et le poltergeist ?
Chaque école apporte son explication. 

Selon le systémisme, exprimer les tensions trop fortes étant devenu impossible tant elles mettent en péril son homéostasie, la famille les répercute sur sa demeure, interface du système, par le biais d’un « adolescent coupable » jouant le rôle de patient identifié sans symptôme. 

Pour les psychanalystes, c’est l’inconscient groupal qui, sous l’effet de pulsions archaïques contradictoires et inavouables, est projeté et explose sur les murs de la maison, membrane matérialisée de l’appareil psychique familial.

PROGRAMMER LA MAGIE dans PENSEE meriusQuel modèle adopter ? La famille, système ou entité rêvante ? Le réseau de liens, de mythes et de croyances ou l’ectoplasme hirsute ? 

Faut-il d’ailleurs choisir ? Après tout, les deux visions paraissent compatibles. Si elles cultivent des images différentes de l’individu, toutes deux considèrent la résistance au changement et la nécessité d’évoluer comme les tendances opposées du fragile équilibre familial, et voient dans le poltergeist un symptôme comme les autres, bien que plus marqué d’irrationnel. 
Un débat fait pourtant rage entre psychanalystes et systémistes, particulièrement quant aux méthodes d’intervention applicables aux familles.

Travailler uniquement sur le présent et sur la communication, disent les psychanalystes, sans mettre à jour les processus inconscients, c’est courir le risque de voir apparaître le « syndrome pop-corn » : la fille anorexique devient boulimique, si elle va mieux son frère développe soudain un autre symptôme, ou bien le malaise devient général et éventuellement un poltergeist éclate. Pour les analystes, une thérapie doit restituer aux patients leur histoire par la levée des refoulements et aboutir à « l’insight », prise de conscience des pulsions fondamentales en jeu dans la situation, sans laquelle aucun problème ne peut-être définitivement résolu.

Mais que dirait-on d’un médecin qui prétendrait rendre pour toujours la santé à ses patients, d’un mécanicien annonçant que sa réparation tiendra éternellement ?, rétorquent les systémistes. Pourquoi demander aux psychologues une disparition permanente des problèmes, que l’on n’exige de personne d’autre ? La vie comporte une montagne de difficultés, qu’il vaut mieux apprendre à gérer que vouloir résoudre àjamais, espoir vain dont l’échec renforce la famille dans son sentiment d’impuissance, excusant toutes ses résistances ! De plus, les systémistes considèrent comme dangereux, voire malsain, le récit des rêves en famille, ouverture d’une boîte de Pandore sur des pensées qui gagneraient à rester ignorées, notamment des enfants. L’inconscient est volage et parfois agressif. Imaginez les conséquences de l’aveu d’un rêve meurtrier ou sexuel ! Le partage des rêves, s’il est possible dans certaines sociétés où l’habitude entraîne à faire la part des choses, représente chez nous le risque de les voir pris au pied de la lettre. Pire encore, il est contre-productif. Violer le jardin secret propre àchacun va à l’encontre du processus d’individuation. Et lever des refoulements qui forment souvent la base des croyances familiales, c’est s’opposer aux conceptions du monde qu’elles sous-tendent au lieu de s’en servir. Quant à la prise de conscience, si elle permet de connaître en profondeur tous les éléments d’un problème, aide rarement à en sortir, comme le rapporte la blague du bègue qui, au bout de dix ans d’analyse, bégaye toujours, « mais maintenant sait pourquoi » ! L’insight dépend des capacités de chacun, et de nombreuses familles ont plus besoin d’outils pratiques pour changer que des interprétations parfois fort compliquées que leur propose la psychanalyse. 

Ce conflit oppose aussi deux conceptions de la psyché, et du monde. Pour la psychanalyse, le psychisme demeure principalement individuel, sa cartographie est verticale, montant de l’inconscient au préconscient puis au conscient. Le monde est le reflet du dialogue entre ces éléments, dans l’opposition entre individu et collectif. Pour le systémisme l’individu existe avant tout dans les relations, son psychisme est commandé horizontalement par l’action complémentaire et parfois contradictoire des deux hémisphères cérébraux, et le monde est le lieu de la communication entre différents éléments d’un système. 

Au delà d’un accord fragile sur les pathologies, ces points de vue semblent inconciliables, entraînant avec eux des divergences sur les images du monde, le vocabulaire et les méthodes. 

Pourtant, les dissentions s’affirment moins vigoureuses lorsqu’on approche les praticiens qui se préoccupent de travailler sur le terrain plutôt que de théoriser. Le systémisme, arrivé tardivement et encore peu reconnu en France, a été adopté par des professionnels qui avaient pour la plupart reçu auparavant une formation freudienne, contrairement à d’autres pays où furent formés à la thérapie des néophytes venus d’horizons divers, sans aucune connaissance psychologique préalable, pratique inimaginable dans un pays aux structures rigides comme le nôtre. Bien qu’elle enflamme les théoriciens, la lutte entre les deux écoles ne passionne guère les praticiens français et beaucoup conjuguent pratique de l’analyse individuelle et thérapie familiale. 

Ainsi Nicole, thérapeute analytique à l’hôpital psychiatrique de Laborde, la Mecque de l’antipsychiatrie française, et praticienne familiale systémiste dans la ville voisine : 

 » Ma formation de systémiste, avoue-t-elle sans embarras, m’a surtout servi personnellement. Elle m’a permis d’acquérir une vision plus large de la vie, de relativiser le contenu transmis par les mots, de m’ouvrir à l’analogique, aux gestes, aux regards, aux positions, au ton de la voix, à tout ce qui permet de recadrer le langage dans un contexte qui l’éclaire et parfois le modifie. 
 » Cela m’aide tout le temps, ajoute-t-elle, même devant le journal télévisé, je peux recadrer les problèmes, car je sais qu’il y a dix façons de présenter les choses, que cela dépend par quelle porte on les aborde. Face à une famille, on utilise sans cesse cette approche, on tente une hypothèse, c’est une porte, et si cela ne marche pas, on entre par une autre. Impossible dans les pathologies lourdes rencontrées à Laborde, pour des raisons tant pratiques qu’institutionnelles, la thérapie familiale fait d’abord l’objet d’une séance d’évaluation, en fonction de laquelle nous proposerons soit une thérapie individuelle si le problème est personnel et relève de la psychanalyse classique, soit une thérapie de couple, soit une thérapie familiale. Celle-ci nous paraît indiquée et semble efficace dans tous les cas de problèmes collectifs, de symptômes circulants, dans la majorité des problèmes enfantins, comme l’énurésie, les angoisses et phobies, l’anorexie, mais aussi dans les pathologies dites comportementales comme l’alcoolisme, la toxicomanie ou l’agressivité. Mais ce n’est ni la panacée universelle ni même le garant du succès.

– D’autant plus, fait remarquer Anne Michel qui travaille dans un centre médico-social de la région parisienne, que le problème pratique fondamental ne se situe pas dans le choix entre systémisme et analyse, mais dans la population à laquelle on a affaire. Dès que vous mettez en péril l’homéostasie d’une famille particulièrement rigide, elle sabote la thérapie familiale, par abandon, ou par des actes manqués, des absences de l’un ou de l’autre sous de faux prétextes, ou encore par une aggravation de l’état du patient identifié justifiant une hospitalisation. Nous en sommes réduits, surtout dans le cadre médico-social où la thérapie est souvent imposée de l’extérieur par l’école ou les organismes sociaux, à revenir à une thérapie individuelle alors que nous savons bien qu’un traitement familial serait la meilleure solution. Qu’elle soit systémiste ou analytique, la thérapie familiale a ses limites, qui sont celles de la famille elle-même.

Pour Xavier Colle, psychologue au Centre Monceau de thérapie familiale spécialisé dans le traitement de la toxicomanie, la différence théorique est pourtant fondamentale. 

– Le systémisme, dit-il, peut englober la psychanalyse car il se trouve à un niveau d’abstraction supérieur. Comme le montre von Bertalanffy dans sa Théorie générale des systèmes, le systémisme utilise des modèles et peut effectuer des transferts d’un savoir à un autre car il s’intéresse aux interactions plus qu’aux caractéristiques individuelles. Un systémiste observera les relations, les communications, les réseaux et les coalitions, les phénomènes de causalité linéaire et circulaire dans lesquels la famille est prise, ce que la psychanalyse ne peut faire, puisque son objet est l’inconscient, considéré dans une logique intra-psychique de causalité linéaire. 

 » Cela dit, la rivalité entre les deux écoles de thérapie familiale est placée sur un plan intellectuel alors que sur le terrain elle se situe sur un plan commercial, c’est une défense de territoires, de bastions, de privilèges, un débat typiquement franco-français, sans intérêt. Certains thérapeutes du centre où je travaille ont une approche psychanalytique, sans aucune formation systémique. Je suis en désaccord avec eux, mais parfois je me rends compte qu’en fait, ils travaillent pratiquement comme moi, la pertinence et la finesse de leurs interventions sont totales. Un bon clinicien est un bon clinicien quel que soit son modèle. »

Rassurante réconciliation. Mais, si les conceptions d’un clinicien sur la famille et la thérapie importent peu, quels facteurs déterminent sa valeur et son efficacité ?

C’est pour répondre à cette question que John Grinder, psychologue et linguiste, et Richard Bandler, psychologue et mathématicien, décidèrent dans les années soixante-dix d’observer méthodiquement des interventions thérapeutiques. Par une démarche typiquement nord-américaine, ils choisirent des psychologues reconnus comme étant les meilleurs, sans se préoccuper de leurs écoles ou de leurs chapelles, filmèrent et analysèrent avec minutie leurs pratiques. Surprise ! En concentrant leur attention sur ce que les thérapeutes faisaient vraiment, sans tenir compte de ce qu’ils disaient faire, ils découvrirent certains types d’interactions communs à tous, et pour la plupart inconscients, comme s’il existait, au delà des théories divergentes, de grands schémas directeurs de l’activité thérapeutique. Partant du principe, après tout discutable, que l’on peut enseigner ce à quoi certains excellent sans en être conscients, ils reprirent ces grands shémas, pour en extraire des données susceptibles de « modéliser l’excellence ». On pense aussitôt à l’écoute, indispensable préalable àtoute relation d’aide. Pourquoi certains semblent-ils posséder un talent inné pour susciter la confiance et inviter autrui à s’épancher librement ?
Mais la question est plutôt de savoir comment. Et précisément, Grinder et Bandler cherchaient à élaborer un modèle, non une théorie. Une théorie essaye d’expliquer pourquoi un système fonctionne comme il le fait. Eux s’intéressaient au comment, voulaient décrire le fonctionnement du système, tentaient d’en dégager un modèle, puis d’en élaborer une réplique plus performante. D’abord limité au système thérapeutique, leur modèle fut rapidement étendu à toutes les communications, et baptisé Programmation Neuro-Linguistique (PNL). Le terme paraît quelque peu ostensiblement cybernétique et post-moderne. Il suffit de le décortiquer pour en comprendre le sens. 

La programmation constitue l’ensemble des croyances, souvenirs, façons de penser, de ressentir et de se comporter à partir duquel une famille, un individu ou un groupe construisent cette réalité de deuxième ordre dont parle Watzlawick. C’est le produit de cette écologie des liens dont parle Jacques Miermont.

Toute programmation nécessite un « hardware » sur lequel s’imprimer, un support physique, constitué chez l’être humain par le système neurologique. L’activité humaine repose sur l’utilisation des cinq sens et sur l’excitation neuro-cérébrale, d’où le « neuro » de cette programmation.

Elle est dite « linguistique » parce que c’est le langage, verbal ou non, qui structure l’activité mentale et reflète la programmation spécifique à chacun. 

Prise au pied de la lettre, la PNL ressemble fort à une nouvelle version des vieilles conceptions réductrices de l’humain, le comparant aujourd’hui aux ordinateurs après en avoir fait une mécanique horlogère ou une cellule. Elle présente pourtant deux avantages : elle ne prétend pas être autre chose qu’une grille de lecture, et elle englobe la communication comme caractéristique fondamentale de l’activité humaine. Loin de définir la nature profonde de l’être humain, elle s’attache à montrer comment il fonctionne, et surtout communique.

