Archive pour juin, 2012

Les âges en Afrique


Les Massaï, pasteurs monothéistes de l’Afrique de l’Est, découpent la vie en classes d’âge d’environ quinze ans qui se subdivisent en sous-classes de sept ans chacune. Ce chiffre sacré est l’addition de 4 + 3, 4 est le chiffre de la matérialité et 3, celui de la spiritualité. Le jeune Massaï est petit enfant jusqu’à 7 ans (âge de raison en Orient comme en Occident). De 7 à 14 ans, il garde les chèvres aux alentours du village. A 14 ans, c’est la circoncision et l’entrée dans la première classe d’âge des Les âges en Afrique dans CHIFFRES 130px-Francophone_Africa.svgguerriers, les Morans. Il rejoint ses aînés qui nomadisent avec les grands troupeaux. A 21 ans, le Moran entame sa deuxième classe d’âge de guerrier qui s’achève à 28 ans. Il réintègre alors le village où il prend femme (une jeune fille d’environ 14 ans)  pour fonder une famille et devenir un jeune adulte. A 35 ans, passage dans la classe d’âge des chefs de famille. A partir de 42 ans, la prise de responsabilité augmente au sein de la communauté et 49 ans est un âge capital (7 X 7, nombre sacré) qui annonce la maturité. De 7 ans en 7 ans, le Massaï acquiert une place de plus en plus importante dans la prise des décisions collectives en rejoignant progressivement le conseil des Anciens dont l’expérience fait loi, comme dan toute société traditionnelle. 63 ans (9 cycles de 7 ans, nombre majeur) marquent l’entrée dans la vieillesse.

Issu du Livre du JEU du TAO – Comment DEVENIR le Héros de Sa Propre Légende créé par Daniel Boublil et Patrice Levallois – page 183

Le Livre du Jeu du Tao a été conçu sur une idée originale de Marc de Smedt et réalisé sous la direction de Patrice Van Eersel, Patrice Levallois et Sylvain Michelet

Publié dans:CHIFFRES |on 15 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Mystère du nombre 13

Nombre 13 : à quand remonte sa
noire renommée et se justifie-t-elle ?

(D’après « La Semaine des familles », paru en 1862)

Mystère du nombre 13 dans CHIFFRES arcane13Résolu à percer le mystère du nombre 13 et de sa mauvaise renommée, un chroniqueur de La Semaine des familles entreprend de nous montrer que les craintes liées à celui-ci sont ancestrales et obéissent à de rudimentaires lois mathématiques : si un ouvrage du Ve siècle aborde les propriétés des nombres en évitant soigneusement ce 13, si tous ont à l’esprit ce qui survint après le dernier repas du Christ et des douze apôtres,nombre de malheurs ne surviennent-ils pas sans le moindre rapport avec cet étrange nombre ?

Un drôle de bien mauvaise mine, n’est-ce pas ? que personne n’aime à rencontrer sur sa route, tant peu même qu’on soit esprit fort : non pas qu’un bourgeois éclairé en ait peur, oh ! non ; seulement il a des préférences pour les nombres 12 ou 14 : pure affaire de goût. Mais les petites gens ont, à cet égard, des idées plus arrêtées ; et vous savez tous, d’après le dicton populaire, quel sceau fatal ce nombre imprime sur les réunions qui se forment sous son enseigne.

Cette idée funèbre remonte assez haut, et dans le Moyen Age, et même probablement beaucoup par delà. Notre ami Jérôle Dumoulin nous a cité une gravure de l’an 1507, représentant un certain nombre de messieurs autour d’une table bien servie, mais avec ce quatrain au bas :

Voyez-vous treize humains en troupe
Attablez et mangeant la soupe,
Sachez que l’un d’iceulx sera
Trespassé quand l’an finira.

Cette petite légende n’est évidemment qu’un écho d’une opinion déjà bien établie, et qui remontait très haut : on ne voit pas comment elle aurait pris naissance à telle ou telle époque du Moyen Age ; et l’on conçoit que celui-ci ait pu l’accepter traditionnellement, comme beaucoup d’autres, d’une époque antérieure. Voyons un peu ce qu’à cet égard on peut tenter de recherches ou établir de conjectures, puis enfin ce qu’il faut penser au fond de cette influence néfaste et bizarre attribuée à ce nombre. Il y a bien des gens, dit-on, qui valent mieux que leur renommée. Un chiffre ne pourrait-il pas également être victime de l’opinion publique et valoir mieux que sa réputation ?

Il est d’abord naturel de rechercher si cet ostracisme n’aurait pas une origine païenne, et facile de reconnaître qu’il en est ainsi. Tout le monde sait que les pythagoriciens avaient sur les propriétés mystérieuses des nombres des idées fort savantes ou réputées telles par la foule, et que cette philosophie à baguette et à grand bonnet a été fort en honneur et en crédit pendant plusieurs siècles. De ces idées, que nous ont transmises les Grecs avec le « célèbre jeu de l’oie, » on trouve un résumé dans l’ouvrage d’un nommé Macrobe, chambellan, ou quelque chose comme cela, à la cour de l’empereur Théodose II, dans le cinquième siècle. Le livre a pour titre : Commentaire sur le Songe de Scipion ; et il n’est pas tellement amusant que je vous conseille de le lire. Oh ! non ; contentez-vous de savoir que l’auteur y entre dans d’assez grands développements sur les propriétés des nombres des trois premières décades.

Il y est dit une foule d’ennuyeuses mais très belles choses en faveur de l’unité ; beaucoup de bien du nombre 2 ; encore plus de bien du nombre 3. Viennent des choses également très flatteuses pour les nombres 4 et 5. Le nombre 6 reçoit aussi des compliments, comme résultant de la combinaison de deux nombres aussi honorables que 2 et 3. Le savant auteur se montre plein d’enthousiasme pour le nombre 7, auquel il ne reconnaît pas moins de onze qualités qui doivent lui assurer la prééminence sur tous les autres. Puis nous trouvons des choses intéressantes sur les nombres 8, 9 et 10, résultant de la combinaison des précédents ; et, en passant, je vous ferai remarquer, à l’honneur du nombre 9, résultant de la quadrature du nombre 3, déjà si parfait, que, se combinant comme facteur avec l’incomparable nombre 7, il donne le fameux nombre final du jeu de l’oie, ce triomphal 63.

Vient le tour du nombre 11 ; en son honneur défilent les 11 cercles zodiacaux. Les raisons ne manquent pas en faveur du nombre 12. Puis vient le nombre… 14 ! qui résulte de la combinaison de 2 et de 7 ; puis 15, puis 16, dont on devine aisément les titres. On trouve encore quelque chose d’aimable pour le nombre 17 !… Oui, 17 ! attendu « qu’il est la somme des nombres 10 et 7 », qui sont individuellement très intéressants. Raison abusive et malhonnête, s’il en fut : car il n’y a pas de nombre qu’on ne puisse ainsi taire résulter par voie d’addition de deux autres quelconques pourvus de bons certificats de moralité. Mais cet abus même a ici son importance. Car, vous l’avez à coup sûr remarqué, ami lecteur : nous avons, avec Macrobe, passé le nombre 13… et c’est le seul dans la série jusqu’à 18.

Or, il était facile de le composer des nombres 6 et 7, individuellement comblés d’éloges, de même qu’on a composé 17 des nombres 10 et 7. Eh bien, vous voyez que dans ce défilé on affecte de tenir ce 13 à l’écart ; pas un mot en sa faveur, alors qu’on se montre si partial pour ce stupide nombre 17. Je ne pousse pas l’énumération plus loin, et je conclus que, du temps de Macrobe, qui lui-même se réfère à des époques très antérieures, le nombre 13 était un nombre « duquel il n’y avait rien de bon à dire » ; donc un nombre de mauvaise qualité, auquel durent s’attacher, par conséquent, des idées de sinistre augure, quand on le rencontrait quelque part dans la vie de ce monde.

Ainsi dut naître naturellement l’opinion que la réunion de 13 personnes devait porter malheur au moins à l’une d’elles, et ce mauvais destin se formula naturellement aussi en une mort prochaine. Mais des traditions de cette nature trouvaient, au Moyen Age, des esprits fort disposés à les recevoir. Quand les plus hauts philosophes croyaient fermement aux influences astrologiques, on devait admettre, sans broncher, les nombres heureux et malheureux. Or, comme on le voit par ce qui précède, le nombre 13 était le mieux posé de tous pour être désigné comme le nombre fatal.

Voilà donc un premier motif qui dut faire marquer celui-là à l’encre rouge, comme le nombre néfaste par excellence, et qui suffirait pour rendre raison de l’aphorisme qui nous occupe. Mais il en est un autre encore, plus connu de tout le monde, dont l’influence s’ajouta, et devint même prépondérante, surtout sur les esprits du commun. Ce n’est pas Léonard de Vinci qui a inventé la Cène. Cette page de l’histoire évangélique est une de celles que la peinture, à toutes les époques du christianisme, a reproduites avec le plus de complaisance ; en tout temps, le peuple avait sous les yeux cette représentation de la première pâque des chrétiens. Là se trouvent 13 convives, parmi lesquels il en est un dont le front est marqué d’un sceau fatal ; et, après la figure du Sauveur, qui domine cette auguste scène, celle qui attire le plus l’attention du spectateur, et qui appelle ses yeux tout d’abord, est, à coup sûr, celle du traître Judas.

Ni saint Pierre ni saint Jean même n’appellent les regards à tel point. Remarquez, en outre, que si l’on veut faire l’appel dans cette réunion de convives, en suivant dans la liste des apôtres l’ordre de la classification évangélique, c’est l’Iscariote dont le nom arrive en treizième. Celui-là, certes, mourut, et de male mort, dans l’année ! N’est-il pas manifeste que le rapprochement a dû se faire dans les esprits entre l’ancienne et mauvaise renommée du nombre 13 et cette coïncidence qui mettait en relief, et dans un jour éclatant, l’un de ses méfaits ? De là prit racine profonde dans toutes les imaginations l’influence décidément néfaste du nombre 13, mais spécialement sous forme de réunion, et plus particulièrement encore de « attablée. » C’est bien là le quatrain cité par notre ami Jérôme.

