Archive pour août, 2012

L’âme d’un enfant

Vous êtes nombreux à vouloir nous parler telle une conversation avec votre ami le plus intime.

L'âme d'un enfant dans AME canevas_petit_pecheur_mes_plus_belles_creations_cBvyRt-150x116Alors vous allez à notre encontre et nous en sommes heureux. Nous vous voyons, nous voyons l’envie profonde que vous avez de recevoir notre Amour. Mais à partir d’un moment, un mur s’élève entre vous et nous et la communication ne peut pas s’effectuer. Pourquoi ce mur ? Que représente-t-il ? C’est un mur de mental, votre mental et vos résistances qui s’élèvent entre vous et nous. Pourquoi les bébés sont-ils si reliés à la Lumière ? Pourquoi les enfants arrivent-ils beaucoup plus souvent que vous le ne croyiez à parler à leurs guides, aux éléments de la nature et aux animaux ? Les jeunes âmes, pour la plupart, n’ont pas encore pris leur bouclier nommé mental. 

Si vous avez des enfants, prenez exemple sur eux, observez-les. Les enfants sont spontanés, innocents, confiants. Tant qu’ils sont nourris par suffisamment d’Amour, ils avancent en toute confiance dans la vie et dans de nouvelles expériences ! Voyez la communication avec votre guide comme une nouvelle expérience riche et merveilleuse un peu comme l’enfant qui va pour la première fois dans un parc d’attraction ou dans un magasin de jouets : il ne sait pas ce qu’il va trouver, comment cela va se passer mais il sait une chose : il va s’amuser et être heureux du moment qu’il passera là-dedans. Pour vous, cela doit être pareil. Ne vous posez pas tant de questions : comment dois-je m’y prendre ? est-ce que je le fais comme il faut ? est-ce que c’est lui ou moi qui me parle ? Balayez toutes ces questions, elles vous embrouillent et vous mettent le doute plus qu’elles ne vous font avancer. 

Les enfants passent la majorité de leur temps à jouer, du moins, c’est le cas dans des conditions  » normales  » de vie. Et vous adultes ? Jouez-vous ? Prenez-vous la vie comme un jeu ou est-elle trop écrasante pour la voir différemment que comme quelque chose de lourd avec toutes ses responsabilités ? Je ne vous demande pas d’être inconscient, juste de voir que finalement, en prenant un tout autre regard sur elle alors vous oserez faire des choses que l’adulte sérieux que vous êtes ne ferait pas forcément.

Il s’agit de dépasser vos limites, vos conceptions du monde, pour cela, il faut changer sa façon de le voir. L’âme innocente et pure voit ses guides, tout comme l’enfant, soyez cette âme. Prenez cette expérience comme un jeu, un jeu de la vie où il n’y a pas de devoirs, de réussites ; il n’y a pas d’échecs. Chaque jour qui passe fait que vous avancez votre pion, c’est tout. Peut être que votre guide aimerait vous voir heureux et épanoui comme un enfant, spontané comme l’est un être qui n’a pas peur d’avancer vers l’inconnu. Allez-y en confiance, la vie vous rendra cette confiance. 

Article 108 © GDL – source-lumiere.net – 2002-2007 http://www.source-lumiere.net/serendipity/archives/31-Lame-dun-enfant.html

Publié dans:AME, ENFANTS |on 9 août, 2012 |Pas de commentaires »

Les entités

Les entités sont des personnes matérialisées à un niveau énergétique qui n’ont pas de corps physiques. Vulgairement nous disons qu’elles sont dans « le royaume des morts » car ces entités vivent bien mais dans leur niveau sphérique, dans leur monde à elles c’est à dire le monde qui correspond à leurs vibrations.

Les entités dans ESPRITS fractale-1-150x112L’entité part donc dans une sphère qui correspond à sa conscience c’est à dire à une sphère qui a un certain niveau vibratoire. Cependant certaines entitées ne partent pas là où elles devraient aller au moment de la mort. Elles restent accrochées à la terre donc restent sur le plan terrstre. Il faut savoir que les vibrations de l’astral, même si elles sont plus élevées se superposent aux vibrations terrestres. C’est pour cette raison que certaines personnes arrivent à voir les entités, elles ne sont que sur le plan astral qui est au niveau terrestre. 

Bonnes et mauvaises entités

Il s’agit de voir les intentions de l’entité. Cela revient à dire : quel est son niveau de conscience, sa sagesse, son amour divin. Si ces qualités ne sont pas présentes chez l’entité alors elle fera ce que l’on appellera des « mauvais tours » aux personnes qui ont été sensibles à elles. Les adjectifs ‘bons » et mauvais » ne sont pas là pour juger les entités mais simplement pour constater si elles sont dans l’amour ou pas.

Il est dangereux d’ouvrir un canal à ces entités car elles sont généralement assez « vicieuses » pour en profiter et gâcher votre vie voire même de la mettre en danger. N’amenez donc pas à vous les esprits que vous ne connaissez pas.

Heureusement tous ne sont pas comme ça. Les esprits élevés comme votre guide spirituel peuvent vous aider dans votre vie. D’autres aussi, remplis d’amour, et qui ont comme mission de vous accompagner peuvent être sollicités de votre part. 

Article 11 © GDL – source-lumiere.net – 2002-2008 http://www.source-lumiere.net/serendipity/archives/142-Les-entites.html

Publié dans:ESPRITS |on 9 août, 2012 |Pas de commentaires »

Un voyage Sirius-Terre


Issu des Carnets de Recherche de Christian Sastre

05 – Un voyage Sirius-Terre –  Avec son aimable autorisation

 Un voyage Sirius-Terre dans PLANETES 2584_1

L’Homme, cet émigré de Sirius

Voici l’idée fantastique (bien qu’elle ne soit pas nouvelle en réalité) développée dans ce Carnet, à savoir : Dans un lointain passé, des êtres ont réalisé un voyage interstellaire digne des récits actuels de science fiction. Il ne s’agit même pas d’anticipation, puisque ce terme signifie qu’une réalisation, ou une invention, bien qu’elle soit en avance sur les progrès techniques contemporains, apparaît d’ores et déjà du domaine du possible.

Ce voyage, tel que les Traditions anciennes laissent supposer qu’il eût lieu, est utopique au regard des critères scientifiques d’aujourd’hui. En effet, d’une part, les progrès futurs de la science ne permettent absolument pas de l’envisager, d’autre part, les intellectuels dénient toute forme de civilisations savantes précédant la nôtre. Et pourtant !

Il semble que nos ancêtres de quelques dizaines de milliers d’années, sinon de millions, vinrent de l’étoile de Sirius jusqu’à notre système solaire en vue de peupler cette partie de l’univers. Qu’importe les motifs qui les y ont contraints. Quoi qu’il en soit, nous, les habitants de la planète Terre, nous serions les descendants de ces voyageurs venus de Sirius.

D’ailleurs, comme le précise le titre, ce voyage ne s’est pas effectué comme un aller-retour Terre-Sirius-Terre. Ce fut un aller simple. Le parcours commença à partir de cette lointaine étoile et se termina là où la planète Terre gravite maintenant.

Quant aux traces qui pourraient subsister de cet incroyable voyage, elles sont difficiles à découvrir, à démontrer d’une façon indéniable. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de les rechercher dans ce qui forme la trame des civilisations passées.

Les légendes ne manquent pas dans l’histoire des peuples tendant à démontrer que l’humanité possédait de très bonnes connaissances relatives aux étoiles et plus particulièrement à Sirius.

Le présent Carnet est une courte synthèse sur les connaissances actuelles concernant Sirius et des liens qui influencent encore diverses traditions.

Nous nous pencherons donc sur cette « Grande Pourvoyeuse » de l’astrologie égyptienne afin de tenter de percer l’origine de son observation. Les Grecs la connaissaient également. Ensuite nous approfondirons notre sujet chez les Dogons. Ce peuple semble se transmettre une tradition selon laquelle – c’est important de le noter d’ores et déjà – la Terre gravitait, voici bien longtemps, autour de Sirius. Enfin seront recherchés des éléments susceptibles de savoir s’il est sérieux d’accorder du crédit à cette étrange et probable origine de l’humanité terrestre.

Auparavant, tournons-nous vers la science afin de connaître les données actuelles exactes fournies par les astronomes. De cette façon, il sera plus facile d’établir des relations entre le savoir des Anciens et les connaissances scientifiques actuelles.

Ce qu’en disent les astronomes

La plupart des renseignements qui suivent proviennent, d’une part, des dictionnaires et des livres de vulgarisation scientifique (surtout pour comparer les données) d’autre part, d’une réponse aimablement communiquée par la Société astronomique de France, (1) dont les précisions sont fort concises.

Sirius est l’étoile dominante de la constellation du Grand Chien (en latin Canis major), située dans l’hémisphère austral. Pour le ciel boréal, l’étoile la plus visible est Véga, dans la constellation de la Lyre. Canis major n’est pas la constellation la plus proche puisque celle du Centaure (Centaurus) n’est éloignée que de 4,3 années de lumière (en abrégé al.). D’après les déterminations les plus récentes (Georges D. et Cardyn V. Gatewood, 1.978), Sirius est à 8,63 al. Pour information, il est bon de préciser que les étoiles peuvent être visibles jusqu’à une distance de 500 années de lumière.

LIRE LA SUITE ICI…..

  »Mes carnets de recherche » en « livre numérique » chez http://www.numilog.com/

Publié dans:PLANETES, TERRE |on 9 août, 2012 |Pas de commentaires »

Science et arts Atlantes

 

Parmi les arts, l’architecture était le plus répandu. Les édifices étaient de massives constructions aux proportions gigantesques. Les maisons d’habitation dans les villes, n’étaient pas comme les nôtres, entassés, serré les unes contre les autres dans des rues ; mais de même que leur maison de campagne, elle s’était entourée de jardin, où séparés par de vastes terrains, et toute formaient des bâtiments isolés.

Science et arts Atlantes dans ATLANTES emeraude-table

Les habitations de quelque importance étaient formées de quatre bâtiments entourant une cour centrale, au milieu de laquelle jaillissait une de ses fontaines dont le nombre avait valu à la « Ville aux  porte d’or » le surnom de « ville des eaux ». Les marchandises en vente n’étaient jamais exposées dans les rues, comme cela se fait aujourd’hui, et les transactions commerciales n’avaient pas lieu en public, sauf certaine époque, où de grandes foires étaient installées sur les places publiques de la ville. Mais le trait caractéristique de la maison Toltèque est la tour qui s’élevait au coin ou au centre de l’un des bâtiments. Un escalier extérieur, en spirale menée aux étages supérieurs ; la tour est couronnée d’un dôme pointu, – et cette partie supérieure de l’habitation était ordinairement employée comme le laboratoire. Comme il y a été dit plus haut, les maisons étaient peintes de brillantes couleurs.

Quelques-unes étaient ornées de sculptures, d’autres de fresques ou de dessins coloriés. Les fenêtres étaient remplies par une substance semblable au verre, mais moins transparente. L’intérieur des maisons ne renfermait pas tous les raffinements que l’ont n’y trouve de nos jours, mais la vie il y trahissait une civilisation, dans son genre, très développée.

Les temples étaient formés d’immenses salles qui rassemblaient aux salles gigantesques de l’Égypte, mais construite encore sur une plus large échelle. Les piliers de soutènement étaient généralement carrés, rarement circulaires. Au temps de la décadence, les bas-côtés s’ornèrent de chapelles innombrables, où l’on renfermait les images des habitants les plus considérables.

Ces niches latérales étaient, parfois, suffisamment vaste pour que puisse y évoluer le cortège des prêtres, que des hommes éminents avaient à leur service pour célébrer le culte de leur propre image. – De même que les maisons particulières, les temples n’étaient jamais complets, s’ils n’étaient surmontés de ces tourelles couronnées d’un dôme, et dont les dimensions et les ornements étaient proportionnés à la magnificence de l’habitation qu’elles complétaient ces tours servaient aux observations astronomiques et au culte du soleil.

