Archive pour le 15 avril, 2012

Les Pyramides

Canalisé par Colin Chabot.

 

A travers les siècles, il y a toujours eu des contacts épisodiques avec nos frères d’en haut. Ils m’amenaient parfois des nouvelles de la mère patrie.  Mais moi j’étais cloué ici et je devais faire de mon mieux avec des moyens qui s’appauvrissaient inexorablement.  La splendeur de nos villes jardins n’étaient plus que souvenir lointain.  Elles avaient laissé la place à des bâtisses de plus en plus rudimentaires.

 La construction des pyramides fut une de nos dernières réussites avant de perdre totalement nos capacités surhumaines.  Elles furent érigées il y a environ huit mille ans dans le but de stabiliser l’axe et la rotation de la terre et pour longtemps.  Il ne restait environ que quelques millénaires avant le prochain grand déséquilibre.  Cet événement n’était plus nécessaire à nos yeux.  Le rôle de ces gigantesques constructions fut toujours d’attirer et de concentrer un flot d’énergie assez grand pour pénétrer dans des artères vitales de la planète et leur insuffler une force suffisante à son équilibre.

 Donc, des endroits furent choisis sur des points névralgiques des grands courants énergétiques de la terre.  Pour conserver le pouvoir magnétique ultimum de la pierre, des montagnes entières furent découpées en morceaux et rassemblées dans le même ordre au lieu choisi.  Le transport des pièces de cet immense casse-tête se faisait par répulsion magnétique, cette faculté de repousser tout objet en synchronisant sa polarité précise contraire.  Nous reçûmes l’aide d’en haut pour construire d’autres pyramides dans quatre autres lieux sur la planète.  Leurs pouvoirs furent accrus par un revêtement à double face pouvant attirer et conserver l’énergie.  Il est dommage que cette enveloppe, ayant le pouvoir de focaliser l’énergie jusque dans les veines de la terre, fut pillée pour servir, entre autres,  à faire des bijoux futiles.   La création artistique qui souligne que la vanité de ses propriétaires au détriment de ressources, de vie, d’équité entre les êtres ne devrait pas être la fierté d’un peuple.  A cause de cela, ces centrales énergétiques ont perdu beaucoup de leur efficacité.  Ce que vous saurez officiellement dans à peu près dix mille ans.

Fichier:Pyramide von Athribis.jpg

 Les pyramides à étages, qui furent construites par certains peuples, sont des reproductions maladroites de nos villes jardins abandonnées par nous.  Les plus grandes furent réalisées par des peuples possédant encore la formule de la répulsion magnétique.

 Avec l’impitoyable passage du temps, mes facultés s’amenuisèrent complètement pour ne me laisser que des bribes de souvenirs.  Ces éclairs de conscience me laissaient entrevoir des possibilités que je ne pouvais plus réaliser faute de moyens.  A quoi ça sert d’imaginer constamment de grands projets impossibles à concrétiser?  J’ai souvent passé pour un fou inoffensif ou un illuminé dangereux.  J’aurais peut-être préféré devenir amnésique pour de bon.  J’ai même souhaité que toute mon entité soit annulée, mon éternité inclus.  Jusqu’où le découragement peut-il nous mener?  Il m’était difficile d’aimer la vie sur terre parce que ma  mémoire d’avant, même floue, provoquait en moi une très forte nostalgie.  Pouvais-je oublier complètement une époque grandiose où tout était possible ?

Extrait du livre NAJA L’ILLUMINÉ -  PREMIER PORTRAIT  À L’ORIGINE DE TOUT CANALISÉ PAR COLIN CHABOT – retrouvez les écrits en son entier ici : http://www.music-close-to-silence.net/a_lorigine_de_tout.pdf

Publié dans:PYRAMIDE |on 15 avril, 2012 |Pas de commentaires »

La Mort….