Or maintenant qu’eu pensez-vous, bourgeois du dix-neuvième siècle ? qu’en pensez-vous, mesdames, qui n’aimez pas vous trouver en compagnie de 12 autres autour d’une dinde truffée, et qui, dans l’occasion, recourez à toutes sortes de petites rubriques pour démolir ce vilain chiffre ? Vous n’en avez pas peur, j’en suis convaincu ; seulement vous ne l’aimez pas, et les affections sont libres. Après tout, le grand Pythagore lui-même le voyait de mauvais oeil.

arcane13 dans CHIFFRES

Mais voici de bonnes gens qui sont moins fiers que vous. Eux, ils croient à l’influence et au proverbe, et ils ont de fortes raisons pour cela. « Monsieur, vous diront-ils, l’expérience le prouve : j’ai vu, moi qui vous parle, cette année même, un mariage où le dîner réunissait 13 personnes, toutes bien portantes ; eh bien, trois mois après la demoiselle d’honneur était enterrée ; or j’avais bien dit, moi, qu’un malheur arriverait. » Très bien, mon bonhomme ; mais la même chose arrive à une foule de gens, qui meurent à une époque quelconque, sans s’être trouvés dans l’année qu’à des réunions de trois, huit…, dix…, seize personnes, sans y avoir jamais rencontré ce coquin de nombre 13 : on pourrait à chacun de ces autres-là, en raisonnant comme vous, faire la même mauvaise réputation qui s’est attachée à 13.

Il en est de ceci comme des prédictions d’almanach, ou des coïncidences de tel ou tel temps avec les phases lunaires : une fois l’idée en tête, on tient note et l’on fait bruit d’une coïncidence, tandis qu’on ne tient aucun compte de cent faits négatifs. J’avoue, d’ailleurs, à l’endroit du nombre 13, que s’il ne tue pas les gens à bref délai, il ne les empêche pas de mourir quand il y a raison suffisante pour cela. Si la concession vous paraît mince, vous pouvez vous adresser à l’ami Jérôme. Cet excellent homme, d’un caractère si conciliant, ne repousse pas l’adage ; il y propose seulement un petit amendement, rien qu’un amendement, qui serait adopté, à coup sûr, par le conseil d’État, qui le sera par vous, et par moi, et par tout le monde. Cet amendement s’applique au quatrain que nous avons cité en commençant, et il le transforme de la manière la plus satisfaisante ; bref, voici la formule de Jérôme Dumoulin :

Etes-vous treize à table, ainsi que les apôtres,
Un des treize devra mourir… avant les autres ;
Item, veuillez tenir pour certain, d’autre part,
Que la chose aura lieu dans l’année… ou plus tard.

Adopté, je pense, à l’unanimité ! Mais, tandis que nous sommes sur le chapitre des pronostics, disons encore quelques mots sur la salière renversée, les couteaux en croix et autres éventualités inquiétantes qui nous surprennent parfois au milieu d’un repas, et gâtent le goût du fromage. Est-il vrai que le sel renversé présage un malheur ? S’il s’agit de malheurs proprement dits, il est vrai qu’après le sel renversé, nous voyons quelquefois arriver des malheurs, dans un laps de temps, à la vérité, fort arbitraire ; mais souvent aussi, et le plus souvent, nous sommes frappés de malheurs imprévus que le renversement d’aucune salière n’a précédés.

Dans le premier cas, on ne manque guère de faire le rapprochement, précisément à cause du dicton populaire ; mais, en fait, cette coïncidence est comparativement très rare, et l’on pourrait substituer au sel renversé un événement quelconque de la vie commune. Si maintenant nous donnons le nom de malheurs à toutes les contrariétés grosses ou petites dont est semé le chemin de la vie, un malheur, à ce point de vue, est chose si commune, qu’après une salière renversée et deux ou trois jours d’intervalle, nous sommes à peu près sûrs d’en rencontrer quelqu’un sur notre route. De cette manière-là le proverbe a presque toujours raison ; mais il l’aurait aussi avec des faits d’un ordre encore plus commun que le renversement de la salière.

Eh bien, je pense que c’est à ce point de vue très philosophique que se sont placés les auteurs primitifs du dicton, et je ne doute pas que telle ne soit sa véritable origine. Or voici encore, sur ce sujet, l’avis de Jérôme Dumoulin ; nous en trouvons la formule admirable de netteté et de méthode :

Si vous renversez la salière,
Parfois un malheur surviendra ;
Mais d’autres fois il adviendra
Précisément tout le contraire ;
Enfin il est des cas où rien
N’arrivera, ni mal ni bien.

Nous déclarons n’avoir rien à ajouter à ce judicieux oracle.

Publié dans:CHIFFRES |on 10 juin, 2012 |Pas de commentaires »

La santé holistique 1



L’harmonisation du corps, de la pensée et de l’âme


« Rappelez-vous que Dieu est présent aussi bien sur le plan physique que sur les plans mental et spirituel, car tous les aspects de la vie sont UN. »
[Lecture 69-5]

    
    Edgar Cayce donna plus de neuf mille « lectures de santé » ou « lectures physiques » relatives à des questions médicales. Bien que certaines datent de presque un siècle, ces lectures demeurent d’actualité. De plus en plus de médecins y recourent d’ailleurs avec succès.

La santé holistique 1 dans GUERISON Logo3-1    Cayce répéta dans les lectures : « L’esprit est la vie ; la pensée est le constructeur ; le physique est le résultat. » Sur ce principe repose la santé holistique.

    Ci-dessous figurent trois extraits de lectures illustrant la nécessité d’équilibrer les aspects physique, mental et spirituel de l’existence.

    « L’exercice physique est excellent et nécessaire, mais peu de gens en font assez de manière systématique. En cela, usez de bon sens et agissez avec mesure. » [283-1]

    « Adoptez une attitude mentale positive. N’entretenez aucune animosité et ne vous sentez pas désappointé parce que les autres ont des idées différentes des vôtres ou parce qu’ils possèdent des qualités dont vous ne jouissez pas. Sachez apprécier ce qui vous revient. Quelle que soit votre condition, utilisez vos capacités pour la gloire de la Force Créatrice. »[578-13]

    « Le fait de méditer souvent, ne serait-ce que pendant trente secondes ou une minute, vous donnera de la force. Vous pouvez tranquilliser votre corps et votre esprit en marchant, en vous tenant immobile debout, comme en vous reposant. » [311-4]


    H.R.C., Health and Rejuvenation Center (Centre de santé et de rajeunissement) a mis au point des protocoles thérapeutiques pour de nombreuses maladies mentionnées dans les lectures d’Edgar Cayce. Ces protocoles permettent d’appliquer les traitements recommandés dans les lectures. À ce jour, ils sont disponibles en anglais seulement.

    Il est possible de se procurer maints remèdes et produits de santé spécifiés dans les lectures d’Edgar Cayce. Le fournisseur officiel de l’A.R.E. est Baar Products, avec la ligne CayceCare

Publié dans:GUERISON, MALADIE |on 9 juin, 2012 |1 Commentaire »

La santé holistique



L’harmonisation du corps, de la pensée et de l’âme

Règles diététiques tirées des lectures d’Edgar Cayce

La santé holistique dans GUERISON EDGAR-CAYCE-circle_large

Cercle 1 : 80% des aliments doivent provenir de ce cercle

Cercle 2 : 20% des aliments doivent provenir de ce cercle

Cercle 3 : À consommer trois fois par semaine environ

Cercle 4 : Aliments à éviter 

Publié dans:GUERISON, MALADIE |on 9 juin, 2012 |1 Commentaire »

La transition d’êtres chers : la Mort

 

 En raison des bouleversements imminents sur cette planète, plusieurs âmes ont délibérément choisi de quitter leur incarnation physique. Je sais que nombreux d’entre nous auront à vivre le passage vers l’au-delà d’un ou de plusieurs être chers. Il s’agit de ceux qui ont pris, à ce stade de leur évolution, une décision différente de la nôtre ; je vous incite ici à concevoir sous un jour nouveau la transition de l’âme que vous nommez « mort ».

 Je vous laisse donc ici le texte du message que mon ami J.Rubinstein avait laissé à mon intention, écrit sur un parchemin, lors de son départ de l’autre côté :

 « Notre condition humaine admet difficilement l’absence de vie dans un corps physique et sa destruction, mais il faut savoir que ce corps et cette vie n’étaient que le reflet d’une vibration tirée de la vibration universelle. Lorsque nous quittons cette vie et nos corps, une vibration de vie universelle différente s’empare de nous et nous voici à nouveau dans des conditions de vie qui ressemblent aux nôtres avec des modifications compte-tenu de notre nouveau milieu. Le seul lien que nous pouvons avoir avec nos disparus est la pensée affectueuse que nous pouvons avoir pour eux ».

Signé Jacques BILLARD-RUBINSTEIN .

La transition d'êtres chers : la Mort dans La MORT

 Je vous avouerai qu’à cette époque (1997), je  n’avais absolument rien compris au contenu de ce texte, mais je l’ai toujours gardé près de moi… et je savais qu’un jour je le comprendrais…. Effectivement, mon travail sur Soi, mon avancement, et ensuite une communication intérieure avec Jacques m’ont finalement fait comprendre les motifs, que je partage ici avec vous :

 « Tu sais bien que la « mort » en tant que finalité n’existe pas. Il y a, naturellement, une transition de l’âme depuis l’expérience humaine dans un corps physique vers un autre état, que l’on perçoit comme une mort. Mais finalement, ce n’est qu’un passage pour l’âme, invariablement un heureux moment de délivrance, de liberté et de réunion avec d’autres aspects du Soi. Saches que cette transition ne constitue presque jamais un événement malheureux pour celui qui part ; une fois pleinement compris, le processus que tu appelles mort sera tout simplement considéré comme une phase de libération, de réflexion et de nouveaux débuts, jamais comme une catastrophe.

 Quand tu auras parfaitement saisi cela, tu t’abandonneras à une période de deuil normale, et par la suite tu ne te désoleras jamais du sort d’un disparu. Tu accepteras pleinement son choix, et l’appuieras. En vérité, tu le remercieras avec un respect sincère pour le temps passé ensemble et béniras sa route vers cette nouvelle expérience, avec la certitude au coeur que la séparation n’est qu’une illusion fabriquée par le mental qui ne voit qu’en 3 dimensions. Tu sauras, sans l’ombre d’un doute, que tu vas le retrouver sur les plans intérieurs et que ton lien avec celui-ci est éternel.