C’est en effet à partir de l’observation de la façon dont les thérapeutes communiquaient avec leurs patients que Grinder et Bandler dégagèrent des concepts plus généraux, destinés selon eux à rendre les relations plus harmonieuses, quels que soient leur cadre et le système de croyances qui les sous-tendent. Ils remarquèrent par exemple que, malgré les différences de discours et de méthodes d’intervention, tous les thérapeutes particulièrement efficaces semblaient copier leur attitude, leur vocabulaire, souvent même leurs gestes, sur ceux de leurs patients, par cette sorte de mimétisme naturel immédiat dont le guérisseur Jean Favier nous avait montré l’efficacité et Laurent Corbin souligné l’importance. 

tempete-en-mer-189x300 dans POLTERGEISTS et LEGENDESLes fondateurs de la PNL en déduisirent le modèle et les méthodes de la « synchronisation », que le bon sens populaire illustre par l’adage bien connu « chez les Romains, faites comme les Romains ». Hypocrisie, proclameront certains, considérant avec dédain les vertus du caméléon comme une manipulation, une faiblesse de caractère ou une perte d’identité. Certitude à la vue bien courte, répondent les PNListes (pé-ène-elle-iste), qui conduit à passer sans cesse à côté de l’autre et à ne pouvoir communiquer que dans le ghetto relationnel de ceux qui pensent, parlent et se comportent comme vous. Certitude commune, ajoutent les thérapeutes familiaux familiers des idées PNListes, aux membres de familles à transactions rigides et illusion puissante, incapables de se démarquer de leur milieu et de s’ouvrir au monde. 

Se synchroniser demande en effet de sortir de soi-même, impose l’observation, la prise en compte et l’imitation, inconscientes chez certains, du mode de perception sensorielle de l’autre que la PNL dénomme système VAKO, pour Visuel, Auditif, Kinesthésique ou Olfactif. Chaque individu privilégie l’un ou l’autre de ces modes de perception, qui transparaît dans son langage. D’un même propos un Visuel dira « Je vois clairement de quoi vous voulez parler », un Auditif : « J’entends bien que vous me dites », un Kinesthésique : « Vos propos me touchent », et un Olfactif : « Je sens que nous pourrions collaborer ». Les membres d’une famille partagent en général un même type de vocabulaire spécifique. Tout comme le mode de perception qu’il transcrit, celui-ci traduit leur façon d’appréhender la réalité, de construire le réel, et véhicule leur système de croyances. 
La PNL apporte de lumineuses précisions sur le processus de construction du système de croyances propre à l’écologie familiale. Avant de se construire un monde, une famille doit approcher celui qui existe, et dépend pour ce faire de limitations d’ordre neurologique, sociologique et personnel. Approche du monde et limitations sont loin d’être des concepts abstraits. Ce n’est pas pour rien, par exemple, que l’on dit souvent d’ene maison qu’elle reflète le mode de pensée de ses habitants. Avant de la choisir ou de la faire construire, une famille en visite plusieurs, examine des plans : c’est l’approche. L’être humain diffère de l’animal, il lui est impossible de vivre en pleine nature, à l’air libre : c’est sa limitation neuro-physiologique. Le choix sera déterminé par des critères de prix, de confort, d’esthétisme qui sont le reflet de limitations sociologiques. Il y entrera enfin des préférences irrationnelles éminemment personnelles.

A partir de leurs limitations, une famille et les individus qui la composent construisent leur univers, intérieur autant qu’extérieur, grâce à trois facultés que possède la pensée pour se fabriquer des modèles à partir du réel. 
La généralisation dirige l’apprentissage. Savoir monter un escalier ou rouler à bicyclette signifie pouvoir monter tous les escaliers et enfourcher n’importe quel vélo. 

La sélection évite d’être submergé par toutes les informations que rapportent les sens, permet d’enregistrer celles qui sont utiles. Un automobiliste concentre son regard sur l’essentiel et délaisse le superflu. 

La distorsion, enfin, représente le travail de l’imagination, transforme la réalité et change l’expérience sensorielle. Les ciels fous de Van Gogh transmettent l’émotion, on « voit » la belle maison que donnera une ruine une fois bien rebâtie. 
Déterminantes dans le mode de fonctionnement et le système de croyances que se constitue une famille, ces trois capacités illustrent le paradoxe inhérent au phénomène familial, car autant elles contribuent à fabriquer sa vision du monde, autant elles peuvent en appauvrir les ressources et rétrécir les dimensions, par un processus de boucles auto-justifiantes caractéristique de la causalité circulaire. Chacune possède aussi en effet ses aspects négatifs. Avoir vécu une relation tendue avec son père peut entraîner à rencontrer des difficultés avec tous les hommes. Une sélection morbide peut inciter à ne relever dans les situations que leur côté dramatique et à oublier ce qui va bien. La distorsion négative conduit à prendre la critique d’un comportement pour un rejet de la personnalité, à se mettre martel en tête, « elle ne m’a pas souri, ô pleurs, elle ne m’aime plus ».

Pour la PNL toute communication, familiale ou autre, se situe sur deux niveaux : le contenu de ce qui est dit, et le processus, qui représente comment les choses sont dites et détermine à l’insu des interlocuteurs la relation qu’ils vivent, comme la « ponctuation » des systémistes. Pour être efficace et durable, un changement doit concerner le processus, car le comment est le plus fondamental, en particulier dans les tensions. Une famille n’est pas rigide par plaisir, elle ne vit pas avec bonheur ses problèmes ou la pathologie de l’un de ses membres, elle ne crée pas un patient identifié par volonté de vengeance ou d’échec, mais parce qu’elle ne sait pas comment faire autrement. 

Sur ce point encore, la PNL et le systémisme se rejoignent. La deuxième génération de systémistes affirme en effet que le symptôme, s’il est la preuve d’un dysfonctionnement du système tout entier, représente surtout une formidable adaptation à ce dysfonctionnement. « C’est la solution qui pose problème, pas le problème ! », disent-ils.
Plus encore, affirment les PNListes, les ressources nécessaires au changement sont présentes dans la dynamique même de la pathologie. 

Devant de telles affirmations l’esprit logique se rebiffe. Bon, d’accord, admettons : bien que son origine collective ne paraisse pas toujours évidente, le symptôme n’est qu’un signal. Le patient identifié joue le rôle de disjoncteur d’un système sous tension, le poltergeist sert à exprimer le malaise familial. Mais de là à penser qu’une pathologie recèle, en elle-même, le remède aux problèmes qu’elle dénonce, ne serait-ce pas pousser le bouchon un peu loin ?

La question méritait d’être posée à des représentants de cette nouvelle école aux affirmations bien surprenantes.

Jane Turner et Bernard Hévin, psychologues et PNListes parisiens, animent le « Dôjô », centre de formation aux techniques de la PNL. Dans ce duo parfait, chacun reprend les paroles de l’autre pour en renforcer l’impact. Bernard, agitant sans cesse son corps compact de judoka, fourrage d’une main nerveuse une barbe touffue dont il semble sortir soudain, comme des lapins d’un chapeau, les bons mots, anecdotes et histoires drôles dont il fleurit son discours avec la voix forte et posée de l’homme habitué à parler en public. Jane, impeccable de blancheur, si droite sur sa chaise qu’elle en paraît immobile, lui donne le répons d’un ton doux agrémenté d’une pointe d’accent anglais, qu’elle ponctue parfois d’un geste élégant. 

Jane et Bernard furent les seuls psychologues rencontrés dans cette enquête à spontanément s’intéresser au poltergeist, que les autres, exceptée bien sûr Djohar Si Ahmed qui les connaît de près, semblèrent considérer comme un symptôme parmi d’autres, sans signification ni teneur particulières, pour certains plus proche du délire hallucinatoire collectif que d’un phénomène remettant en question nos certitudes (croyances ?) sur la nature de la matière et les capacités du psychisme.
 » N’ayant pu observer directement de tels phénomènes, dit Bernard Hévin, je peux réfléchir uniquement sur ce qu’ils indiquent quant au système de croyances des familles qui les vivent. Et pour un PNListe, c’est particulièrement intéressant : comment une famille arrive-t-elle à un moment donné à produire un événement pareil, négatif, perturbateur, désagréable et surtout en apparence étranger à elle-même ? Si elle est capable de le produire négativement, elle doit pouvoir le produire avec des effets positifs, à l’utiliser d’une autre manière. Quelles que soient les choses que l’on fait, ce n’est pas pour qu’elles nous nuisent.

– C’est l’idée de base, la croyance fondamentale de la PNL, intervient Jane Turner. Une intention positive existe dans tout phénomène. La question posée ne sera évidemment pas : en quoi est-il positif ?, mais : quel est le besoin sous-jacent qui demande une réponse et a pour l’instant trouvé cette issue-là ?

– Vous rejoignez donc la conception systémiste du malaise ?
– Tout à fait. La PNL reprend d’ailleurs toutes les techniques systémistes, la prescription du symptôme, l’injonction paradoxale de ne surtout rien changer, etc. Mais nous allons plus loin dans l’utilisation du symptôme ou, si vous préférez, nous en restons là où est la famille, c’est-à-dire avec son problème, sans chercher à savoir quelles en sont les raisons, ni à changer son système de pensée et de croyance.

– Imaginons que nous intervenions dans l’affaire des apparitions de poteries que vous décriviez, reprend Bernard. Dans un premier temps, nous nous efforcerions d’établir une relation avec cette famille, pour adopter son langage, ses croyances, nous synchroniser avec elle, la mettre en confiance. Il ne s’agit pas d’arriver dans la pièce et de leur conseiller gentiment d’accepter la mort de leur fils, ni de leur dire : « Vous êtes encore plus fous que les fantômes que vous inventez », ni de proclamer : « Vous savez, ce phénomène, c’est vous qui le produisez, et devinez quoi ?, derrière lui se cache une intention positive ! » Ça ne marcherait jamais ! Ensuite nous chercherions à leur faire préciser quelle est leur demande. Arrêter ce vacarme et ces apparitions ? Avant d’élaborer une tactique d’intervention, nous travaillerions sur leurs points de repère, pour faire émerger le rôle que joue le phénomène. Si, parce que le guérisseur est venu et a mis fin aux troubles, ils sont incapables de préciser cette demande, je leur demanderais par exemple : « Qu’est-ce que vous allez mettre à la place ? ». Cela les surprendrait, et s’ils ne savent pas, nous réfléchirions ensemble là-dessus, ce qui les amènerait à rechercher en quoi ce poltergeist leur servait. Ma question est au présent, et dirigée vers l’avenir, donc positive, mais elle conduit à remonter la Ligne de Temps, dont Jane est une grande spécialiste.

– La Ligne de Temps, poursuit Jane avec un sourire indulgent envers son partenaire, rejoint les délégations trans-générationnelles dont parlent les systémistes, et le système d’allégeances qui en découlent. Un événement passé n’a pas de véracité absolue, il n’existe que dans l’intériorisation que chacun en fait, en termes non seulement de souvenirs, mais aussi de signification. Il s’agit de trouver un sens qui soit plus efficace, compte tenu de ce que la famille est en train de vivre et veut obtenir. Pour cela, on l’amène à percevoir quelle est son organisation spatio-temporelle.

– A l’aide des génogrammes systémistes, ces arbres généalogiques un peu particuliers ?
– C’est une option complémentaire. Mais on utilisera plutôt la visualisation. Dans ce cas, par exemple, puisqu’ils hésitent entre le fantôme de leur fils et un égrégore de leur belle-fille, on va d’abord demander à cet « esprit » quel qu’il soit s’il est d’accord pour dialoguer. On va trouver une acceptation, sous une forme ou une autre. Par le biais du fantôme, le symptôme va « parler », et finira par nous dire pourquoi il est là. En dialoguant avec lui, on lui demandera àquoi il sert, quelle est son intention positive. Et il va répondre, tout simplement ! Il va se déclarer. Peu importe comment. Des bruits, des déplacements d’objet, un coup pour oui, deux coups pour non, je ne sais pas, je n’ai pas vécu de poltergeist. Mais j’ai l’expérience de phénomènes analogues, d’individus ayant subi des chocs épouvantables. Et le travail qui m’était demandé concernait les deux bouts, en quelque sorte, de la Ligne de Temps : aidez-moi à ce que cela ne se reproduise pas, et : aidez-moi à reconstruire ma vie. 
Alors on travaille sur les repères. Comment cela a-t-il commencé ? Comment pointer un redémarrage du phénomène ? Que faire pour retrouver les repères d’avant ? Et le fantôme va répondre, on va pouvoir amorcer une négociation, que nous appelons « gagnant – gagnant », où nous proposerons des moyens qui conviennent à tous, y compris au fantôme, ou aux bruits, ou à tout ce qu’on veut, pour que ce qu’ils expriment soit reconnu, mais par d’autres moyens que ceux qu’ils utilisent.
– Si on prend cette famille dont vous parlez, intervient Bernard, même sans la connaître je pense qu’il sont très soudés autour de ce phénomène, contre quelque chose, la peur de voir leur fils cadet partir comme l’aîné l’avait fait, la mort de leur fils, la belle-fille, que sais-je. Le moyen est franchement désagréable. Mais on peut penser que si le phénomène cessait, la famille éclaterait. Eviter la dispersion représente l’intention positive. On pourrait comparer cela avec des problèmes dans une entreprise, excepté que la famille ne peut pas déposer le bilan ! Alors la question sera : comment faire pour rester tous ensemble, et plutôt que de lutter contre, lutter pour quelque chose ? A partir de là, on peut travailler sur l’acquisition de nouveaux moyens de préserver cette unité, ou bien la famille décide qu’elle n’a rien envie de mettre à la place de ce phénomène, et le hasard devient volonté. Ils réalisent que cela permet d’avoir une vie plus individuelle, moins reliée à leur fils mort, moins confinée, et simplement d’être heureux, ensemble mais séparés.

