Archive pour le 30 novembre, 2012

Adoucir la mort

Au moment de notre mort, que se passera-t-il ? 

Lorsque nous allons mourir notre âme se détachera de notre enveloppe corporelle. Elle atteindra l’astral durant 3 à 4 jours mais toujours reliée à notre corps physique par la corde d’argent. Il est donc souhaitable d’attendre au moins 4 jours avant d’incinérer un corps. Ensuite l’âme peut partir suivant plusieurs directions :

Adoucir la mort dans La MORT mort1-300x199- Si l’âme ne voulait pas mourir, qu’elle est très rattachée au monde terrestre alors elle va errer dans l’astral terrestre, elle va souvent rendre visite à ses proches. Elle n’arrive pas à  » décoller  » de la terre. Elle ne rejoindra sa sphère que si elle prend conscience de sa fausse route, ceci par les prières que nous pouvons lui adresser. En fait lorsque nous prions Dieu, Marie, Jésus, les saints pour nos défunts, ceci leur envoie des messages d’amour pour les guider vers le bon chemin.

– Si l’âme est consciente qu’il y a une vie après la mort ou que même si elle ne le sait pas, elle n’est pas refermée à cette idée et qu’elle se laisse aller alors elle ira vers sa sphère correspondante. Des saints, ses guides, des proches décédés peuvent alors l’attendre pour faire le chemin ensemble et lui expliquer ce qui se passera. Cette personne n’a pas peur, elle est entourée d’amour. Certaines personnes à l’hôpital ou après un grave accident ont vécu des morts imminentes et sont ensuite revenues sur terre. Elles ont expliqué qu’elles ont vu un tunnel et au bout de la lumière. Ces personnes n’ont pas rêvé, elles ont effectivement fait ce voyage mais il était trop tôt pour elles de mourir et sont venues réintégrer leur corps. Généralement, ces personnes, une fois revenues sur terre, n’ont plus peur de mourir car elles savent ce qui les attendent donc connaissent la vérité la-dessus.

Que se passe-t-il pour les gens qui se suicident ? 

Lorsque nous décidons de venir sur Terre, nous avons déjà fait au niveau inconscient un programme de ce que nous désirons apprendre. Toutefois nos expériences peuvent être vécues comme très difficiles si nous sommes perdus, si nous nous cherchons, si nous ne connaissons pas cette part de divin en nous. Comme nous avons le libre arbitre, certaines personnes décident d’arrêter, de stopper brusquement pour en finir avec la vie. Or le suicide ne rentre pas dans le programme d’une personne donc lorsqu’elle met fin à ses jours, tout ce qu’elle n’a pas fait il faudra qu’elle revienne pour arriver au bout de ce qu’elle s’était fixée. Car une fois revenue là-haut, cette personne se rentra compte que la vie sur terre n’est pas la vraie vie et que malgré les expériences si dures soient-elles, c’est seulement pour apprendre certaines choses qu’elle y va. 

 

Publié dans:La MORT |on 30 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Saint-Germain

Le comte de Saint-Germain et les maîtres de l’Aggartha

dans l’oeuvre de François Brousse

 
J’apparais personnellement à travers les âges comme une comète éternelle et vagabonde. On m’a vu dans l’antique continent atlante, tel un sage aux pouvoirs mystérieux. J’ai surgi à la base des grandes civilisations, comme une providence vivante, sous les masques d’Imouthès, le dieu constructeur de pyramide, d’Amourrou, celui qui sait les chemins de la Montagne, de Zerovanus, le contemplateur des deux Principes invincibles. [...] 

Au XVIIIe siècle, alchimiste immortel, je fabriquais de l’or, faisais grossir des perles, purifiais des diamants, guérissais des maladies, dévoilais l’avenir du monde. 

Saint-Germain dans HUMANITE priere-194x300Au XIXe siècle, j’ai fondé, avec Koot- Houmi et Morya, cet édifice de granit, la Société théosophique où furent étudiés les mystères essentiels de l’univers. Sa fondatrice officielle, l’étonnante Helena Petrovna Blavatsky, sortait des sanctuaires initiateurs de l’Asie. Elle fut sur la Terre notre disciple bien aimée, notre messagère fulgurante. [...] 
Aujourd’hui, c’est à vous [François Brousse] que je me présente, apportant révélations métaphysiques, scientifiques, prophétiques et méthodologiques. (Propos de F. Brousse, 4e de couverture) 