Les métaux précieux étaient largement employés l’ornementation des temples ; l’intérieur de ces édifices était souvent non seulement incrusté, mais encore recouvert de plaques d’or. L’or et l’argent étaient hautement appréciés ; mais comme nous le verrons plus loin au sujet de leur emploi courant, l’usage qu’ont en faisait était purement artistique et jamais appliqué aux transactions ; car la grande quantité de ces métaux, fabriqué alors par les chimistes, – ou comme nous dirons aujourd’hui, par déjà alchimiste – les avait en quelque sorte déposséder de la qualification de métaux précieux. Cette possibilité de la transmutation des métaux n’était pas universellement connue ; mais elle était cependant si répandue qu’elle avait lieu sur une très vaste échelle. En somme, la production de ces métaux si précieux peut être considérée comme une des entreprises industrielles de ce temps, par lesquelles les alchimistes gagnaient leur vie. L’or était plus apprécié que l’argent et on en fabriquait davantage.

LIRE LE DOSSIER en son entier ici 

Publié dans:ATLANTES |on 8 août, 2012 |Pas de commentaires »

La Réincarnation

 

Qu’en est-il de la réincarnation ? 

La Réincarnation dans REINCARNATION rayon-300x225La réincarnation est le processus qui permet à une âme de venir plusieurs fois au même endroit en prenant une apparence différente. L’âme peut se réincarner sur Terre mais il existe d’autres endroits dont nous n’avons pas conscience parce que nous les avons oubliés en venant sur Terre. La seule réincarnation que nous connaissons est celle qui se passe sur Terre.

Une âme peut se réincarner plusieurs fois sur terre, c’est d’ailleurs la majorité des âmes car elles savent qu’elles vont beaucoup apprendre sur tous les plans de leur être. L’âme va apprendre au niveau spirituel, émotionnel et autres. 

L’âme qui se réincarne sur Terre et qui a une vie difficile n’est pas la conséquence d’un mauvais karma parce qu’elle a fait des choses mauvaises dans une autre vie. Elle ne se punit pas en vivant des choses difficiles. En voulant venir sur terre, elle savait qu’elle allait apprendre beaucoup en ayant telle ou telle expérience mais ce n’est pas pour se punir, c’est pour évoluer. 

Notre société est faîte, est fondée sur le jugement, il est donc  » normal  » de réagir ainsi mais là-haut il n’y a pas de jugements, vous vous retrouvez sur le niveau de conscience qui vous correspond avec les personnes qui sont le plus proche de vous en terme d’énergie. Lorsque vous avez tué quelqu’un sur terre et que vous mourrez vous n’avez pas le petit diablotin qui est là pour vous pousser vers ses flammes. Non, vous arrivez simplement à un niveau énergétique qui vous correspond.

Ainsi si vous êtes évolués spirituellement vous irez vers les hautes sphères, celles qui se rapprochent de plus en plus de Dieu. A votre mort personne ne vous jugera, vous seul vous le ferez mais vous comprendrez qu’au fil de vos vies et de votre évolution qu’il est mauvais de se juger même à notre mort en revoyant ce que nous avons fait. L’essentiel est d’être auprès de Dieu, le jugement nous en éloigne. Il est évident que dire que l’on ne juge pas ne signifie pas faire n’importe quoi. En effet lorsqu’une personne a un niveau de conscience assez élevé pour ne pas juger, cela signifie qu’elle est dans le cœur, dans l’Amour de Dieu donc que sa vie suit le chemin de Dieu, par conséquent tout ce qu’elle fera consciemment ou inconsciemment sera Amour. 

Article 6 GDL – source-lumiere.net – 2002-2007 http://www.source-lumiere.net/serendipity/archives/34-Reincarnation-1.html

Publié dans:REINCARNATION |on 8 août, 2012 |Pas de commentaires »

Chasseurs d’OVNIs

 

Les vortex, est un documentaire (0h44) de la série ufologique Chasseurs d’OVNIs ou UFO Hunter, qui s’intéresse à certains lieux de la planète réputés pour concentrer une énergie mystérieuse causant des phénomènes paranormaux et l’apparition d’OVNIs.

De nombreux endroits sur Terre, comme la vallée de l’Hudson dans l’Etat de New York ou Stonehenge, dégagent une énergie très intense à un point tel que des phénomènes inexpliqués s’y produisent.
Les chasseurs d’OVNIs s’intéressent au sujet et se rendent notamment à Sedona, en Arizona, un endroit reconnu pour être le lieu d’incidents mystérieux, et réputé pour le nombre importants d’observation OVNIs. Sedona est une petite ville d’un peu plus de 10 000 habitants appréciée pour ses paysages de grès rouge à couper le souffle. Les touristes viennent ainsi du monde entier pour admirer ses lieux mythiques. Cependant, cette ville est aussi connue par les touristes pour les nombreux vortex d’énergie qu’elle abriterait. Pour eux, ces vortex permettraient de se remettre en phase avec les propres énergies de son corps, mais pour bon nombre d’autres personnes, ces vortex pourraient être des portails vers d’autres mondes ou d’autres plans… Les lumières de Phoenix passent d’abord par Sedona.

Les courants d’énergie ne s’écoulent pas seulement dans le sens horizontal. Dans la direction verticale, se trouvent des colonnes énergétiques nommées vortex. Certaines personne les voient, d’autres les sentent quand elles sont placées dedans. Les radiesthésistes détectent facilement les vortex. Ce sont des flux d’énergie ascendante et descendante, qui circulent en tourbillonnant comme des spirales d’énergie.
Les vortex sont généralement situés aux intersections de flux horizontaux majeurs. Il en existe d’autres qui sont créés par des éléments naturels du paysage tels que volcans, montagnes pyramidales ou coniques, confluents de rivières, chutes d’eau, ou par la présence de gisements minéraux volumineux dans le sous-sol. Il en existe aussi qui sont créés par la présence d’une construction humaine, comme un temple, établie selon les principes de la géométrie sacrée.

 

Video : Image de prévisualisation YouTube

 

Quelques-uns de ces vortex sont célèbres pour les anomalies de leur champ gravitationnel, comme par exemple celui de l’Oregon et de Marysburgh aux États-Unis. Les anomalies gravitationnelles du vortex de Marysburgh ont été étudiés scientifiquement par un ingénieur canadien, Wilbert Smith, via le Project Magnet. Son projet a été arrêté quand il est devenu évident qu’il abordait des sujets trop sensibles que les gouvernements ne veulent pas révéler, tels que des renseignements sur les vols des OVNIs.

De même que le triangle des Bermudes, le vortex de Marysburgh présente des anomalies magnétiques et électriques. Les boussoles n’indiquent pas de direction fixe et des OVNIs y sont fréquemment signalés, y compris des véhicules sous-marins.
Un autre endroit curieux est Coral Castle en Floride aux USA. Il a été créé et habité un temps par un homme nommé Edward Leedskalnin, architecte et sculpteur né en 1887 en Lettonie et mort en 1951 en Floride. Il a manié, découpé, déplacé, sculpté des blocs de pierre dont le poids peut atteindre une tonne. En 28 ans, la nuit, seul à l’abri des regards, il a bâti une sorte de château. Il est possible qu’il ait eu recours à l’antigravité ou à l’utilisation d’ondes sonores, car il a déclaré qu’il avait percé le secret de la construction des pyramides égyptiennes. R. Clark pense que cela aurait été possible parce que Leedskalnin a choisi de s’installer sur un vortex.

Philip Imbrogno étudie le phénomène OVNI et le paranormal depuis trente ans. Diplômé d’astronomie de l’Université du Texas, et titulaire d’une maîtrise en Sciences de la Terre obtenue à Boston, il s’est également qualifié d’une maîtrise en chimie au M. I. T. Il a passé une vingtaine d’années à enseigner les sciences et a signé de nombreux articles de magazines sur la science et le paranormal. Il a également conduit et présenté des recherches sur divers réseaux de télévision à propos des OVNIs, de l’astronomie et du paranormal.

Le scientifique en est venu à considérer que le phénomène OVNI tient sa source dans des réalités parallèles. Il explique comment ses études l’ont amené à envisager que tous les incidents constatés sont bien autre chose que des manifestations purement physiques : « Je pensais que l’hypothèse extraterrestre suffisait à expliquer toutes ces observations, mais j’ai fini par réaliser que le phénomène OVNI est plutôt du domaine du paranormal. » Philip Imbrogno pense que les OVNIs et autres types d’activités paranormales pourraient se produire au carrefour de plusieurs dimensions alternatives. Il est, entre autres, un bon connaisseur de la vague d’OVNIs qui s’était produite dans les années 1980 dans la vallée de l’Hudson. Des milliers de témoins ont pu observer, le 24 mars 1983, une manifestation en forme de boomerang, et ont réussi à prendre des photos et des vidéos.

Le chercheur établit un pont entre la science avancée et les cultures ancestrales. il pense que d’anciens explorateurs européens avaient construit les dolmens qu’on trouve dans la région de Putnam, par exemple, pour marquer l’emplacement de quelques anomalies dans le champ magnétique terrestre, lesquelles pourraient ouvrir des fenêtres vers la quatrième dimension. Ainsi une sorte de portail existerait à cet endroit, permettant de communiquer avec un autre Univers. Depuis, la vallée d’Hudson est devenue le troisième vortex OVNI parmi les plus populaires au monde, avec Stonehenge, en Angleterre, et Sedona, en Arizona.

.
- Voir aussi sur le site d’origine :

DOSSIERS OVNI : La série des 12 documentaires complets

OVNIS : Mystère sur la planète

LE PHENOMENE OVNI MONDIAL

 

Publié dans:O.V.N.I et E.T. |on 8 août, 2012 |Pas de commentaires »

Moment de la mort…

Au moment de notre mort, que se passera-t-il ? 

Lorsque nous allons mourir notre âme se détachera de notre enveloppe corporelle. Elle atteindra l’astral durant 3 à 4 jours mais toujours reliée à notre corps physique par la corde d’argent. Il est donc souhaitable d’attendre au moins 4 jours avant d’incinérer un corps. Ensuite l’âme peut partir suivant plusieurs directions :

Moment de la mort... dans La MORT numerologie- Si l’âme ne voulait pas mourir, qu’elle est très rattachée au monde terrestre alors elle va errer dans l’astral terrestre, elle va souvent rendre visite à ses proches. Elle n’arrive pas à  » décoller  » de la terre. Elle ne rejoindra sa sphère que si elle prend conscience de sa fausse route, ceci par les prières que nous pouvons lui adresser. En fait lorsque nous prions Dieu, Marie, Jésus, les saints pour nos défunts, ceci leur envoie des messages d’amour pour les guider vers le bon chemin.

– Si l’âme est consciente qu’il y a une vie après la mort ou que même si elle ne le sait pas, elle n’est pas refermée à cette idée et qu’elle se laisse aller alors elle ira vers sa sphère correspondante. Des saints, ses guides, des proches décédés peuvent alors l’attendre pour faire le chemin ensemble et lui expliquer ce qui se passera. Cette personne n’a pas peur, elle est entourée d’amour. Certaines personnes à l’hôpital ou après un grave accident ont vécu des morts imminentes et sont ensuite revenues sur terre. Elles ont expliqué qu’elles ont vu un tunnel et au bout de la lumière. Ces personnes n’ont pas rêvé, elles ont effectivement fait ce voyage mais il était trop tôt pour elles de mourir et sont venues réintégrer leur corps. Généralement, ces personnes, une fois revenues sur terre, n’ont plus peur de mourir car elles savent ce qui les attendent donc connaissent la vérité la-dessus.

Que se passe-t-il pour les gens qui se suicident ? 

Lorsque nous décidons de venir sur Terre, nous avons déjà fait au niveau inconscient un programme de ce que nous désirons apprendre. Toutefois nos expériences peuvent être vécues comme très difficiles si nous sommes perdus, si nous nous cherchons, si nous ne connaissons pas cette part de divin en nous. Comme nous avons le libre arbitre, certaines personnes décident d’arrêter, de stopper brusquement pour en finir avec la vie. Or le suicide ne rentre pas dans le programme d’une personne donc lorsqu’elle met fin à ses jours, tout ce qu’elle n’a pas fait il faudra qu’elle revienne pour arriver au bout de ce qu’elle s’était fixée. Car une fois revenue là-haut, cette personne se rentra compte que la vie sur terre n’est pas la vraie vie et que malgré les expériences si dures soient-elles, c’est seulement pour apprendre certaines choses qu’elle y va. 

Article 5 © GDL – source-lumiere.net – 2002-2007 http://www.source-lumiere.net/serendipity/archives/33-Moment-de-la-mort-suicide.html

Publié dans:La MORT |on 7 août, 2012 |Pas de commentaires »

Nombre et numérologie

 

Issu du n° 11 des Carnets de Recherche de Christian Sastre

Avec son aimable autorisation

  le lien « https://sites.google.com/site/mescarnetsderecherche/ ».

