Archive pour le 16 novembre, 2012

Les cycles et le choix d’incarnation

 

Par le Collectif Ashtar 
 le 23 juillet 2012 par Simon Leclerc 

Salutations à vous chers enfants de la Terre, 

Il nous fait plaisir de revenir vers vous en cette période de transition si importante pour votre humanité. Beaucoup d’éléments se mettent en place en ce moment sans que vous n’en soyez conscients. C’est une période bénie qui vous permet de raffiner votre préparation et de rester attentifs aux prochains signes que la vie vous présentera. Qu’il en soit ainsi. 

Dans notre dernier message, nous avons souligné le fait que la survie et la peur du manque éveillaient chez les Êtres un état qui les éloigne de leur pulsion d’association naturelle. À un niveau plus global, les Êtres se sont rassemblés dans les grandes cités pour se sécuriser, tout en y vivant de façon individualiste. Mais cette sécurité est artificielle et en vérité, les Êtres se sont plutôt déconnectés graduellement des cycles naturels de la vie qui leur témoigne à chaque instant que la planète est abondante. 

Les cycles 

Les cycles et le choix d'incarnation dans REINCARNATION astreLa lune, le soleil et les différentes étoiles sont étudiés depuis le début des temps par vos initiés, parce que leur parcours orbital influence la vie sur Terre. L’Univers fonctionne par cycles, et les Êtres humains aussi. Mais ces derniers se sont déconnectés des courants naturels, car ils avancent trop souvent à contre-courant. Ils voudront pousser lorsqu’il est temps de se déposer, et ils voudront ralentir lorsqu’il est temps d’avancer. Ainsi, plusieurs Êtres arrivent difficilement à transformer les choses, parce qu’ils agissent contre nature. Lorsque la vague repousse l’eau au rivage, c’est alors que l’Être est invité à nager pour regagner la berge, et non au moment du reflux. 

Symboliquement et de façon très concrète, il est important de comprendre les cycles pour faciliter le parcours dans l’incarnation. Beaucoup d’Êtres tentent de changer les choses avec une forme d’acharnement au moment où ils sont plutôt invités à les contempler avec un regard amoureux. Et les Êtres auront alors l’impression qu’ils sont impuissants puisque rien ne bouge. Et s’ils ne sont pas attentifs, ils émettront en plus un jugement envers eux-mêmes, ce qui viendra empirer la situation. 

L’impuissance 
Au moment où l’extérieur invite les Êtres à créer un changement, animé par leur feu intérieur qui s’allume, les Êtres entrent en résonnance avec leur impuissance et les jugements qu’ils ont émis envers eux-mêmes au moment où ils ont voulu changer les choses et qu’ils n’y sont pas parvenus. C’est alors que le saboteur intérieur entrera en scène pour confirmer l’impuissance, parce que c’est ce qui aura été enregistré intérieurement, ce qui viendra amplifier la stagnation. 

Le saboteur inconscient chez un Être l’amènera à avancer à contre-courant. Lorsqu’il aura envie de changer les choses, ses mémoires et conditionnements d’échecs passés lui rappelleront son incapacité à le faire. Ces jugements déjà présents en lui seront réveillés par sa sensation d’impuissance, résultat de l’impasse dans laquelle il s’est placé. Et il est difficile de sortir de cette spirale lorsque l’Être n’est pas conscient du processus. Qui plus est, en déconnectant les Êtres des cycles naturels de la création, les grandes cités de votre planète ne participent pas à rétablir l’équilibre rompu. Au contraire, elles l’amplifient. 

La vie fonctionne par cycle, et les humains s’en sont coupés massivement. Voilà pourquoi la vie à la surface de la Terre est devenue difficile. Au moment où l’Être est invité à agir il se sabote, et au moment où il veut se déposer pour ressentir son cycle naturel, il n’y arrive pas parce qu’il est coupé de lui-même. Et c’est ainsi que les Êtres de vos sociétés, séparés des cycles lunaires et solaires, avancent à contre-courant. Ne suivant plus les marées ascendantes et descendantes, ils ont perdu de vue le soutien naturel que la vie leur offre continuellement dans leur incarnation.

Les fruits de la nature 
À chaque instant, la nature offre ses fruits de façon surabondante à qui sait les recueillir. À elle seule, cette nature représente l’infinie abondance de l’Univers. Elle est l’image de la vie en perpétuel mouvement. Dans la nature, le vide et le manque n’existent pas. Pourtant, tant d’Êtres expérimentent ces réalités. Ils sont coupés des cycles de la nature et oublient que tout autour d’eux leur propose l’abondance. 

Le manque est une illusion créée par l’homme qui a peur, afin d’avilir ses frères et sœurs. Cette utopie est née de la sensation de séparation de l’homme avec la vie. 

Celui qui plante les carottes sait qu’au moment de la cueillette, il doit recueillir les légumes. Si, par peur d’en manquer dans son futur, il choisit d’attendre, il perdra sa récolte entière. La peur du manque ne peut justifier l’attente, car dépassé un certain seuil, les légumes commenceront à dépérir dans le sol. Rien ne se perdra, puisque la nature récupèrera l’engrais ainsi produit pour nourrir la prochaine récolte. Mais elle n’attendra pas que l’humain soit prêt. 