– Le travail de toute thérapie est d’aider les individus à se placer côté cause, à devenir initiateurs de l’action, sujets de leurs vies.

– Bien sûr, mais comment faire ?
– Multiples tactiques qui se résument en une : il faut augmenter les choix, aussi bien de définitions du problème que de ses solutions.

– Un exemple ! s’exclame Bernard. Samuel, mon fils de cinq ans, se réveillait toutes les nuits à cause de cauchemars, un horrible sorcière qui venait le tourmenter. Je lui ai prêté mon boken, le sabre en bois d’entraînement aux arts martiaux, en l’autorisant à s’en servir contre la sorcière. « Bon, écoute, lui ai-je dit ensuite, cette sorcière est peut-être très forte, tu n’es pas certain de gagner. Alors on va fabriquer un piège avec une boîte dans laquelle on mettra une pomme que je vais empoisonner, je connais la formule, je te la donnerai quand tu seras plus grand. Si la sorcière prend la pomme, elle tombera dans la boîte. »

La nuit passe sans cauchemar. « Parfait, à mon avis elle est très maligne, elle a vu le piège, elle a compris qu’elle risquait gros. Elle ne reviendra plus, mais on va laisser le piège une semaine pour plus de sûreté. » Et elle n’est jamais revenue ! Quand Samuel est persuadé de voir une sorcière, il voit vraiment une sorcière. Le faire agir dans son rêve, c’est accepter le fait que ce rêve soit pour lui une réalité. Une autre réalité. Comme le poltergeist. Peu importe qu’il soit réel ou non.

– Vous tenez les mêmes propos que les guérisseurs qui interviennent dans les cas de poltergeist ! Mais c’est de la magie, tout ça. Efficace avec des enfants, ou même des adultes qui vous croient investis d’un pouvoir. Mais dans les autres cas ?

– Un autre exemple. Voilà ce que me raconte l’autre jour un participant dans un séminaire d’entreprise. « Mon couple vivait de graves problèmes. Le divorce semblait inéluctable. Nous décidons d’aller voir un psychologue. Nous tombons sur un bonhomme incroyable, vraiment un âne, qui nous écoute pendant une heure, puis nous dit : bon, écoutez, vous me devez cinq cents francs, moi je ne peux rien faire pour vous, trouvez-vous de bons avocats. On est ressortis scandalisés, on n’est bien sûr jamais retournés le voir, les psys sont vraiment d’incroyables charlatans ! » J’approuve et je lui demande : – Et c’était il y a combien de temps ? – Oh, une dizaine d’années – Et comment cela va-t-il avec votre femme ? – Eh bien, on est toujours ensemble – Donnez-moi vite l’adresse de ce psy, parce que pour arriver à cela en une seule séance, il doit être vraiment fort ! – Je ne comprends pas ce que vous voulez dire – Vous êtes allés le voir parce que vous hésitiez entre rester ensemble et divorcer, et en une heure il a réalisé le tour de force de vous souder si bien contre lui que depuis dix ans vous êtes restés ensemble. Ce type est un génie ! » Et tout d’un coup, mon bonhomme a réalisé que j’avais raison, et qu’il ne s’en était jamais rendu compte ! 

Tiens donc ! La magie redeviendrait-elle en odeur de sainteté dans certains milieux psy ?

Micky Reeman n’est pas près d’oublier le séminaire d’initiation à la PNL auquel il participa l’automne dernier. Organisé dans le somptueux décor des montagnes cévenoles par un organisme allemand, le Centre d’Entraînement à la Communication de Wiesbaden, ce fut, avoue-t-il, l’expérience la plus enrichissante mais aussi la plus inconfortable de sa vie. Certes, on l’avait prévenu que l’aventure ne serait pas théorique et qu’il serait demandé aux participants un travail sur eux-mêmes, notamment sur leurs « représentations familiales ». Mais il ne s’attendait pas à ce que de simples représentations puissent prendre un caractère aussi vivant ! 

L’affaire démarra sans fioritures ni longs préliminaires. Après une première prise de contact et une rapide présentation des grands principes, on demanda un volontaire. Intrépide, Micky s’avança. 

Et se retrouva seul au milieu d’un grand cercle, autour duquel les autres participants s’alignèrent.
Le principe est très simple, lui expliqua-t-on, tu vas choisir parmi nous des personnes qui joueront le rôle de membres de ta famille, les placer où tu veux, leur faire prendre toutes les positions que tu désires et estimes symboliques de ce qu’ils représentent pour toi, bref animer une pièce de théâtre silencieuse dont la troupe serait ta propre famille. 

Ces « sculptures », empruntées à la thérapie systémiste, ne permettent pas seulement de repérer les éventuelles délégations trans-générationnelles, mais aussi de se positionner soi-même par rapport aux différents membres de sa famille, et aux grands courants relationnels qu’elles font rapidement apparaître, en déclenchant parfois une vague d’émotions insoutenables.
Un stagiaire put ainsi affronter son grand père, disparu depuis longtemps, mais dont le passé nazi entachait d’une culpabilité inavouée le souvenir conservé par sa famille. Se rendant compte à quel point il l’avait éloigné de la sculpture familiale en l’isolant à l’écart des autres dans un exil symbolique, il put enfin s’en approcher pour lui dire, après de longues hésitations et avec beaucoup de difficulté : « je te reconnais, grand père, comme un quart de moi-même. Mais je ne partage pas tes idées, et si je condamne tes actions, je t’invite à rejoindre la lignée de mes ancêtres, tout assassin que tu aies été ».

Le processus va encore plus loin, car il permet aussi de renouer cette Ligne du Temps dont parle Jane Turner, d’en ravauder les « trous noirs », événements toujours dramatiques que la famille a rejetés, dont elle ne parle jamais, mais qui restent non résolus, inexplicables béances dans la trame de son histoire. On invita Micky et ses partenaires à se concentrer non plus sur leur position personnelle dans la famille, mais sur les lignes interactives qui la traversent et le rôle qu’y joue chaque membre. Pour cela, plus de sculpture, mais chacun dut s’asseoir à une table et dessiner, sous l’oeil vigilant d’un observateur, sa cartographie familiale, à l’aide de ficelles et de pièces de monnaie. Spectacle cocasse et parfois poignant, comme lorsque Micky éclata soudain en sanglots en réalisant combien la famille de sa mère avait vécu sans jamais en parler dans le souvenir permanent d’un jeune frère disparu prématurément, cause profonde de l’éternelle tristesse mêlée de sur-investissement affectif dont Micky avait tant souffert pendant son enfance.

C’est là qu’intervient vraiment la PNL, qui ose prétendre à la possibilité de se refabriquer un réel à partir de ce que l’on en ressent et voudrait qu’il soit. Il est possible, et permis, de changer ces lignes d’échanges, d’imaginer ce qui serait advenu si les événements avaient été différents, de se fabriquer une autre histoire, en réintroduisant par exemple des membres absents parce que reniés, rejetés ou morts dans des circonstances inacceptables. Grâce àl’intervention des animateurs du séminaire, le jeune homme fit revivre cet oncle disparu depuis si longtemps, enfant lointain à l’influence mystérieuse et, imaginant un autre réel, se reconstitua une ascendance positive.

Cette expérience, avoue aujourd’hui Micky, bouleversa les souvenirs qu’il gardait de son enfance, transforma les rapports avec sa famille. Plus encore, elle le conduisit à entrevoir d’une façon différente ses relations, à en rompre certaines qu’il n’entretenait que pour mieux se protéger du monde, à affronter celui-ci avec plus d’autonomie et de maturité.
Là, la thérapie rejoint le chamanisme, dans le sens où elle permet de se créer un réseau d’aides, de faire de ses ancêtres des « alliés », comme disent les chamans.

A ses débuts la psychanalyse, emportée par son désir de scientisme, évacua l’irrationnel hors de son champ en l’assimilant à un « esprit magique » fondamentalement primitif et archaïque, que l’introspection logique permettait de rendre conscient et rationnel et que la connaissance scientifique du psychisme finirait par chasser de la nature humaine. Cependant l’aspect magique de toute thérapie, incompréhensible alchimie de la transformation mentale, est mentionné de ci de là dans de nombreux ouvrages, et certains analystes ne renient pas le caractère parfois surnaturel de leurs interventions. Son importance était-elle au coeur de l’aveu de Freud lorsqu’il disait que s’il devait refaire sa vie il la consacrerait au paranormal ? 

Le systémisme, moins imprégné d’esprit rationaliste, marque le début d’un abandon de cette véritable croyance dans le pouvoir de la science à expliciter le phénomène humain, qui relève plus de la foi que de la raison et est d’ailleurs abandonnée par les scientifiques les plus modernes. Certes, pour les systémistes, les phénomènes paranormaux ne constituent pas un sujet d’intérêt en soi, puisque le problème n’est pas le symptôme mais la dynamique familiale qui l’a fabriqué, le rôle qu’il y joue, les solutions cherchées pour le résoudre ou les moyens parfois trouvés pour s’en satisfaire. Schizophrénie, toxicomanie, poltergeist ou pipi au lit seront considérés de la même façon, les différences d’intervention portant sur la spécificité de chaque famille plutôt que sur les particularités des pathologies. Mais les systémistes se montrent ouverts à la dimension irrationnelle présente à des degrés divers dans toute famille, plus que la psychanalyse dont ils inversent la démarche. Au lieu de faire remonter l’inconscient vers le conscient comme dans l’interprétation des rêves, ils s’efforcent de bloquer le rationnel cerveau gauche pour atteindre le cerveau droit, à l’aide de métaphores, de paradoxes, et au besoin d’objets symboliques, tels le fusible et le réseau électrique hâtivement confectionnés par Alain dans la thérapie du jeune homme hébéphrène. L’utilisation d’objets chargés de sens, propre aux pratiques magiques, rejoint le scarabée d’or et la synchronicité de Jung, à ceci près qu’ils sont employés sciemment et font partie intégrante des méthodes systémistes, d’ailleurs plus rarement explicitées que ne le laissait penser la thérapie prise pour exemple.

La PNL franchit une autre étape, et se sert de la dynamique même du symptôme, invité à coopérer dans une recherche commune de son message positif et une mutation de ses manifestations. Malgré la froideur apparente de modèles très rationnels, la pratique s’inspire franchement du chamanisme où le malade, presque toujours entouré de ses proches, est entraîné dans une descente jusqu’aux racines de son mal dont le chamane le libère en luttant, pour lui mais aussi avec lui et avec le symptôme, contre les esprits qui en sont la cause.

Le premier traité de PNL écrit par Grinder et Bandler en 1976 s’appelait The Sructure of Magic. Derrière la Magie, la PNL, de Josiane de Saint Paul et Alain Cayrol, introduisit, onze ans plus tard, la PNL en France.

A l’extrême opposé de la psychanalyse, dont elles acceptent le savoir à défaut d’en partager les méthodes et croyances, de nouvelles pratiques thérapeutiques apparues ces dernières années tentent délibérément d’établir la synthèse entre recettes magiques et découvertes récentes sur le fonctionnement mental. 

C’est là que nous retrouvons Djohar Si Ahmed et l’Institut des Champs Limites de la Psyché. 
Les entraînements à la télépathie mettent effectivement en valeur le caractère insolite, inconnu, secret et magique des communications humaines. Ils repoussent aussi la frontière entre individu et collectif, en permettant par exemple à quelqu’un ayant une tendance paranoïaque de faire la part entre ce qui vient de lui et ce qui vient d’ailleurs, de mesurer combien les processus inconscients qui déforment le message télépathique proviennent de son histoire personnelle et non de l’extérieur.

