Archive pour le 29 avril, 2012

L’initiation : incarnation

 

Rollin Olson. Combien de fois devons-nous passer par le processus de réincarnation ?

Benjamin Creme. Il faut littéralement des centaines de milliers d’incarnations pour arriver au début du processus final, celui de l’initiation. L’initiation a été conçue dans le but d’accélérer l’évolution. Ce n’était pas absolument indispensable, nous aurions pu évoluer sans cela, mais il nous aurait fallu des millions et des millions d’années supplémentaires pour arriver au point où nous en sommes aujourd’hui. Il y a cinq grandes initiations planétaires à franchir pour atteindre la perfection.

RO. Et quel est le but de l’initiation ?

BC. Le but est la réalisation du Soi, de notre aspect divin. Alors nous n’aurons plus besoin de nous incarner sur Terre. Les Maîtres ont tous passé ces cinq initiations (qui sont des expansions de conscience), et cela leur donne la possibilité soit de quitter cette planète, soit de demeurer en retrait et de veiller à l’évolution du reste de l’humanité.

texte issu de : Les enseignements de la Sagesse éternelle
Interview de Benjamin Creme, par Rollin Olson

(source: PartageInternational.org)

 

Publié dans:REINCARNATION |on 29 avril, 2012 |Pas de commentaires »

Les races humaines

 

Rollin Olson. Si c’est ainsi que se déroule le processus de réincarnation, et si le corps, comme vous le dites, retourne à la poussière, que pensez-vous des différentes manières de le traiter après la mort : l’inhumation, la crémation ou les bûchers funéraires des Indiens ?

Benjamin Creme. La seule manière scientifique et hygiénique de traiter le corps est la crémation ; il doit être brûlé. Tout le monde vient en incarnation avec un passé chargé des maladies de l’humanité, et certaines d’entre elles remontent aux tous premiers temps. Par la pratique de l’inhumation, ces maladies, telles que le cancer, la syphilis et la tuberculose, s’infiltrent dans la terre, entrent dans la chaîne alimentaire et sont réabsorbées par les animaux et les êtres humains. Cela dure depuis tant de milliers d’années que ces maladies sont endémiques et qu’il faudra plusieurs centaines d’années pour s’en débarrasser tout à fait. La crémation est un premier pas, d’une importance majeure, dans ce processus. Nous faisons partie de la 5e race racine. La première race racine vraiment humaine fut la race lémurienne, qui a duré six millions d’années – il y eut auparavant deux autres races qui ne possédaient pas de corps physiques denses. Elle fut suivie par la race atlante, qui a duré environ douze millions d’années. Notre race racine, la race aryenne (qui n’a rien à voir avec la notion hitlérienne de race aryenne), a 100.000 ans environ, elle n’est donc qu’au tout début de son évolution. Chaque race a la tâche de perfectionner l’un ou l’autre des véhicules. La race lémurienne avait pour tâche de perfectionner le corps physique. La race atlante, celle de perfectionner le corps astral ou émotionnel. Elle y est si bien parvenue qu’il est devenu le véhicule dominant et que la vaste majorité des hommes d’aujourd’hui ont toujours une conscience atlante, « polarisée » sur le plan astral ou émotionnel.

Races humaines.pngLa race aryenne, la nôtre, a pour tâche de perfectionner le corps mental. Nous n’utilisons que les plans mentaux inférieurs. Selon l’ésotérisme, il existe quatre plans mentaux. Le plus élevé est appelé le plan causal, sur lequel se trouve le corps de l’âme, le corps causal. L’âme utilise le corps causal pendant la majeure partie de son expérience d’incarnation, jusqu’à la quatrième initiation, où elle l’abandonne. C’est de cette manière que les races avancent, évoluent, et chaque race se compose de sept sous-races. Les Européens et les Américains d’aujourd’hui sont la cinquième sous-race de la race racine aryenne.

RO. Existe-t-il une autre catégorie pour les peuples des autres continents ?

BC. Oui, il existe différentes sous-races.

RO. Quelles sont-elles ?

BC. A l’heure actuelle, il existe des peuples qui sont atlantes par le corps physique. C’est le cas de l’ensemble des peuples de type mongol, les Chinois, les Japonais, les Indiens d’Amérique du Nord et du Sud, les Esquimaux, tous ont des corps atlantes, mais les individus qui possèdent ce type de corps font partie, bien entendu, de la race aryenne.

texte issu de : Les enseignements de la Sagesse éternelle
Interview de Benjamin Creme, par Rollin Olson

(source: PartageInternational.org)

Publié dans:HUMANITE |on 29 avril, 2012 |Pas de commentaires »

Karma et réincarnation

 

Rollin Olson. Vous avez indiqué auparavant que la vie humaine avait un dessein, un but. Si ce but est de devenir un dieu réalisé, il est bien évident que nous n’en sommes pas encore là ; dans ce cas, une autre chance nous est-elle donnée ?