CANALISÉ PAR COLIN CHABOT

 Le rythme de la vie prend tout son sens parce que la mort existe.  Ce temps d’arrêt est vital si je peux faire ce jeu de mots.  La conscience n’est pas un phénomène continu mais un rythme en trois temps comme tout le reste.  Seul son rythme accéléré donne l’illusion de continuité mais c’est une suite rapide de prises de conscience dont chacune est un aller, un retour, un arrêt.  Un aller en périphérie de son soi pour percevoir le reste de l’univers, un retour vers son soi central pour se voir et se réajuster et un arrêt en soi pour s’oublier dans un équilibre parfait;  deux temps pour la prise de conscience et un temps d’inconscience.  La mort, à plus grande échelle, est ce troisième temps.  Le prolongement La Mort.... dans La MORT 350px-Gobustan_ancient_Azerbaycan_fullindéfiniment de la vie ou de la mort, tel que vous le concevez, est impossible car non inscrit dans le rythme même de toute chose.  Il doit y avoir métamorphose constante pour provoquer, stimuler la conscience.  Au moment qu’un état d’équilibre se prolonge exagérément, le manque de stimulation ramène inévitablement l’inconscience.

 La mort peut être vécue à tout moment quand il n’y a plus stimulation de la conscience. Quand on n’est plus stimulé par l’extérieur qui nous redéfinit sans cesse, on perd la notion de nous-mêmes et on s’oublie.  La mort est un oubli momentané à travers un équilibre entre le dedans et le dehors.  Mais la mort, telle que vous la concevez sur la terre à la fin d’une vie, est un oubli momentané d’une réalité physique pour mieux la redécouvrir.  C’est un arrêt sur soi avant de repartir à la découverte d’un univers plus vaste.  C’est un temps d’inconscience entre deux corps physiques, entre deux prises de conscience de l’univers matériel.  Mais grâce à vos autres corps et leurs propres rythmes de conscience, votre cheminement continue.

 Seuls des corps subtils très immatures ou fortement perturbés peuvent faire en sorte que la mort soit traumatisante.

 

Extrait du livre NAJA L’ILLUMINÉ -  PREMIER PORTRAIT  À L’ORIGINE DE TOUT CANALISÉ PAR COLIN CHABOT – retrouvez les écrits en son entier ici : http://www.music-close-to-silence.net/a_lorigine_de_tout.pdf

Publié dans:La MORT |on 15 avril, 2012 |Pas de commentaires »

La Nature…

Par Naja L’illuminé…

La nature est remplie d’êtres élémentaux issus du règne végétal et qui en prolongent l’essence.  A ne pas confondre avec les égrégores.  Ils sont les gardiens et les stimulateurs des nouvelles générations de plantes.  Ils sont les vestiges d’une forme d’intelligence de l’anti-monde.   Ils sont mal compris par vous et passent inaperçus pour la majorité des humains.  Leurs fréquences vibratoires sont en dessous de vos fréquences perceptibles les plus basses.  Eux vous perçoivent d’une façon épisodique comme une forme évanescente quand vous dégagez de l’amour envers la nature, donc envers eux.

La Nature... dans NATURE 250px-Gold_Creek_Alaska_Lake_0299 Les égrégores sont des entités issues de l’énergie commune à un ensemble appartenant à n’importe lequel des douze univers.  Comme exemple,  les émotions de peur,  les pensées de joie, les sentiments de haine, les concepts de pureté etc. peuvent former des égrégores, des entités autonomes mais dénuées de conscience.  Elles sont les différentes émanations des individus qui peuvent s’attirer mutuellement si elles vibrent au même diapason selon la loi des correspondances; en s’agglutinant,  elles peuvent grossir jusqu’à devenir une forme imposante voire colossale surtout dans les lieux où elles sont produites en grand nombre.  Ce sont ces masses d’énergie vibrante produites par une espèce d’entité qui construisent et prolongent leur réalité en leur renvoyant une image d’eux-mêmes à l’échelle de tout leur univers.