François Brousse 
Le Voyageur des siècles, Saint- Germain, représente la Haute Magie, dominatrice de la Mort, maîtresse des couleurs et en relation avec le Grand Soleil central de la galaxie. 
Alchimiste suréminent, il fabriquait de l’or, purifiait les diamants, grossissait les perles, chassait les entités du bas-astral, guérissait les malades et révélait les sombres lueurs de l’avenir. (p. 13) 

François Brousse 
[En 1743], le maréchal de Belle-Isle revenait d’Allemagne. Il venait d’abandonner, sous la pression des armées impériales, la merveilleuse ville de Prague. [...]. Il ramenait dans ses bagages [...] un étrange personnage : c’était le comte de Saint-Germain. [...] Ce Comte était petit, brun, le visage basané, le regard d’une étonnante profondeur. Il y avait en lui la majesté du mage et, en même temps, la douceur et peut-être, un peu, l’égarement du prophète. Il était vêtu d’une étrange façon, toujours avec des habits admirablement bien taillés, mais ce qui le différenciait de tous les autres courtisans de l’époque, de tous les autres grands seigneurs, c’était le faste, la somptuosité, l’éclat des bijoux. Ses bijoux [...] étaient en train de défrayer les chroniques d’un peuple léger, superficiel, amant néanmoins de la beauté et amant de l’intelligence. [...] Il devint très rapidement l’ami de la marquise de Pompadour et, par la marquise de Pompadour, il pénétra facilement dans l’intimité du roi Louis XV. Le roi Louis XV avait, pour le comte de Saint-Germain, une véritable admiration. (p. 179-180) 

François Brousse 
Zoroastre, Hammourabi, Moïse ont rencontré leur Dieu sur la montagne, et nous avons rencontré le Maître sur les flancs des Pyrénées, dont l’étymologie rappelle le Feu créateur. 

C’est aux environs de la ville de Vernet-les-Bains [Pyrénées-Orientales], paradis du Midi, que cette rencontre insolite marqua notre mémoire d’un sceau ineffaçable. J’étais ce jour-là [le 14 avril 1966] en promenade non loin de cette station si douce et si harmonieuse, sur la route qui se dirige vers Casteil, tandis qu’un ciel rayonnant répandait sur la campagne aux arbres frémissants un manteau de gloire azuréenne. 

Je venais d’effectuer un virage majestueux aux environs de l’hôtel Alexandra [...] et voici que je rencontre un personnage d’une taille moyenne, avec un front très large, des yeux au regard insoutenable et un peu malicieux, portant des vêtements clairs et une coupe moderne. Son caractère particulier consistait en un étincellement de bijoux. Une bague à la main droite, avec un rubis flamboyant. Une bague à la main gauche, avec un saphir ensorceleur. Autour de son cou, pendait un vaste collier terminé par une croix gravée de trois roses. C’était la rose-croix, mais sous un style original. 

J’ai pensé tout de suite : « Est-ce un fou, un illuminé, un imposteur ou un homme de génie ? » C’était un joli éventail de possibilités. Pendant que je songeais, l’illuminé-imposteurhomme de génie s’avance vers moi et me dit ex abrupto : -Vous avez raison d’annoncer la chute du général de Gaulle pour 1969*. Je reprends mon souffle et rétorque : -Je suis ravi que la renommée de mes oeuvres soit parvenue jusqu’à vos oreilles ; puis-je me permettre de vous demander à qui j’ai affaire ? Il me répond superbement : 
Au comte de Saint-Phénix. Phénix ou Saint-Phénix, c’était, je le savais, l’un des pseudonymes de l’illustre Saint-Germain. (p. 274-275) 
* Cf. BROUSSE F., Les Clés de Nostradamus, dans Revue Sources Vives, Perpignan, N°32, printemps 1965 

François Brousse 
Après l’effondrement de l’Atlantide, ce puissant génie a découvert le mouvement perpétuel, la quadrature du cercle et le moyen de transmuter les métaux profanes en métaux précieux. [...] Le Frère immortel poursuit sur la Terre le but d’Élias Artista en trois points fondamentaux : l’unité de toutes les religions, la production d’une richesse intarissable, la perfection de la science et de la morale, de sorte que les humains retrouveraient le paradis primitif. Il laisse entrevoir la rencontre future des fils d’Adam avec une civilisation extraterrestre. [...] Tel est le comte de Saint Germain, un des grands sages de l’Himalaya. (p. 280-281) 