Benjamin Creme. Le processus d’évolution est basé sur le processus de renaissance ; la réincarnation est le moyen qui permet à notre conscience d’évoluer.

RO. En ce qui concerne les ésotéristes et vous-même, c’est donc une vérité de base ?

Karma et réincarnation dans KARMA 190px-Reincarnation_ASBC. Absolument. Si c’est quelque chose d’inacceptable pour bien des individus, laissez-les se familiariser avec cette idée. De toutes façons, de plus en plus de gens commencent à réaliser que c’est une vérité.

RO. Parlons alors, si vous le voulez bien, du processus de renaissance, ou de réincarnation. Comment cela se passe-t-il ?

BC. Des groupes d’âmes sont amenés en incarnation sous l’effet de deux grandes lois. La loi de renaissance elle-même, en relation avec la loi de cause et d’effet, et cela se manifeste de nombreuses manières. D’un point de vue scientifique, on peut dire que c’est la loi d’action et de réaction, ces deux forces étant, comme vous le savez, opposées et égales. Interprétée en termes religieux, on retrouve cette loi dans l’Ancien Testament, lorsque Dieu exige « œil pour œil et dent pour dent », loi rigide, froide, implacable et un peu méchante. Mais, dans l’Evangile, le Christ – en la personne de Jésus – l’exprime de manière très simple en disant que l’on récolte ce que l’on a semé. C’est si simple que les gens l’oublient. Ils se rappellent plus volontiers « œil pour œil et dent pour dent », mais la vérité, c’est que nous récoltons ce que nous avons semé. Selon cette loi, chacune de nos pensées, chacune de nos actions, met en mouvement une cause ; nous créons sans cesse des causes. Les réactions à ces causes, les effets qui en découlent, font que nos vies sont ce qu’elles sont, en bien ou en mal. En ce moment, nous construisons le reste de notre vie et la prochaine. Nous recevons ce qui est appelé du karma. La loi du karma est la loi de cause et d’effet. Les effets de nos actes passés, bons ou mauvais, créent les conditions de notre vie présente, et les résultats de nos actes d’aujourd’hui créent les conditions de ce que nous vivrons par la suite, dans cette vie même ou lorsque nous reviendrons dans un corps nouveau.

L’âme crée, de manière magique, une série de corps qui lui permettent, finalement, de se manifester en tant qu’âme. Quand nous en arrivons là, nous commençons à approcher de la fin du processus évolutif. Il faut des centaines de milliers d’incarnations pour parvenir à ce stade, mais une fois qu’il est atteint et que l’âme constate, en regardant sa réflexion (l’homme ou la femme en incarnation), qu’elle commence à répondre à ses qualités (celles de l’âme) et devient plus divine : moins égocentrique, plus altruiste, se souciant davantage des autres et moins de la satisfaction de ses propres désirs, elle stimule son véhicule et entame un processus qui termine le voyage évolutif, le processus de l’initiation.

RO. Nous avons tendance à considérer la réincarnation comme un concept des religions orientales. Pourquoi n’existe-t-il pas dans les religions occidentales ? Pourquoi n’en parlent-elles pas ?

BC. Ce concept existait, mais il a été supprimé. Jésus l’enseignait et ceux qui l’entouraient le considéraient comme allant de soi. On trouve dans la Bible chrétienne des passages où il est très clair que les disciples de Jésus comprenaient et acceptaient l’idée de la réincarnation.

RO. Pouvez-vous donner des exemples ?

BC. En parlant de St Jean Baptiste, les disciples demandèrent à Jésus : « Qui est Jean ? Qui est cet homme extraordinaire qui prêche dans le désert ? » Et Jésus répondit : « Ne vous souvenez-vous pas de ce que je vous ai dit ? C’est Elie qui est revenu. » Une autre fois, lorsqu’il guérit un aveugle de naissance, ils demandèrent : « Qui a péché, lui ou son père, pour qu’il soit né aveugle ? » En d’autres termes, était-ce le karma du père qui, à la suite de quelque méfait dans une vie précédente, avait dû avoir un fils aveugle, ou était-ce le karma, le résultat de quelque mauvaise action du fils lui-même, dans une vie précédente, qui l’avait fait naître aveugle ? Beaucoup des premiers Pères de l’Eglise, Origène par exemple, ont parlé de la réincarnation dans leurs enseignements.

RO. Que s’est-il passé par la suite ?