 Ceux qui s’aiment d’un amour profond au cours d’une vie en particulier se sont d’habitude connus lors d’autres incarnations, et ce, au fil de plusieurs éons. Nous avons vécu, à maintes reprises, la perte de l’autre, et nous nous sommes retrouvés encore et encore pour vivre comme amis ou parents. En vérité, personne n’est jamais mort. Et nous voilà de nouveau ici-bas, bien portants et vivants, tout comme vous. »

 Et tout ceci s’est avéré très juste pour moi ensuite, car c’est à ce moment-là que j’ai pu communiquer également avec mon frère. Jacques m’avait ouvert les yeux et l’esprit; et tout cela m’a beaucoup aidé par la suite pour vivre d’autres séparations encore…

 J’aimerais expliquer que, très rarement, la transition ou la mort d’individus se produit vraiment par accident. Peu importe la forme que prend la transition, celle-ci est planifiée par l’âme de l’autre côté du voile. Ces choix sont effectués par celui qui part, en vertu de diverses raisons liées à la voie de l’âme ou de l’équilibrage des dettes karmiques. Dans la plupart des cas, celui qui va mourir a hâte de passer à de nouvelles aventures au cours de cet incroyable périple que l’on nomme « la vie ».

Merci à vous d’avoir lu cette tranche de vie !

Publié dans:La MORT |on 8 juin, 2012 |Pas de commentaires »

La restitution ou Corde d’Argent

Le « sutratma » correspond à ce qu’on appelle en Occident la corde d’argent. Au moment de la naissance les deux points d’ancrage de l’âme sont les suivants :

• Le courant de vie dynamique, ancré dans le cœur.

• Le courant de conscience individuelle, ancré dans la tête, l’attache se situant tout près de la glande pinéale.

Il peut arriver qu’à cause d’un choc brutal ou d’un malaise cardiaque grave, le lien de conscience se détache, ne laissant que le lien de vie. Si la rupture est légère on aura un évanouissement ou une syncope, sinon on aura un coma et l’entrée dans une période de vie végétative. Si le fil de conscience reprend sa place, une guérison est possible, mais il arrive souvent que le cerveau ait subi des séquelles irréversibles… La rupture du fil de conscience entraîne un coma. La profondeur de ce dernier permet de distinguer plusieurs stades.

Dans le stade I (ou coma vigile) les fortes excitations faites au patient entraînent un geste de défense ou une plainte.

Dans le stade II les fortes excitations ne déclenchent aucune réaction.

Dans le stade III (le coma carus) on note, outre des troubles végétatifs, une abolition du réflexe cornéen et du réflexe pupillaire.

Dans le stade IV (ou coma dépassé), les fonctions respiratoires et circulatoires ne sont maintenues que par une réanimation. Dans ce cas précis il est souhaitable, pour le défunt, d’être libéré de son corps.

C’est l’électroencéphalogramme qui aide à apprécier la profondeur du coma. Dans la phase finale le silence électrique (qui se caractérise par un tracé nul) survient avant l’arrêt cardiaque. Il s’agit du stade IV de Fishchgold (ou coma dépassé).

La restitution ou Corde d'Argent dans La MORT 36T3D00Z« Dans l’enseignement des sages le coma est divisé en deux stades : le coma de guérison et le coma de restitution. Le premier permet à l’âme de prendre le temps nécessaire pour réparer ses véhicules et obtenir une guérison. Le second prépare l’âme à abandonner définitivement ses corps. Le clairvoyant peut seul (pour le moment !) savoir dans lequel des deux sortes de coma se trouve le malade. Dans le premier cas l’aura du malade est pour ainsi dire normale ou rayonnante, alors que pour le coma de restitution l’aura est comme rentrée au-dedans du corps. Comme je l’ai suggéré dans un précédent ouvrage sur le troisième œil, les médecins de l’avenir pourraient envisager d’utiliser le système de photographie Kirlian pour identifier la qualité des deux genres d’auras. Cela permettrait d’être plus efficace et d’abréger un grand nombre d’inutiles souffrances. » (M. Coquet)

L’ensemble du processus de la mort se subdivise en plusieurs phases ou étapes qui peuvent se suivre ou avoir lieu en même temps.

Lorsque le mourant se rétablit, cela signifie que le corps éthérique est encore présent, le retour à la vie étant rendu possible grâce à lui (d’où les cas notamment de NDE, ou expériences au seuil de la mort).

« Ce rétablissement signifie que l’âme maintient encore son contrôle sur le corps physique par l’intermédiaire de certains chakras moyens, mais bloque temporairement tous les autres processus énergétiques. Font exception à cette paralysie, le chakra cardiaque, le centre de la rate récepteur du ‘‘prana’’, ainsi que deux chakras mineurs en connexion avec les poumons. Ils reçoivent normalement leur apport d’énergie, et c’est par eux que le contrôle est maintenu.

A ce stade la personne peut même avoir toutes les apparences extérieures de la mort. » (M. Coquet)

On connaît les cas d’« enterrés vifs »…

« Jusque-là, un sage peut encore, par l’utilisation de son énergie d’amour et de sa volonté ‘‘atmique’’, obtenir une guérison complète. Nous avons dans la Bible quelques exemples de ce retour à la vie, qu’il ne faut pas confondre avec une résurrection qui est, en quelque sorte, la mort du principe mortel. Dans le cas qui nous intéresse présentement, nous avons à faire à Jésus qui était forcément conscient qu’il s’agissait d’un coma de guérison ou du moins d’un état qui permettait le rétablissement de la santé ; c’est pourquoi il précise souvent à ses disciples, ou à la famille du mourant, que l’individu n’est pas mort mais qu’il dort. » (M. Coquet)

Un cas de ce genre se trouve dans Matthieu (IX, 23) :

« Parvenu à la maison du chef, et voyant les joueurs de flûte et la foule en tumulte, Jésus dit : ‘‘Retirez-vous ; la fillette n’est pas morte : elle dort.’’ Et ils se moquaient de lui. Mais quand on eut mis la foule dehors, il entra, prit la main de la fillette, et celle-ci se dressa. »

Dans la ville de Naïm il remit sur pied le fils unique d’une veuve, mort en apparence, et qui était porté en terre devant une foule considérable. (Luc, VII, 11-15)

nde dans La MORT

Il y a, dans l’Evangile de Jean, la description d’une mort initiatique souvent précédée d’un état corporel ayant tous les symptômes d’une mort physique. Lorsque l’on presse Jésus de se rendre au chevet de Lazare qui est malade, il répond :

« Cette maladie n’est point mortelle, elle est pour la gloire de Dieu. » (Jean, XI, 4)

On aura compris qu’il ne s’agit pas de la mort du corps physique, car Jésus attend deux jours pleins avant de partir, ce qui correspond aux trois ou quatre jours de l’initiation. Quand il se décide à partir il dit à ses disciples :

« Notre ami Lazare repose ; je vais aller le réveiller. »

Les disciples, qui ne semblaient pas très instruits en matière d’initiation, répondirent :

« Seigneur, s’il repose il guérira. »

Les disciples ne comprirent pas que Lazare n’était pas malade et que son problème n’a rien à voir avec son corps. Jésus précisa :

« Lazare est mort, et je me réjouis pour vous de n’avoir pas été là, pour que vous croyiez. »

Ce texte montre qu’il était difficile de communiquer ce qui se passe au niveau de l’âme de celui qui va être le sujet d’une grande expansion de conscience spirituelle.

« La mort dont il s’agit est celle de l’Ego. » (M. Coquet)

Avant d’atteindre le lieu de l’initiation, Jésus rencontra Marthe, la sœur de Lazare. Celle-ci, qui n’était pas une novice, savait qu’à la fin de l’évolution de l’humanité tout le monde est supposé atteindre la résurrection. Mais elle ignorait que son frère passait par « le processus accéléré de résurrection avant l’heure », car lorsque Jésus lui déclara : « Ton frère ressuscitera », elle pensa en termes de fin de cycle. Jésus, s’identifiant à l’âme de Lazare, lui déclara :

« Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort. »

Et voyant la naissance d’un nouvel initié, « Jésus pleura » de joie…

« Cet exemple est exceptionnel, mais ramener quelqu’un à la vie lorsque son corps éthérique est encore présent est dans le pouvoir d’un sage. A Rome, Apollonius de Tyane, par compassion, ressuscita une jeune fille qui était transportée vers un bûcher. Shankarâchârya ressuscita un jeune garçon de la même façon, et nous avons plusieurs exemples d’un même pouvoir spirituel avec Tomo Geshé Rinpoché, Sathya Saï Baba ou le Maître Philippe de Lyon. » (M. Coquet)

Ce pouvoir de rendre la vie à un individu au moment où la mort a presque accompli son œuvre, est un pouvoir connu des initiés hindous sous le nom d’« Ishatvam », en sanskrit.

Si la loi du karma n’a pas placé devant le mourant un tel sage, l’âme continue son travail « et prend successivement le contrôle de la rate, des deux centres mineurs des poumons, et du cœur ». Après leur extinction le corps éthérique se dissout.

  Sourcehttp://www.mondenouveau.fr/index.

Publié dans:La MORT |on 8 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Conseils pour une mort paisible


Le premier conseil que l’on peut donner est de se contrôler et de respecter le silence autour du corps de la personne qui se prépare à partir. Il s’agit de faire taire nos émotions violentes et d’apaiser notre nature affective.

Mis à part des cas particuliers, l’état d’inconscience n’est qu’apparent, car la personne est parfaitement consciente de ce qui lui arrive, et il est donc impératif de contrôler la nature des conversations. Il en est de même pour une syncope ou un coma.

Il convient d’utiliser la couleur jaune orangé (safran).

Conseils pour une mort paisible dans La MORT LaMortDeLadyOfShalott« Tout le monde reconnaît un moine bouddhiste birman ou thaïlandais, ou même un renonçant hindou, à la couleur safran de son habit. La raison est que cette couleur focalise les énergies praniques dans la tête, ce qui tend à défavoriser la vitalité des sens inférieurs au profit du sens intuitif le plus élevé. C’est aussi pour cette raison que les moines portent une robe de cette couleur, symbolisant leur profond détachement des objets du monde. Hindous et bouddhistes savent qu’au moment de la mort, il est indispensable, comme nous le disons souvent, que la conscience sorte par le sommet du crâne, et la focalisation des énergies par la couleur safran est une aide précieuse pour y parvenir. » (M. Coquet)

Dans l’avenir il faudra donc s’efforcer de remplacer les tentures noires par du jaune orangé.

« Mettre de la musique sacrée dans la chambre du mourant n’est valable que sur sa demande. Pour une personne qui ne peut être aidée occultement, certaines musiques peuvent être un soutien bienfaisant et rassurant. Le chrétien appréciera certainement un champ grégorien, et un Hindou un chant dévotionnel (‘‘bhajan’’). Cependant, lorsque le mourant tombe dans l’inconscience du plan physique, la musique n’est plus nécessaire et on privilégiera le silence ou des récitations ‘‘mantriques’’ appropriées.