« Mes carnets de recherche » en « livre numérique » chez http://www.numilog.com/

 

Nombre et numérologie dans CHIFFRES numerologieParce que le nombre est une clé pour accéder à une connaissance supérieure de la Nature, l’Homme l’a utilisé pour s’étudier lui-même et pour tenter ainsi de découvrir sa place dans l’univers. (1) Nombreuses sont les applications scientifiques et philosophiques dans lesquelles interviennent les nombres.

Jusqu’où peut aller l’Homme sur le sentier de sa propre connaissance ? Nul ne le sait. Pourtant, sa destinée, son caractère, ses défauts et qualités sont susceptibles d’être prévisibles par les nombres et les rythmes. Car il est vrai que le domaine de la recherche ésotérique est vaste.

Parmi les nombreuses utilisations des nombres, la numérologie occupe une place de choix ; peut-être parce qu’elle touche de près la personnalité et, surtout, la destinée humaine.

 

Signification de chaque nombre

Cette science a comme outils les neuf chiffres usuels. La Tradition leur a assigné une interprétation spécifique qui fait la joie du débutant. Ainsi, pour chaque chiffre sont donnés ci-dessous les mots-synthèse, accompagnés des tendances positives et négatives.

Le 1 synthétise la Réalisation dont la tendance positive est dans l’Individualisation et celle négative dans l’Égoïsme.

Le 2 synthétise l’Alliance dont la tendance positive est dans l’Association et celle négative dans la Soumission.

Le 3 synthétise l’Affabilité dont la tendance positive est dans l’Agréable, et celle négative dans l’Expression.

Le 4 synthétise l’Accomplissement dont la tendance positive est dans l’Organisation et celle négative dans le Travail.

Le 5 synthétise la Liberté dont la tendance positive est dans l’Activité et celle négative dans le Changement.

Le 6 synthétise la Responsabilité dont la tendance positive est dans le Pouvoir et la Sécurité, et celle négative dans l’Adaptation.

Le 7 synthétise la Connaissance dont la tendance positive est dans la Sagesse et celle négative dans la Compréhension.

Le 8 synthétise l’Accomplissement dont la tendance positive est dans le Matériel et celle négative dans le Contrôle.

Le 9 synthétise la Grandeur et l’Achèvement dont la tendance positive est dans l’Étendue et celle négative dans le Refus.

En plus des 9 premiers nombres, il convient d’ajouter les nombres 11 et 22. On les appelle des « maîtres-nombres ». Ils dévoilent une personnalité hors du commun. Toutefois, le rayonnement est beaucoup plus constructif pour l’humanité en générale, lorsque se rencontre un 22. Autant, le 11 fait germer une personnalité exceptionnelle pour le bénéfice de sa propre individualité, autant le 22 possède une personnalité qui se déploie vers la collectivité, vers l’universalité.

Le 11 synthétise le Succès, la Renommée dont la tendance positive est dans l’Inspiration et celle négative dans le Sacrifice.

Le 22 synthétise la Consommation dont la tendance positive est dans l’Universalité et celle négative dans les Idéaux.

Les tendances positives représentent ce qui est offert à l’Homme pour se réaliser pleinement en accord avec sa nature profonde. Par contre, les tendances négatives sont plutôt des obstacles qu’il devra surmonter. Le karma y est pour quelque chose. En effet, la présente vie est la synthèse des existences passées.

Cette très ancienne science qu’est la numérologie utilise à la fois les cycles et les relations des nombres avec les lettres, adaptation de la kabbale hébraïque.

Un des cycles les plus importants est celui qui prend, comme point de départ, la date de naissance d’un individu. L’interprétation de cette cristallisation temporelle s’établit en analysant chaque élément de la date de naissance.

 

La date de naissance

Son analyse précise les influences qui régnaient au moment de l’immixtion de l’être dans le plan physique. Le phénomène de la naissance a donc engendré un cycle personnel qui vient interrompre d’une façon particulière l’éternelle durée scandée par les années.

Bien que l’année dite « civile » commence le premier janvier, le cycle annuel propre à l’être qui vient de naître débute à la date précise du jour de sa naissance. C’est un cycle personnel tout simplement borné par les anniversaires.

Les constituants d’une date de naissance sont au nombre de quatre :

1° Le jour de la semaine ;

2° le quantième du mois ;

3° le mois ;

4° l’année.

Afin de faciliter la marche à suivre, il est préférable de développer le thème numérologique d’un personnage historique, à peu près connu par tout le monde. Il s’agit du Général de Gaulle dont l’état civil est :

Charles de Gaulle, né le 22 novembre 1890 à Lille, dans le département du Nord.

- Le jour de la semaine. Il suffit de se reporter à un calendrier perpétuel pour savoir que ce jour-là tombait un samedi, jour qui s’assimile à Saturne. Symbole de la fatalité, pas forcément mauvaise, il est synonyme de prudence, d’économie, de succès lents mais sûrs. Mais également d’obstacles, de malchance et d’échecs. C’est le 7è jour des kabbalistes, jour de la sagesse.

Notons, dans notre célèbre exemple, du fait que la lune était croissante depuis 11 jours au moment de la naissance, que ces tendances négatives peuvent être suffisamment atténuées.

- Le quantième du mois de la naissance est un nombre important. En effet, il se renouvelle chaque mois et surtout à chaque anniversaire. Il commence l’existence et rythme les années personnelles. Tous les 22 de chaque mois, dans l’exemple présent, un nouvel influx cosmique s’insuffle dans l’Homme et donc, plus puissamment encore, lors des anniversaires.

Ce nombre, le quantième du mois, porte une certaine signification qui marque Charles de Gaulle de son sceau. Le 22, qui est aussi un maître-nombre, est le nombre de réalisations concrètes, de l’équilibre et de la justice, mais aussi des épreuves. Spiritualité certaine, intuition.

- Le mois peut s’étudier soit par l’astrologie, soit par les nombres. Puisque ce sont ces derniers que nous développons ici, nous gardons le nombre 11, car c’est encore un maître-nombre. À ce mois peuvent s’associer l’esprit de grandeur, l’étendue de la renommée mais, en guise de revers, le refus.

 LIRE LA SUITE : clicFleches-7 dans CHIFFRES

Read the rest of this entry »

Publié dans:CHIFFRES |on 7 août, 2012 |Pas de commentaires »

Atlantide

 

La première carte représente la surface de la terre ainsi qu’elle existait, il y a environ un million d’années, alors que la race Atlantéenne était dans toute sa grandeur et avant que se produisit le grand cataclysme qui eut lieu il y a à peu près 800 000 ans.

Atlantide dans ATLANTES carte_atlantide_pe-300x203

Il faut remarquer que le continent de l’Atlantide lui-même s’étendait de quelques degrés à l’Est de  l’Islande jusqu’aux environs à l’endroit où est situé aujourd’hui Rio de Janeiro en Amérique méridionale. Comprenant le Texas et le golfe du  Mexique, les états méridionaux et orientaux de  l’Amérique, ainsi que le Labrador, ce continent s’étendait à travers l’océan jusqu’à nos îles ; l’Ecosses et l’Irlande, ainsi qu’une partie du Nord de l’Angleterre, en formaient les promontoires – tandis que ses contrées équatoriales comprenaient le Brésil et toute l’étendue de l’océan jusqu’à la Côte d’Or de l’Afrique. Des fragments disséminés, qui dans la suite formèrent  les continents de l’Europe, de l’Amérique et de l’Afrique, sont indiqués sur cette carte, de même qu’un continent encore plus ancien, très étendue, là les Lémurie. Les restes d’un continent plus anciens encore, le continent hyperboréen qui fut habité par la seconde race racine, sont aussi indiquer et colorés en bleu de même que la Lémurie. Ainsi qu’on l’on voit d’après sa seconde carte, la catastrophe qui s’est produite, il y a 800 000 ans a apporté un grand changement dans la distribution territoriale du globe. Le grand continent a perdu ses régions polaires, et les portions qui restaient ont été encore divisées.

Trois causes contribuèrent à produire des immigrations. La race touranienne, ainsi que nous l’avons vu, fut dès le début poussé par le désir de coloniser, et coloniser sur une échelle considérable. Les sémites et les akkadiens fut aussi, à un certain degré, une race colonisatrice.

Avec le temps, la population augmentera de plus en plus, la nécessité obligea les moins favorisés de chaque race à chercher les moyens d’existence dans des contrées habitées par une population moins dense. Car il faut se rappeler que, lorsque les atlantes atteignirent leur zénith pendant l’ère Toltèque, la proportion de la population par mètre carré sur le continent de l’Atlantide égalait probablement, si 22 même elle ne les dépassait pas, celle de la population de l’Angleterre et de la Belgique actuelle.

Il est certain, en tous cas, que les contrées propres à la colonisation étaient beaucoup plus vastes qu’elles ne le sont de notre temps ; tandis que le total de la population, qui de nos jours, ne dépasse pas de 12 à 1500 millions, atteignait alors le chiffre considérable de 2 mille millions.

Il y eut enfin des émigrations dirigées par des prêtres et qui précédaient chaque catastrophe. En dehors des quatre catastrophes principales mentionnées plus haut, il y eut encore un grand nombre. Les rois initiés et des prêtres qui suivaient « la bonne loi » était informée à l’avance des calamités qui menaçaient le pays. Ainsi chacun d’eux fut comme le centre des avertissements prophétique et il devint finalement le chef d’un groupe de colons. Il faut remarquer ici que, dans les derniers temps, les chefs de la contrée devirent hostiles aux émigrations dirigées par des prêtres, car ces émigrations avait pour conséquence l’appauvrissement et la dépopulation de   royaume.

Les immigrants furent alors souvent obligés de s’embarquer secrètement pendant la nuit.

En retraçant rapidement les courants d’immigration suivie par chacune des sous race, nous parviendrons nécessairement jusqu’aux contrées que leurs descendants respectifs occupent de nos jours

poursuivre la lecture du dossier en PDF ici

 

 

Publié dans:ATLANTES |on 6 août, 2012 |Pas de commentaires »

La prière

La prière dans PRIERE ET MEDITATION 62225-300x300La prière a un grand pouvoir, la prière est une force immense, une force dirigée vers Dieu et lorsqu’elle est faîte sincèrement avec le cœur cette force vous emmène avec elle pour rejoindre ces énergies d’Amour. La prière est un pont entre vous et le divin. Il existe d’autres ponts mais la prière en est un tout simple et si grand. Prier c’est aimer. Prier c’est oublier sa condition terrestre pour aller un moment vers le divin, vers ce qui est sacré. Vous pouvez prier pour une entité particulière, il existe différents noms selon les religions même si des fois il s’agit de la même entité. Peu importe, une prière reste une prière.

Ne sous-estimez pas les forces que peuvent procurer les prières. Si vous priez en doutant de son efficacité c’est comme si vous offrez un cadeau à quelqu’un en vous demandant si vous avez vraiment envie de lui offrir. La personne le ressentira et ne l’acceptera pas avec autant de joie que si vous l’aviez offert avec tout votre cœur. La prière fonctionne de la même façon. Dieu qui reçoit les prières regarde la foi qui est mise dedans. Il regarde la ferveur, l’Amour qui est dans cette prière car la prière va refléter la façon dont elle est émise. On ne peut rien cacher à Dieu.

Douter des prières c’est diminuer les forces d’Amour qui y partent et qui en reviennent. Car la prière est comme un boomerang, vous envoyez à Dieu votre Amour, vos désespoirs, vos peines, vous donnez donc de vous à Dieu, rien de plue beau que de se donner entièrement, le cœur ouvert à Dieu, et lui, en vous voyant si triste, demandant de l’aide, de l’Amour ne peut pas résister. Il prendra tout l’Amour qu’il a en lui (et il en a !) et vous donnera exactement ce dont vous avez besoin, il sait être juste dans sa façon de donner.

Ce que vous recevrez en prière comme Amour sera à l’image de ce que vous donnez, de la confiance que vous accordez à la prière, de la confiance que vous avez de recevoir du divin. Plus vous aurez confiance, plus vous donnerez sans doutes, sans craintes, vous saurez ouvrir votre cœur à Dieu et plus Dieu vous donnera d’Amour. Dieu sait comment agir, il sait si vous êtes prêts ou pas à recevoir, comment recevoir et quoi recevoir. Lui, il sait. Laissez le faire, ne vous occupez pas de savoir quels sont les résultats de nos prières car ces résultats peuvent vous dépasser complètement, ce sont des choses dont vous n’auriez peut être même pas pensées. Vous n’avez qu’à seulement lâcher prise, lui faire confiance et s’abandonner à lui en lui donnant tout votre Amour. Il est là et nous aime.

