Archive pour le 31 août, 2012

Des façons d’aimer

 

La « façon d’aimer » se voit essentiellement sur un thème astral par la position de la planète Vénus dans les douze signes, dans les douze maisons, et en aspects avec les autres points importants du thème c’est dire les autres planètes. Ainsi, pour chacun d’entre nous, il existe 144 façons différentes d’exprimer nos sentiments puisque Vénus peut se trouver dans 12 maisons et 12 signes, démultipliées ensuite presque à l’infini par les influences des autres planètes.

Des façons d'aimer dans AMOUR newton-exps-300x175

Pour résumer, il serait juste de dire que cette façon d’aimer représentée par la symbolique de Vénus est caractérisée par :

la position de celle-ci en signe, qui reste le fil conducteur ou la partie basique pour ainsi dire; c’est en effet la première chose que l’on va étudier pour savoir comment nous réagissons sentimentalement, il s’agit en quelque sorte de la couleur de fond que prend le verbe aimer pour chacun de nous (le « comment »),

en second lieu mais tout aussi important sa position en maison, qui va exprimer le domaine privilégié où nous pouvons montrer de la façon la plus aisée notre charme ou notre capacité de séduction (le « où »),

les aspects que fait Vénus avec les autres planètes, qui vont amplifier, magnifier, colorer, entraver ou même parfois bloquer ses qualités de manifestation concrète (le « altérée de quelle façon »),

également important et à étudier bien sûr en complément, la maison 5, son occupation, le maître de la maison 5 et sa situation en aspect, signe et maison, ainsi que les luminaires (Soleil et Lune) dans une moindre mesure.

Cette expression des sentiments va nous renseigner aussi d’une façon indirecte sur ce que la personne peut recevoir dans ce domaine, étant entendu que plus la générosité des sentiments sera présente et forte, plus la personne obtiendra en retour, du moins sur un plan général et sur la durée, et donc sur les possibilités plus ou moins certaines d’être « heureux » dans ce domaine de la vie : on ne peut recevoir que ce que l’on donne et dans le domaine amoureux cette maxime est d’autant plus exacte, quels que puissent être les aléas temporaires et accidentels qui ne sont là que pour la confirmer davantage encore.

Dans cette première série de dossiers, nous allons nous intéresser aux domaines de la vie dans lesquels s’expriment le plus facilement nos sentiments, en expliquant les positions de Vénus dans les douze maisons astrologiques, étant entendu que ces indications s’appliquent indépendamment de la qualité de cette planète, qui peut bien sûr être affligée ou au contraire harmonieusement influencée par les autres astres. D’une façon secondaire, la position en maison de Vénus nous informe également, en plus du domaine où nous sommes plutôt à notre avantage, comment nous apprécions de nous détendre et où, d’une certaine façon, nous sommes un petit peu passifs ou dans une sorte d’état dilettante dans lequel notre effort ne se manifeste pas d’une façon véritablement violente…

Vous pouvez obtenir immédiatement la position de votre Vénus en signe puis en maison (repérez simplement le symbole de Vénus en rose (un simple rond au dessus d’une croix) dans la zone des maisons à la périphérie du cercle du zodiaque) et vérifier ainsi la véracité ou la ressemblance entre ce trait de votre personnalité et celui décrit par le texte qui vous correspond dans la liste des paragraphes suivants. Des textes pour la position en maison et en signe sont également affichés lorque vous posez la souris sur Vénus.

Une dernière remarque avant ces chapitres : ces indications sont données par rapport à la signification pure de la configuration considérée; or pour chacune, d’autres indications dans le thème vont parfois dans une direction différente ou contraire et contribuent à atténuer ou à modifier la signification donnée ici. De plus, il est souvent difficile de faire la part entre le côté vécu et concret, et le côté symbolique et intérieur de telle ou telle configuration même si l’analyse manuelle permet de l’appréhender (un extraverti a plus de chance de réaliser concrètement les choses etc.). Ainsi, la maison 9 par exemple exprime une attraction du lointain pour le sujet; mais le lointain peut tout à fait s’exprimer sur un plan abstrait, mental ou spirituel et non sur le plan de déplacements nombreux en avion à l’autre bout de la planète : l’astrologie fonctionne à merveille et les vérifications sont gratifiantes pour ceux qui l’étudient mais… elle ne se livre qu’au bout de beaucoup d’années d’études, un peu d’ailleurs comme toutes les disciplines, rien n’est facile ou immédiat.

issu du site de référence : http://www.astrotheme.fr/dossier.php?ID=1

Publié dans:AMOUR, ASTROLOGIE |on 31 août, 2012 |Pas de commentaires »

Peuples Amérindiens

 

Un Amérindien, ou Indien d’Amérique, est un des premiers occupants du continent américain ou un de leurs descendants. En 1492, l’explorateur Christophe Colomb pense avoir atteint le sous-continent indien, alors qu’il vient de débarquer en Amérique. C’est dans ce contexte que les Européens nommeront brièvement ce territoire les Indes occidentales, pour les différencier de celles dites orientales. À cause de cette confusion, on continue d’utiliser le mot « Indiens » pour parler des populations du Nouveau Monde. Avec les travaux du cartographe Martin Waldseemüller au début du XVIe siècle, on commence à parler de « continent américain », en mémoire du navigateur italien Amerigo Vespucci ; ses habitants sont alors désignés sous le nom d’« Indiens d’Amérique » pour les distinguer des populations de l’Inde sans modifier complètement l’usage de les désigner comme des Indiens.