Voilà peu de temps j’ai assisté à la cérémonie mortuaire de ma mère et de l’un de mes frères. A cette occasion des membres de la famille avaient choisi une très belle musique, mais qui, au lieu d’apaiser les cœurs souffrants, engendra une vague d’émotion douloureuse. Nous l’avons dit, tout ce qui génère des émotions doit être évité pour maintenir un sentiment paisible parmi l’assistance et soutenir le défunt dans cette phase de changement.

Il n’existe plus de science de la mort en Occident, mais en Inde, les brahmanes, sachant que l’âme est attachée au corps par le  »sutratma’’, utilisent certains sons ‘‘mantriques’’ (en sanskrit) de manière à en causer la rupture au niveau du coeur. » (M. Coquet)

L’un des plus importants mantras est bien entendu la prononciation du Verbe, le « pranava » AUM. 

« Un usage régulier du Mot Sacré, chanté à voix basse et dans une tonalité particulière (à laquelle le mourant sera sensible), pourra plus tard constituer aussi une partie du rituel de transition, en s’accompagnant d’une onction d’huile, comme cela s’est perpétué dans l’Eglise catholique. L’extrême-onction a une base occulte et scientifique. Le sommet de la tête du mourant doit aussi symboliquement être dirigé vers l’Est, et ses pieds et ses mains devront être croisés. » (Maître D. K.)

Qu’en est-il de la posture du corps ? Au moment de sa mort, Bouddha se coucha sur le côté droit, ce qui, écrit Michel Coquet, facilite la rupture du « sutratma », grâce à la pression particulière exercée sur le cœur.

Dans le cadre du processus de la mort, la pression sur certains centres, ou artères, « a toujours comme objectif de permettre au mourant de partir en pleine conscience ».

Le Maître D. K. a précisé que la « pression sur la veine jugulaire et certains nerfs importants dans la région cervicale, et sur un certain point de la ‘‘medulla oblongata’’ (cervelet) », s’avèrera utile et efficace.

« On établira plus tard certainement une science de la mort, mais seulement une fois que le fait de l’âme sera reconnu et que son rapport avec le corps aura été scientifiquement démontré. » (Maître D. K.)

Dans le rite religieux un seul parfum devrait être utilisé, celui du santal, un parfum « de premier rayon ». Le santal favorise la libération de l’âme hors de sa prison de chair. Mais il ne doit être utilisé que lorsqu’on sait, sans l’ombre d’un doute, que la mort est bien l’objectif de l’âme.

Image%20de%20la%20mort%20marraine dans La MORTIl faut savoir cultiver une attitude de détachement par rapport à notre monde terrestre. « Mon royaume n’est pas de ce monde », disait Jésus. Il enseigna que celui qui tient à sa vie la perdra. Michel Coquet note à ce sujet que l’individu qui cherche à exister dans ce monde en tant que corps « perdra de vue la vie de l’âme qui seule est capable de transcender la vie terrestre limitée ». Il est indispensable d’avoir, pendant nos années de vie, développé l’esprit d’abandon et accepté la mort comme partie intégrante de notre destinée.

La dernière pensée est importante en tant que germe conditionnant de la prochaine incarnation. Cette idée, cependant, ne doit pas être interprétée trop littéralement, mais c’est pourtant ce qui arrive souvent.

« Les écritures sont pleines de ces allégories qui soulignent l’importance d’une vie consacrée à penser à Dieu et non pas aux désirs multiples du monde, car alors nous exprimons notre nature animale, d’où la croyance en la métempsycose. Au contraire, une vie entière à penser à Dieu nous donnera plus de chance de penser à Lui au moment de notre mort et d’atteindre ainsi une sphère élevée de la conscience. » (M. Coquet)

Dans chaque religion les fidèles se choisissent une divinité tutélaire ou un saint instructeur qui servira d’intermédiaire entre lui et Dieu.

« Au moment de la mort, le mental, saturé de la forme de cette divinité, la restitue dans l’au-delà, amenant le mourant sur le plan de conscience que cette dévotion lui a permis d’atteindre. Ainsi l’Hindou qui se sera concentré sur Shiva se retrouvera dans son royaume, au mont Kailash, tout comme le chrétien se retrouvera au paradis en compagnie de Jésus et de Marie, et d’une pléiade d’anges et de saints. Ce que demande donc Krishna c’est de se concentrer sur lui en tant qu’Avatar de Vishnou (Christ), c’est-à-dire avec les attributs de sa divine personne. C’est ce qui est conseillé à ceux qui n’ont pas encore eu accès à la communion abstraite avec Dieu, sans attribut ni forme.

Donc, oui ! La dernière pensée est importante, comme elle peut l’être au moment de s’endormir. Elle sera toujours positive si le défunt a passé sa vie à cultiver le beau, le bon et le bien. Si, au contraire, le mourant fait partie de ceux dont la principale préoccupation est l’habillement, la nourriture et la distraction, ce sont des pensées de même nature qui émergeront dans sa conscience au moment de sa mort. » (M. Coquet)

On ne triche pas à cet instant du dernier souffle car, un peu avant la séparation du corps et de l’âme, l’individu perd le contrôle de sa forme, et quelque chose d’autre que lui-même semble le conduire là où il doit aller.

« Il pense mais ne peut plus agir, et c’est là qu’émerge dans sa pensée une impression synthétique de ce qu’il fut réellement sur Terre. C’est cette pensée qui conditionnera son avenir. Pour un disciple constamment concentré sur le Soi et tout ce qui s’y rapporte, les dernières sensations de la personnalité ne sont pas de première importance, seules les aspirations les plus profondes sont enregistrées. » (M. Coquet)

Pour l’individu moyen dépourvu de telles aspirations religieuses ou connaissances, les dernières impressions seront associées à son environnement immédiat, à ses désirs frustrés, à ses regrets.

« Certains s’endorment sans foi ni passion, ne laissant qu’une pâle pensée. D’autres au contraire, tels les fanatiques religieux, emportent une pensée puissante qui sera la note dominante de leur future incarnation. » (M. Coquet)

Le Mahâtmâ Gandhi a donné l’exemple de l’attitude juste. Lors de son assassinat il eut le temps de psalmodier : « Ram, Ram ! », le nom de Dieu pour certains Hindous.

Au moment de sa mort sainte Thérèse de Lisieux eut ces dernières paroles : « Oh ! je t’aime… Mon Dieu… je… vous… aime. »

Le 23 septembre 1968 à 2 heures 30 du matin, le padre Pio, alors assis dans son fauteuil, revêtu de son habit de capucin et serrant dans ses doigts son chapelet, murmura, lors de son dernier souffle, les noms de Jésus et Marie, et ajouta à l’intention du Monde qu’il avait tant aimé : « La Messa è finita, andate in pace… » (« La Messe est finie, allez dans la paix ! ».)

Pour avoir une telle pensée au moment de la mort, les sages enseignent que chaque personne, selon sa religion,« devrait avoir constamment dans son cœur et sur ses lèvres le nom de son Seigneur ».

« Cette pratique est connue en Inde sous le nom de ‘‘namasmarana’’ ou ‘‘nama-japa’’, le souvenir constant de Dieu par la récitation incessante d’un mantra ou d’une prière d’adoration. Ainsi au moment du dernier souffle, même lorsque l’on perd conscience, le mental peut continuer seul sa récitation. Il reste vrai que pour les initiés hindous, le Verbe OM est celui qui doit être sur nos lèvres au moment de la mort, afin d’être assuré d’une libération ou d’une réincarnation favorable. » (M. Coquet)

Source :  http://www.mondenouveau.fr/index.

Publié dans:La MORT |on 8 juin, 2012 |Pas de commentaires »

La Co-création Consciente

Note de Régis : « Mon éternelle gratitude envers les 32 Anges d’ღmour, symbole d’Unité avec toutes les Énergies Féminine de la Terre, qui ont lu d’UNE seule Voix cet humble message du Cœur.
Merci infiniment à ma Sœur de Lumière Lilღu d’avoir participé à cette vidéo ! Je Nous Aime »

 

Image de prévisualisation YouTube
Publié dans:CO-CREATION, VIDEOS à voir |on 5 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Pressentiment d’une mort imminente


« Lorsque la mort est naturelle, c’est-à-dire décrétée par l’âme, le cerveau peut être averti à l’avance. Il n’est pas rare qu’un disciple le sente intuitivement et que cette intuition se manifeste à travers un rêve ou une vision.

Lorsque l’âme décrète la fin de la vie sur Terre, elle prend certaines dispositions, elle crée une ‘‘forme-pensée’’ de l’événement tel qu’il va se dérouler dans un temps qui peut varier de quelques heures à plusieurs années. Cette ‘‘forme-pensée’’ peut être perçue par l’intéressé ou par un sensitif de son entourage. » (M. Coquet)

Le Maître Philippe de Lyon (1849-1905) parlait de « cliché ».

Dans le cas du « Titanic », les individus qui ne devaient pas mourir eurent l’intuition de la catastrophe et annulèrent leur voyage au dernier moment.

Fichier:Holländer-Dresden-1843.jpg

« Si une personne est à bord et que ce n’est pas sa destinée de mourir, elle sera sauvée d’une manière ou d’une autre. Winston Churchill, qui se trouva souvent proche de la mort, fut à chaque fois sauvé par une voix intérieure. Si par contre la mort est programmée, personne (sauf la volonté d’un Maître de Sagesse) ne pourra rien y changer ; tel fut le cas du célèbre musicien de rock John Lennon, assassiné en 1980, assassinat dont la ‘‘forme-pensée’’ fut clairement perçue par le médium Alex Tanous quelques mois plus tôt.

Dans certains cas le futur mourant a la vision intuitive de sa propre mort et peut en déduire que son temps approche. C’est ce qui arriva à l’astrologue Sir Richard Napier. Alors qu’il allait passer une nuit dans une auberge, il fut conduit à sa chambre par l’aubergiste, mais à sa grande stupéfaction un cadavre était déjà sur son lit. En regardant bien, Napier s’aperçut qu’il s’agissait de son propre corps ! Napier mourra quelque temps plus tard. Dans d’autres cas la vision est celle d’une image traditionnelle connue de l’intéressé, qui vient l’avertir par différents signes ; par exemple la ‘‘forme-pensée’’ de l’Ankou dans les croyances bretonnes, ou d’une dame blanche dans d’autres. » (M. Coquet)

Rien ne peut nous faire échapper à la mort programmée.