François Brousse 
L’humanité évolue, elle est en quelque sorte la dernière fleur de l’arbre animal ; nous avons été successivement à travers les siècles des plantes, des poissons, des reptiles, des amphibiens, des oiseaux, des quadrupèdes, enfin des hommes, des humains, et notre sort est de devenir des surhumains, autrement dit, des dieux. (p. 52) 

Saint-Germain 
Nous sommes, nous, les Frères Aînés, Koot-Houmi, Morya, Saint-Germain, les résultats d’une évolution prodigieuse. Nos êtres, plus anciens que les vôtres, plongent dans une antiquité inconcevable. Ils ont acquis la réalisation définitive. 
Notre suprématie se met au service de l’ascension humaine. Par nos pensées, torrent perpétuel d’amour, de puissance, de sagesse, de beauté, de joie, nous baignons d’un flux vivifiant les multitudes et les penseurs. Parfois, nous nous manifestons directement à quelques privilégiés. 
(Propos de F. Brousse, p. 51) 

fee-240x300 dans MAITRISEFrançois Brousse (4e de couverture) 
Il faut savoir que le but de l’évolution est de fabriquer des humains immortels, non dans leur corps physique (utopie contradictoire), mais dans leur corps éthérique. Ils peuvent alors, par la concentration de leur volonté, condenser des corps tangibles. La nuance est de taille ! 
Ainsi le comte de Saint-Germain et Melchisédech apparaissent-ils d’âge en âge, avec de longues périodes d’occultation. Donc, l’explication éthérico-créatrice illumine les mystères de l’Aggartha


L’Aggartha est composée de ces hommes surhumains qui sont devenus des dieux. Ils ont atteint l’immortalité parfaite en ce sens qu’ils ont un corps éthérique indestructible, grâce auquel ils peuvent refaire à leur gré des corps physiques. 
L’Aggartha comprend vingt-deux grands maîtres, ceux qui ont atteint la conscience cosmique et l’illumination permanente. [...] Ces vingt-deux grands sages sont les points de convergence de l’humanité tout entière. En l’Aggartha, il y a la puissance, l’amour, la sagesse et la création de la beauté, ce qui fait que l’homme devient semblable à Dieu, Dieu qui est à la fois le grand poète, le grand géomètre et le grand amoureux éternel. [...] Ces maîtres ont atteint l’immortalité du corps éthérique. [...]. En voici les noms… (Cf. p. 38-39)

A lire : Le comte de Saint-Germain et les maîtres de l’AggarthaAuteur : Jean-Pierre WENGER 
Les éditions Saint-Germain Morya 3e trimestre 2012 
chez DG Diffusion dans toute librairie

Publié dans:HUMANITE, MAITRISE, POUVOIR |on 30 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Les 3 prophéties

 du 5ème règne

Interview de Yann Laflèche

Marjolaine Watelle pour Soleil-Levant a rencontré l’auteur d’un livre récemment paru aux éditions Alphé « la Prophétie du 5ème règne ». ce texte annonce, en toute humilité, les dernières informations révélées par le livre de la connaissance. A ce moment clé de notre histoire, découvrez le message de cet homme rare qui chemine sur la voie de la simplicité.

Yann Laflèche, pourquoi avoir choisi ce titre ?

Les 3 prophéties  dans PROPHETIES prophetie-191x300Ce livre s’appelle « La prophétie du 5ème règne » mais il y a trois prophétie dans cet ouvrage. La 1ère a trait à des bouleversements naturels importants qui doivent arriver et qui sont très différents de ce qu’on a vu dernièrement (les cyclones aux Etats-Unis ou le tsunami). Beaucoup d’êtres ont reçu ces informations. Je ne cite aucune date mais 2012 est citée par certains….Mon ressenti est que l’échéance est beaucoup plus proche que cela. Ce qui va se passer ne pourra pas être pris pour un événement ordinaire puisqu’il sera la conjonction de plusieurs faits différents dans un espace de temps beaucoup trop court pour qu’on puisse l’attribuer au hasard. On annonce une colère des 4 éléments : l’eau, la terre, l’air, le feu dans un délai de 40 jours. Cette fameuse prophétie avec ces éléments climatiques est une opportunité donnée à l’humanité pour changer sa façon de vivre, changer la loi qui règne sur cette terre c’est à dire le règne du faux, de la séduction, de la reconnaissance, du paraître… l’humanité doit apprendre à maîtriser ce qui est aujourd’hui placé au pinacle dans notre société…. Et cela ne se fera pas sans bouleversements.