 En plus compliqué, toutes les émanations de nos corps se répandent autour de nous donc dans nos autres corps plus subtils et toujours plus vastes.  Dépassant nos enveloppes, elles finiront un jour ou l’autre par revenir vers la source qui les aura émise.  Si le corps qui les aura créé n’existe plus, c’est là qu’elles cherchent à s’unir à ses semblables pour se prolonger d’elles-mêmes.  Un corps simple ou deux corps reliés ensemble, qui subsistent sans l’apport d’un troisième corps qui leur donnait la conscience, n’évoluent plus et c’est eux qu’on appelle des élémentaux.  A la mort de ces corps, les éléments simples qui les composaient se séparent et cherchent à s’unir à leur semblable pour prolonger leur vie et ce sont ces agglomérations qu’on appelle des égrégores.  Elles sont en soi les résidus énergétiques des corps qui ne se sont pas prolongés dans une conscience;  ou les prémisses de nouveaux corps non encore associés au moins à un autre pour donner une conscience.

 Elles influencent néanmoins notre vie par leur côtoiement.  Tout ce qu’on émet nous revient et elles en sont involontairement les responsables.

   Dans les mondes supérieurs, on en vient à pouvoir volontairement  attirer les égrégores vers soi pour créer toute forme primaire allant d’un objet quelconque jusqu’à un état d’être.  Seul un être très évolué, comprenant les grands mécanismes de l’univers et en respectant l’ordre Divin,   peut créer à partir de ces égrégores un élémental et même une vie consciente.

 Tout univers n’est stable et ne dure dans sa forme que par sa perception par un individu ou plusieurs en même temps.   Mais il faut tenir compte aussi des différents univers qui se superposent.

 Comme l’individu est conscient grâce à ses trois premiers corps, l’ensemble des univers ont trois dimensions, trois corps, mais rarement plus.  Leurs trois corps sont en général successifs à partir d’un de base qui peut être n’importe lequel des douze.  Ce constat nous révèle que la matière même dont est fait un univers est consciente.  Votre planète terre est une entité consciente dont le troisième corps est le corps physique dont le règne minéral est sa plus belle réussite.

Nous percevons, en premier, l’univers des autres vies à travers notre corps de base et avec ses limites.  Même si nous étudions ces autres individus dans toutes ses caractéristiques et ses différentes manifestations, cela ne demeure que connaissance superficielle de l’autre.  Seule l’utilisation de nos autres corps plus raffinés, empreints de leurs mondes réciproques, permettent de connaître l’autre en profondeur, d’intégrer son savoir jusqu’à pouvoir s’identifier à lui.  C’est pour cela que plusieurs espèces ont de la misère à s’imaginer les mondes inférieurs ou supérieurs car ils n’en prennent connaissance 200px-ChampiEnForet dans NATUREqu’extérieurement et avec leurs perceptions limitées et biaisées d’un seul corps.

 Beaucoup d’humains ne croient qu’à la chaise solide sur laquelle ils s’assoient et à la table qui résiste à la force de leur coup de poing.  Ils ne doutent pas une seconde de leur réalité.   Mais plusieurs sont mal à l’aise avec les émotions, les pensées, les sentiments si insaisissables. Quelques-uns leur trouvent même une origine organique et les limitent à cela.  Pour les êtres qui vivent dans le monde émotionnel avec leurs corps émotionnels, les émotions sont la base dont est construite toute chose.  Quand ils s’assoient sur une chaise émotionnelle et donnent un coup de poing émotionnel sur une table émotionnelle, leur table résiste autant à leur émotion que votre table matérielle résiste à la dureté de votre poing dans votre monde matériel.  Un fauteuil de lumière pour un être de lumière est très confortable et le supporte très bien.  Ces seuls exemples devraient vous faire comprendre la richesse et la réalité de ces mondes pour ceux qui les habitent.

Extrait du livre NAJA L’ILLUMINÉ -  PREMIER PORTRAIT  À L’ORIGINE DE TOUT CANALISÉ PAR COLIN CHABOT – retrouvez les écrits en son entier ici : http://www.music-close-to-silence.net/a_lorigine_de_tout.pdf

Publié dans:NATURE |on 15 avril, 2012 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3