« En 456 avant notre ère, Eschyle, le grand poète et père de la tragédie grecque, avait fait l’objet d’une prophétie : un oracle avait prédit que le poète serait tué d’un coup venant du ciel. Un jour qu’il se promenait à Gela, en Sicile, il vit un aigle planer au-dessus de sa tête, à la recherche d’un rocher pour briser la carapace de la tortue qu’il tenait dans ses serres. Prenant la tête du poète pour une pierre, il la lâcha dessus et le tua instantanément. Cette mort était programmée, et la ‘‘forme-pensée’’ de la manière dont cela devait arriver fut clairement perçue par l’oracle. » (M. Coquet)

source :  http://www.mondenouveau.fr/index.

Publié dans:La MORT |on 5 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Les faux revenants

 

Selon plusieurs récits légendaires du moyen-âge, il arrive que des morts récents se manifestent et semblent refuser de se laisser mener au tombeau. Selon une tradition largement partagée, les morts « habitent » leurs tombeaux et il est malvenu de les y déranger. Il arrive que le défunt manifeste lui-même son mécontentement et menace l’intrus de l’amener à le rejoindre.

Une autre catégorie concerne les défunts qui sont contraints de revenir parmi les vivants à cause d’opérations de nécromancie. Dans son roman Métamorphoses écrit au IIe siècle, Apulée fait le récit d’un prophète égyptien qui fait revenir un cadavre à la vie :

« Il y a ici un Égyptien nommé Zatchlas, prophète du premier ordre. Dès longtemps il s’est engagé avec moi, au prix d’une somme considérable, à évoquer temporairement une âme du fond des enfers, et à lui faire animer de nouveau le corps qu’elle aurait quitté. »

« Un léger soulèvement se manifeste vers la poitrine du mort, son pouls recommence à battre, ses poumons à jouer ; le cadavre se met sur son séant; la voix du jeune homme se fait entendre : J’avais déjà bu l’eau du Léthé, dit-il, et presque franchi les marais du Styx. Pourquoi me rengager dans les tristes devoirs de cette vie éphémère? Cessez, cessez, de grâce, et me rendez à mon repos. Ainsi parla le cadavre. »

Selon une ancienne légende polonaise du XVIe siècle, un sorcier du nom de Pan Twardowski qui, tel Faust, aurait vendu son âme au diable en échange de pouvoirs surnaturels, réalisa l’apparition de la défunte reine de Pologne Barbara Radziwiłł à la demande de son époux, le roi Sigismond II.

                 Les faux revenants dans POLTERGEISTS et LEGENDES

Lucie Desjardins et Pascal Bastien ont des domaines d’intérêt complémentaires. La première est spécialiste du XVIIe siècle, le deuxième du XVIIIe siècle. «Plusieurs œuvres littéraires des XVIIe et XVIIIe siècles mettant en scène des revenants puisent leurs sources dans une véritable croyance, affirme Pascal Bastien. La figure du revenant est un prétexte pour dialoguer sur les liens entre histoire culturelle et fiction». Beaucoup de récits, par exemple les canards, ces petites brochures souvent vendues pour quelques sous, s’inspirent de faits divers riches pour l’historien qui explore les archives judiciaires et criminelles de l’époque.

Pascal Bastien a relevé une cinquantaine de cas d’escroquerie de faux fantômes, de faux revenants ou de fausses maisons hantées. Les stratagèmes que les escrocs mettent en œuvre pour faire croire à un revenant ou à une maison hantée, dans un but malhonnête, sont une source d’information précieuse.

Publié dans:POLTERGEISTS et LEGENDES |on 5 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Cercle dans les champs oui ou non !

 

Intentions des circlemakers et crops interactifs :

Rares sont les créateurs de cercles qui revendiquent la volonté de tromper le public. Ils assurent plutôt pratiquer leur art pour recueillir la réaction des gens, leurs interprétations et conclusions… De nombreux artistes soutiennent qu’ils se sentent poussés à réaliser leurs formations.

« Il existe manifestement une dynamique interactive dans le phénomène des agroglyphes. Plusieurs personnes affirment avoir reconnu dans un nouveau crop un motif entrevu lors d’une méditation. D’autres prétendent avoir rêvé de certains motifs avant leur apparition dans les champs. Evidemment, que l’on impute la création des crop circles à l’Homme complique autant la tâche des chercheurs que celle des artistes. Les gens inspirent-ils inconsciemment des formes aux cropmakers ? Les créateurs de cercles sont-ils réellement  »poussés » à réaliser ces motifs par une intelligence inconnue ? C’est la conviction du chercheur Colin Andrews pour qui une sorte de conscience, d’intelligence, indique le message à transmettre par les cercles. Théorie difficile à étayer, d’autant plus que, qu’entre chercheurs et cropmakers, l’heure n’est pas au dialogue et à l’échange d’informations.

METEO - congeléCeux qui croient que les créateurs servent à faire passer un message en ont vu la confirmation à la lumière des récents événements japonais. Le 18 juillet 2010, à Wooloston Grange, dans le Gloucestershire, un agroglyphe s’est fait remarquer par quelques détails inhabituels. Assez éloigné de la zone habituelle des cercles de culture du Wiltshire, il était à proximité immédiate d’un point d’eau, ce qui est très rare pour un agroglyphe. En fait, il est apparu sur le bord de la Severn, un fleuve, en face du vieux réacteur nucléaire d’Oldbury. Bon nombre de personnes ont pensé sur le moment que la figure avait un lien avec la centrale nucléaire d’Oldbury, dont l’ancienneté et le mauvais état sont source d’inquiétude. Plusieurs personnes certifient que le motif était l’illustration parfaite de la chaîne proton-proton, une réaction de fusion nucléaire classique (présente dans la fusion solaire).

A l’annonce de la catastrophe de Fukushima, de nombreux croppies ont interprété ce motif comme le signe annonciateur du désastre, la présence de l’eau évoquant le tsunami. Mais peu de gens savent que cette figure est bien d’origine humaine. Elle a été rendue célèbre par son auteur lui-même, qui l’a présentée sur CircleMakersTV plusieurs semaines avant la catastrophe du Japon, expliquant que le motif et le choix du lieu étaient le pur fruit de son inspiration. Je peux le confirmer ici, en confessant à mon tour avoir participé à cette réalisation. Ce créateur de cercles a-t-il subi quelque influence ? Les croppies tentent-ils METEO - tornaderétrospectivement d’établir un lien entre le message qu’ils interprètent dans un agroglyphe et les événements qui surviennent dans le monde ? De nombreux fans de cercles de culture restent persuadés que même si un être humain est bien à l’origine des figures, il a été influencé dans le choix de son design. Lorsque l’on examine le cercle de culture en question sur le site Internet du Crop Circle Connector, force est de constater que la formation est alignée avec la direction du Soleil au solstice d’hiver (21 décembre 2010) et qu’elle est aussi alignée avec la position du Soleil couchant aux équinoxes des 21 septembre et 21 mars. On émet aussi l’hypothèse que l’amas des Pléiades apparaît dans le motif, tout comme plusieurs nombres étranges.

Celui qui a créé ce cercle avait-il conscience de tous ces éléments ou a-t-il réellement été influencé à son insu ? Si un artiste ou un musicien déclare que Dieu, quelque puissance éthérique ou forme de conscience l’a inspiré, on accepte en général l’idée sans trop de difficulté. Mais lorsqu’un créateur d’agroglyphes revendique ce type d’influence, on tourne ses propos en ridicule. Les hommes qui réalisent les agroglyphes ont été tellement diabolisés par la communauté des chercheurs qu’à chaque fois que l’un d’eux prétend avoir vécu une expérience paranormale, il est immédiatement discrédité. » (A. Russel)

Rédigé par Alain Moreau.

Publié dans:CROP CIRCLES |on 3 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Les zones de sortie pour l’âme

 

« Dire qu’il y a plusieurs orifices pour la sortie de l’âme est simplement une manière de parler, puisque l’âme est omniprésente : c’est le corps éthérique qui est impliqué dans ce phénomène. » (M. Coquet)

Sur ce sujet de la sortie de l’âme, Michel Coquet note que les superstitions ont touché la plupart des religions, et le Tibet n’y a pas échappé.

gifs papillonsSogyal Rinpoché, qui reprend les thèses les plus courantes, explique que « même en ce qui concerne une personne ordinaire, le corps n’est habituellement pas déplacé avant un laps de temps de trois jours, car on ne peut jamais savoir si elle a atteint ou non la réalisation, ni à quel moment la conscience a quitté le corps ». On dit que si le corps est touché en un endroit quelconque (comme, par exemple, dans le cas d’une piqûre), la conscience peut être attirée en cet endroit précis, et il se peut alors qu’elle quitte la personne décédée par l’orifice le plus proche au lieu de sortir par la fontanelle, « ce qui lui vaudra une renaissance défavorable ».Sogyal Rinpoché écrit que pour cette raison « il est particulièrement conseillé de ne pas toucher la partie inférieure du corps, ce qui pourrait entraîner une renaissance dans un royaume inférieur ». Voici ce que note à ce propos Michel Coquet :

« Rappelons de nouveau que les ‘‘orifices’’ dont nous parlons sont éthériques et n’ont rien à voir avec des emplacements physiques du corps dense, sauf de manière symbolique. C’est l’évidence même que ce qui permet à l’âme de s’extérioriser vers le haut ou vers le bas ne peut avoir pour cause une condition du corps physique, qui est considéré par les bouddhistes comme une parfaite illusion. Cela dépend de causes bien plus subtiles de nature affective et mentale, et il importe peu que le cadavre soit ou non touché. » (M. Coquet)

Selon les instructions du « Bardo Thödol », le « namshes » ou principe de conscience doit sortir du corps par le sommet du crâne, mais que « par ignorance ou impureté » il sort par d’autres ouvertures.

Yangchen Gaway Lodren écrit, dans son « Traité tantrique des états post mortem », qu’un être devant renaître« en tant qu’habitant des enfers » quitte le corps par l’anus. Un individu devant renaître en tant « qu’esprit affamé » quitte le corps par la bouche, etc. Ces renaissances ne doivent cependant pas être prises au premier degré. Quant à Asanga, le fondateur du « Vajrayâna », il a raison de dire que l’individu sort par le cœur, car c’est la sortie la plus courante.

Les disciples avancés s’extériorisent par le crâne au moment de mourir.