Ce n’est donc pas à une vision annihilée de l’individu qu’ils invitent, mais à un recadrage des positions respectives de l’individu et du collectif.

transforme-237x300 dans POUVOIRLa respiration holotropique, mise au point par le psychiatre d’origine tchèque Stanislas Grof à partir de travaux effectués dans les années soixante sur l’utilisation thérapeutique du LSD, représente la dernière née de ces techniques d’exploration des dimensions collectives de la psyché humaine. Atteignant un état modifié de conscience grâce à la relaxation, à une hyper-ventilation respiratoire et à l’influence quasi hypnotique d’une musique soigneusement sélectionnée, le « respirant » refait l’expérience de sa naissance. Il la revit littéralement, avec une intensité souvent pathétique et des découvertes parfois lumineuses, comme lorsqu’un participant comprit que la peur d’être étranglé qui le tourmentait depuis toujours provenait de ce qu’il était né avec le cordon ombilical enroulé autour de son cou. Certains respirants remontent jusqu’à leur vie intra-utérine, dont ils retrouvent alors cette ambiance symbiotique qui revêt une telle importance pour la psychanalyse familiale. Là aussi, l’expérience peut apporter de féconds éclaircissements, en informant sur l’état d’esprit de la mère pendant la grossesse. Plus encore, certains franchissent parfois une frontière étrange, au delà de laquelle ils atteignent un autre univers, dont ils reviennent en racontant d’incroyables histoires de vies antérieures ou d’expériences animales, trop précises, réelles et chargées de vécu pour être seulement considérées comme hallucinatoires.

Ainsi donc, s’éloignant d’une conception classique de l’individu, la psychologie semble appelée par la pensée de système et la découverte des dimensions transpersonnelles de la psyché, à intégrer toujours plus l’être humain dans les réseaux de liens et de communications dont il est membre, à le relier au monde, aux autres et à ses origines, à en accepter le caractère irrationnel et magique. 

Mais, ce faisant, elle remet en question toute notre conception de la réalité. Que reste-t-il de l’individu ? De quelle nature sont les liens qui le relient à ses ancêtres ? Qu’est-ce que la pensée ? Quels rapports entretient-elle avec la matière ?
En réhabilitant des pratiques quasiment chamaniques, les nouvelles thérapies, familiales ou pas, conduisent aussi à se poser une autre question : en quoi la pensée moderne rejoint-elle les pensées traditionnelles ? Nous avions quitté un mystère moyen-âgeux pour un mystère moderne, qui s’avère finalement presque aussi insoluble. Quels éléments de réponse les « Moyen-Ageux », les « Primitifs », auraient-ils à apporter, eux qui, après tout, jouaient avec aisance de ces notions que les « Modernes » ne réussissent à aborder que par un détour ?

Il restait à interroger un autre de ces psychanalystes « pas comme les autres », dont nous avons déjà rencontré quelques specimens et qui, en approfondissant la recherche sur le psychisme, en élargissent les limites.

Agitateur iconoclaste n’hésitant pas à dénoncer les lacunes de la théorie freudienne, sans toutefois la répudier, Didier Dumas va nous permettre, grâce à sa théorie du fantôme et à sa connaissance du taoïsme, de relier chamanisme moderne et traditions antiques. Il va aussi, au passage, jeter un dernier coup de projecteur sur quelques questions laissées en suspens au cours de cette enquête.

             Extrait de Lorsque la Maison crie, phénomènes paranormaux et thérapie familiale, Robert Laffont, Paris, 1994

Le chat noir…

La crainte du chat noir qui traverse une allée a une origine très récente. Cette croyance va d’ailleurs à l’encontre de la vénération dont le chat était l’objet en Égypte à l’époque de sa domestication, vers 3000 av-JC. 

Dans l’Égypte antique tous les chats, y compris les noirs, étaient tenus en très haute estime et protégés par la loi. Cette idolâtrie était telle que lorsque l’animal mourait, toute la famille prenait le deuil ; et les pauvres comme les riches embaumaient le corps du défunt de manière très raffinée, l’enveloppant dans des linges fins avant de le placer dans des sarcophages en matériaux précieux tels que le bronze ou même le bois (très rare dans ce pays quasi désertique qu’était l’Égypte). Et dans les cimetières de chats qui furent mis à jour par les archéologues, les chats noirs momifiés étaient loin de constituer des exceptions. 

Le chat noir... dans POLTERGEISTS et LEGENDES 150px-cat_silhouette.svg_1Impressionnés par la grande résistance du chat, capable de sortir indemne de chutes d’une hauteur considérable, les Egyptiens en vinrent à croire que le chat disposait de neuf vies. 

 La popularité du chat se développa rapidement au cours des âges. Des documents vieux de deux mille ans, rédigés en sanscrit, évoquent son rôle dans la société indienne. Et en Chine, vers 500 av-JC, Confucius possédait un chat. En l’an 600 ap-JC, le prophète Mahomet prêchait avec un chat dans les bras, et à la même époque, les japonais commençaient à adopter des chats dans leurs pagodes pour protéger les manuscrits sacrés. Jusque-là, voir un chat traverser une allée devant soi était de bon augure. 

La crainte du chat, surtout noir apparut au Moyen-Age en Europe, plus particulièrement en Angleterre. Son caractère indépendant, obstiné et sournois, ajouté à la soudaine surpopulation de ces animaux dans les grandes villes, contribua à sa disgrâce. Or les chats de gouttières étaient souvent nourris par de vieilles femmes pauvres et solitaires et, lorsque l’obsession de la sorcellerie envahit l’Europe, beaucoup de ces femmes sans abri furent accusées de pratiquer la magie noire et par association, les chats qu’elles entretenaient (surtout les noirs) furent eux aussi jugés coupables de sorcellerie. 

 Vers la fin du Moyen-Age, de nombreuses sociétés tentèrent d’exterminer les chats. Alors que la phobie des sorcières se transformait en véritable paranoïa, nombreuses furent les femmes qui moururent sur le bûcher en compagnie de leurs innocents compagnons. En France, des milliers de chats étaient brûlés chaque mois jusqu’à ce que Louis XIII, vers 1630, mît un terme à cette cruelle pratique. Vu le nombre de siècles pendant lesquels des chats noirs furent sacrifiés dans toute l’Europe, n’est-il pas surprenant de constater que le gène de la couleur noire a survécu? A moins que les chats ne possèdent effectivement neuf vies… 

 Egalement, une légende britannique raconte que Napoléon qui était très superstitieux et qui détestait particulièrement les chats noirs, en aurait vu un avant la bataille de Waterloo, ce qui expliquerait sa défaite. 

Publié dans:POLTERGEISTS et LEGENDES |on 11 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Astrologie Helléniste

 

Il est temps de dire quelques mots sur l’Astrologie Helléniste, née alors que la civilisation grecque avait énormément d’influence sur toute la planète et particulièrement dans les pays orientaux, Astrologie issue à la fois des sciences astrales orientales, de la philosophie grecque et de la pensée égyptienne et qui constitue aujourd’hui encore les fondements de l’Astrologie Moderne.

Astrologie Helléniste dans ASTROLOGIE astro L’Astrologie helléniste était composée de 4 facteurs principaux : les planètes, le zodiaque, le cercle des 12 maisons et les configurations qui engendraient ces aspects, la naissance des premiers thèmes astraux individualisés datant d’ailleurs de cette époque. 
Plus tard, Claude Ptolémée (v100-v170) mathématicien, astronome, astrologue, géographe et musicien qui vécut une grande partie de sa vie à Alexandrie, ville abritant de nombreux savants, fut l’un des pères de l’Astrologie moderne au travers de ses recherches et de ses ouvrages, dont le plus célèbre, l’Almageste contenant comme le dit Ptolémée lui-même une exposition du système du monde, est aujourd’hui encore une référence. Ses calculs concernant l’astronomie et plus particulièrement les mouvements des planètes, ainsi que ces travaux de géographe lui permirent de cartographier la planète avec une grande précision pour l’époque et il inventa l’Astrolabe, instrument qui permettait d’obtenir une représentation plane du ciel pour une latitude et une date donnée.

C’est Ptolémée qui fut l’auteur de cette phrase si sage qui représente bien toute la philosophie moderne de l’astrologie : « Les astres inclinent mais n’obligent pas ».

Pour interpréter l’horoscope, les Arabes (nous entendrons par Arabes tous les peuples qui écrivaient dans cette langue) se référaient, entre autres sources, aux ouvrages de Ptolémée. L’Astrologie arabe revêtait trois formes : l’Astrologie généthliaque (relative à l’horoscope du jour de naissance), l’Astrologie horaire et l’Astrologie magique pour invoquer les Dieux planétaires et confectionner des amulettes et des talismans efficaces, en combinant influence d’une planète avec métaux et signes qui lui correspondaient. L’Astrologie généthliaque, dont on retrouve peu d’écrits mais que la tradition orale a permis de conserver, était basée (et l’est toujours actuellement) sur le principe que la vie est un combat et que les hommes sont nés sous le signe de deux armes, une pour la naissance (que sommes-nous au départ ? Quels sont nos potentiels ?) et une pour l’arrivée (que sommes-nous devenus ?) Les armes étant de trois types courtes, moyennes ou longues en fonction de leur portée symbolique.

Publié dans:ASTROLOGIE |on 10 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Musique Amérindienne

 

Variétés régionales / Amazonie / Musique andine

Il s’agit des tribus (native americans, american Indians, First Nations,« Indiens des plaines », »Indiens des bois ») vivant essentiellement au Canada, aux États-Unis et au Mexique : Abénaquis, Aimara, Algonquins, Aléoutes, Apaches http://www.yavapai-apache.org/ , Athabaskan, Blackfeet, Cherokees, Comanches, Cris, Creeks, Dakotas, Hopis, Hurons, Innus, Iroquois, Kiowas, Lakotas, Malécites,Métis, Micmacs, Mohawks, Mohicans,Muskogees, Navajos, Natchez, Ojibwés, Païutes, Pawnees, Pueblos, Salish, Séminoles, Shoshones, Sioux, Tohono O’odham, Yupiit, Yurok, Zuñi.

Musique Amérindienne dans AMERINDIENS musiqueLes Amérindiens utilisent des tambours, qui permettent de communiquer à distance à l’instar des appareils modernes. Ainsi, en frappant sur un tambour, un chaman peut échanger des informations avec un autre chaman ou localiser le gibier.

La musique amérindienne comprend la musique précolombienne, mais aussi celle que les Amérindiens ont continué de pratiquer après et malgré les premiers contacts, ou en marge de ceux-ci. Elle se caractérise par une grande variété d’aérophones, de membranophones et d’idiophones, avec de très rares cordophones. On ne connaît aucun traité ou système musical amérindien ; la musique est aussi variée que le nombre de peuples l’est et a justement une fonction sociale, identitaire voire culturelle essentielle. Elle est souvent associée à des interdits ou des tabous, étant réservée parfois aux hommes, aux célibataires, etc. Si elle est en général très simple et monophonique, il existe néanmoins des exemples de musique polyphonique ou orchestrale. L’instrumentarium est très riche du fait des variations linguistiques, culturelles et naturelles (grande variété de végétaux utilisés), mais les cordes sont très rares du fait de l’absence de métal.

 

 

 

Publié dans:AMERINDIENS |on 10 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Les élémentaux

Les élémentaux et le royaume tellurique – Pléiades

par Barbara Hand Clow

 

Les élémentaux dans PLEIADES 150px-cat_silhouette.svg_Les éléments instables relâchés sur la surface de la Terre durant les derniers 11,000 ans doivent être ramenés à la fréquence de la dimension tellurique (2e dimension), où ils pourront se réharmoniser avec le centre de la planète. Ce retour des éléments à leur fréquence naturelle peut se révéler très toxique, tout comme l’est le venin de serpent dans votre sang.  Lorsque des éléments radio-actifs à demi-vivants sont activés et répandent leur puissance de 2e dimension dans la 3e, une instabilité terrible s’en dégage, que vous ressentez tous.  Vous étiez supposés remarquer que la radio-activité et la pollution chimique déclenchent le cancer mais vous en avez ignoré les signes.  Apprenez à vous libérer de vos toxines en notant comment vous vous sentez lorsque vous êtes écrasés par des énergies de 4e dimension qui ne vous appartiennent pas.  Lorsque vous manifestez des actions karmiques sur la 3e dimension, lesquelles sont déclenchées par des forces archétypiques de 4e dimension cherchant à s’exprimer, vous commencez à sentir ce que c’est que d’être utilisés comme du matériel brut par d’autres êtres.  Par exemple, un désir d’orgasme peut aboutir en déviation sexuelle ou un désir réprimé pour des liens affectifs peuvent se manifester par un meurtre. Cette purification s’étend aux 9 dimensions -Profitez du nettoyage de votre corps émotionnel et utilisez cette énergie libérée pour nettoyer la pollution nucléaire.  Puisque vous aussi avez été envahis et brisés, vous êtes à même de comprendre la douleur des élémentaux et sympathiser avec eux. À mesure que vous avancez dans la ceinture de photons, ces derniers déclenchent dans votre corps émotionnel un processus provoquant le nettoyage des élémentaux.  La ceinture de photons agitera, partout sur la planète et de façon croissante, les éléments non désirables de votre corps.  Il est aussi dangereux d’être à proximité de centrales nucléaires que de personnes colériques. Votre propre fonctionnement est basé sur la résonance vibratoire et il est temps d’examiner de près votre niveau vibratoire.  Tenez-vous éloignés des personnes qui ne peuvent s’élever jusqu’à votre taux vibratoire.  A mesure que vous avancez dans la lumière photonique, l’agitation s’intensifie. L’humanité se divise en deux groupes:

1- ceux qui ont fait un travail intense sur leur corps émotionnel entre 1987 et 1994 et qui se sont exposés de façon minime aux radiations et aux produits chimiques et qui apprennent maintenant à se libérer des miasmes de leur corps; et

2- ceux qui s’exposent imprudemment à un environnement toxique ou qui ont refusé de purifier leur corps émotionnel et qui sont pleins de colère, exaspérés et qui se rendent malades. Pendant ce temps et à la lumière de la crise qui se prépare sur la planète, une action de groupe est requise en vue du saut critique.