Article 60 GDL – source-lumiere.net – 2002-2007 http://www.source-lumiere.net/serendipity/archives/46-La-priere.html

Publié dans:PRIERE ET MEDITATION |on 6 août, 2012 |Pas de commentaires »

Entités Extra-Terrestres


Issu du
n° 66 des Carnets de Recherche  

Avec l’aimable autorisation de Christian Sastre

   

Le chakra de la forêt

Afin de comprendre comment j’ai été conduit à développer le présent thème à connotation extra-terrestre, il me semble indispensable de présenter les prémisses de ce que je qualifie mon extraordinaire aventure. Si des amis n’y avaient pas participé, de près ou de loin, j’aurais gardé cette expérience dans le secret de mon cœur. Mais, lorsque de tels événements vous arrivent, on ressent comme une volonté extérieure à se révéler pour la révéler.

C’était vendredi 29 octobre 2004, (1) je me trouvais dans la forêt de l’Isle Adam (2) en compagnie d’un ami, Denis. Nous y sommes arrivés tardivement vers dix-huit heures. Pendant deux heures de marche, nous avons merveilleusement été acceptés par la forêt et les arbres.

Entre-temps, moment de pose bien mérité. Nous nous asseyons sur un banc à un carrefour de voies forestières. Le regard perdu au loin, Denis m’annonce soudain que les quelques arbres situés en face de nous, de l’autre côté du carrefour, forment une unité, ils semblent ne faire qu’un. Et, comme mû par une attraction incontrôlée, Denis traverse le carrefour. Je le vois s’éloigner vers le groupe d’arbres, avec l’impression qu’il a raison. Il s’arrête là-bas entre des arbres. Un moment après, je le rejoins.

Ce qu’il me raconte ensuite confirme ce que je pensais. Il me confie être allé vers les arbres avec le sentiment d’y avoir été poussé. Il poursuit : « Lorsque j’étais au centre de ce groupe d’arbres, je sentais mes pieds s’enraciner profondément. J’avais la sensation que mon corps s’allongeait tout en formant le tronc qui s’étirait jusqu’au-dessus des arbres. Puis je m’ouvris curieusement pour les recouvrir comme une retombée de fumée suite à une explosion. L’image d’un champignon est la plus proche de cette métamorphose. »

D’après notre ressenti au milieu de ces arbres vaguement disposés en forme de cœur, une douce énergie nous a revitalisés. C’est dans ce même secteur que Denis a ensuite vécu une extraordinaire expérience d’ouverture du cœur, de son cœur spirituel bien entendu.

Entités Extra-Terrestres dans O.V.N.I et E.T. extra-ter1-300x201

Personnellement, j’ai nettement eu le sentiment que les arbres m’expliquaient qu’en ce lieu empli d’énergie, ce qui pourrait être assimilé à un chakra de la forêt était en formation. Je me suis alors demandé ce que venait faire un chakra dans une forêt, dans cette forêt.

Bien évidemment, mon ardeur spirituelle étant toujours pondérée par ma circonspection intellectuelle, je me suis plus tard posé la question sur l’utilité d’un chakra dans la forêt et comment il se forme.

Un chakra, qu’il soit humain ou terrestre, transforme l’énergie subtile du plan universel de la création en énergie assimilable par la vie se déployant sous toutes ses formes et ses états sur la Terre. Pour qu’un nouveau chakra se constitue, il est nécessaire qu’une volonté ait été agissante, ou tout au moins qu’une incitation volontaire ou non, perspicace ou non, ait contribué d’une façon ou d’une autre à son apparition.

Dans le cas de celui qui se forme dans la forêt de l’Isle Adam, un minimum de trois causes, agissantes conjointement ou séparément, pourraient en être à l’origine :

- Passage de la Terre dans une ceinture de radiations ionisées ;

- modification du magnétisme terrestre ;

- accroissement important du nombre d’êtres humains engagés sur le sentier de l’éveil spirituel.

D’autres forces sont probablement agissantes mais nous n’en avons pas encore conscience ; c’est du moins ce que je ressens en écrivant ces quelques lignes.

Depuis quelque temps, la Terre paraît engagée dans un processus d’alchimie qui la transforme, ou plutôt qui modifie le comportement des êtres humains en vue de l’élévation de l’ensemble de l’humanité vers quelque sphère supérieure d’évolution. Dans le cas où mon impression du moment s’avérerait, ne serait-ce pas ce qui pourrait arriver de mieux à notre humanité si décadente ?

Quelques jours plus tard, le jeudi 4 novembre 2004, je demande à Denis s’il est prêt pour une sortie en forêt. Quelle question ! Quand il s’agit de se dégourdir les jambes au contact de la nature, il n’est pas le dernier.

En cours de route, je lui exprime le souhait de revoir un saule pleureur situé dans le parc de Saint-Martin du Tertre dans le Val d’Oise. Nous y allons, tout heureux de notre but. Après avoir assimilé une communication arbophile (3) du saule pleureur, nous visitons une ancienne fontaine en rotonde près d’un château datant de la Renaissance. Ce château, qui fait partie de la commune précitée, se délabre lentement par désintérêt des responsables du patrimoine français.

Denis m’informe alors qu’il pensait que nous serions allés dans la forêt de l’Isle Adam où, l’autre jour, il a expérimenté son ouverture du cœur.

Plus rien ne nous retenant à Saint-Martin du Tertre, nous partons pour ce lieu que Denis qualifie déjà de significatif sur son parcours spirituel. En route, il m’informe alors d’un fait qu’il a plusieurs fois observé. Il a remarqué que, lorsque c’est moi le premier qui l’incite à sortir en forêt, il lui arrive souvent de vivre des expériences extraordinaires.

J’en suis étonné car je n’y avais jamais prêté attention. Si je raconte cela, c’est pour faire comprendre que Denis fut sans doute désappointé de ne rien ressentir à Saint-Martin du Tertre. En retournant dans la forêt de l’Isle Adam, peut-être espère-t-il que l’observation dont il m’a fait part se confirmera. Pendant le parcours, je souhaite sincèrement qu’il vive à nouveau une nouvelle expérience aussi enrichissante.

En nous approchant du fameux carrefour, Denis m’affirme commencer à ressentir l’énergie du chakra de la forêt. Il y arrive et, immédiatement, s’appuie contre l’arbre qui lui avait précédemment ouvert son cœur à l’amour divin.

Je marche lentement vers les arbres, essayant de ressentir également l’énergie que devrait rayonner le chakra en formation. Or, je ne ressens rien. Je sais que la sensibilité de Denis pour la nature est beaucoup plus développée que la mienne. Le chakra aurait-il disparu ? Quoique, à voir Denis contre son arbre, absorbé dans quelque enchantement, il semble profondément plongé dans l’énergie du chakra de la forêt.

Sans l’interrompre, je me plante au milieu des arbres. J’attends, l’esprit en éveil.

Quelques instants plus tard, environ cinq minutes, j’ai l’impression que la forêt s’éclaircit. Pourtant, la soirée est avancée. De plus, le ciel reste légèrement voilé. Je me demande ce qui produit ce curieux phénomène, source du regain de luminosité. En observant mieux, je me rends compte que je me trouve à l’intérieur d’un cercle de lumière. À vrai dire, c’est plutôt une clarté blafarde s’étendant sur une surface circulaire d’environ quatre mètres de diamètre. Le plus étonnant est qu’elle s’élève dans le ciel comme si elle occupait un conduit vertical. Ce n’est pas une colonne de lumière très prononcée, mais elle est malgré tout suffisante pour que ma faible réceptivité en prenne conscience.

LIRE LA SUITE ICI….. 

Publié dans:O.V.N.I et E.T. |on 5 août, 2012 |Pas de commentaires »

Message du Dragon Bleu Atharus

Nous, dragons, possédons la maîtrise totale du règne élémental. Cela signifie que nous étions, et sommes toujours, à l’aise dans les airs autant que sur terre ou sous l’eau et même au milieu des flammes.

Grand Dragon Bleu

 En examinant le passé historique de la Terre, on constate que presque chaque civilisation fait référence aux dragons, soit dans ses fables, soit dans sa mythologie. Je veux rester modeste ici, mais je me dois de décrire les faits avec justesse. La beauté, la puissance et la majesté des dragons étaient telles que plusieurs humains, qui s’étaient dissociés de l’amour et de leur source divine, devinrent jaloux et décidèrent de nous asservir à leur esprit arrogant. D’aucuns, persuadés de pouvoir mettre la main sur nous et se servir de nous à leur guise, tentèrent de nous priver de notre liberté et de nous soumettre. A l’époque, sur la planète, peu de créatures étaient l’égal des dragons en intelligence, en compassion, en force et en beauté, à l’exception peut-être des paisibles unicornes. Les dragons chérissaient leur liberté, car ils avaient atteint un degré de maîtrise spirituelle ; ils n’allaient certainement pas consentir à se subordonner à la volonté d’humains primitifs. Oui, je dis primitifs, car c’est ainsi que leur attitude nous apparaissait.

 Puisque les dragons étaient maîtres des éléments, on les croyait doués d’une sorte de magie facile à transmettre. Après des millénaires d’une entente et d’une collaboration bienveillante, pratiquement en une seule nuit, ou très rapidement du moins, les humains et eux devinrent adversaires. Bien sûr, tous les humains ne se comportèrent pas ainsi et toi Aurélia Louise Jones, ma bien-aimée, tu as cherché de toutes tes forces à nous protéger. Tu as été l’une de ceux qui apportaient clandestinement nourriture, gîte et protection à plusieurs d’entre nous. (Les dragons étaient végétariens, contrairement à ce que véhiculent les mythes populaires). En échange d’un sanctuaire, ils protégeaient leurs bienfaiteurs, se liant d’amitié avec eux. Tu as utilisé ta position influente afin de faire tout en ton pouvoir pour mettre un terme à leur massacre et à leur asservissement. Malgré tout, tu n’as pas pu endiguer l’ignorance des gens et interférer avec leur libre arbitre. Je me souviens du chagrin que ça t’a causé à l’époque et pendant longtemps par la suite.

 A un certain moment, comme nous jouissions d’une grande force et d’une longue vie, les humains décidèrent que les pouvoirs magiques des dragons devaient émaner de leur sang. C’est alors qu’ils se mirent à nous pourchasser. Les adversaires de jadis devinrent désormais de féroces ennemis, car la race humaine s’efforça d’abattre tous les dragons sur son chemin. Plusieurs d’entre eux périrent, tandis que d’autres trouvèrent refuge là où ils le pouvaient, surtout dans les régions reculées du monde. Cet exode vers des solitudes reculées laissa penser que nous étions des créatures peu sociables, non pas les êtres grégaires que nous avions toujours été. Les climats extrêmes de nos terres d’accueil ont modifié la couleur de notre peau et son apparence. Un jour, ceux d’entre nous qui restaient durent invités par la hiérarchie spirituelle galactique à être transportés sur les Pléiades. C’est alors que j’ai décidé de quitter la Terre, en quête d’une planète qui m’offrirait un foyer plus agréable. Plusieurs des dragons qui avaient survécu préférèrent migrer vers les Pléiades ou d’autres planètes qui leur proposaient un asile.

 A l’origine, tous présentaient une teinte gris-vert, et la texture de leur peau ressemblait à celle d’un éléphant. Notre aptitude à maîtriser les éléments nous  permis de développer l’épiderme reptilien fait d’écailles que montrent les illustrations de vos livres. La couleur de notre cuir fut associée à la région géographique où nous avions établi notre nouveau domicile ; il était fréquent d’entendre dire qu’un dragon bleu, vert ou même rouge avait été aperçu.

 Les dragons se tinrent loin de la population humaine, en qui ils n’avaient plus confiance. Leur nombre se réduisit à quelques rares représentants de l’espèce. Quand une perte pareille se produit en n’importe quel monde, ses répercussions se font sentir dans tous les royaumes d’existence ; celle-ci ne fit pas exception. Le jour où les humains s’aperçurent de leur erreur, il était déjà trop tard.