« La poussée est telle qu’elle fait pression sur la membrane éthérique qui, comme nous le savons, est faite d’un tissu serré composé de filaments d’énergie vitale entrelacés, et finit par la perforer, permettant à la force de vie de se répandre au dehors à mesure que s’accroît l’influence abstrayante de l’âme. L’Eglise catholique a gardé quelques lueurs de cette connaissance dans certains de ses sacrements et en particulier dans ‘‘le cérémonial de l’adieu au Pape défunt, lorsque le Cardinal camerlingue d’Etat lui frappe par trois fois la suture du crâne avec un marteau d’argent et en l’appelant par son nom’’. » (M. Coquet)

gifs papillonsChez les animaux et les enfants, et chez les personnes entièrement polarisées dans leur corps physique et affectif (qui ne vivent que par le biais de l’instinct), la porte de sortie est la zone du plexus solaire.

Une autre sortie se trouve juste au-dessous de l’apex du cœur. (1)

Alain Moreau : http://www.mondenouveau.fr/index.

 

Publié dans:AME |on 3 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Holon planétaire et Holon humain


 La Terre est un holon. Chacun de nous est également un holon. Comme tout est interconnecté et que tout est fractal (le petit est à l’image du grand et le grand est à l’image du petit), les énergies qui meuvent un holon sont les mêmes pour tous les holons. Prenons l’exemple des chakras : les humains, mais aussi la Terre, possèdent des chakras et des points d’énergie. La Terre est une entité à notre image comme nous le sommes à son image. Nous faisons partie d’elle. C’est notre mère, notre « pachamama », notre vaisseau spatial et temporel.

La Terre et nous-mêmes sommes donc en relation avec les glyphes et les tonalités. Nous incorporons les chromatiques tandis que la Terre incorpore les familles.

roses et coeurs


Famille portail : code = 4 points ; pôle Sud ; chakra racine.

Transmet au centre de la Terre l’information magnétique qu’elle reçoit directement de Hunab Ku, le centre de la galaxie. Les kins de cette famille ont la fonction d’ouvrir les portes, ce sont eux qui ouvrent les années (Graine, Lune, Magicien et Tempête, soit quatre années porteuses)

Famille polaire : code = barre, pôle Nord ; chakra couronne.
Reçoit l’information du centre de la Terre et la déverse (Serpent, Chien, Aigle et Soleil)

Famille cardinale : code = 1 point ; hémisphère Nord ; chakra de la gorge.
Transmet cette information à la famille suivante (Dragon, Enlaceur des mondes, Singe et Guerrier).

Famille central: code = 2 points ; Equateur ; chakra du cœur.
Transforme et reconduit l’information (Vent, Main, Humain et Terre)

Famille signal : code = 3 points ; hémisphère Sud ; chakra du plexus solaire.
Distille et renvoie l’information dans la galaxie (Nuit, Etoile, Voyageur du ciel et Miroir) 

Clan du feu ou chromatique jaune : main droite (du Soleil à la Graine).
Au travers du pouvoir de la floraison, le Feu devient le Sang.

Clan du sang ou chromatique rouge : pied droit (du Serpent à la Lune).
Au travers du pouvoir de l’eau universelle, le Sang devient la Vérité.

Clan de la vérité ou chromatique blanche : main gauche (du Chien au Magicien).
Au travers du pouvoir de l’intemporalité, la Vérité fuse dans le Ciel.

Clan du ciel ou chromatique bleue : pied gauche (de l’Aigle à la Tempête).
Au travers du pouvoir de l’auto-génération, la Ciel redevient Feu.
Le feu se régénère et le cycle recommence sans fin…

Publié dans:HOLONS |on 3 juin, 2012 |Pas de commentaires »

AGNI et DURGA

 

Après des années de voyage et d’amitié avec Jésus, nous rencontrâmes Marie Madeleine, une sainte femme de la communauté de sœurs des femmes d’Ephèse. Lors de sa rencontre avec Jésus s’embrasa son Amour qui n’a pas de début ni de fin.

Notre amitié avec elle rencontra un terrain ancien et fertile si bien que nous prîmes la décision de partager la vie à venir. Beaucoup d’années plus tard, Sarah, la fille de Jésus et Marie Madeleine se maria avec notre fils et scella ainsi une nouvelle union d’Amour, de Lumière et de Feu. Cette union invite aujourd’hui tout le monde à se connecter à elle.

AGNI et DURGA dans MARIE-MADELEINE gravure%20dore%20bible%20-%20marie%20madeleine%20repentanteJe suis Marie Madeleine, la compagne de Jésus depuis le début des temps.

Je voudrais vous faire savoir que je ne me suis pas incarnée depuis 2000 ans. Avant tout, j’ai développé au Ciel des aspects de moi-même afin de me préparer à la grande mission que Jésus nous a jadis promise.

Vous devez savoir aussi qu’en ce moment je ne suis sur Terre sous aucune forme. Jusqu’à récemment, je séjournais en unité avec Jésus. Depuis ce tempslà, nous n’avons plus jamais été séparés. Nous sommes un courant d’Amour christique, réuni sous la forme du Christ-Shakti et du Christ-Shiva.  Nous nous sommes seulement séparés, après des éons, après une éternité, pour nous retirer chacun dans notre Ciel et notre conscience divine.

Jésus s’est remis au Père pour densifier sa Lumière dans le sein de Dieu et s’exercer à faire revenir son âme en préparation à sa prochaine venue. Je me suis retirée dans la Mère des mondes où le

Ciel de mon âme se sent en sécurité. Je me prépare de la même façon à venir sur Terre.

Ceci est mon message pour vous à qui ce livre est dédié : humanité, prépare-toi à la venue de Jésus.

Moi, Marie Madeleine, j’attendrai jusqu’à ce qu’il m’ait précédée à nouveau et qu’il soit revenu sur Terre par le canal sacré pour réapparaître aux hommes sous sa forme incarnée.

J’attendrai jusqu’à ce moment-là avec mes prières, mes préparations et rituels, avec lesquels j’imprègne les mondes. Seulement après, je reviendrai sur Terre.

Je suis en complète fusion avec le Ciel de mon âme et je me prépare à mon retour sur Terre.

Je suis Marie Madeleine, l’amante éternelle, dont le cœur appartient seulement et uniquement au Seigneur.

Lire le livre en PDF icihttp://jesus-the-book.com/wp-content/uploads/2011/11/mm_frz.pdf

Publié dans:MARIE-MADELEINE |on 2 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Inversion des champs magnétiques

2012 Les énergies inversées
Les calendriers Mayas
L’INVERSION du CHAMP MAGNÉTIQUE de la TERRE

A quoi devons-nous nous attendre !

 Toujours dans une optique de démystification, nous nous sommes penchés sur le problème de 2012 et la véracité du fondement de cette date. Beaucoup de choses ont été dites, mais le phénomène d’attentisme et de passivité des ésotériques nous laisse supposer qu’il y a beaucoup de confusion et d’idéalisme dans des explications en désaccord avec la réalité.
Nous avons découvert, dans nos précédentes recherches des Messagers du Temps, que le système solaire était actif, et que notre rôle dans l’édifice était non d’attendre de l’aide, mais de participer au mouvement.

Inversion des champs magnétiques dans MAYAS maya-ecrivant350pxNous savons que notre système solaire est à mi-parcours de sa durée de vie, soit encore 5 milliards d’années de notre temps terrestre, et que les différentes observations concernant notre planète prouvent qu’il y a eu plusieurs basculements de celle–ci.
Nous savons aussi que nous nous trouvons pris au piège dans des énergies émises par les trous noirs, poubelles de l’espace, mais également en situation de rectification obligatoire en accord avec l’Univers (voir les Messagers du Temps : la Puissance de l’esprit).

Forts de ces explications, nous allons donc émettre l’hypothèse que le système terrestre est en situation de chaos, et que la puissance de l’esprit est la base de notre capacité de rectification. Cependant le phénomène de chaos n’inclut pas la passivité, mais l’action pour des choix au niveau des bifurcations.
Nous allons nous appuyer sur des explications concrètes telles les crops circles, les calendriers Mayas, le concept de l’Univers, afin de bâtir une trame cohérente, non mystique.

Les Mayas

Le peuple et la culture Maya représentent, pour les ethnologues, la Méso-amérique. Celle-ci se définit par un ensemble de territoires et de cultures similaires, bien que différentes par certains aspects de caractères. C’est en fait cette vaste étendue de l’Amérique centrale actuelle, allant de la frontière avec les Etats-Unis jusqu’au sud du Costa Rica, en passant par la Guyane et le bord de la Floride.
Il n’y a pas là d’empire Maya, mais des cultures proches s’influençant. Nous y retrouvons :

  • Les Olmèques de –1200 à –400 ans, site de Monte Alban
  • Les Zapotèques de –800 à –500 ans, site de Monte Alban et autres
  • Les Teotihuacans de 300 à 750 ans
  • Les Toltèques de 1000 à 1150 ans, au nord

Puis

  • Les tribus Chichimèques
  • Les Tarasques, alliés aux Espagnols contre les Aztèques
  • Les Totonaques, alliés aux Espagnols.

clic pour Voir ce qui est dit sur le site d’origine   

Publié dans:MAYAS, TERRE |on 2 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Les énigmes inexpliquées

 

 Cet épisode s’intéresse aux énigmes qui nous sont depuis toujours inexpliquées, avec des questions du type «Le voyage dans le temps est-il possible ? » et bien d’autres souvent plus réalistes, et qui font que la science a encore un long chemin à faire pour explorer l’univers et en comprendre les mécanismes.

 

L’univers Et Ses Mystères Partie 1/5 – N ° 02 – Les Enigmes Inexpliquées HD (version 2010).. 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

L’univers Et Ses Mystères Partie 2/5 – N ° 02 – Les Enigmes Inexpliquées HD (version 2010).