Ces sentiments (positifs) peuvent guérir les autres humains, les animaux, les microbes, les plantes, les élémentaux et les esprits. Le pouvoir de votre champ curatif personnel est directement proportionnel au pouvoir de votre amour, ce qui attire toujours une aide et assistance de la part des Pleiadiens.  L’amour attire les Pleiadiens dans votre monde, spécialement vers les enfants.  Si vous émanez cet amour impersonnel, une conscience provenant de Sirius peut soudainement apparaître, prête à ouvrir une porte à laquelle vous avez frappé pendant des éons et cela, parce que les Siriens ne transfèrent que la structure d’abord ouverte par l’amour. Chiron est le guide mi-humain, mi-animal, qui peut vous diriger vers les parties profondément blessées de votre corps émotionnel.  Lorsque vous creusez dans votre partie obscure, là où la douleur est enfouie, vous commencez à sentir dans votre corps les puissantes forces telluriques.  Ces forces furent emprisonnées dans votre corps lorsque les Anunnaki de la 4e dimension ont retiré les élémentaux hors de leur monde souterrain (2e dimension) afin de les utiliser comme déclencheurs de nombreux drames dans votre 3e dimension. Le danger relié aux croyances et aux groupes.

Pour vous donner une idée de l’époque critique où nous vivons, je vous demande de penser un moment aux groupes.  Rien ne sera plus dangereux pour vous, au cours des prochaines années, que votre implication dans des groupes rassemblés au nom de systèmes de croyances archétypiques.  Le bombardement des Brand Davidians à Waco, Texas, en 1993 et du Federal Building à Oklahoma City en 1995 – lesquels ont causé la mort de plusieurs enfants innocents – ne sont que des avertissements.  Littéralement, la seule chose qui peut arrêter ces mouvements  irréfléchis de violence intérieure, c’est la reconnaissance par chacun de vous de votre propre douleur intérieure.  Dans ce livre, vous entendrez parler de Lucifer.  Pour le moment, qu’il suffise de savoir que Lucifer est une grande force emprisonnée dans la chrétienté par les forces de contrôle religieux.  Lucifer est utilisé comme archétype afin d’éviter que vous regardiez votre propre mal intérieur.  Il vous parlera de son emprisonnement dans votre royaume.  Pour le moment, sachez que vous porter Lucifer dans votre propre corps lorsque vous refusez de regarder votre propre violence intérieure.

L’enfant intérieur qui est en vous est la source de votre accès aux interdimensions et vous ne pouvez y accéder si vous portez des jugements sur tout le monde sauf sur vous-mêmes et si vous exigez un démon pour y déposer ce que vous refusez de voir en vous-mêmes.  Au moment où vous êtes stimulés physiquement par l’activation photonique, les Pleiadiens aiment brasser les groupes parce que vous ne survivrez pas si vous pensez éviter, de cette façon, de vous brasser vous-mêmes.  Les groupes basés sur des systèmes de croyances sont là pour se servir de votre énergie dans les périodes de saut critique et le groupe lui-même vous empêche de descendre profondément en vous-mêmes.  Jusqu’en 1999, ces divers groupes vont tout faire pour vous retenir, incluant vous tuer.  Member-ship (membre de..) signifie body-ship (corps de..) et nous suggérons que vous n’engagiez pas, sur signature, les membres de votre corps….

 Trois ouvrages de Soria en question s’intitulent:

I -Les grandes Voies du Soleil Avril 2001; II – Maîtrise du corps ou  unité retrouvée Sept.2001; III – Voyage  Mars 2002.   publiés aux Editions  Ariane

Publié dans:PLEIADES |on 10 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

L’échelle de Lumière

 

Ils me disent :

« Petit à petit votre personnalité s’effacera grâce aux énergies de plus en plus fortes que vous recevrez, des énergies de transition n’appartenant plus à la troisième dimension mais à des dimensions supérieures. Cela veut dire que bien sûr, dans ce monde qui sera encore le vôtre, vous vivrez d’une façon un peu différente de votre vie actuelle, et que votre personnalité existera encore, mais différemment. Cela veut dire que votre personnalité laissera la place à l’expression de votre âme, de votre conscience supérieure et de votre pensée supérieure.

Tout ce qui est inférieur et qui vibre en troisième dimension n’existera plus en vous, que ce soient les énergies, que ce soient aussi des parties de votre conscience humaine où une grande partie de votre personnalité humaine.

L'échelle de Lumière dans ASCENSION 06echelleVotre ego ne sera plus ce qu’il est actuellement. Pour l’instant, pour beaucoup d’’humains, il est encore dans une sorte de compétition. La compétition existe aussi dans certains milieux qui se disent spirituels. La compétition fait partie de l’ego.

Vous n’aurez plus du tout envie de servir ce genre d’énergie. Vous serez beaucoup plus dans la compassion, dans le don de vous-même, dans la compréhension de ce que vous êtes, dans la compréhension de ce que vous devenez.

Cela pourra être déstabilisant car petit à petit à petit vous ne serez plus ce que vous êtes aujourd’hui. Vous allez progressivement grandir en sagesse et en compréhension, mais avant que cela puisse prendre vie en vous, vous avez encore certains efforts à faire, certaines attitudes à avoir et surtout certaines pensées et attitudes à ne plus avoir.

Nous désirons vous enseigner sur l’importance de la parole. Pour vous la parole est quelque chose de simple ; elle vous échappe, vous ne la gérez pas, vous ne pensez pas à ce que vous dites, vous parlez, et souvent les êtres humains parlent pour faire du bruit, car lorsqu’ils parlent ils ont l’impression d’exister. Ce n’est pas ainsi qu’il faut concevoir la parole !

Vous pouvez exister de la même façon dans la parole mesurée, dans la parole sage ou même dans le silence.

Tout cela fera partie de ce que vous deviendrez. Vous vous rendrez compte que vous avez un petit peu moins d’attrait pour la parole. Vous communiquerez mais vous vous rendrez compte que ce que vous avez à échanger est beaucoup plus dans une vibration élevée. Vous n’aurez plus envie de partager des banalités.

La parole nécessite une énergie. Lorsque vous parlez beaucoup vous vous exprimez, mais vous vous exprimez aussi au travers d’une énergie, et toute l’énergie qui est en vous devra être utilisée pour votre transformation et non pour ce qui n’est pas important.

Petit à petit vous le comprendrez, parce que c’est votre âme qui vous le fera comprendre. Ce sera également vos guides qui seront de plus en plus attentifs à votre transformation. Vous, de votre côté, vous devrez être de plus attentif à leur présence.

Tant qu’il y aura encore beaucoup de bavardage mental ou exprimé, vous ne pourrez pas encore avoir conscience de leur présence, vous ne pourrez pas non plus avoir conscience que votre âme vous parle, que votre âme vous prévient, que votre âme vous dit ce qui n’est plus bon ou ce qui est bon pour vous.

De votre âme émane une énergie de communication que vous percevrez de plus en plus. Vous aurez l’impression que vous vous parlez à vous-même. D’une certaine manière ce sera exact. C’est vous qui parlerez à vous-même, mais une partie très élevée de vous communiquera avec la partie inférieure de ce que vous êtes, avec votre petit moi, avec votre petite conscience. De plus en plus votre grande conscience, votre Moi Supérieur, s’exprimera et transformera tout dans votre vie.

Il est important que chacun de vous puisse devenir un être fort. Afin de pouvoir devenir un être fort, il faut que vous intégriez en permanence la conscience de ce que vous êtes, la confiance et la certitude que vous êtes un être supérieur.

Nous ne voulons pas vous flatter, ce n’est pas notre propos. Nous souhaitons simplement que vous intégriez, dans votre conscience humaine, ce que vous êtes au niveau de l’être supérieur qui est également vous-même. Il faut oublier ce que vous êtes en tant que Pierre, Paul ou Jacques, il faut que vous vous rappeliez de ce que vous êtes en tant qu’âme qui a expérimenté une infinité de vie et qui a vécu une infinité d’expérience au cours de toutes ces vies.

A l’époque actuelle, vous êtes la somme globale de tous ces vécus, de vécus extraordinaires, de vécus fort tristes et difficiles. Il faut que vous compreniez que maintenant vous devez dépasser le petit humain, le vieil homme. Le petit humain n’aura plus sa place dans la dimension vers laquelle vous allez, la quatrième, la cinquième dimension et pour certains encore au-delà.

C’est pour cette raison que nous vous demandons de faire attention à ce que vous vous allez exprimer. Plus vous vous exprimerez des paroles inférieures, des sentiments inférieurs, plus vous exprimerez ce qui n’est pas évolutif, plus vous aurez de difficulté à prendre conscience de votre moi supérieur. Vous resterez enfermé dans la fréquence vibratoire dans laquelle vous vous exprimez. Si dans votre langage vous mettez souvent le mot peur, vous aurez du mal à vous dégager de cette énergie. Si dans votre langage vous parlez de la non-confiance que vous avez en vous ou de la non-acceptation de ce que vous êtes, vous vous enfermerez encore dans les énergies exprimées. Même si vous ne les exprimez pas mais que vous les pensez, le résultat sera le même.

Maintenant, lorsque vous penserez à vous, pensez d’une façon juste, pensez que vous êtes réellement un être merveilleux, que vous arriverez tous au bout, en fin de cycle, que vous arrivez au moment des grandes remises de diplômes, que vous êtes au moment de la grande récompense.

Aucun être ne viendra vous remettre ces diplômes ou vous donner une récompense. C’est votre âme qui vous donnera la plus grande des récompenses !

Lorsque vous serez totalement en accord votre corps humain, votre conscience humaine et votre âme, des portes, de fenêtres s’ouvriront dans votre vie et vous changerez avec une immense rapidité (nous ne parlons pas de votre propre divinité parce qu’à partir du moment où vous êtes en accord avec votre âme vous êtes en accord avec votre divinité) ».

Ils me disent encore :

« Evitez réellement de vous sous-estimer ! Dans vos religions, ces mauvaises religions par lesquelles vous avez été bercés, on vous a beaucoup parlé de l’orgueil. L’orgueil n’est pas du tout ce que l’on a voulu vous faire comprendre. Nous vous disons simplement qu’il faut que vous soyez conscient de votre juste valeur.

Il faut maintenant que vous montiez les marches rapidement. Devant vous se dresse une magnifique marche de Lumière, et sur cette marche de Lumière il y a une magnifique plateforme. Chaque être qui pourra se hisser sur cette marche de Lumière et sur cette plateforme découvrira réellement son habit de Lumière.

Soyez certains, Enfants de la Terre, qu’à ce moment-là une immense joie s’emparera de vous parce que vous aurez fait la fusion entre votre humanité, votre âme et votre divinité.

Cependant ne croyez pas que la distance ou la hauteur qui vous sépare de cette marche de Lumière est importante.

Faites cet exercice :

06echelle1 dans LUMIEREEssayez de visualiser la marche sur laquelle vous vous trouvez. Pour certains elle est un petit peu lumineuses, et d’autres la souhaiteraient beaucoup plus lumineuses.

Vous êtes sur une belle marche et sur cette marche vous posez une échelle avec des barreaux de Lumière sur lesquels vous allez monter.

