Chaînons d’ADN

Chainons mobiles et liens chimiques

Les chainons de l’ADN sont constitués par des groupements d’atomes (les bases azotées), reliés par des liens chimiques. La chimie décrit les liens entre molécules et atomes par l’énergie qu’il faut pour les séparer (énergie de dissociation). Ces énergies ont des valeurs diverses selon la nature du lien. Certaines sont très faibles, d’autres beaucoup plus fortes, mais, sauf cas exceptionnels, on peut toujours exercer une force suffisante pour dissocier le lien dans certaines conditions.

Chaînons d'ADN dans ADN man-religion1-41x300Par exemple, les liens qui maintiennent les deux brins de l’ADN parallèles se relâchent facilement au cours du cycle de croissance de la cellule, pour permettre à l’ADN de se dupliquer. On peut aussi obtenir artificiellement cette séparation des deux brins en chauffant (ce que les biologistes nomment péjorativement une dénaturation). De la même façon, les liens entre bases peuvent se dissocier dans le cas de la transposition, et de nouveaux liens peuvent se reconstruire avec d’autres atomes ou groupements d’atomes.

Ces attirances et ces ruptures de liens entre atomes sont semblables aux relations entre personnes. Imaginons des personnes qui se tiennent la main. En se serrant les unes contre les autres, elles forment un groupe bien solidaire. Mais dans certaines circonstances, elles peuvent desserrer ou lâcher leurs mains. Imaginons que la température s’élève anormalement et qu’elles aient trop chaud. Elles ont besoin de se desserrer en écartant les bras, tout en gardant leurs mains en contact. Imaginons encore qu’elles sont dans l’eau, en bord de mer, heureuses. Soudain, des vagues plus fortes arrivent, et les personnes doivent se lâcher pour nager séparément. Elles peuvent également attraper les mains d’une autre personne. Transcrites dans le cas de l’ADN, les vagues représentent une modification de l’environnement chimique qui induit une dissociation des liens.

Quelle est au juste la nature de la force des liaisons chimiques? C’est une attirance électrique entre atomes, qui dépend de la nature des atomes et de leur éloignement. Fondamentalement, atomes et molécules sont constitués d’électricité sous forme d’électrons et de protons, et cette électricité est mouvante et interagissante (voir quatrième partie: l’ADN électrique).

Issu du site de Alain Boudet : http://www.spirit-science.fr

 

Publié dans : ADN |le 28 août, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3