 Les lignes telluriques se rencontrent en plusieurs points sur terre, et ces lieux d’intersection permettent à divers mondes de communiquer. Vus avez peut-être entendu l’expression fait référence au « voile quise lève ». En certains endroits et à des moments précis, il est possible d’y parvenir effectivement, c’est-à-dire de passer, littéralement, dans un monde parallèle. La plupart des dragons qui n’avaient pas quitté la Terre ont franchi ces portails et vivent désormais en paix ici même, mais dans une autre sphère ou dimension invisible à la perception tridimensionnelle. Il en reste donc quelques-uns dans votre monde ; ils habitent des grottes, des antres et des cratères reculés. Ceux qui ont chois de rester ici attendent patiemment que l’humanité prenne conscience de la vérité selon laquelle tous les êtres, toutes les espèces sont des éléments d’une vaste fraternité, l’un ne valant pas plus ni moins que l’autre. Entretemps, leur énergie s’avère tout à fait roborative pour la planète, car elle présent e un  équilibre élémental parfait. Heureusement pour eux, peu ont été perçus et ce genre de récit rencontre habituellement l’incrédulité générale.

 Actuellement, plusieurs d’entre eux reviennent pour prêter main-forte à l’humanité qui doit rééquilibrer les éléments ; par contre, ils ne présentent pas tous la forme de dragons. A défaut de cet appui et de cet équilibre, ni Gaia ni la race humaine ne parviendraient à effectuer le changement nécessaire vers les dimensions supérieures sans connaître de grands bouleversements dans les forces élémentales planétaires. Naturellement, plusieurs d’entre nous sont déjà ci, sous forme tout à fait physique, sans toutefois être perceptibles à vos yeux car ils vibrent à la fréquence des royaumes lumineux de la cinquième dimension. Ainsi, comme moi, il accomplissent leur travail en toute tranquillité, sans être dérangés par les regards humains. Nous savons que presque la totalité des gens seraient terrifiés s’ils nous voyaient, particulièrement en grand nombre. Encore une fois nous susciterions la crainte et serions traqués.

 Nous savons que viendra un temps, très proche, où les humains se reconnecteront avec les divers aspects de leur nature divine et considéreront tous les êtres comme des parcelles variées et égales, de la Création. Nous redeviendrons alors visibles à tous, car l’amour et la fraternité vrais régneront parmi les habitants de cette planète.

 

Messages pour l’épanouissement d’une humanité en transformation, canalisé par Aurélia Louise Jones – TELOS II – Antharus, le dragon bleu, s’exprime – page 177.

L’Homme extra-terrestre

 

Carnet n° 04 issu de « MES CARNETS DE RECHERCHE »

90 articles ésotériques pour, mieux que vivre, EXISTER

 Des écrits sur mes recherches principalement axées
sur la spiritualité et le mysticisme

                                                                           Christian Sastre

Avec son aimable autorisation !

 

le lien « https://sites.google.com/site/mescarnetsderecherche/ ». « Mes carnets de recherche » en « livre numérique » chez http://www.numilog.com/

 

Non à l’anthropocentrisme

Un grand nombre d’ouvrages et d’articles paraissent sur le thème des Ovnis et des Extra-terrestres. Rappelons que Ovni est l’abréviation de Objet volant non identifié, donc en dehors de toute connaissance de provenance de cet objet, qu’il soit terrestre, extra terrestre ou intra terrestre. (1) Devant une telle profusion d’écrits, on est en droit de se demander si cet engouement ne répond qu’à une mode passagère ou s’il n’y aurait pas un fond de vérité. Personnellement, j’opte résolument pour la seconde hypothèse.

L'Homme extra-terrestre dans O.V.N.I et E.T. ufo-ovnis1

Mon raisonnement se fonde tout d’abord sur une logique de l’universalité de la vie. Elle ne saurait avoir seulement pris naissance sur notre atome terrestre, somme toute anonyme, au sein de l’univers. Notre Planète me semble tout à fait normale, et la vie qui s’y déploie et s’y exprime me paraît conforme à la nature profonde de la création.

Depuis quelque temps, le problème de la vie extra terrestre m’intéresse. Croire aux soucoupes volantes et aux Extra-terrestres est une chose. L’occurrence de la confrontation en représente un autre aspect, puisque vivre une telle aventure peut changer le déroulement monotone de l’existence.

La possibilité de la croyance passive ne dérange guère nos habitudes, souvent fallacieuses, dans lesquelles nous nous complaisons.

Par contre, si nous pouvions vivre une expérience d’une réalité différente de celle de tous les jours, ce serait assimiler un nouveau critère de l’existence sans précédent. Il s’ensuit qu’après l’avoir vécue, nous ne pourrions plus penser comme avant ; nos habitudes auraient été dérangées.

De nombreux livres essaient de prouver que la vie peut exister, et existe assurément ailleurs que sur notre modeste petite Terre, semblable à un grain de sable dans l’univers. Les étoiles sont toutes des soleils autour desquels gravitent des planètes.

Ce sont les anthropocentristes seuls qui décrètent, peut-être au nom de leur seule vérité, que la Terre est l’unique planète où la vie est apparue. D’après ces derniers, la vie ne serait qu’un aléa de l’évolution terrestre, voire une erreur. Ils pensent, en conséquence, qu’il n’y aurait aucune raison de croire, encore moins d’admettre, que la vie sur d’autres planètes, appartenant à d’autres systèmes solaires, ait suivi la même voie que la nôtre.

En considérant le nombre incalculable d’étoiles dans l’univers, chacune avec leur cortège de planètes, dont certaines avec des satellites, il est statistiquement possible que la vie ait germé sur quelques-uns de ces corps célestes. La Terre est une planète jeune ; d’autres sont beaucoup plus vieilles. Sur notre Planète, la vie s’est développée suivant une progression reconnue dans les quatre règnes minéral, végétal, animal et hominal.

Toutefois, l’évolution ne s’arrête pas au règne humain. Notre règne n’est pas le dernier, il ne saurait être qu’une phase de l’expression de la vie. Aussi est-il permis de supposer que d’autres planètes sont habitées par des êtres vivants et pensants. Il est probable qu’ils ont atteint, si ce n’est le règne suivant dit spirituel, (2) tout au moins des degrés de conscience exploitant une connaissance adaptée à leur expression physique et physiologique sur la planète où ils vivent.

Cela sous-entend que notre propre progrès scientifique et spirituel a forcément suivi un développement en rapport avec le terroir de notre Planète et, bien entendu, avec l’influence stellaire environnante. En outre, il est difficile d’imaginer le summum que pourrait atteindre une humanité qui poursuivrait son évolution sans guerres, qui minent tellement le règne humain.

 Ont-ils déjà visité la Terre ?

LIRE LA SUITE ICI…..

Publié dans:O.V.N.I et E.T. |on 5 août, 2012 |Pas de commentaires »

Apprendre à mourir

La mort fait partie du processus normal d’évolution de l’âme. Si la mort fait si peur pour la plupart d’entre nous c’est parce que nous ne savons pas nous préparer à celle-ci. Vous me diriez :  » comment se préparer à la mort  » ? En effet, nous n’avons pas comme les disciples bouddhistes, par exemple, un maître pour nous enseigner cela et vivre cet enseignement avec lui. Mais heureusement, chacun à son niveau, avec son vécu et ses expériences peut prétendre atteindre cette félicité et cette sérénité devant la mort.

Apprendre à mourir dans La MORT soleil-234x300
Apprendre à mourir c’est aussi apprendre à vivre ; en effet, comment vivre pleinement sa vie si tout au fond de nous se cache l’angoisse et la peur de la mort ?
C’est toute une éducation spirituelle à envisager. C’est envisager la mort comme un passage, un retour pour l’âme à sa source en tant qu’esprit sans avoir avec elle son enveloppe corporelle, pourtant essentielle dans sa venue sur Terre. Il n’est pas utile d’appartenir à un religion pour ouvrir son cœur et son esprit à une autre dimension, celle de l’âme. L’âme est bien peu connue, le potentiel humain est bien rabaissé dans cette société moderne qui n’arrive pas encore à mettre l’accent sur l’essence de l’Homme : son âme.

Ainsi, apprendre à mourir consiste déjà à se préparer mentalement en commençant par ne pas fuir cette idée. Tout le monde entreprendra ce chemin, tout le monde passera cette porte ; la politique de l’autruche ne sert à rien sinon à augmenter notre angoisse car nous resterons dans le flou et l’illusion. Parce que nous ne nous connaissons pas suffisamment, nous n’arrivons pas à bien cerner ce qu’est la mort et l’après mort car si nous avions une réelle conscience de ce que nous sommes, nous nous verrions en tant qu’âme donc nous commencerions à envisager la mort comme un processus normal au même titre que la naissance, c’est le passage d’un monde à l’autre.

En nous connaissant et en vivant comme une âme, nous verrions que les limites que nous nous étions fixées dans notre conception de la Vie vont s’agrandir petit à petit pour enfin concevoir qu’une vie après la mort est quelque chose de tout à fait normal. Combien de personnes ont rencontré ces êtres de Lumière, combien de personnes sont parties en projection astrale et sont revenues, témoignant de ces lieux et des rencontres avec ces êtres de Lumière ? Ces personnes là ne sont pas folles. Elles ont vécu ce que vit l’âme lorsque celle-ci est détachée de son poids terrestre.

Apprendre à mourir commence donc par la conscience de cette réalité de l’esprit qui est le notre. Après la prise de conscience, c’est le vécu qui importe. Vivez en tant qu’âme, vivez votre vie de tous les jours en prenant conscience de votre énergie, de vos vibrations, de votre être intérieur ; c’est vous, c’est l’être qui restera après votre vie terrestre. Car si tout est changements dans l’Univers, il y a bien une chose qui reste immuable, c’est notre esprit. Même si celui-ci évolue, son essence divine ne disparaîtra jamais, c’est cela qui est important dans l’évolution.

C’est l’ignorance qui fait peur, c’est le fait de ne pas savoir, de ne pas vivre notre réalité. L’âme qui se réalise complètement sur Terre n’a pas peur de mourir car elle sait et vit sa réalité en tant qu’esprit, sur le plan terrestre en même temps que sur les plans subtils des autres dimensions. L’âme se réalise en même temps à travers tous ces niveaux donc le passage dans l’autre monde se fait naturellement et en conscience.

Bien sûr, ce n’est pas du jour au lendemain que nous arriverons à être sereins devant la mort, même les incarnations de maîtres spirituels ont dû passer par des enseignements. Mais à notre niveau, nous pouvons prendre en compte cette réalité de la Vie, c’est important pour nous, pour notre évolution. Une mort qui se déroule sereinement pour l’âme est une avancée très grande pour celle-ci dans son évolution vers la Lumière.

Ne fuyez pas l’idée de la mort, n’ayez pas peur d’elle, ne la minimisez pas non plus. Voyez-là simplement comme un passage en douceur, à l’image de votre vie actuelle. Notre mort sera à l’image de notre niveau de conscience et de la façon dont nous l’appréhendons. La mort fait partie de la Vie. Avec foi et pratique (pratique de l’esprit) nous arriverons devant la mort comme on arrive devant une amie qui nous accompagne par la main dans notre nouvelle demeure.

Article 73 issu du site GDL – source-lumiere.net – 2002-2007 http://www.source-lumiere.net/serendipity/archives/50-Apprendre-a-mourir.html

Publié dans:La MORT |on 4 août, 2012 |Pas de commentaires »

Les Extraterrestres

A la grande question : existent-ils ? Il est évident que je répondrai  » bien sûr « . Ce serait très orgueilleux et naïf que de croire que vous êtes les seuls au monde. Mais vous aussi, pour d’autres civilisations, vous êtes des extraterrestres, tout dépend du point de vue où l’on se met. Sur Terre aussi il existe d’autres formes de vie intelligentes qui ne soient pas des humains. Mais pourquoi en avoir peur ? Pourquoi les regarder comme quelque chose d’extraordinaire ? C’est quelque chose de tout à fait normal. Ce monde appartient à tout individu, quelque soit sa conscience. Il y a des fois plus de décalages entre deux humains de niveaux de conscience complètement éloignés qu’un humain et un extraterrestre étant sur le même niveau vibratoire d’Amour. 

Les Extraterrestres dans O.V.N.I et E.T. extra-ter-300x201

C’est avoir une vision trop restreinte du Monde et de la Vie que de croire les extraterrestres différent de vous. D’ailleurs, je n’aime pas beaucoup de mot  » extraterrestre  » car il évoque celui qui n’est pas terrestre, celui qui est autre alors qu’il appartient tout comme vous à l’Univers et à la Terre. 