Situez-vous par rapport à vous-même. Vous êtes bien stable sur la marche sur laquelle vous vous trouvez. Créez mentalement une magnifique échelle de Lumière et voyez, au niveau du dernier barreau, cette plateforme qui est votre but, le but final, le lieu où vous recevrez le diplôme qui vous mènera dans les dimensions auxquelles vous aspirez tellement.

Pour être plus léger pour monter cette échelle de Lumière, réfléchissez sur vous-même. Essayez de comprendre quels sont les poids qui vous alourdissent, ce que vous avez pour vous délester, ce sur quoi vous devez lâcher prise, ce que vous avez à comprendre.

Bien sûr le poids le plus important et aussi le plus difficile pour les humains c’est celui de la fréquence vibratoire de leurs peurs. Ces peurs sont encore tellement présentes en eux !

Pendant que vous êtes sur la marche qui se trouve devant le premier barreau lumineux de l’échelle, essayez de vous délester de tous ces poids inutiles.

Petit à petit, essayez de monter, l’un après l’autre, les barreaux de cette échelle qui vous mène au sommet de vous-même.

Vous verrez que plus vous serez léger, plus vite la montée se fera. Avant de pouvoir vous installer définitivement sur la magnifique plateforme, il faudra définitivement vous débarrasser de tous vos poids inutiles et vivre dans la confiance, dans la foi, dans la sérénité, dans la paix, dans la joie et dans l’Amour.

Intériorisez-vous pour réfléchir sur vous-même et tout lâcher. Lâchez encore et encore des valises, des poids ainsi vous montez de plus en plus légèrement jusqu’à la plateforme. Lorsque vous serez sur cette plateforme, essayez de percevoir l’être absolument lumineux que vous êtes ».

***

Ils me disent :

« Vous pourrez faire souvent cet exercice pendant vos méditations, mais soyez très vigilant parce que votre mental et votre ego pourront vous dire que vous êtes tellement allégé que vous êtes prêt à concevoir l’être de Lumière que vous êtes.

C’est uniquement dans la conscience, le travail au quotidien, la remise en question de ce que vous êtes en tant qu’être de troisième dimension que vous pourrez vous alléger de tous ces poids inutiles, ce qui vous permettra petit à petit de vous hisser sur cette lumineuse plateforme où vous découvrirez l’être merveilleux que vous êtes.

Lors de vos méditations, il se pourra que vous ayez d’un seul coup comme un flash, une vision de ce que vous êtes. Cela ne durera pas, parce que tant que vous ne vous vous serez totalement délesté de votre petite humanité, vous ne percevrez pas réellement l’être que vous devenez petit à petit, l’Homme Lumière, celui qui sera capable d’éclairer de l’intérieur et qui rayonnera.

En ces temps de fin de cycle, tout est fait pour générer la peur chez les êtres humains. Cela se comprend. Vous aurez encore à vivre des situations extrêmement difficiles, mais vous avez deux choix : vous avez celui de vivre tout cela en vous disant tout simplement que cela fait partie des immenses transformations que doivent vivre votre planète et toutes vies, et celui très involutif (nous pensons sincèrement que ce ne sera pas votre cas) où vous vous laisserez totalement envahir par la peur. A ce moment-là, vous n’arriverez jamais à monter jusqu’à la dernière marche, jusqu’à la plateforme de Lumière.

Cependant soyez conscient de ce qui arrive, soyez conscient pour mieux vous préparer, pour vous délester davantage de tous les poids inutiles. Quoi que vous puissiez vivre, quoi que vous puissiez entendre, agissez toujours dans la confiance et dans la foi ! Au plus profond de votre cœur, ayez la certitude qu’en tant que Travailleur de Lumière vous serez toujours aidé par vos Frères de Lumière, par nous.

Plus vous vous élèverez dans la nouvelle dimension de vous-même, plus tout ce qui vous pèse actuellement dans l’énergie, dans vos formes pensée, dans vos peurs multiples, disparaitra et sera totalement absorbé par les nouvelles énergies, par la nouvelle conscience de ce que vous êtes, par votre nouvel état d’être ».

Ils me disent :

« Oui, Enfants de la Terre, il se passera des choses terribles et merveilleuses ! Oubliez simplement le terrible car il ne le sera que si vous lui donnez une consistance, une réalité ! Axez-vous au maximum sur le merveilleux, et le merveilleux remplira votre vie !

Chacun de vous a le désir profond de vivre une autre société, une société de fraternité, une société de paix, de joie et d’Amour, une société qui ne sera plus fondée sur les bases de la société actuelle. Gardez cela au plus profond du cœur ! Toutes ces hautes pensées et ce profond désir d’aller vers le monde qui vous tient tellement à cœur seront en quelque sorte votre « carte d’identité » pour ce nouveau monde. Créez-le en vous et il prendra forme à l’extérieur de vous. Pour le créer, créez la beauté en vous, créez la paix en permanence, créez la joie, la confiance, créez l’Amour, et à ce moment-là vous serez réellement en harmonie avec les énergies de la future dimension.

Dans la troisième dimension, vous pourrez déjà être en harmonie avec la fréquence vibratoire des quatrième et cinquième dimensions, mais votre corps de matière et votre conscience humaine seront par moment en décalage total, parce qu’une partie de vous-même sera déjà dans une dimension, une vibration qui ne correspondra pas à la vibration de votre corps qui se trouve encore en troisième dimension.

Cependant, si vous arrivez à monter en haut de l’échelle, vous arriverez à changer totalement la fréquence vibratoire de votre corps ; en fait, vous serez dans une dimension « bâtarde », bien que soit un très vilain terme pour expliquer cela, c’est-à-dire que votre corps pourra vibrer en quatrième dimension et sera tout de même perceptible à ceux qui se trouvent en troisième dimension.

Tant que vous serez sur ce monde de troisième dimension, votre corps pourra avoir une fréquence vibratoire de quatrième dimension, et même parfois de cinquième dimension – à condition que vous fassiez le travail d’allègement et de compréhension – mais ceux qui vous entourent vous percevront quand même, parce que vous serez encore dans la densité ».

Ils me disent ceci :

« Lorsqu’ils viennent sur ce monde, vos frères galactiques ne vibrent pas en troisième dimension. Ils vibrent dans une dimension supérieure. Certains êtres que vous appelez des maîtres et auprès desquels vous vous sentez merveilleusement bien ne vibrent plus en troisième dimension. Leur corps vibre en quatrième, voire cinquième dimension.

Vous-même, par moment, à l’époque actuelle, ne vibrez pas en troisième dimension. Parfois, lorsque vous êtes rayonnant, lorsque vous êtes dans la joie profonde, dans l’Amour Inconditionnel, vous vibrez en quatrième dimension. Le problème, pour vous humains, quand vous n’avez pas atteint la conscience supérieure, est que vous ne restez pas très longtemps dans cette vibration. Votre corps retrouve sa vibration de troisième dimension.

Petit à petit, le phénomène va s’accentuer, se développer de façon considérable, et vous vibrerez de plus en plus en quatrième, voire cinquième dimension, tout en étant dans un corps de troisième dimension et tant que la transition ne se sera pas accomplie.

Vous pourrez avoir un repère par rapport à votre fréquence vibratoire lorsque les êtres qui vous entoureront se trouveront très bien auprès de vous. Ce sera comme si vous étiez une lumière invisible mais cependant réelle, et vous attirerez les êtres auprès de vous ; ils auront envie d’être dans votre environnement.

Cela peut déjà se produire à certains moments de votre vie où vous vibrez dans une fréquence beaucoup plus élevée. Même les êtres qui ne vous connaissent pas vous parlent ou vous sourient. Cela prouve l’élévation de votre fréquence vibratoire.

Nous vous parlons de tout cela parce que petit à petit de grands changements s’accompliront en vous et il faudra non seulement les accepter mais les accompagner.

La référence que nous vous avons donnée est une référence que vous devrez conserver dans votre cœur et dans votre mémoire. Cette référence est celle de la marche sur laquelle vous vous trouvez actuellement, celle de l’échelle avec ses barreaux de lumière et cette plateforme de Lumière qui verra votre réalisation spirituelle, votre réalisation en tant qu’Être de Lumière, un Être de Lumière qui aura cependant un corps de matière différente, mais un corps de matière.

C’est encore un peu confus pour vous et encore un peu difficile de le comprendre, il faut attendre que votre conscience s’éveille à un plus haut niveau.

Enfants de la Terre, tout ira très vite maintenant ! Nous sommes là, nous sommes présents et nous le serons de plus en plus d’une façon vibratoire, c’est-à-dire que nous essaierons de baisser notre fréquence vibratoire au maximum afin que vous puissiez nous ressentir, que vous puissiez ressentir l’Amour que nous avons pour vous, l’Amour que nous vous donnons.

C’est au travers de cet Amour que vous pourrez grandir encore et encore. Puis un jour viendra où vous aurez l’immense joie de nous percevoir, mais c’est pour un tout petit peu plus tard. Avant que ce jour ne vienne,

un travail énorme aura été accompli en vous, vous aurez eu de multiples prises de conscience et vous aurez subi une transformation profonde de votre petit moi qui grandira, qui s’épanouira et qui deviendra votre Moi Supérieur et aussi votre Soi Divin ».

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
Qu’il ne soit pas coupé
Qu’il n’y ait aucune modification de contenu
Que vous fassiez référence à notre site  http://ducielalaterre.org
Que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu

Publié dans:ASCENSION, LUMIERE |on 8 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Platon n’est plus une planète


Platon n'est plus une planète dans PLANETES plato-raphaelEn effet, depuis le 24 août 2006, Pluton n’est plus considérée comme une planète par la communauté des astronomes. Ni planète tellurique, ni planète gazeuse, Pluton n’est plus maintenant qu’un vulgaire caillou qui n’a plus droit à son noble titre de planète. Mais comment fait-on depuis que le Bélier n’est plus en face de la constellation du Bélier ? L’astrologie est basée sur le rythme des saisons et non sur la coïncidence avec les constellations. A part les acharnés de la démolition de l’astrologie (qui deviennent de plus en plus rares, il est d’ailleurs – et c’est cocasse - d’usage maintenant de sourire lorsqu’un scientiste arrogant met toute sa fougue et sa causticité suffisante pour inventer des arguments de façon à nier ce qui fonctionne, la plupart des gens savent que le signe du Bélier correspond à l’équinoxe du printemps et non à sa correspondance avec des étoiles. Une question annexe peut par contre légitimement se poser : celle de la cohérence entre l’astrologie sidérale et l’astrologie tropicale (la moderne, la nôtre). On pourrait imaginer le pire, étant donné que les planètes se trouvent distribuées sur le zodiaque avec un signe de décalage entre les deux systèmes. Mais ceux qui s’y intéressent vont constater qu’il n’y a pas incohérence, là non plus : les interprétations en astrologie sidérale sont telles qu’à l’arrivée, les différences avec l’astrologie tropicale se trouvent compensées, du moins partiellement. Mais c’est là une autre question. Revenons plutôt à Pluton :

C’est pareil pour Pluton, déclassifié ou non : l’astrologie est symbolique et empirique. Ces deux notions sont essentielles. Symbolique signifie que ce ne sont pas les aspects physiques et matériels qui priment, mais le sens profond des différentes clefs qui en s’associant, constituent le fonctionnement de l’astrologie depuis des millénaires, et, pour les corps récents, depuis quelques dizaines (Pluton et la bombe atomique, ainsi que certains corps secondaires) ou centaines d’années (Uranus et la révolution française, Neptune et le collectivisme socialiste).

Les effets de Pluton sont étudiés statistiquement et pratiquement depuis plus de 40 ans et fonctionnent terriblement… bien. Demandez à un astrologue professionnel de vous parler d’un carré Pluton Vénus par exemple ou d’un carré Pluton Mars lors de transits ou sur le plan du caractère dans le thème astral de naissance : les effets du premier consistent en un véritable mur que l’on dégringole sur le plan affectif; le second provoque des bouffées de violence terribles, tournées vers soi-même ou plus généralement vers les autres.

Tout ceci pouvant être canalisé et transcendé – les tensions (carrés surtout, et oppositions, plus faciles à gérer) en astrologie sont des forces qui font avancer, ce sont des chances et non des fatalités malfaisantes, à dompter par la volonté pour aller plus loin, pour s’emparer à son avantage des qualités contradictoires qui peuvent faire mal sans la maturité nécessaire (il est d’usage de considérer que ce n’est qu’à partir de la seconde moitié de la vie, autour de 42 ans, après le demi retour d’Uranus, ou à la cinquantaine une fois digéré lentement et avec sagacité ce changement important) que les carrés et oppositions deviennent des atouts, un peu comme une Ferrari que l’on mettrait dans les mains d’un jeune conducteur et qui rentrerait dans les platanes régulièrement tant la machine est délicate à gérer et qui aurait besoin de quelques années d’apprentissage, mais à chaque fois, les effets de Pluton – voir le dossier Astrotheme sur la planète Pluton, Eros et Thanatos – sur des planètes personnelles sont bien visibles.