Comment l’humanité en est-elle arrivée là ?

Notre humanité du 4ème règne a attiré tout un égrégore obscur qu’il va falloir nettoyer. Quand l’humanité est entrée dans ce règne (après la période atlante), une lumière de compréhension s’est fermée. Elle qui auparavant avait accès au livre de la connaissance, de la sagesse, de la vie, en a perdu les clés. Son enfance se situe dans la période atlante : l’humain était alors accompagné de ses guides, il avait accès aux mots de pouvoir, il pouvait commander à la matière puisque les dévas étaient à son service. Les dévas eux, ne cherchaient pas accaparer des choses. Un jour pourtant, des êtres ont utilisé leurs pouvoirs pour servir leur ego, alors les guides se sont retirés, ne pouvant pas rester dans ces basses vibrations. Voilà pour la période Atlante. Le passage par le 4ème règne, celui de raisonnement et du mental est un passage indispensable car il représente notamment l’apprentissage de l’individualité de conscience. Mais cette individualité de conscience nous fait rentrer aussi dans la séparativité, qu’on appelle l’ère du faux (il n’y a aucun jugement dans mes propos). La vie ne s’arrêtant pas à la matière, l’être humain va devoir sortir du 4ème règne et se rendre compte que ses corps sont illusoires, qu’ils sont appelés à disparaître, qu’ils sont des véhicules que son âme projette pour enrichir sa conscience, afin, petit à petit, de s’identifier avec le Père c’est à dire devenir créateur.

C’est ici qu’émerge le 5ème règne…

Oui, c’est un stade supérieur (une suite logique) qui consiste à percevoir la réalité sans passer par le mental. L’intuition est ce qui caractérise principalement les êtres du 5ème règne. Ces êtres dominent leur mental et peuvent se mettre en canal pour contacter le monde de l’esprit. Puisque maintenant l’humanité commence à se rendre compte qu’elle fonce dans un mur, les êtres du 5ème règne émergent apportant avec eux un espoir. Il y a peu de temps, « on » a donc commencé en rentrouvrir ce livre de la connaissance qui était plus ou moins fermé depuis la période atlante. D’abord au 19ème siècle avec « la doctrine secrète » reçue par Blavatsky puis au 20ème siècle avec Alice Bailey. Ce sont des livres magnétiquement verrouillés et ils apportent des éléments qui ne s’inventent pas.

Vous avez donc « pris la suite » pour transmettre ce livre de la connaissance ?

Disons que ce livre de la connaissance s’est rouvert, et je n’ai aucune prétention là dedans car je ne suis que le secrétaire, la plume. C’est un roman fiction qui s’appuie sur des éléments de fiction et de réalité. J’ai reçu toute la charpente et le déroulement de l’action m’a été donné. Dans ce livre, des clés importantes du livre de la connaissance sont révélées aux êtres humains. Je n’ai aucun mérite particulier, sauf celui d’avoir suivi mon chemin. J’ai fait 50% et on m’a donné l’autre moitié. Nous sommes tous des canaux et j’insiste bien pour dire que tout ceci n’est pas de mon fait, seul je n’aurai rien fait. Je rajoute que cet ouvrage est lui aussi verrouillé magnétiquement et seuls les hommes concernés vont ouvrir ce bouquin car ils trouveront dedans les infos qu’ils cherchaient. Il y a des mémoires, des pièces de puzzle qui vont s’assembler. Je sais que beaucoup de personnes ont lu ce livre d’un trait et pourtant d’autres personnes du 5ème règne ne l’ont pas ouvert, ils n’ont pas pu le lire…

Comment expliquer cela ?

Beaucoup des êtres du 5ème règne n’en sont qu’au début et ils sont encore sous l’emprise de leurs peurs. Comme pour le reste, la traversée d’un règne est divisée en trois : mère, fils et père. Aujourd’hui 1/5ème de l’humanité est entrée dans le 5ème règne et beaucoup d’êtres du 4ème règne sont sur le point d’y entrer. Mais beaucoup d’êtres du 5ème règne ne comprennent pas pourquoi dès qu’ils s’élèvent dans le positif ils récoltent des épreuves. Ils ne savent pas déjà que plus il est donné plus il sera demandé, ils ne savent pas qu’un jour peut-être on leur confira la responsabilité de créer un monde !…. l’être doit apprendre dès maintenant à s’auto discipliner… Mais, revenons à ce 5ème règne : dans ce 5ème règne (1/5 de l’humanité) seul 1/5ème assume cet état de fait (sans toujours le savoir !). ce sont des personnes bien dans leur peau, qui ne se posent pas de question sur les jugements que l’on peut porter sur eux et qui sont rentrés dans leur mission de service… chacun à leur niveau : ils sont thérapeutes, écrivains, artistes, journalistes, enseignants, organisent des événements… : ils constituent le 5ème règne conscient d’être au service du père.