Ces formes de vie sont à respecter comme vous pourriez respecter chaque humain. Il est très drôle de voir vos conceptions là-dessus, l’imagination prend souvent le pas sur la réalité car la réalité est beaucoup plus simple. Seulement, beaucoup de formes de vie sont sur des plans vibratoires différents de la Terre et de vous, c’est pour cette raison que vous ne les voyez pas. Mais il n’y a pas de différences avec vous, ces autres formes de vie et les entités que nous sommes. La seule différence réside dans l’énergie que chacun émet, cette énergie est le niveau de conscience de chacun. Voilà pourquoi je dis qu’une forme de vie ou une âme peut être plus proche de vous qu’un autre humain si cette âme ou cette vie est identique à vous énergétiquement. 

Tout ce que vous pouvez voir, vos représentations sur ces formes de vie, ne sont que des apparences. Seule la Lumière est le fondement. Elle régit toutes les formes de vie, même si elles peuvent différer les unes des autres. Il n’y a rien d’extraordinaire à se dire que vous n’êtes pas les seuls sur Terre et dans l’Univers. Une éducation trop égocentrique ne permet pas toujours cette ouverture d’esprit. Par éducation j’entends à la fois les religions et le monde politique, ceux qui donnent des choses à penser plutôt que de donner des outils pour apprendre à penser.

Ces autres formes de vie, ont-elles des missions ? 

Bien sûr, tout le monde a une mission et eux aussi. Rien dans l’Univers n’existe pour soi. Tout a un but, un chemin. Rien ne se fait sans qu’il y ait une motivation d’avancer vers la réalisation de la Lumière. La Lumière prend des formes différentes mais reste toujours la Lumière. 

Article 100 issu du site GDL – source-lumiere.net – 2002-2008 http://www.source-lumiere.net/serendipity/archives/151-Les-extraterrestres.html

Publié dans:O.V.N.I et E.T. |on 4 août, 2012 |Pas de commentaires »

Le spiritisme

Que penser du spiritisme ? Qu’est-ce que le spiritisme ?

Le spiritisme est la faculté de parler avec des esprits. La communication peut s’effectuer de différentes façons qui va de l’écriture semi-automatique, automatique, la télépathie. Il existe aussi des objets comme des verres qui sont employés pour une communication.
Le spiritisme dans ESPRITS serenite-1-199x300
Cependant on ne fait pas du spiritisme comme on fait une partie de scrabble. Communiquer avec des esprits signifie communiquer avec un autre monde, une autre dimension. Connaissez vous assez cette dimension pour lui ouvrir vos portes ? Je vais prendre l’exemple d’un randonneur. Le randonneur adore découvrir la nature, chaque excursion est nouvelle pour lui tant pour les paysages qu’il découvre que pour les sensations qu’il éprouve à chaque fois. Ce randonneur peut être vous-même, vous vous émerveillez de toutes les découvertes que vous faites dans votre vie, peut être vous arrive-t-il des choses que vous trouvez surprenantes. Du coup ce randonneur est tellement heureux de découvrir ces merveilles du monde qu’il se dit :  » si je monte sur l’Himalaya, je verrai tout ce que je ne peux pas voir maintenant et en plus je saurai tout car j’aurai la connaissance, car j’aurai atteint le plus haut sommet  » Mais ce randonneur ne part pas du jour au lendemain. D’abord il a beaucoup lu sur les expéditions précédentes, il est allé voir des personnes qui ont elles-même effectué ce voyage précédemment. Physiquement il s’est aussi préparé, il a fait en autre de l’escalade ; il s’est aussi préparé moralement. Donc ce randonneur ne s’est pas dit du jour au lendemain :  » j’y vais ! « 

Et le jour j voici l’expédition qui démarre. Elle dura de longs mois. Il n’avait pas prévu quelques petits soucis avec toute son équipe mais son avancée fut fabuleuse. Chaque jour qui avançait fut un jour d’émerveillement pour ce qu’il voyait et ceci jusqu’au point culminant qu’il s’était fixé. Arrivé en haut ce fut l’extase. Mais, et cela il ne l’avait pas prévu, quelle tristesse le jour où l’expédition repartit pour rentrer. Son but de tout une vie presque s’acheva si rapidement. Qu’allait-il faire donc ensuite ? remonter ? Non ses conditions physiques ne pouvaient plus lui permettre d’autres expéditions de ce style. 

Arrivé en plaine, il se sentait complètement abattu. Sa tristesse ne passa pas inaperçu à un moine qui l’observait depuis un moment. Il lui demanda alors qu’est-ce qui pouvait autant l’attrister. Il lui expliqua donc la fin de son aventure, son envie d’y retourner mais son incapacité à renouveler l’expérience. Alors le moine lui répondit :
 » Tu as fait beaucoup d’expéditions dans de nombreux pays, tu connais tout ou presque, voilà ta richesse. Tu l’as vécu, ton émerveillement quand tu montes, est bien présent. Qu’est-ce qui est le plus important pour toi, réussir un exploit, quelque chose que personne ne fait ou t’émerveiller à chaque promenade ? « 

il lui répondit qu’évidemment c’était l’émerveillement qui lui était le plus important.

 » Alors, répondit le moine, chaque instant de ta vie peut être émerveillement si tu le souhaites et si tu sais lui porter ce regard. Grimper l’Himalaya n’est finalement pas le but que tu t’étais fixé, tu vois maintenant que cela a été le moyen pour toi de comprendre ce qu’est l’Emerveillement dans ta vie. Grimper est un moyen pour toi de t’émerveiller mais maintenant tu as vu aussi qu’il ne s’agit que d’un regard sur la vie pour voir que cet émerveillement peut aussi venir quand tu ne grimpes pas. Il est là à chaque instant de ta vie. »

Le spiritisme peut être comparé à l’Himalaya. Au début pour certain, c’est un but pour le savoir, la connaissance de ce que l’on ne voit pas ici-bas mais rapidement on se rend compte que ce but n’en est pas un mais un moyen car ce n’est pas dans le spiritisme que nous trouverons notre bonheur mais dans ce qu’il apporte comme enseignement et comme expérience et enfin ce moyen n’est pas le seul moyen pour l’âme d’accéder à l’émerveillement, comme le randonneur c’est ici à chaque instant de ta vie que ton âme s’ouvre à l’Amour et même si tu n’es pas randonneur tu peux accéder à l’émerveillement même si tu ne fais pas de spiritisme, tu peux accéder au bonheur. Le spiritisme devrait être un moyen qui t’aide à devenir autonome dans la recherche de ton bonheur, voilà quel serait le but ultime du spiritisme. Mais ce moyen n’est qu’un moyen comme un autre, pas mieux, pas moins bien, c’est un moyen, à chacun de voir de quelle façon vous voulez vous y prendre pour accéder au bonheur.

Article 66 © GDL – source-lumiere.net – 2002-2007  http://www.source-lumiere.net/serendipity/archives/48-Le-spiritisme.html

Publié dans:ESPRITS, MEDIUM |on 4 août, 2012 |Pas de commentaires »

La Guérison par impositions des mains

Par Aigle Bleu

qui lance également un appel,

à voir sur notre FORUMhttp://devantsoi.forumgratuit.org/t444-conseils-d-aigle-bleu#3119

 

Bonjour Aigle Bleu, depuis quelques temps je me pose des questions sur le magnétisme qui est, si j’ai bien compris, une pratique par laquelle on peut soigner des personnes en utilisant l’énergie électromagnétique qui enveloppe les corps des êtres vivants (donc cela s’effectue aussi sur les végétaux). Quel est votre point de vue sur ce sujet ? Est-ce une pratique utilisée par les amérindiens?
Merci d’avance.
Vincent
La Guérison par impositions des mains dans GUERISON 1333523-150x150
Bonjour Vincent,

Oui, effectivement, c’est une pratique que nous utilisons. Mais pour bien comprendre il nous faut mettre un peu de contexte à cette question.

Le terme juste ici n’est pas magnétisme mais bien guérison par imposition des mains. Cette pratique est connue par bien des traditions du monde. Il y a une trentaine d’années, une femme docteur fit une recherche sur des guérisseurs dans de nombreux pays et une compilation des soins qu’ils offraient. Elle fit ensuite une synthèse des pratiques communes à la plupart de ces guérisseurs et tenta de reproduire elle-même cette approche. Avec grande joie elle s’aperçut qu’elle pouvait améliorer l’état général des gens. Alors elle l’enseigna à d’autres personnes qui réussirent également à aider les gens par imposition des mains. Elle écrivit alors un livre aux États-Unis qui s’intitule « Therapeutic Touch » de Dolores Kreiger PhD. J’ai rencontré Mme Kreiger qui est une très bonne amie de OhShinnàh Fastwolf, l’aînée Teneh (Apache) qui m’a beaucoup enseigné sur la guérison avec les cristaux. Son approche a le mérite d’être simple et efficace. Cette pratique fut enseigné à beaucoup d’infirmières aux Etats-Unis et de nombreux personnes qui pratiquent la relation d’aide car c’est une méthode rapide, simple, efficace et qui apporte un réel réconfort.

J’ai appris auprès de mes aînés une approche similaire bien que beaucoup plus complexe et qui nécessite une formation plus longue. Nous l’appelons la méthode de la main tremblante car les praticiens de cette méthode ont souvent la main qui vibre lorsque l’énergie transmise atteint un certain niveau.

Il faut comprendre que la main possède naturellement une énergie qui guérit. Nous avons cogné notre genou, immédiatement nous frottons ce genou avec la main. Notre corps sait que la main guérit et le réflexe est inné. De la même manière si un ami ou un parent a du mal ou de la peine instinctivement nous le touchons à l’épaule ou à la main ou le prenons dans nos bras. Notre corps sait que la main guérit et la réaction est spontanée et juste.

Les guérisseurs sont des êtres qui ont la capacité de donner par les mains une plus grande énergie que la plupart des gens même si nous avons tous cette capacité. De même dans la formation traditionnelle à laméthode de la main tremblante, des exercices sont donnés pour augmenter le niveau et la force de l’énergie qui peut être transmis par les mains. Bien que tous les humains aient ce pouvoir il y a ceux qui ont reçu plus de talent ou de capacités et qui ont de plus grands résultats. Comme dans la musique ou les arts, il y a 2 aspects à la pratique, soit le talent et ensuite le travail que l’on y met. J’ai vue des musiciens avec très peu de talent réussir à force de travail et d’autres avec beaucoup de talent ne rien faire.

Dans le toucher thérapeutique on offre de l’énergie. Il n’y a pas en fait de toucher, les mains sont en général à la lisière du corps étherique, le premier champ électromagnétique autour du corps, donc environ a 30 centimètres de la peau. Et oui cela peut aussi être utilisé pour soigner les plantes et les animaux.

Guérir est une vocation. Ce n’est vraiment pas un travail ordinaire. Par contre, nous avons tous la capacité d’aider avec nos mains et il est simple et utile de connaître les bases de l’imposition des mains pour assister notre famille et nos amis en temps de besoin. Vous verrez plus bas, dans les commentaires des lecteurs le titre de l’ouvrage de Mme Krieger dans sa traduction française.

Dans la formation que j’offre sur la guérison avec les cristaux, la première étape consiste à apprendre comment faire le toucher thérapeutique, c’est-à-dire apporter des soins avec les mains. Cette approche étant beaucoup plus simple que la méthode de la main tremblante, c’est celle que j’ai adopté pour enseigner dans le premier niveau de ces enseignements. En Cristaux niveau 2 nous apprenons ensuite à amplifier cette technique avec le cristal.  On vient de confirmer que je donnerai les cours sur les cristaux près de Québec cet automne.  Surveiller le calendrier. 

Paix et Lumière

Aigle Bleu du site http://www.aiglebleu.net/8-index.html

Publié dans:GUERISON, HUMANITE, POUVOIR |on 3 août, 2012 |Pas de commentaires »

Des signes et des rêves

Ecrit  Par aigle Bleu

 

1. Le Grand Esprit nous parle

Des signes et des rêves dans POUVOIR faucon-300x217Le Créateur, le Grand Esprit, l’Intelligence primordiale qui crée et ordonne l’univers, nous parle. Il est en constante communication avec nous. Son langage est celui de la création. Il ne parle pas en français, ni en anglais, ni en innu aïmun. Il nous parle par le monde qu’il a créé pour nous. Il est aussi en nous, c’est la partie la plus intime, l’essence de ce que nous sommes. C’est cette partie de nous qui peut comprendre les messages inscrits sur les paysages du monde. 