Amerikanska folk, Nordisk familjebok.jpg

En l’absence d’appellation qui fasse consensus, on utilise parfois les expressions de « peuples autochtones » ou « aborigènes », ou plus précisément, « Premières nations » ou « Premiers peuples » (traductions littérales de l’anglais). L’expression « Peaux Rouges » est ancienne et n’est plus beaucoup utilisée en Amérique. On parle aussi de « peuples précolombiens » pour la Mésoamérique et la cordillère des Andes. En anglais, au Canada comme aux États-Unis, on utilise les expressions « Native Americans » (« Américains d’origine »), « American Indians », « Native peoples » (« peuples d’origine »), « First Nations », « First Peoples », « Aboriginal Peoples ». Toutefois, ces termes sont souvent rejetés par les intéressés qui préfèrent être appelés en fonction des noms originels de leurs peuples.

Au Québec, le terme « autochtone » est de loin le plus courant, à côté de « Premiers peuples », et « Premières Nations » quand cela concerne des revendications territoriales ou spécifiques. Dans le contexte québécois le terme englobe également les Inuits, qui ne sont pas des Amérindiens, et les Métis reconnus.

En Guyane, on parle d’« Amérindiens » répartis en huit ethnies.

Au Mexique, on préfère dire « indígena » (« indigène ») qu’« indio » (« indien »), qui prête à confusion avec les citoyens de l’Inde et qui est ressenti comme une insulte.

Publié dans:AMERINDIENS |on 31 août, 2012 |Pas de commentaires »

Les Séminoles

 

Les Séminoles sont un peuple amérindien d’Amérique du Nord. Ils résident maintenant en Floride, État dont ils sont originaires, et enOklahoma. La nation séminole a émergé au xviiie siècle ; elle était composée d’Indiens des actuels États de Géorgie, du Mississippi, de l’Alabama, et de Floride, le plus souvent issus de la nation Creek mais aussi d’Afro-américains fuyant l’esclavage de Géorgie (voir Séminoles noirs). Tandis qu’environ 3 000 Séminoles étaient déportés à l’ouest du fleuve Mississippi, y compris la nation séminole de l’Oklahoma, qui s’est enrichie de nouveaux membres au cours du voyage, de 300 à 500 Séminoles sont restés et ont combattu dans et autour desEverglades en Floride. 1 500 soldats des États-Unis sont morts dans une suite de trois guerres contre les Séminoles de Floride mais aucun traité formel de paix ne leur ayant été imposé ou même proposé, ils ne se sont jamais rendus au gouvernement des États-Unis. C’est pourquoi, les Séminoles de Floride se nomment eux-mêmes « le peuple invaincu » .

Les Séminoles dans AMERINDIENS 200px-Abraham-black-sem

Leur nom actuel est une déformation du mot Mvskoke (une langue Creeksimano-li, lui-même une adaptation de l’espagnol cimarrón, qui signifie « sauvage », « fuyard ».

Aujourd’hui, les Séminoles ont la souveraineté sur leurs terres tribales ; leur économie est basée sur le tabac, le tourisme et le jeu. « Séminoles » est également le surnom des équipes sportives de l’Université d’État de Floride.

Après la conquête espagnole au xvie siècle, les indigènes de la Floride ont été décimés par la maladie et on pense que les quelques survivants ont été évacués par les espagnols à Cuba quand la Floride est passée sous contrôle du Royaume-Uni en 1763.

Au début du xviiie siècle, des membres de la nation Creek des villes basses ont commencé à émigrer en Floride pour s’affranchir de la domination des Creek des villes hautes et se sont mélangés avec les quelques autochtones qui y vivaient, dont les Yuchis, les Yamasses et quelques autres indigènes. Ils ont alors été appelés « Séminoles », un dérivé du mot « cimarrón » qui signifie « sauvage » (dans leur cas « hommes sauvages ») en espagnol. Les Séminoles étaient une tribu hétérogène composée majoritairement de Lower Creek de Georgie, de Musckogee parlantMikasuki et d’afro-américains esclaves échappés, et dans une moindre mesure de blancs américains et d’Indiens d’autres tribus.

300px-The-Silenced-War-Whoop-1100x790 dans AMERINDIENSLes Séminoles unifiés ont parlé deux langues, le Creek et le Mikasuki (un dialecte moderne de Hitchiti), deux membres différents de la famille des Muskogean un groupe de langues qui inclut également le Choctaw et le Chickasaw. C’est en grande partie pour ces raisons linguistiques que la tribu actuelle des Miccosukee de Floride maintient son identité singulière. Les Séminoles vivaient apparemment en bons termes avec les espagnols et les anglais. En 1784, le traité qui mettait fin à la Guerre d’indépendance américaine replaça la Floride sous contrôle espagnol. Cependant, le déclin de l’empire espagnol permit aux Séminoles de s’implanter plus profondément dans les marais de Floride.

Jusqu’à ce qu’une majorité de Séminoles soient forcés de partir s’implanter dans l´Indian Territory (aujourd’hui l’Oklahoma) après la Seconde Guerre séminole.

Publié dans:AMERINDIENS |on 31 août, 2012 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3