 

Image de prévisualisation YouTube

 

L’univers Et Ses Mystères Partie 3/5 – N ° 02 – Les Enigmes Inexpliquées HD (version 2010)…

 

Image de prévisualisation YouTube

 

L’univers Et Ses Mystères Partie 4/5 – N ° 02 – Les Enigmes Inexpliquées HD (version 2010)… 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

L’univers Et Ses Mystères Partie 5/5 – N ° 02 – Les Enigmes Inexpliquées HD (version 2010).. 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans:VIDEOS à voir |on 2 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Les animaux progressent au contact des humains

 

Les races animales qui côtoient les humains ont une chance de progresser et d’aspirer à acquérir nos attributs.  Il faut mettre, entre parenthèses, les manifestations de survie de certains animaux domestiques car le phénomène implique un prolongement dans votre réalité grâce à l’énergie de votre corps physique qu’ils puisent en vous.  D’ailleurs, bien des manifestations dans votre monde de la survivance implique le don de votre énergie qui permet la reconstruction éphémère du premier des trois corps indispensables à un contact dans votre réalité.  Cette reconstruction ne garantit pas nécessairement la présence réelle de l’entité mais surtout le reflet de son passé.  Cela n’exclut pas les contacts exceptionnels grâce à votre élévation spirituelle.  D’ailleurs, seuls les “vivants” qui ont déjà des prédispositions ou font dans cette vie-ci des efforts sincères pour s’ouvrir à des mondes supérieurs peuvent avoir des contacts vrais avec des êtres appartenant à d’autres registres vibratoires. 

Les animaux progressent au contact des humains dans ANIMAUX 20492Les “morts” en général auraient peu de difficulté à redescendre à des niveaux de fréquences qu’ils ont déjà explorés.  Mais, de toute évidence, connaissez-vous beaucoup de gens qui aimeraient régresser dans des états moindres après avoir connu mieux et cela sans passer par l’oubli de la renaissance?  Il y a peu d’entités qui peuvent, par leur propre volonté, se promener à leur guise sur une large gamme de fréquences.  Je pourrais élaborer plus en profondeur sur ce sujet mais l’espace me manque pour l’instant, d’après Colin.

Il faut que vous sachiez aussi que dans le passé, les poissons, les reptiles et les oiseaux furent trois règnes animal qui eurent leurs heures de gloire.  Leurs intelligences et leurs débrouillardises n’avaient rien à envier à celles de la moyenne des humains d’aujourd’hui.  Ils ne développèrent pas une technologie comme la vôtre n’étant pas dotés d’un quatrième corps donc de la faculté de vouloir se compliquer la vie à tout prix.  Ce qui leur permit de ne pas trop saccager leur environnement et de vivre ainsi sur une longue période.  Leurs fulgurantes ascensions furent bien entendu aussi insufflées par des intelligences supérieures éclairées.

La vénération d’une Divinité animale n’est pas un comportement primitif mais le reflet d’une réalité;  comme le respect naturel envers toute entité Divine qui représente un ensemble, une collectivité  issue d’un des douze mondes.    C’est  l’adoration  immodérée  d’un  animal  qui nous nourrit ou d’un homme singulier sur une croix qui est primitif.  Sachez aussi que la survie collective n’est pas nécessairement une étape inférieure à la survie individuelle.  Car la survie d’une espèce est en général la motivation de chaque individu formant cette entité unique.   Ce qui garantit aussi un équilibre entre ses membres.

 Une multitude d’espèces, sur d’autres planètes, ont atteint un niveau d’évolution relationnel et technologique très supérieur à celui des humains tout en n’ayant qu’une survie collective.  La survie individuelle, quand  elle est à ses balbutiements chez une espèce, se manifeste par ce que vous appelez la loi de chacun pour soi, le moi en premier au détriment des autres.  Mais c’est tout de même vu comme un progrès dans les mondes supérieurs. Certains peuples extra-terrestres qui s’intéressent à votre race , c’est, entre autres,  pour cette particularité en vous.  Je reviendrai sur ce dernier sujet ultérieurement.  Ce principe de survie collective qui est répandu à tout le règne animal de l’univers m’a inspiré le titre de cet exposé:  L’éternité de chacun est dans la conscience de tous.

Pour ce qui est de la survie individuelle ou je dirais plutôt la survie personnelle, elle est donc possible grâce au quatrième corps (c’est-à-dire le corps sentimental qui varie du coup de tonnerre au sifflement du vent).  Je dis personnelle parce que l’individu est défini par un contenant, un corps tandis que la personnalité est définie par un contenu, l’énergie modifiée.  Alors, la personnalité d’un individu se prolonge à la mort de son premier corps grâce à son quatrième.  Sachez cependant que c’est son cinquième (le corps amoureux chez les humains) qui va jouer un rôle dans le retour d’une personnalité dans son corps de base précédent (le corps physique chez les humains).  Ce que vous appelez la réincarnation.  C’est à nouveau le mouvement originel de l’univers qui l’explique;  expansion, contraction, arrêt, recommencement.  Toute vie doit recommencer ce cycle de trois temps ou mourir.  Le recommencement est inscrit dans tout rythme qui se prolonge.

 

Les battements de votre coeur, votre respiration, vos journées, vos saisons, vos années, etc.  Le quatrième corps garantit la survie de la personnalité issue du premier corps stable (corps physique) mais c’est le cinquième qui garantit la survie de la personnalité du deuxième (le corps émotionnel).

Si  ce  cinquième corps n’a pas encore atteint sa maturité pour fonctionner ou même n’a qu’une évolution primaire, le deuxième corps ne peut abandonner définitivement l’univers du corps  physique sans menacer sa propre survie.  Alors une force supérieure le poussera à réintégrer un nouveau  corps physique.  Ce mécanisme n’est pas réfléchi, c’est un principe fondamental et comme tel, est automatique.  Il peut être modifié par la volonté comme les battements de votre coeur ou votre respiration mais fonctionne naturellement sans votre intervention consciente.  Cette force supérieure, c’est l’entité globale et consciente à laquelle vous appartenez qui comble ses espaces vides.  Comme vous renouvelez vous-même constamment et inconsciemment les cellules de votre corps physique pour rester entier, votre moi supérieur en fait autant.

 

Il faut que vous sachiez dès maintenant que tout individu vit environ les deux tiers de son temps dans un corps et un autre tiers, sans lui, avant d’en reprendre un nouveau (les trois temps originels, expansion, contraction, repos).  Ce qui veut dire pour les humains qu’ils sont les deux tiers de leur temps dans leur monde physique, puis un tiers dans les mondes supérieurs avant de reprendre un nouveau corps physique.  Ceci est le même rythme qu’une de vos journées.  Deux tiers dans votre corps de base éveillé et un tiers dans votre second corps pendant que le premier est endormi.  Ces proportions, comme pour une journée, varient sensiblement d’une vie à l’autre mais sont une moyenne qu’il ne faut pas trop perturber à la longue au risque d’un déséquilibre important.

 Extraits du livre NAJA L’ILLUMINÉ -  PREMIER PORTRAIT  À L’ORIGINE DE TOUT CANALISÉ PAR

                     COLIN CHABOT – retrouvez les écrits en son entier ici : http://www.music-close-to-silence.net/a_lorigine_de_tout.pdf

Publié dans:ANIMAUX, La MORT |on 1 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Rêve prophétique sur 2012

 

2012, tout le monde en parle. Tout le monde prévoit la catastrophe planétaire. Qu’en penser ?

Conjonction néfaste des planètes, comme l’établissent aujourd’hui les astrologues ; renversement des pôles, comme l’a vu le clairvoyant Edgar Cayce au siècle dernier ; funeste prophétie de la Vierge Marie apparue à la Salette en 1846, qui annonça en pleurant les derniers temps. Nostradamus, lui, il y a cinq siècles, a, dit-on, dévoilé la fin du monde pour nos jours ; avant lui il y a bientôt 2000 ans, St Jean l’apôtre, inspiré sur l’île de Patmos en Asie Mineure, l’a prédit dans son Apocalypse, le dernier livre de la Bible. Et même, bien avant encore, les Mayas, en Amérique du Sud, ont calculé cette fin du monde dans leur calendrier, qui s’arrête justement en 2012. Les uns ont peur, les autres sont curieux, mais chacun se demande si dans trois ans les pôles terrestres vont s’inverser, une comète faire éclater la planète, une bombe atomique anéantir notre monde, un cataclysme monstrueux détruire l’humanité.

Au niveau extérieur.

Si le sens du rêve est à prendre au sens propre et non symbolique, je n’ai rien à traduire. Il me reste alors à annoncer honnêtement ce rêve sur mon blog comme une prophétie. Mais avant de choisir cette première interprétation directe et facile, cette interprétation pour « les nuls », il est indispensable de procéder méthodiquement à l’analyse au niveau intérieur.

Pour cela il faut :

1)étudier les images les unes après les autres et examiner si elles pourraient avoir un sens symbolique individuel.

 

2) vérifier rigoureusement que l’interprétation de chaque image correspond bien de façon cohérente au vécu de la rêveuse.

 

3) Si cette cohérence ne peut pas être établie, c’est que cette deuxième interprétation au niveau symbolique ne convient pas. Alors, et alors seulement, on pourra adopter l’interprétation au sens propre.

Cela exige en priorité un travail d’analyse auquel nous allons nous soumettre.

 Interprétation symbolique au niveau intérieur

 

Publié dans:REVES |on 1 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Les Reptiliens

EXTRAIT TIRE DE INTERNET !!!

Il existe d’autres hypothèses sur les origines des reptiliens, comme par exemple celle de J. Rhodes, spécialiste des reptiliens, qui pense qu’ils viennent de la terre elle-même.

Il y a bien évidemment plusieurs autres hypothèse en voici une d’Ole K. qui affirme avoir interviewé une Reptilienne en Janvier 2000. Celle-ci lui aurait affirmé que sa race serait native de la Terre. Elle serait apparue il y a 65 millions d’années après une guerre terrible entre deux peuplades Extraterrestres (une reptilienne et une humanoïde) se battant pour la possession de la Terre. La destruction des dinosaures aurait été le point final de cette lutte ne laissant aucun vainqueur… Si ce n’est l’émergence d’une nouvelle race reptilienne : Les fameux Lézards ou plutôt leurs ancêtres. Ils auraient évolué pendant 30 millions d’années d’un animal à un être humanoïde pensant. Il y a 15 millions d’années, 3 sous-espèces de cet ancêtre reptilien auraient évolué jusqu’à atteindre un niveau technologique élevé. Il y a 10 millions d’années, ils auraient modifié génétiquement leur race pour l’améliorer et stopper son évolution. A partir de là, ils auraient colonisé d’autres planètes et construit de grandes cités sur Terre .

Tout se recoupe pour montrer que la Terre (l’humanité) semble bien être ni plus ni moins qu’un garde-manger. Mais pas pour nous, humains. Le garde-manger de ces  » invités  » reptiliens qui, parce qu’ils sont restés un jour coincés dans des sphères invisibles de notre Terre (leur décadence spirituelle leur a coupé le chemin de retour), se nourrissent d’émotions (les nôtres, en l’occurrence, parce qu’il y a longtemps qu’ils ne savent plus en produire). Ils se nourrissent évidemment davantage de nos émotions négatives car cela pousse mieux que les positives. Et nous leur donnons donc pitance et pouvoir chaque fois que nous ne faisons pas l’effort d’avoir des pensées positives ou joyeuses, chaque fois que nous ne savons pas aimer, chaque fois que nous avons peur, sommes frustrés ou dans un esprit de vengeance.