Les 4/5ème restant « dorment », ils n’ont pas conscience de la mutation qu’ils ont opéré c’est à dire ils savent bien que ce monde de la personnalité, de ces valeurs sont illusoires mais ils sont bloqués dans leurs peurs. Le chemin du lâcher prise est un chemin de foi et la foi ne supporte pas l’à-peu-près.Quand on entre dans le 5ème règne, on croit encore que cette vie matérialiste à un prix, parce qu’on est encore ébloui par ce monde illusoire et on pense qu’on va être malheureux si on n’y est plus attaché. Or, ce que l’on abandonne c’est une peau d’âne, on abandonne quelque chose auquel on attribue des fausses illusions. Tant que l’on nourrit ce monde illusoire, les illusions ne veulent pas nous lâcher, et la personnalité souffre. Plus on évolue, plus les choses se facilitent, parce que plus tu lâches, plus tu es nourrit par en haut ! La mort c’est de se couper d’en haut et ce qui nous en coupe c’est la personnalité. C’est pour cela que je parle d’un 5ème règne pas encore réveillé : beaucoup d’êtres ont eu ces lumières de compréhension puis s’en sont coupés parce que le mental a repris le dessus. Ils doutent et puis ne s’impliquent pas. Or à un moment, il faut s’impliquer dans des choix, on a des responsabilités ! Cultivons le beau le vrai, le bien pour permettre à la lumière du Père de passer… on a 50 % à faire… si on fait les 50%, on reçoit les 50 restants.. mais ça ne monte pas tout seul, l’être humain doit faire de sa propre volonté la moitié du chemin. Chacun doit devenir un « maître ». Quelqu’un qui est maître ce n’est pas quelqu’un qui dit « appelez moi Maître », non ! c’est quelqu’un qui se maîtrise, qui maîtrise sa personnalité c’est à dire son non-soi. L’être qui rentre dans le 5ème règne est un disciple car il a perçu qu’il y avait des lois autres que celle de l’ego : les lois de la vie. Si il s’écarte de ces lois, il y a le karma, il va ramasser des épreuves mais comme il s’est incarné pas mal de fois déjà, il a compris. L’émergence du 5ème règne c’est aussi de dire aux gens « vous n’êtes pas anormaux, au contraire, vous êtes l’élite spirituelle de l’humanité ». Elite qui ne doit pas être une source de gloriole mais au contraire de devoir, d’humilité car plus on s’élève plus on est serviteur.

Vous parlez beaucoup de la notion de groupe dans votre livre, dites nous en plus.

La notion de groupe est une autre caractéristique du 5ème règne. Quand on arrive dans ce règne, on se rend compte que toutes les âmes sont liées entre elles et que l’autre est une partie de nous-même. Par ailleurs, les réincarnations se font en groupe :les gens ont déjà leur histoire, ce sont des gens qui se connaissent et se rencontrent de vies en vies. Cette notion de groupe a été récupérée par le négatif qui a semé la confusion avec les sectes. En fait il n’y a qu’un seul groupe dans l’humanité c’est le groupe des êtres qui sont gouvernés par la notion de service. Le groupe des êtres gouvernés par leur âme (5ème règne) constitue un organe et l’épicentre de ce groupe est le Père. Puis il y a des groupe humains qui sont + ou- proches de cet épicentre. Les êtres dans ces groupes sont des serviteurs, c’est tout le contraire de la secte ! La table ronde est par exemple un groupe qui se réincarne depuis toute éternité dans des moments particuliers et elle est composée d’êtres qui ont consciemment entrepris une démarche d’identification avec le Père : la créativité au service.