Une simple classification astronomique n’apporte ni n’enlève rien à l’effet visible de Pluton. D’ailleurs, les astrologues tiennent compte depuis toujours du fait que son orbite n’est pas dans le plan de l’écliptique : contrairement aux autres planètes, lorsque Pluton est éloigné de ce plan, il est d’usage de limiter son influence.

Celui qui écrit ces lignes est lui-même astronome amateur : cela ne me dérange pas que l’on change la classification d’un corps au regard de l’astronomie : l’astrologie n’a qu’un seul intérêt, son fonctionnement efficace. Si cela ne marche pas, on l’abandonne. Si l’effet de Pluton était illusoire, des milliers d’ouvrages et des dizaines de milliers d’interprétations de cartes du ciel depuis 60 ans, avec témoignages, ne seraient sans doute pas là. Seule prime l’efficacité. Ainsi par exemple, les Noeuds lunaires, la Lune Noire, Chiron, Vesta, Cérès, Junon ont des effets qui ne sont pas si évidents à identifier de façon claire, même si une belle littérature existe et que des passionnés passent leur temps à essayer de démonter leurs effets, surtout pour les Noeuds (dont les effets semblent relativement acquis bien que délicats à interpréter) et un peu moins pour la Lune Noire.

Les astrologues ne prennent pas… tout ce qui bouge comme argent comptant. Pluton, dégradée dans sa classification comme n’étant plus une « planète » demeure bien un des éléments importants à ne surtout pas négliger, ni dans le thème natal, ni dans les prévisions, ni en compatibilité de couple puisque chacun sait par exemple qu’à défaut d’un lien Mars Vénus, un lien Pluton Vénus fait l’affaire presque aussi bien, d’une façon un peu différente certes mais efficace ! De la même façon que pour les octaves supérieures de Mercure et de Vénus : Uranus est l’octave supérieure de Mercure, Neptune de Vénus et Pluton de Mars, avec les significations plus complexes qu’elles dégagent, mais qui n’en sont pas moins visibles la plupart du temps.

Le thème astral, les prévisions astrologiques, les études de compatibilité continueront donc à tenir compte de la planète Pluton, qu’elle soit ou non déclassée, ses effets étant non seulement puissants parfois, mais expliquant bon nombre d’évènements ou apportant des éléments efficaces pour l’analyse des compatibilités de couple ou de la personnalité.

Si vous souhaitez voir l’effet de Pluton sur votre personnalité, le Portrait Astrologique Complet Instantané vous apportera un éclairage immédiat sur le sujet, et bien d’autres informations sur vous-même. Rendez-vous sur ce site :  http://www.astrotheme.fr/dossier.php?ID=57

Publié dans:PLANETES |on 8 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Qui sont les gris ?

 

Selon les Andromédiens, la plupart des êtres humains présents sur cette planète ainsi que sur 21 autres systèmes planétaires de notre galaxie, font partie d’un groupe d’âmes bien spécifiques – des consciences individualisées qui ont déjà évolué jusqu’à la onzième densité il y a de cela des milliers de milliards d’années. Une expérience fut alors planifiée au terme de laquelle certains êtres acceptèrent de descendre dans la troisième densité pour y faire l’expérience de la pensée créant la matière physique. Morenae m’a expliqué qu’un nombre important d’entre nous viennent de la onzième densité, d’où nous avons rejoint la troisième. Nous y avons trouvé une race spécifique qui était déjà là, porteuse d’un code génétique spécial impliquant des gènes issus de 22 races extraterrestres différentes. 

Qui sont les gris ? dans O.V.N.I et E.T. espaceEn ce qui concerne les Gris, ils avaient une allure beaucoup plus humaine à une époque. Ce qui est arrivé, c’est que leur race fut capturée il y a 891.000 ans par le groupe d’Orion qui était déjà génétiquement altéré et sous le contrôle des Alpha-Draconiens. Ceux que nous appelons maintenant les Gris sont ainsi devenus la « propriété » des Draconiens. 

J’ai mis un certain temps à comprendre pourquoi nous intéressons également les Gris. Il se trouve que ce qui en nous pose un problème aux Draconiens correspond également à ce que les Gris recherchent. Nous avons la particularité de nous être déjà rendus jusqu’à la 11ème densité, ce qui signifie que nous avons couvert une grande échelle d’évolution spirituelle et ce qui explique notre vaste gamme de capacités émotionnelles. Ils veulent accéder à ces informations dont ils pensent qu’elles sont gravées dans la mémoire de notre inconscient collectif.

Avec la nouvelle fréquence qui vient et la troisième densité qui commence à imploser sur elle-même, les Gris essaient de sauver leur race. Selon Morenae, il ne reste sur la Terre que 2.000 Gris authentiques. Tous les autres sont des clones – des robots organiques. Ils ne sont pas porteurs d’essence spirituelle.

De nombreux enlèvements d’humains ont été organisés par des Gris à des fins génétiques. Ils ont essayé de croiser les races. Ils ont créé des hybrides ; aussi invraisemblable que cela puisse vous paraître, ils ont même essayé de transplanter des âmes !

Voir le site :  http://www.erenouvelle.fr/archives/2011/08/10/21754320.html

Publié dans:O.V.N.I et E.T. |on 4 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Le sept sacré

 

Le sept sacré dans CHIFFRES bougie-chiffre-7-rouge-150x150A l’origine, le chiffre 7 représentait les Sept grands commandements du Créateur, donnés aux Quatre grandes forces primaires afin qu’elles exécutent sa volonté, ses ordres et ses désirs, et qui émanaient du Créateur. Ce sont les Forces créatrices du Tout-Puissant.

La prédilection qu’avaient les peuples anciens pour le chiffre 7 est bien connue. Il occupait une place de choix dans leurs cérémonies religieuses comme dans leurs mythes.

Chaldéens : Les Sept jours de pluie du déluge. Hindous : Les Sept jours de la prophétie du déluge faite par Vichnou à Satyravata.
La Bible : Les Sept jours de la prophétie du déluge faite par Yaveh à Noé.
Babyloniens: Les Sept vases employés par les prêtres pour les sacrifices.
Perses : Les Sept chevaux des Aryens, qui tiraient le char du Soleil. Les Sept Apris, ou formes de la flamme. Les sept rayons d’Agni.
Hindous : Les Sept pas que fit Bouddha à sa naissance. Les Sept villes saintes, ou Rishi, de l’Inde.
Egyptiens : Les Sept jours de la Création. Les Sept jours de la semaine. Les Sept classes d’Egyptiens.
Grecs : Les Sept îles consacrées à Proserpine. L’Hydre à Sept têtes tuée par Hercule.
Scandinaves : Les Sept familles qui accompagnèrent Wotan, fondateur de la ville de Nachan.
Hébreux : Les Sept lampes de l’Arche. Les Sept branches du candélabre d’or. Les Sept jours de la fête de la dédicace. Les Sept années d’abondance. Les Sept années de famine. Les Sept peuples qui échappèrent au déluge.
Apocalypse (Chrétiens) : Les Sept chandeliers d’or. Les Sept églises avec Sept anges à leur tête. Les Sept têtes de la bête, surgie de la mer. Les Sept sceaux du Livre. Les Sept trompettes des anges. Les Sept coupes de la colère de Dieu. Les Sept derniers fléaux versés sur la terre.
Nahualts : Les Sept grottes d’où émergèrent les ancêtres des Nahualts.
Indiens Zuni : Les Sept cités de Cibola.
Uighurs : Les Sept villes sacrées des Uighurs. Atlantes : Les Sept villes d’Atlantide.
Carians : Les Sept Antilles.
Polynésiens (îles Marquises) : Les Sept peuples qui furent sauvés du déluge.

Les Sept Maouts, ou génies des vents, dans la hiérarchie du Mazdéisme.
Les Sept échelons dans la grotte du génie Mthra.
Mu, la Mère-patrie : Les Sept villes sacrées avec leurs portes d’or.

Extrait du livre de James Churchward, 1933. Le Monde occulte de MU.

Publié dans:CHIFFRES |on 4 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Les énergies de rajeunissement…

 et de guérison de l’orgasme

 www.spirit-science.fr

La voie de la connaissance des mystères

Les énergies de rajeunissement... dans SEXUALITE soleil-00007La voie d’entrée de la Bibliothèque vivante dans votre corps se trouve dans vos organes génitaux. Si vous apprenez à utiliser cette voie, elle servira d’ouverture aux archives du temps. En général, les humains se rencontrent et s’accouplent en l’espace de quelques minutes. Souvent, ils ne s’attardent pas à s’explorer sexuellement l’un l’autre parce que le plaisir lascif est parfois associé à une souffrance émotive profonde. On a imprimé la honte à plusieurs d’entre vous à l’idée de rechercher ce plaisir. Souvenez-vous! L’histoire veut que vous ayez reçu le don des dieux.

 Nous trouvons intéressant de constater combien d’écoles de pensée sur Terre déclarent que l’accomplissement suprême consiste à transcender la sexualité. Soyez conscients des idées qui vous détournent de l’essence totale de qui vous êtes. Ces idées et concepts paraissent élevés; ils vous éloignent toutefois de la truculence et de l’abondance de votre forme physique. Vos sécrétions et vos mystères sont des dons à explorer avec dignité, grâce, révérence et respect, à l’intérieur d’une relation sérieuse.

Il est dans notre intention d’inspirer en vous une réinterprétation de la sexualité. Veuillez comprendre qu’au moment des changements sur Terre, vous serez affecté et réaligné dans tous les domaines. Il n’est pas nécessaire de craindre d’être seul, car vous avez la capacité d’exprimer un engagement entre partenaires de la profondeur que vous souhaitez.

La voie vers les étoiles

soleil-000071 dans SEXUALITE La sexualité aligne votre corps sur un état de guérison et ouvre les voies vers les étoiles. La sexualité à l’intérieur d’une relation amoureuse possède une dimension profonde et peut vous amener dans d’autres univers, revitaliser votre corps et lui rappeler son pattern idéal.

 L’expression sexuelle permet l’exploration à la fois des domaines spirituel et physique. Un équilibre est nécessaire. Vous demeurez dans un corps physique qui, dans son essence même, tire son existence de l’expression sexuelle de vos parents. Soyez à l’aise avec votre énergie sexuelle; rendez hommage et acceptez cette force vitale qui circule en vous. Nous souhaitons vous voir animé, enrichi et comprenant le véhicule que vous êtes.

Sur votre planète, on vous a restreint à l’ignorance en ce qui a trait à la sexualité. Dans votre optique, il s’agit d’une expérience locale qui, au mieux, est agréable, alors qu’en réalité, il s’agit d’un événement d’ordre cosmique. Chaque fois que vous avez une relation sexuelle avec une autre personne, un pattern énergétique vous relie immédiatement et attire des énergies invisibles.

 Votre corps est un aimant

soleil-000072Lorsque vous et une autre personne êtes alignés, vous devenez comme les pôles Nord et Sud. Habituellement, les cellules de votre corps ressemblent à la foule grouillante d’une gare centrale ou de tout autre endroit où les gens se déplacent dans toutes sortes de directions. Alors, durant l’acte sexuel, c’est comme si, au coup de sifflet, tous se tournaient et regardaient dans la même direction. Lorsque vous atteignez un état d’union affective véritable pendant l’acte sexuel, vous vous déclenchez mutuellement, et toutes vos énergies cellulaires s’alignent en une direction. Votre corps devient un aimant.

 Lorsque vous et une autre personne atteignez un état élevé de puissance électromagnétique, vous vous attirez mutuellement et créez un équilibre entre vous. Lorsque vous excellerez à ceci, vous n’aurez même pas à vous toucher. Vous pouvez tisser cette toile d’amour entre vous, et c’est par ce champ magnétique que vos corps intérieurs s’élèvent et passent dans d’autres mondes.