Les Reptiliens dans REPTILIENS reptiliens-4Nos émotions sont leur nourriture car ils vivent essentiellement dans l’Astral (monde émotionnel) tout comme nous nous nourrissons matériellement, puisque nous vivons dans un monde physique. Pour provoquer en nous ces émotions, ils ont besoin d’intermédiaires, qu’on appelle les  » Illuminati « , qui sont des Terriens ou des croisements, et qui se laissent habiter et guider par les Reptiliens afin de disposer des postes de pouvoir sur la planète. D’autres sont simplement manipulés par des procédés psychologiques. Les Illuminati détiennent à peu près tous les postes importants dans le monde, aux niveaux politique, militaire, industriel, financier, médiatique etc., car ils sont sélectionnés selon le critères imposés d’en haut aux niveaux universitaire, politique, financier etc. à travers des loges maçonniques répandues dans le monde entier, où l’on grimpe en fonction de l’obéissance aveugle dont on se rend capable. Plus on accepte de faire des choses inacceptables, plus on grimpe.
C’est donnant, donnant. Si j’obéis, j’obtiens du pouvoir et donc de la richesse. En d’autres temps, on appelait cela « vendre son âme au Diable « .

Ceux qui y rentrent ou sont en bas de l’échelle sont souvent des gens de bonne volonté qui veulent se rendre utiles. S’ils n’obéissent pas, on les félicite pour leur hauteur de sentiments et ils sont mis sur des voies de garage, des loge ou des grades sans pouvoir, où on apprend des choses intéressantes et où on croit se rendre utile.

Il n’y a pas que des humains parmi les intermédiaires entre l’Astral et nous. Il y a aussi un certain nombre des Illuminati qui sont de purs reptiliens qui parviennent, selon Icke et certains té moins, à se donner une forme humaine, mais peuvent la perdre faute du  » Vril « , cette énergie vitale contenue en particulier dans le sang des jeunes humains blonds aux yeux bleus. Cela peut paraître inouï, mais il y a toujours eu des sacrifices humains à travers le monde, et il y en a plus que jamais aujourd’hui. Les sectes sataniques sont florissantes et les enlèvements (ou « élevages ») d’enfants se multiplient, surtout aux États Unis.

Le nazisme entre 1933 et 1945 fut un épisode comme un autre pour accélérer la sélection. Son expression actuelle est la CIA et les sectes et sociétés secrètes qui lui sont liées, et qui do minent le monde (le nazisme n’a pas gagné la guerre, car ceux qui l’ont organisé ont toujours dominé le monde). Ces organisations modernes ont été créées aux États-Unis en particulier par et avec d’anciens nazis, dans le but de poursuivre leur politique eugénique secrète à travers le monde.

Toutes les races sont utiles pour produire des émotions négatives, et on fait particulièrement souffrir les peuples dits  » inférieurs « , les Africains, les Sud-Américains, les Sud-Asiens etc. (via la CIA, l’Organisation Mondiale de la Santé qui inocule des maladies, l’Organisation Mondiale du Commerce qui organise la misère et la famine dans le Tiers Monde etc.). L’ONU est le maître d’oeuvre des guerres intestines permanentes. Cela peut surprendre, mais il faut s’informer. Il arrive un moment où on ne peut que comprendre dans quelle manipulation dictatoriale, sous-couvert d’apparences démocratiques, nous sommes tombés.

L’humanité est aussi une réserve génétique pour ceux qui ont besoin du  » Vril  » pour pouvoir retourner d’où ils viennent. Car c’est leur vrai but: quitter cette Terre où ils sont coincés par décadence énergétique, puisqu’ils n’ont plus l’énergie spirituelle permettant de transformer leur corps en  » merkaba  » pour quitter ces niveaux vibratoires. Pour cela, il faut soigner un cheptel de blonds aux yeux bleus qu’on ne fait pas trop souffrir en attendant d’en faire usage.
Il y a très peu de témoignages d’enlèvements extraterrestres dont auraient étés victimes des Noirs ou des jaunes. Tous les sangs, même ceux des animaux, peuvent être utilisés, mais le blond aux yeux bleus, « c’est tout de même autre chose « . Les quantités prélevées restent suffisamment limitées pour seulement entretenir le mystère sans constituer des affaires d’État, car ceux qui sont là et veulent repartir, sont finalement peu nombreux. Ils ont tout leur temps puisque leur longévité est incomparable avec la nôtre, ce qui permet de comprendre la constance de leur  » plan  » au travers des âges.

En attendant il faut manger et, pour cela, il faut beaucoup d’émotions négatives. Peu leur importe de mettre la planète à feu et à sang. Ce n’est pas leur problème. Le trou d’ozone, les guerres, les famines, le SIDA, concernent l’hémisphère Sud ou les peuples « non-aryens » pour en réduire significativement les effectifs de population devenues difficiles à tenir, tout en augmentant le volume de souffrances consommables. Vous commencez peut-être à comprendre pourquoi notre monde ne semble pas être géré avec bon sens. Il est géré pour l’intérêt de quelques prédateurs.
Vous vous êtes peut-être aussi demandé un jour comment il se fait que les gamins peuvent toujours trouver de la drogue sur leur chemin, malgré les efforts des autorités. C’est sur le trafic international de la drogue qu’a reposé l’instauration de la domination politico-économique des Illuminati anglo-saxons sur le monde. N’espérez donc pas qu’on inquiète trop les dealers et qu’on attrape les grands responsables.

Contrairement à ce que l’on croit, ce n’est jamais par incompétence qu’on meurtrit l’humanité, ou qu’on retarde les améliorations, écologiques ou sociales. C’est par calcul secret. On a mis du temps à le comprendre tellement cela paraît incroyable. Mais aujourd’hui on a toutes les preuves, et tout cela fait partie des pièces à conviction dans le procès des  » Reptiliens  » qui est en train de s’ouvrir mondialement.

Des Sauriens (ou « Reptiliens »), il y en a partout dans l’univers. Des hommes aussi. Des insectes, des végétaux, des métaux également. Les souris vont là où il y a du fromage. Les grenouilles ne s’attardent pas dans les déserts arides. Les reptiles cosmiques viennent s’abreuver là où il y a des sentiments reptiliens à sucer.

Et Dieu sait s’il y en a sur Terre! Mais il faut pouvoir repartir.
Il semble bien que dans l’Antiquité les motivations de nos « invités » étaient aussi d’autres natures, notamment au niveau de l’exploitation des ressources naturelles (notamment pour restaurer la couche d’ozone de leur planète), mais les avis sont partagés et on ne dispose guère de preuves. Par contre, pour le reste, les preuves se multiplient, et elles se multiplieront car la maladresse de nos suceurs va de pair avec leur précipitation. Ils sont en train d’accélérer le mouvement car les vibrations de l’humanité s’élèvent et permettent de plus en plus difficilement le maintien d’une forme humaine pour les vrais reptiliens (ils ne supportent pas l’amour).

vserie dans REPTILIENSLorsque les vibrations sont élevées, les humains ne donnent pas prise à la possession. Le projet  » HAARP « , antennes d’émission d’ondes d’une puissance colossale qui ont fini d’être installées en Alaska, a, selon Drunvalo Melchisédech, pour objectif, précisément, de contrecarrer l’énergie christique qui s’instaure. À l’inverse, un petit appareil magnétique inventé par des japonais permet de disposer de cette même énergie « christique » en permanence pour se protéger de la possession reptilienne. Cela n’a rien d’étonnant.

De l’énergie c’est toujours de l’énergie. Voir chapitre quatre.

On a donc toujours affaire à la même lutte perpétuelle des « Fils de la Lumière » contre les « Fils des Ténèbres », qui nous dépasse largement, puisqu’elle se vit sur des millénaires et que nous, qui vivons difficilement quatre-vingts ans, arrivons dedans en se demandant où nous tombons et ce qui se passe sur Terre. Et le temps de comprendre, il faut déjà repartir.

Tout cela n’empêche pas les saints cosmiques d’adorer aussi séjourner sur la Terre, où il y a de si nobles sentiments. Mais ils font moins de bruit car il ne font pas sauter les World Trade Centers. Ils nous laissent faire nos expériences, car ils savent bien que ce que nous subissons de la part des Reptiliens n’est, ni plus ni moins, que le reflet de ce que nous faisons subir aux animaux par l’élevage industriel.

Globalement, la Terre est un jardin transformé en batterie d’élevage. Nos cultivateurs sont des Reptiles. Et leur monoculture, ce sont les émotions négatives car c’est leur plat préféré. Tous les êtres du  » bas astral  » vivent d’émotions négatives. C’est leur nature. Leur corps. Chaque fois qu’on a une émotion négative, on les nourrit. Alors mettez-vous à leur place: ils passaient par là il y a quelques centaines de milliers d’années. Ils trouvent que la planète est déjà bien habitée de sentiments de vengeance, de haine, de mépris, de peur etc. (à moins, comme certains pensent, qu’ils y créent une race sur mesure pour cela ou pour disposer d’esclaves, et que ce qui les attirait était avant tout certains métaux précieux).

Mais depuis, visiblement, ils n’expédient plus d’or vers leur planète. Ils en sont peut-être coupés). Comme ils ont un petit creux, ils se disent: On ne va pas vivre éternellement de cueillette. On va devenir cultivateurs grâce à notre outil: le pouvoir bancaire mondial. Voici un terrain propice, arrosons-le quotidiennement d’images salaces, entretenons les conflits politiques, religieux, raciaux, sociaux etc., faisons en sorte que tous ces gens se détestent et s’opposent sur des broutilles formelles, pour qu’ils se méfient les uns des autres au lieu de se retourner contre les vrais responsables, qu’ils s’entretuent pour envenimer les ressentiments, et nous nous n’avons plus qu’à récolter. Tout cela en leur faisant croire qu’ils décident eux-mêmes, démocratiquement entre les partis en lice, mais qu’en fait ils soient amenés à nous remettre leur pouvoir et leur souveraineté individuelle.

Read the rest of this entry »

Publié dans:REPTILIENS |on 1 juin, 2012 |3 Commentaires »
12

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3