Parlez nous de la troisième prophétie ?…

J’y viens, un des aspects du 5ème règne est de permettre à des êtres de vibration élevée de venir s’incarner sur la terre et donc d’en augmenter la vibration. Plus les êtres du 5ème règne voient s’élever leurs vibrations, plus des êtres de lumière vont pouvoir venir ; et à l’inverse, les êtres lourds ne pourront plus s’incarner sur la terre. Grâce aux groupes du 5ème règne, vont s’incarner des êtres d’une vibration extrêmement élevée : des seigneurs de civilisation entre autres. Car en effet, si un individu du 5ème règne a déjà un taux vibratoire très élevé, cela n’est rien comparé au taux vibratoire d’un groupe ! Lors d’une méditation ou d’un travail énergétique, le taux est fabuleux, et actuellement, il se tisse dans le monde une toile de lumière entre tous ces groupes. Grâce aux groupes, les guides vont pouvoir revenir. Le livre de la connaissance, de la sagesse et de la vie va progressivement être de nouveau dévoilé. Quand l’humanité en sera là, la terre sera en phase de devenir une planète sacrée car ce ne sera plus 1/5ème mais peut-être les 3/5ème de l’humanité qui aura les deux pieds dans le 5ème règne…

Quel est le message majeur de ce livre ?

L’enseignement majeur de ce livre est que chacun doit être autonome, je veux dire qu’il est possible à chacun de s’aligner avec son être et à ce moment là devenir un « boulevard » énergétique. La seule condition est le centrage et l’alignement : pratiquer les énergies du vrai, du beau et du bien, c’est à dire les énergies du mental supérieur. Le bien dont je parle est le bien de l’ensemble. Je pense que dans sa progression, l’être humain doit tendre vers une identification avec le Père, c’est à dire devenir créateur. C’est à dire de faire preuve de volonté, non pas individuelle, mais de volonté au service. C’est à dire faire preuve d’humilité, de taire l’orgueil et se mettre dans les mains du Père. Dominer le non soi, le monde de la forme.

cubisme-207x300 dans PROPHETIESJe vous entends parler du père, du bien et du mal, n’est-ce pas une vision judéo chrétienne ?

Non, ce que je veux dire c’est que l’esprit c’est le Père et la matière la Mère. Il n’y a aucun sexisme dans mes propos, j’évoque les deux polarités du principe créateur. A un moment, le mal est de rester dans la matière, parce qu’on a le devoir de grandir. Le mal, c’est quand la matière domine l’esprit. Le Bien, c’est quand l’esprit domine la matière. Quand vous restez dans les jupes de la mère (la matière), vous ne grandissez pas. Vous ne pouvez pas être un adulte capable de fonder un foyer, une famille, et d’en assumer les responsabilités. Il faut quitter les jupes de la mère et à un moment, développer les énergies d’amour. A ce moment vous devez pratiquer la volonté du père en vous y identifiant A LUI. Or pour sortir des jupes de la mère il faut faire preuve de discernement, et maîtriser son non-soi. Discerner ombre et lumière, soi et non-soi. Ensuite, vous développez les énergies d’amour puisque vous avez discerné et que vous vous rendez compte que l’autre est une partie de vous-même, et qu’en pratiquant l’amour, le sourire, la compassion, le respect de la différence, vous allez appeler à vous des énergies de vie en devenant un canal. A un moment vous allez être au service du Père, de Dieu. Et vous allez devenir une fontaine de vie, chaque être du 5ème règne est une fontaine de vie car il discerne, il quitte le monde de la forme et du paraître. C’est toujours le même corps physique, mais le rayonnement du 5ème règne est plus puissant, plus beau intérieurement. Le 5ème règne ce sont des hommes et des femmes qui sont entrés en contact avec leur être, parce qu’ils ont commencé à s’aligner, ils se sont rendu compte que lorsqu’ils pratiquaient des énergies positives ils avaient des ouvertures et quand ils pratiquaient des énergies de la personnalité ils se retrouvaient dans la souffrance.

Si l’humanité ne veut pas grandir elle va être ramenée à l’âge de pierre. <Les événements qui vont se dérouler vont être une opportunité d’effacer le négatif, si l’humanité ne choisit pas de prendre ce chemin, 6 ans après il y aura table rase. Mais il ne faut pas y penser, il faut croire qu’elle va prendre le bon chemin. Aidée en cela par les groupes qui vont se rencontrer afin d’encadrer cette humanité qui a pris conscience qu’elle va dans le mur et qui sait qu’elle doit changer.

A lire absolument : La prophétie du 5ème Règne. Yann La Flèche. Editions Alphée. 18,90€.

Publié dans:PROPHETIES |on 30 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3