Lire la suite ici…. 

Publié dans:REINCARNATION |on 16 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Qui a écrit le programme reptilien ?

 

John Lamb Lash
Traduction par Dominique Guillet de l’essai « Reptilian Agenda »
Sur l’Origine du Script Annunaki

Dans une édition de “Collectors” intitulée “Secrets of Da Vinci Code”, et publiée par US news et World Report, il y a un bref interview de James Robinson, l’éditeur général des Codex de Nag Hammadi. En réponse à la référence de Dan Brown aux textes et parchemins de Nag Hammadi, Robinson souligne que “ce sont des codex – des livres avec des pages individuelles. Ce sont, en fait, les exemplaires les plus anciens que nous possédions d’ouvrages avec des reliures en cuir”.

Qui a écrit le programme reptilien ? dans REPTILIENS logo-ovni-euLes Codex de Nag Hammadi, quelle que soit la signification que l’on attribue à leur contenu (et nous avons juste commencé à appréhender ce qu’elle pourrait être) sont en effet de rares artefacts originaux qui sont les exemplaires les plus anciens d’ouvrages reliés qui aient survécu. Une lecture attentive de ces traités ésotériques met en valeur que les Gnostiques, tels qu’étaient appelés les instructeurs et instructrices des anciens Mystères, s’intéressaient intensément à l’intrusion extra-terrestre dans les affaires humaines. Les entités, qu’ils appelaient les Archontes, semblent être identiques aux ET de l’ufologie moderne. Les deux types de Gris et de Reptiliens sont explicitement décrits dans les codex. J’estime qu’environ un cinquième des écrits majeurs de ces codex concerne les Archontes, leur origine, leur stratégie et leurs motivations.

Le Mythe de Sophia, l’histoire de la création Gnostique, explique que les Archontes ont pour origine une anomalie dans l’ordre cosmique. “Le système planétaire dans lequel nous demeurons a pour origine une erreur” (L’Evangile de Philippe. CNH II.3. 75.5). Ce passage étonnant fait allusion à la conception Gnostique selon laquelle le système solaire fut engendré par la collision de l’Eon Sophia avec la matière atomique inerte alors que la Terre fut formée à partir du pouvoir conscient, vivant et divin de Sophia. Tout étrange que cela puisse paraître, cette vision est compatible avec l’astronomie moderne. Nous savons que le système solaire, dans son ensemble, est dominé par la chimie inorganique et ne peut pas entretenir la vie au contraire de la biosphère qui se caractérise par une chimie organique. Les Gnostiques affirmeraient que cela est ainsi parce que la Terre est l’incarnation de Sophia tandis que le système solaire est la création et la demeure des Archontes. La découverte de cette différence entre les aspects organiques et inorganiques de notre système solaire conduisit James Lovelock à formuler l’hypothèse Gaïa.

Les documents terrestres les plus anciens sous forme de livres contiennent donc une avant-première de la théorie de Gaïa et, en sus, une narration de l’intrusion extra-terrestre. Qu’en est-il des écrits connus les plus anciens? Selon les archéologues, l’écriture cunéiforme fut inventée en Mésopotamie vers 3200 avant l’ère commune, bien avant que les livres n’apparussent. Les écrits cunéiformes sur des tablettes d’argile présentent un répertoire extensif de récits sur la préhistoire humaine. Les textes cunéiformes tels que “Atrahasis”, “Enuma Elish” et “Enki et l’Ordre du Monde”, décrivent une race non-humaine appelée les Annunaki “ceux qui du ciel vinrent sur terre”, ainsi que Zecharia Sitchin traduit ce terme. Sitchin est réputé pour ses ouvrages très fouillés sur les Annunaki qu’il identifie avec les Nephilim de la Bible, les “Veilleurs” du livre d’Enoch. Ce sont des entités extra-terrestres qui “visitèrent les filles des hommes” ainsi que le narre la Genèse.

L’histoire cunéiforme des Annunaki décrit comment une race extra-terrestre intervient profondément dans l’évolution humaine. Sitchin, et d’autres, acceptent ce scénario comme si c’était l’histoire réelle d’événements de la préhistoire. Les tablettes décrivent comment deux leaders Annunaki, Enki et sa demi-soeur Ninhursag, créèrent une race esclave hybride à partir de populations autochtones simiesques de la planète. Un “programme extra-terrestre d’hybridation” est donc au coeur de la narration Annunaki. C’est un fait indiscutable que cette histoire est contenue dans les écrits les plus anciens mais cela signifie-t-il que cette histoire soit véridique?

Les ouvrages les plus anciens et les écrits les plus anciens nous racontent la même histoire. N’est ce pas étonnant? A ma connaissance, on n’a prêté que peu ou pas du tout d’attention à cette “coïncidence” étrange.

Lire la suite ici ….. 

Publié dans:REPTILIENS |on 16 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3