Son langage est le plus limpide et le plus vrai de tous : il est directement dans la nature puisque tous les éléments naturels répondent constamment à sa volonté. Dans un monde humain, nous pouvons aussi lire les signes, mais ils sont moins faciles à lire et peuvent parfois tromper. Mais ils sont présents et à notre disposition aussi. Par exemple, en trouvant la soeur d’une chaussette qui était orpheline, la journée de l’accident de ma femme, j’ai compris qu’elle allait retrouver un aspect d’elle-même qu’elle allait pouvoir réintégrer grâce à l’accident. Cela s’est avéré juste.

 

2. Comment comprendre les signes?

Mais comment pouvons-nous savoir qu’un événement est un signe? Comme la blague que nous faisons souvent lorsque des événements cocasses se produisent, nous proclamons avec beaucoup de sérieux « C’est un signe! » avant de pouffer de rire. Effectivement, tous les événements ne sont pas des signes. Sans quoi chaque vol d’oiseau, chaque fleur et chaque arbre qui bouge nous plongeraient dans des interrogations incessantes.

Ce qui nous indique qu’un événement s’adresse directement à nous, c’est l’émotion. Lorsqu’un événement nous interpelle, que nous ressentons en nous quelque chose qui bouge, alors nous avons une indication que cela est un signe. Habituellement, si nous avons la compréhension des signes, sa signification apparaît immédiatement. Son sens est, en fait, contenu dans l’émotion et non pas dans l’événement qui se produit. L’événement n’est que la piste qui nous mène à la compréhension qui se fait en nous.

 

3. Qui peut lire les signes?

Il est impossible de lire les signes pour les autres. Combien de fois ai-je reçu des messages de personnes qui ont vécu des événements spéciaux et qui me demandent ce que cela veut dire? Comment voulez-vous que je sache? Je n’ai pas vécu l’émotion qui est venue avec l’événement. C’est dans cette émotion que se tient le sens de ce que vous avez vécu. C’est là, dans l’émotion, que l’interprétation se fait, ainsi que dans la relation avec le symbole que renferme l’événement. La chaussette orpheline a un sens pour moi dans mon expérience de vie qu’elle n’a pas pour vous. Chaque personne a son propre symbolisme qui vient de sa vie et de son vécu. Alors, ne vous tournez pas vers l’autre pour le sens de votre dialogue avec le Grand Esprit. Regardez en vous, c’est là que la communion se passe.

 

4. Le Grand Livre de Vie

Il y a aussi un langage plus profond inscrit dans les êtres vivants et la nature. Cette écriture se lit comme un livre et ses symboles sont comme des lettres qui donnent le sens de la vie et de la création. Chaque famille inscrit dans le monde une page de ce grand livre de vie en concevant et réalisant son domaine familial, son havre de paix et de bonheur. Cette écriture-là se transmet dans la famille. Apprendre à lire et à écrire ce livre est la science spirituelle la plus élevée qui soit. Nous avons été coupés de ce livre par les forces de l’ombre. Tranquillement nous recommençons à écrire ce livre sacré et c’est un bonheur aussi vaste que l’univers qu’il décrit.

 

5. L’interprétation des rêves

chef-indien dans REVESLes rêves nous parlent avec un langage symbolique. En général, chaque élément du rêve désigne un aspect de nous-mêmes. Nos rêves trouvent leur origine dans notre inconscient, cette partie de nous qui est rattachée au Grand Tout et qui semble moins accessible lorsque nous sommes éveillés. Les voiles du conditionnement obscurcissent notre compréhension. Parfois, dans la grande détente du sommeil, ces voiles tombent et la vérité nous est révélée.

La compréhension que les Premières Nations ont des rêves, dit qu’il existe plusieurs dimensions dans le rêve ainsi que plusieurs sortes de rêves. Le songe est un message direct du monde spirituel et se caractérise par une grande clarté. Le début, la progression et la fin d’un songe laissent un souvenir très net, aussi réel, sinon plus, que ceux de notre vie diurne. Son message est important pour toute la communauté. C’est pourquoi les songes étaient racontés à un sage dans les communautés autochtones. Le sage pouvait nous aider à les interpréter et évaluer leurs implications pour la communauté. Avec son aide, nous déterminions de quelle manière ils doivent se traduire pour les autres membres de notre communauté, soit par des gestes précis, des avertissements, des suggestions ou simplement une modification de nos comportements au quotidien.

Nous avons un symbolisme qui peut se rattacher à ce que Jung appelait l’inconscient collectif. Mais ce symbolisme est aussi influencé par notre expérience. Aussi, il n’y a pas de meilleur guide pour interpréter les symboles dans nos rêves que nous-mêmes.

Voici quelques suggestions utiles d’Aigle Bleu pour l’interprétation des rêves.

Nous pouvons noter sur une feuille tous les éléments du rêve et faire ensuite un exercice d’écriture automatique. Nous prenons notre liste et écrivons la première chose qui nous vient à l’esprit à côté de chacun des symboles. Avec ce début comme piste, nous trions les souvenirs et les images qui remontent à la surface de notre conscience. Avec ces pistes, nous pouvons commencer a interpréter nos rêves.

Nous pouvons aussi consulter un dictionnaire de symboles. L’une des propriétés du symbole est d’être plus vaste que notre mental. Nous n’épuiserons jamais leurs ramifications significatives dans l’expérience humaine. Par contre, il faut adapter ces informations à notre expérience. Ce n’est pas parce que des informations se retrouvent dans un livre qu’elles s’appliquent nécessairement à nous.

Dans les familles indiennes, le matin au lever était souvent un moment pour raconter les rêves, sans chercher à les interpréter. Lorsque nous les racontons, ils deviennent beaucoup plus clairs et nous nous en souvenons davantage. Cependant, nous ne racontons nos rêves qu’aux membres de notre famille proche. Nous leur faisons suffisamment confiance pour leur livrer ces éléments intimes de notre conscience.

Écrire nos rêves est une autre démarche intéressante qui remplit les mêmes objectifs, c’est-à-dire amener à la conscience ce qui vient de l’inconscient, soit amener au petit soi de la journée les messages du Grand Soi qui est lié au Grand Tout.

 

6. Conclusion

Qu’il s’agisse de signes ou de rêves, évitez de laisser autrui les interpréter à votre place! Vous seuls êtes capables de les lire puisque c’est à vous qu’ils sont « adressés ». Les forces de l’ombre ont si bien manipulés l’humanité qu’aujourd’hui, beaucoup de personnes se sentent démunies et incapables de lire les messages qui leur sont adressés. Je vous ai donné ici quelques pistes pour vous aider. J’ajoute qu’il est important de passer du temps au contact de la nature. C’est elle qui aidera le mieux ceux qui ont à reprendre confiance en eux et en leur capacité à décoder les signes qui leur sont envoyés.

ISSU du site de AIGLE BLEU : http://www.aiglebleu.net/36-index.html

Publié dans:POUVOIR, REVES |on 2 août, 2012 |Pas de commentaires »

La réserve Hopis

 

Les Hopis (contraction de Hopitu-shinumu  »le peuple paisible » en français) font partie du groupe amérindien des Pueblos d’Amérique du Nord, voisins des Apaches, des Navajos, des Papagos, et des Zuñis. Les Hopis vivent dans le nord-est de l’Arizona, dans la région des Four Corners une région très aride. Dans des textes anciens, le peuple est souvent appelé Moki ou Moqui.

On recensait 7 494 Hopis répartis en 7 pueblos en 1775, alors qu’il n’y en avait plus que 6 500 en 1990.

La langue Hopi fait partie des langues uto-aztèques. Il existe un dictionnaire de la langue, qui est parlée par 80 % de la population (1990), soit 5 264 personnes sur 6 500. Code de la langue : ISO 639-2: nai

Fichier:AHopiBasketWeaver2.1910.ws.jpg

Dans les années 1930, le linguiste Benjamin Lee Whorf écrivit que la langue Hopi n’avait aucun mot pour exprimer le temps, ce qui suggérait que ce peuple avait une perception du temps différente de celle des Européens.

Le récit des origines du monde des Hopis raconte la création qui s’est faite par étapes :

  • le premier monde Tokpela (l’espace infini). À partir de l’infini, le créateur Taiowa créa le monde fini avec les terres, les animaux et des humains. Quand les humains sont devenus mauvais, ce monde a été détruit par le feu. Les hommes épargnés ont été guidés vers un nouveau monde au-dessus ;
  • Tokpa (minuit sombre) le deuxième monde, qui a finalement été couvert de glace après que les hommes ont grimpé au troisième monde ;
  • Kuskurza (la signification du terme s’est perdue), ce troisième monde auquel sont associées la direction est et la couleur rouge a été englouti sous les eaux. Les hommes ont dû chercher eux-mêmes le passage vers un nouveau monde ;
  • Tuwaqachi (le monde entier) le quatrième monde est celui que les humains habitent toujours, sa direction est le nord, sa couleur sikyangpu un jaune-blanc3.

Une prophétie prédit la fin de ce quatrième monde, les survivants grimperont vers un cinquième4.

Il semble que les Hopis soient venus vers le viiie siècle du sud pour s’installer dans l’actuel Arizona. Entre 700 et 1100, ils ont construit ou aménagé dans les pueblos de Mesa VerdeChaco Canyon, Aztec, Wupatki, Betakin et Keel Seek où l’on trouve leurs signes de clans sur des murs. Pendant la grande sècheresse de 1276 à 1299 la plupart de ces pueblos ont été désertés. C’est durant la même période que les villages sur les trois mesas ont été fondés.

Quand au xvie siècle les Conquistadors arrivent sur le territoire des Hopis, ces derniers les accueillent amicalement. Ainsi, en 1583 ils mettent des guides à la disposition de l’expédition d’Antonio de Espejo et en 1598 ils se soumettent au gouverneur espagnol Juan de Oñate.

En 1629, des missionnaires franciscains s’installent à Oraibi. Les missionnaires catholiques sont une des causes de la révolte des pueblos en août 1680. Les églises sont détruites, tout comme les bâtiments du gouverneur à Santa Fe. Les Espagnols se retirent provisoirement au Mexique jusqu’en 1692. Quand ils reviennent dans la région, ils apportent des moutons, bœufs et chevaux.

C’est à cette période qu’un nouveau peuple nomade arrive du nord, les Navajos que les Hopis appellent Tasavuhta, (ceux qui fracassent le crâne). Comme les Navajos volent les récoltes et le bétail des Hopis il y a des conflits constants entre les deux peuples qui durent jusqu’au xxe siècle.

Suite à la guerre américano-mexicaine (1846-1848), l’Arizona est rattaché aux États-Unis.

En 1868, le gouvernement américain autorise les Navajos qui ont survécu à la « longue marche » de s’installer sur une partie de leur ancien territoire, sur la même réserve que les Hopis. À leurs yeux, un Indien équivalait un autre et on ne tenait pas compte des tensions préexistant entre les deux peuples.

Walpi (Hopi), ca. 1873-1881.jpg

La réserve Hopi

La réserve des Hopis est à l’intérieur de la réserve Navajo. D’abord il s’agissait d’une seule réserve. En 1882 un territoire rectangulaire distinct fut attribué aux Hopis. Toutefois de nombreux Navajos continuaient à y habiter. Pendant longtemps une partie du territoire était attribué à une gestion commune des Hopis et Navajos (Navajo-Hopi Joint Use Area) (depuis 1936). Les conflits qui en résultaient ont seulement été réglés en 2009.

La culture du maïs bleu (mais aussi blanc, rouge, violet, jaune) occupe une place importante dans la société et la culture hopi. Ces variétés étaient toutes adaptées à leurs conditions difficiles de culture (sol pauvre sablonneux, absence de fertilisation). Le type d’épi est long (30-40 gr), 12-14 rangs, structure farineuse à légèrement cornée.

  • Maïs Hopi Bleu: la couleur de base dans leurs légendes, particulièrement destiné au « piki bread » la tortilla extrafine de maïs bleu. En fait il y a des sous-variétés du bleu foncé au gris. Gâteaux, tamales et toutes préparations à base de farine.
  • Blanc: en général plus denté, destiné aux hominy = grains cuits et débarrassés de leur peau puis séchés et utilisés pour faire le fameux « posole », soupe-ragoût à la viande, le cassoulet hopi ! Autres préparations à base de farine.
  • Rouge: souvent rayé ou de couleur variable. Piki bread aussi.