 Acceptez totalement votre corps

soleil-000073La plupart d’entre vous choisissent les aliments qu’ils consomment. Soyez sélectif également sur les manières d’apporter du plaisir à votre corps. Autorisez-vous à découvrir le plaisir, à en discuter, et à le ressentir. Regardez votre corps, observez-le, nu, et dans toutes les positions pour découvrir la divinité dans les interstices et les fissures que vous possédez. Souvenez-vous, lorsque vous conduisez une voiture, vous ne dites pas : Oh! ne regardez pas dans le coffre. Vous acceptez l’objet dans sa totalité. Chacun des composants de la voiture opère avec l’ensemble pour vous transporter. Il en va de même avec votre corps.

Nous considérons la sexualité comme le don le plus passionnant que vous ayez reçu, et nous souhaitons vous amener plus loin sur le parcours afin que votre temps sur Terre soit plus agréable. Ayez de l’amour pour vous-même et pour la Terre parce que vous formez un tout et que vous êtes pareils. Et ceci implique toutes les parties de votre corps. Il vous faut discuter de sexualité. Engagez-vous à accepter chaque zone de votre corps et à attirer à vous un partenaire qui rendra hommage à chaque région de votre corps. Sachez que votre partenaire souhaitera et sera prêt à jouer un rôle de pionnier dans le domaine magnifique de votre puissance de dieu-déesse.

 Préparez votre corps en le purifiant

soleil-000074Combien de gens connaissez-vous qui attirent en eux une vibration élevée avant d’avoir une relation sexuelle? Certaines personnes s’enivrent, consomment des drogues ou font ce qu’elles doivent faire pour se donner le courage d’avoir une relation sexuelle. Il vous faut établir des valeurs, des normes et des conditions concernant la sexualité avec le domaine non physique de façon que seuls ceux qui remplissent vos conditions viennent à vous.

 Nous vous conseillons de nettoyer tous les anciens attachements de votre corps. Voyez votre corps purifié, béni et se libérant de l’énergie sexuelle de tous les attachements antécédents. Faites ce que vous pouvez pour relâcher avec amour toutes les relations sexuelles antérieures ayant une emprise sur votre vie. Cessez de parler du passé et d’alimenter d’anciens partenaires. Laissez aller ces choses. Si vous persistez à parler de gens que vous fréquentiez il y a plusieurs années, vous alimentez leurs formes-pensées dans votre champ aurique, spécialement si votre rapport à eux était sexuel. Ceci vous empêche de faire l’expérience d’un présent nouveau.

 Lorsque vous utilisez un papier-mouchoir, vous le prenez, vous vous mouchez puis vous le jetez. Les gens ne sont pas ainsi. Le processus n’est pas si simple et si rapide. Chaque fois que vous avez un rapport sexuel avec une personne, vous êtes lié à cette personne. Lorsque deux corps s’unissent, même pour une seule nuit, vous absorbez la fusion de votre champ aurique mutuel. Peut-être n’aviez-vous pas compris cela jusqu’ici.

La sexualité est merveilleuse. C’est certainement l’un des dons les plus splendides que vous possédez comme être humain pour vous permettre de découvrir votre identité. Vous devez toutefois apprendre à l’employer. Personne ne vous a renseigné sur les ramifications des maillons énergétiques résultant des rapports sexuels. Il vous faudrait accomplir un nombre de cérémonies ou de rituels avec l’intention de libérer votre champ de l’énergie des gens. S’enduire de fumée est un excellent rituel servant à purifier votre champ. Toutes les églises en font usage. Plusieurs institutions emploient l’encens ou une fumée quelconque pour nettoyer l’énergie. La fumée est multidimensionnelle. Lorsque vous vous enduisez, cela constitue une indication que vous cherchez à vous nettoyer, à purifier et à libérer l’énergie de sorte qu’il ne subsiste aucun attachement. Il serait bien d’enduire votre corps et d’enduire votre lieu de résidence.

 La guérison et la force vitale

soleil-000075La guérison découlant de votre compréhension des priorités de votre vie se produira lorsque vous saisirez cette force vitale nommée sexualité. C’est là un des rétablissements clés qui doivent avoir lieu sur cette planète.

 Lorsque les hormones de l’attirance s’agitent, vous faites l’expérience d’un échange d’énergie entre tous vos chakras et ceux de votre partenaire. Vos énergies se fusionnent. Si vous faites monter l’énergie plutôt que de la garder dans les régions génitales, vous pouvez augmenter la circulation d’énergie et fonctionner en ayant une conscience nouvelle. Apprenez l’un de l’autre à faire monter l’énergie le long de la colonne vertébrale et à la faire circuler dans vos corps, reportant l’orgasme. Pendant l’acte sexuel lui-même, peut-être constaterez-vous que vous passez dans une fissure temporelle.

 L’expérience de l’orgasme diffuse des énergies de guérison et de rajeunissement dans votre corps. Dans plusieurs cas, elle peut susciter une libération émotionnelle intense, et vous vous trouvez inondé de sentiments.

 Maitrise de l’éjaculation

soleil-000076De la même manière qu’on a vendu aux femmes l’idée qu’elles ne peuvent empêcher la grossesse si elles ne désirent pas d’enfants, on a vendu aux hommes l’idée que l’éjaculation est la seule forme d’orgasme. Le sperme peut être retenu, transformé dans son énergie, et redistribué dans le corps. Il s’agit d’une forme supérieure de la sexualité pratiquée en Orient depuis plusieurs éons. Si les hommes éjaculent chaque fois qu’ils atteignent l’orgasme, ils perdent leur force vitale, dans l’une des versions de la réalité.

 Si vous êtes un homme, vous pouvez apprendre à retenir le sperme et à ne pas éjaculer pendant l’acte sexuel. Il existe des techniques pour ce faire. En appuyant sur le périnée, la région entre l’anus et le scrotum, la force vitale est retenue à l’intérieur du corps, et l’orgasme se transforme. Les humains ont été amenés à avoir un orgasme génital, qui constitue une expérience localisée à une partie du corps, au lieu d’une expérience impliquant tout le corps et d’élévation spirituelle. Si vous réfléchissez au nombre de corps dont vous êtes constitués (voir article Corps subtils), vous prenez conscience qu’il vous est possible d’avoir un orgasme dans chacun de ces corps. Alors, lorsque vous reconsidérez et redéfinissez les manières qui vous mènent au plaisir, vous commencez à faire l’expérience de différentes façons de recevoir le plaisir et vous sortez de la région restreinte des organes génitaux.

 Le sperme est une force catalytique d’existence. Chaque fois qu’un homme émet du sperme, il épuise son corps en quelque sorte. Idéalement, un homme devrait éjaculer par choix, lorsqu’il y a besoin de procréation ou désir de l’expérience. On vous a transmis des idées qui vous maintiennent dans un état vibratoire très bas vous menant à la dégénérescence plutôt qu’au rajeunissement.

La culpabilité inutile

soleil-000077Vous avez d’abord été imprégné de l’idée que le sexe est négatif. Par la suite, des institutions furent établies qui pardonnaient ces actes répréhensibles. Vous oscillez entre les deux pôles de cette dualité. Plusieurs hommes et quantité de femmes, particulièrement dans le monde occidental, ne comprennent pas à quel point ils sont imprégnés de cette idée que le sexe est mauvais. Ceci nuance leur comportement à tel point qu’ils se précipitent tout au long de l’expérience sexuelle parce que, s’ils font quelque chose de mal, ils ne veulent pas se faire prendre.

Le juste équilibre existe. Vous pouvez le trouver. Vous n’éprouvez alors aucune culpabilité ni honte après l’acte sexuel. C’est pourquoi nous disons qu’il est essentiel d’avoir de profonds liens amoureux avec votre partenaire. L’amour que vous partagez empêche, en général, la honte et la culpabilité. Sans l’amour, la honte et la culpabilité sont souvent importantes, et l’anéantissement émotif peut être considérable.

 La joie

soleil-000078Faites de l’expression de votre sexualité un moment de joie. Le sexe n’a rien à voir avec la performance; c’est le lien et le partage le plus intime qui soit. Cela n’a pas à voir avec: Ah oui! tu étais fantastique. Il s’agit d’intimité, de la fusion avec un autre tout en maintenant votre souveraineté. C’est le fait d’être soutenu et de soutenir parce que cela deviendra essentiel à mesure que vous maintiendrez votre souveraineté et redécouvrirez ce que sont le plaisir et la joie. Votre corps commencera à se souvenir.

 Activer les chakras

soleil-000079Le fait de plonger son regard dans celui de l’autre [..] peut aussi susciter une excitation intense. C’est là la connexion du cœur aux yeux de l’âme – le cœur de l’âme. Vous pouvez certainement fermer les yeux; un contact visuel soutenu changera toutefois votre expérience. Vous souhaiterez peut-être travailler également avec les chakras et toucherez spécifiquement le chakra du cœur de l’autre personne. Posez votre main sur le chakra du cœur de votre partenaire et gardez le cœur ouvert.

En stimulant avec les yeux, en utilisant les chakras, et en activant les points d’acupression de la région génitale, ces endroits prennent vie. En les touchant, une réaction chimique vous entraine vers un orgasme qui vous projette à l’extérieur, vers vos multiples corps. Ceci vous permet de grimper l’échelle menant à la connaissance supérieure, et d’accéder à votre divinité. Ceci implique également de vous livrer à l’exploration mutuelle de vos corps – d’agir tout à fait librement quant à la forme et à l’expression de votre corps. Voilà la prochaine étape.

 Peut-être pouvez-vous modifier votre centre d’attention durant l’acte sexuel de façon à ne pas atteindre l’orgasme immédiatement. Amusez-vous et montez jusqu’au point juste avant l’orgasme, maintenez cette fréquence, apaisez-vous un peu, puis montez encore et encore. Attardez-vous à ce processus. Lorsque vous respectez le processus, passez-y des heures, car ceci crée une intimité profonde, et l’expérience restera beaucoup plus longtemps. Le rajeunissement et la régénération de la force vitale se produisent grâce à des heures et des heures d’intimité, gardant les yeux ouverts et apprenant à votre corps ce que vous souhaitez qu’il fasse.

 L’orgasme n’est pas un événement local. Certaines personnes ont un orgasme simplement lorsqu’on leur chatouille les oreilles. Chez d’autres, il suffit d’effleurer les poignets pour qu’elles l’atteignent. Il est possible d’avoir un orgasme en rêvant. Il est possible d’avoir un orgasme lorsque vous êtes hors de votre corps. L’orgasme est mal compris. Vous considérez que c’est un événement local à la région génitale. Ça ne l’est pas. C’est un événement cosmique qui a été interprété en lui attribuant une portée locale de sorte que vous passiez à côté de la question. C’est une pulsation continue de divinité de plaisir et de liaison avec le pouls de l’existence. Il peut donc se produire n’importe où. Si vous étiez vraiment accordé à votre sexualité, si vous étiez libre à ce point, une bouchée d’une nourriture délicieuse pourrait vous amener à l’orgasme. C’est l’appréciation suprême de la divinité en toute chose.

 La masturbation

soleil-0000710Il n’y a rien de mal dans la masturbation. C’est une pratique excellente si vous savez rendre hommage à votre corps et à la justesse d’y stimuler certaines sensations. Masturbez-vous sans projeter, sans honte et sans amener divers inconnus dans votre corps par vos pensées. Comme toute chose, c’est délicat. C’est une excellente forme d’art, mais elle ne doit pas être pratiquée uniquement comme soulagement. Si vous pratiquez la masturbation seulement pour soulager la tension, vous devez reconsidérer votre geste. Si vous ne vous êtes jamais masturbé, comment pensez-vous avoir un rapport sexuel avec quelqu’un et faire en sorte qu’il connaisse votre corps si vous ne le connaissez pas vous-même?

 Ne craignez pas votre sexualité

soleil-0000711Vous ne comprendrez pas ce qu’est être dieu ou déesse en l’absence de votre expérience sexuelle, pas complètement, car vous êtes humains, et ceci fait partie de la façon dont votre corps a été conçu. Toutes les créatures de cette planète possèdent une forme d’expression sexuelle – une façon quelconque de s’exciter et de se reproduire. Vous ne comprenez pas comment deux mouches peuvent s’attiser simplement en touchant leurs antennes. Les créatures de la Terre – les plantes et les animaux – se stimulent mutuellement et s’amènent à des états d’activité élevés sans toutefois se reproduire. Maintenez cette image.

Il est nécessaire que vous compreniez et que vous ne craigniez pas votre sexualité. Ne la rendez pas désuète à cause de la crainte que vous avez de la force vitale.

 

Merci à Barbara Marciniak POUR SON LIVRE Terre aux éditions Ariane.

  Revu et amélioré par Alain Boudet Spiritualité, Science et Développement :    www.spirit-science.fr

Publié dans:SEXUALITE |on 3 novembre, 2012 |Pas de commentaires »
123

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3