BC. L’idée de réincarnation ne plaisait pas à l’empereur Justinien ni à sa femme, aussi obligèrent-ils les Pères de l’Eglise à la faire disparaître. Au VIe siècle, on supprima de la Bible toute allusion à ce sujet, excepté les exemples que nous avons cités.

220px-PanchenLama dans REINCARNATIONEn Orient, par contre, on croit à la réincarnation, mais on s’en fait une idée inexacte. Les bouddhistes l’acceptent, les hindous également. Toutes les religions orientales admettent la réincarnation comme un fait. Mais elles la voient de manière très fataliste. Si vous êtes né dans une famille très pauvre, si vous êtes intouchable en Inde, par exemple, c’est à cause des mauvaises actions que vous avez accomplies dans une vie précédente, et vous n’y pouvez plus rien. Vous êtes un intouchable, vous êtes frappé par la pauvreté pour toute votre vie, et les autres vous exploiteront d’autant plus que vous étiez censé connaître la misère. Tout se passe comme si aucun changement n’était possible, on accepte totalement son sort, comme une punition, comme le résultat de ses mauvaises actions. Ce n’est pas une punition. Il n’y a pas de châtiment. C’est la loi de cause et d’effet : elle est impersonnelle. Des réformes sociales pourraient mettre fin à la pauvreté et à la souffrance, indépendamment du karma individuel.

RO. Si des vies successives nous donnent, à chaque fois, une nouvelle chance de progresser sur l’échelle de l’évolution, que nous arrive-t-il entre temps ? Que nous arrive-t-il par delà la mort ?

BC. Cela dépend de votre niveau d’évolution. Si vous n’êtes pas très évolué (ce qui est le cas de la plus grande partie de l’humanité), vous revenez rapidement en incarnation. Le grand aimant de l’évolution vous ramène sans cesse en incarnation. Etant donné que nous avons beaucoup à apprendre, nous avons besoin de fréquentes leçons, des expériences de la vie, sans cesse répétées, pour faire le moindre progrès. Si vous êtes plus évolué, vous venez en incarnation en groupes, en famille et dans des groupes familiaux élargis. Au sein de ces groupes, les relations changent : nous avons tous été le frère ou la sœur de notre mère et son enfant, son père, son grand-père, ou un autre membre de sa famille, à maintes reprises. De cette façon, nous créons des liens karmiques. Ces liens karmiques assurent la cohésion des groupes, et ils nous permettent aussi de rembourser nos dettes karmiques, dans un cercle relativement restreint, jusqu’à ce que nous soyons quittes.

Quand nous apprenons à être inoffensifs, nous nous libérons de notre karma. Il arrive un moment où l’âme se manifeste si puissamment à travers sa réflexion, l’individu en incarnation, qu’il cesse de produire trop de karma négatif, et devient de plus en plus inoffensif. Nous pouvons donc voir l’importance de l’innocuité dans toutes les relations humaines. Lorsque nous sommes destructifs, nous créons du karma négatif, dont nous devrons ensuite nous débarrasser. Nous naissons avec ce karma, et tous les malheurs de notre vie, les chagrins, les souffrances, sont mis sur le compte de notre manque de chance. Ce n’est pas un manque de chance, mais le résultat direct de notre karma.

RO. Vous avez parlé de l’âme et du corps. A quel mécanisme sont-ils soumis entre les incarnations ? Lorsque nous mourons, par exemple, vont-ils dans un lieu particulier ?

BC. Oui, le corps retourne à la poussière, excepté un atome permanent qui demeure. Il reste également un atome permanent du véhicule émotionnel et un atome permanent du véhicule mental. C’est autour de ces trois atomes permanents que l’âme créera le nouveau corps, sur le plan physique, émotionnel et mental. Nous revenons en incarnation au niveau exact que nous avions atteint à la fin de notre vie précédente, et par conséquent, avec le taux vibratoire de ces trois atomes permanents.

RO. Mais que se passe-t-il dans l’intervalle entre deux vies ?

BC. Cela dépend encore de votre niveau d’évolution. Si vous n’êtes pas très évolué, vous passez peu de temps hors incarnation. Vous vous incarnez et vous réincarnez assez vite. Si vous êtes plus évolué, vous passez une période relativement plus longue en pralaya. Le pralaya correspond à l’idée chrétienne de paradis. Rien n’arrive, vous n’y faites aucun progrès, mais c’est un état de félicité sans fin interrompu de temps en temps lorsque votre « numéro » est appelé et qu’il vous faut retourner en incarnation.

texte issu de : Les enseignements de la Sagesse éternelle
Interview de Benjamin Creme, par Rollin Olson

(source: PartageInternational.org)

Publié dans:KARMA, REINCARNATION |on 29 avril, 2012 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3