Don C. Talayesva décrit les conditions de culture. Les Hopis plantent 8 voire 10 grains par poquet. Le proverbe Hopi dit « 2 grains pour les vers, 2 pour les souris, 2 pour les lapins, 2 pour les corbeaux et 2 pour toi » Traditionnellement ce sont les femmes qui sèment. Profondeur de 3 à 30 cm selon l’humidité du sol. Là se trouve la principale spécificité du maïs Hopi : sa possibilité de germer à de grandes profondeurs. Densité de semis issue de poquet de 8 éclaircis à +/- 4, espacés de 4 pas dans les deux sens soit environ 20-25000 plantes par Ha. Les jeunes plants sont protégés des lapins et souris avec un cylindre de boîte de conserve.

 

Publié dans:AMERINDIENS |on 2 août, 2012 |Pas de commentaires »

L’aventure de la Guérison de l’Ame

EN INCARNATION

Par Kiraël,

Bonsoir. Quel magnifique début de session nous avons aujourd’hui ! Je vais commencer par un exposé au sujet de la guérison, en espérant que chacun d’entre vous pourra entreprendre son propre et magnifique séjour de guérison. La beauté de ce mot « guérison » est semblable à la beauté du mot « amour ». Amies et amis, chaque Être Humain sur cette planète Terre, sans exception, a besoin d’aller dans la direction de sa propre guérison.

L'aventure de la Guérison de l'Ame dans GUERISON fractale-19-150x100Même si vous êtes un guérisseur ou pensez faire partie de la guérison de quelqu’un d’autre, je vous dis, sans l’ombre d’un doute, que c’est votre propre guérison qui doit passer en premier. Le moment où vous décidez que plus rien ne peut vous retenir, où vous reconnaissez que tout est possible et que chaque potentiel est le vôtre, au royaume infini et illimité de vos pensées, vous pouvez commencer immédiatement votre propre séjour de guérison.

Lorsque vous guérissez vraiment, vous reconnaissez que vous vivez dans un monde illimité. Vous vivez dans un monde où chacun de vous n’a qu’à concevoir une pensée, afin d’en percevoir la réalité, pour ensuite la manifester dans votre réalité. C’est ce qui est appelé le « séjour ».

Donc, chers Êtres Humains, nous ne parlons pas de la guérison d’une cicatrice sur un bras, d’une tumeur cancéreuse ou d’un vieux genou branlant. Nous parlons de la guérison de votre lumière universelle, de l’étincelle divine et créatrice que vous êtes et de la beauté de votre propre séjour.

Je veux vous inciter à faire un retour en arrière dans votre mémoire. Pour quelques-uns, le cheminement ne sera pas long, alors que pour d’autres, la distance sera plus grande. Pensez au temps où vous étiez à la dernière année de l’école primaire. À ce moment-là, vous étiez les reines et les rois de cette école primaire, puisque vous étiez les finissants de ce monde scolaire. C’était en juin. Ensuite, le mois de septembre est arrivé et vous êtes entrés au secondaire. Vous avez peut-être eu l’impression d’être comme un petit poisson dans un océan énorme, dans une mer de gens. En outre, vous étiez des débutants, dans ce nouveau monde scolaire.

Maintenant, reportons-nous tout de suite à la fin de votre cycle d’école secondaire. Après ces 5 années, vous étiez de nouveau devenus comme les reines et les rois de l’école secondaire. Ensuite, vous êtes probablement allés vers des centres scolaires spécialisés, des tours d’ivoire de l’enseignement, pour ainsi dire, mais vous n’avez pas eu l’impression d’être comme un petit poisson dans un océan immense. Pouvez-vous imaginer toutes les guérisons que vous avez dû effectuer sur vous-mêmes, au cours de ces deux cycles scolaires ?

Revenons à votre moment présent. Imaginez que vous êtes une particule qui flotte librement et sans but, dans l’amour du Créateur, là où il n’y a rien d’autre que le bonheur suprême, que la félicité. Mais… À un moment donné, vous réalisez que vous êtes dans une descente vertigineuse, vers une petite caverne noire ou obscure. Soudainement, vous êtes aveuglés par des lumières, et la première chose qui vous avez envie de dire, est : « Wowww ! Un nouveau séjour vient de commencer ! » Oui mais… La seule chose que vous puissiez faire est d’émettre un son qui sonne comme « waaaaaaa », comme les pleurs d’un bébé naissant. Et voilà ! Un nouveau séjour vient de commencer.

Donc, vous voyez que j’essaie de dire que la guérison se rapporte à votre séjour. Elle se réalise sur plusieurs niveaux, dans tous vos quatre corps : physique, émotionnel, mental et spirituel. Il n’y a absolument rien qui ne puisse pas être guéri. Que diriez-vous de commencer tout de suite à porter votre attention sur cette guérison ?

J’ai un ami qui a développé de grandes qualités à cause de ses connaissances acquises. Il a la faculté de percevoir plus loin que les autres, car il a également développé son imagination. Il a un très beau corps physique qui en ferait rêver plusieurs. Bref, je pourrais dire qu’il a presque tout, sauf qu’il lui manque une relation sincère et significative avec quelqu’un de son choix.

Imaginez que nous disons à ce jeune homme : « Nous devons te guérir ». Quelle sera sa réponse ? Il dira probablement : « Attendez une minute ! Mon portefeuille est plein. Regardez ma superbe auto. Je peux sortir tous les soirs de la semaine et me payer du bon temps. Je vais merveilleusement bien et je suis en bonne forme. J’ai un bon travail et je fais de l’exercice. Kiraël, que crois-tu pouvoir m’offrir comme guérison ? »

fractale-12-150x112 dans GUERISONJe lui répondrais ceci : « Rien… Jusqu’à ce que tu finisses par comprendre ce que je t’offre. Ensuite, peut-être que cette relation fantastique que tu cherches, seulement peut-être, se présentera devant toi, au moment opportun. »

Chers Êtres Humains, c’est l’entendement du mot « guérison » que j’utilise ce soir. Si vous regardez votre bourse ou porte feuille et qu’il n’y a pas assez d’argent, alors, vous faites ce qu’il faut, n’est-ce pas ? Si vous regardez votre maison ou votre appartement et que vous n’aimez pas son apparence, vous allez le « guérir », n’est-ce pas ?

« Kiraël, est-ce que tout se rapporte à la guérison ? » Oui. Nous formons une équipe qui a pour but de vous aider à guérir complètement, pendant vos séjours en incarnation. Vous pouvez me dire : « Nous y voilà ! C’est la partie que je hais le plus. Ne pourrais-je pas vivre un petit séjour de rien du tout, de temps à autre ? » Non, puisque ce n’est pas ce que vous avez choisi avant votre incarnation, lorsque votre esprit n’était pas voilé.

Imaginons ceci. Le médecin dit à son patient qu’il va bientôt mourir. Ensuite, j’arrive et lui dis : « Si tu le veux, cette nuit, élance-toi hors de ton corps physique, afin que je puisse t’emmener dans un voyage de lumière éthérique, là où il y a des guérisseurs magiques. Ils t’attendent. Ils vont te donner une magnifique puissance de guérison pour ton corps physique. »

Le patient me dit : « Oh Oui ! C’est la solution idéale. Je suis prêt, maître Kiraël. » Alors, je lui demande de méditer, mais il me répond qu’il ne sait pas comment le faire. Donc, nous ralentissons le processus, en attendant qu’il apprenne à méditer. Il s’enfuit à toutes jambes, apprend à méditer, revient au galop, et me dit : « C’est fait. Maintenant, je sais comment méditer. Allons-y tout de suite, et guérissez-moi ! »

Je lui dis qu’il a fait un beau travail, mais qu’il reste une autre chose à faire. Il doit réciter une belle prière, avant notre départ. Notre ami est un peu interloqué, décontenancé, et il me répond : « Kiraël, je ne sais pas comment prier, car tu m’as dit d’apprendre à méditer. »

Vous voyez où je veux en venir. Tant et aussi longtemps que vous ne serez pas complètement conscients de ce que vous voulez, la guérison ne se réalisera pas. Vouloir guérir sans passer réellement à l’action ne fonctionnera pas. Pensez-y. C’est notre réponse.

Si vous me dites que « c’est un jeu d’enfant », je vous répondrai que oui. Il suffit seulement d’apprendre à penser par vous-mêmes, afin de trouver le bon chemin de guérison. Tout est là, au royaume de vos propres pensées, selon vos vérités individuelles.

C’est l’image globale de ce qu’il faut pour amener la guérison dans votre corps physique. La prise de conscience de ce que vous voulez vraiment et les actions nécessaires, vont connecter ces deux points dans le tissu du royaume de vos pensées. Lorsque vous prenez conscience et reconnaissez que vous êtes – physiquement parlant – le produit de vos pensées, que vous avez dû vous concevoir par vous-mêmes, en tant qu’entité vivant dans un corps physique, que vous avez dû vous créer dans cette réalité appelée « expérience humaine », vous avez une meilleure compréhension du fait que votre expérience humaine a été construite de toutes pièces par la pensée. Lorsque cette réalité est bien intégrée dans vos pensées en 3-D, il n’y a rien que vous ne puissiez pas guérir dans votre corps physique.

Donc, je viens de vous donner la réponse. Toutefois, il vous faudra en arriver à bien comprendre ce processus. La réponse est ceci : « Trouvez la manière de pouvoir créer réellement ce qui vous passionne. Ouvrez tout votre être, ainsi que le royaume de vos pensées, à cette passion ou ce désir intense et profond. »

Voici la dernière partie de ma petite introduction, avant de passer à la période de questions. J’ai déjà dit que, tout ce qui a été fait peut être défait. Tout ce qui ne va plus ou qui n’a jamais fonctionné, peut être guéri. Je vous le redis audacieusement, et j’ajoute du poids à mes affirmations. Lorsque vous réalisez que la guérison est un peu plus que le simple fait de consulter un médecin et prendre de l’aspirine, vous réalisez également que la guérison est une aventure, qu’elle est le sel, le poivre et les piments de la vie en incarnation. C’est là que vous commencez à voir l’ensemble du processus.

[NDIT - Je dirais que ce sont les pièces d'or qui composent la "RICHESSE" de nos âmes individuelles. Ces pièces d'or ont été méritées, non pas gagnées à la loterie, par la richesse des expériences que nous avons vécues en incarnation, au lieu d'observations à titre d'ange non incarné.]

Celui que vous appelez « Maître Jésus », a dit très éloquemment : « Je suis ici pour vous rappeler que vous devez vous guérir, afin de vous souvenir que vous êtes « tout amour ». Un jour, ce sera chose faite. Vous retrouverez cette puissance divine et bienveillante. »

J’ai écrit un petit livre (The Great Shift) dans lequel je dis que l’expérience humaine va passer au travers d’une énorme expérience transitionnelle. Un « espace » énorme et transitionnel – si vous le préférez ainsi. En réalité, je parle de la guérison [de l'âme en incarnation]. Lorsque vous serez conscients de cette réalité, vous ne compterez plus les jours de ce Grand Changement. Au lieu de cela, vous allez les vivre constamment dans le moment présent, sans tenir compte du temps linéaire.

Vous avez le choix d’entreprendre ce processus comme bon vous semble. Cependant, je me permets de vous faire quelques petites suggestions. N’essayez pas de foncer trop rapidement dans ce processus de guérison, et ne cherchez pas de raccourcis. Ouvrez-vous plutôt à la Lumière de l’Amour lui-même. Dites-le à votre Source Créatrice de Lumière, et à tout ce qu’il y a entre vous et elle. Dites : « Je suis ici pour accomplir ce séjour que j’ai choisi. »

barre de separation

Vous pouvez diffuser librement cette traduction, à condition que ce qui suit soit inclus et que la présentation ne soit pas modifiée.

Interprétation et traduction de ; Jean-M. Gobeil

Site : http://kryeon.forumactif.com/f15-Kiraël

********** N’oubliez pas, utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes.
Vous avez un Libre Arbitre, alors utilisez le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre coeur ; Il détient la vérité, laissez le vous guider.

Retour à l’accueil de Messages… Terre Nouvelle
Visitez le Site Mère 
Terre Nouvelle : Portail sur la Spiritualité

Publié dans:GUERISON |on 2 août, 2012 |Pas de commentaires »
1234

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3