Mythes du Grand Esprit


Mythes du Grand Esprit dans ESPRITS 220px-TotemPoleVictoriaBC-2Dans les sociétés qui ont pratiqué l’agriculture à un moment ou à un autre de leur histoire, plusieurs groupes croient en l’existence d’un Grand Esprit ou d’un Grand Mystère supérieur (le Wakan Tanka des sociétés des Plaines et le Kitchi Manitou des Algonquiens de l’Est). En général, la puissance ou le mystère surnaturel, appeléOrenda par les Iroquois, Wakan par les tribus des Plaines et MANITOU par les sociétés algonquiennes, est potentiellement bénéfique, mais il peut devenir dangereux s’il est traité avec insouciance ou irrévérence. Ce mystère ou cette puissance est une propriété des esprits. C’est également un attribut du Transformateur, du Filou, du Héros culturel ou d’autres personnages surnaturels. Les chamans, les prophètes et les autres officiants attachés aux cérémonies sont investis de sa présence. Les esprits de toutes les créatures vivantes sont puissants et mystérieux, tout comme le sont plusieurs phénomènes naturels et les lieux importants sur le plan rituel. Les objets rituels tels que les crécelles, les tambours, les masques, les bourses sacrées et les sanctuaires réservés au culte sont imprégnés de mystère (voir CALUMETMEDICINE WHEELS).

La plupart des tribus de la côte du Nord-Ouest considèrent que le temps est divisé en une période actuelle et un passé mythologique éloigné, où les choses étaient bien différentes de ce qu’elles sont maintenant. Elles croient que si les choses ont atteint leur état actuel, c’est par l’intermédiaire du Transformateur. Les conceptions de l’avenir concernent principalement la mort de l’individu et sa vie après la mort. Selon leur croyance, le domaine des morts est très éloigné du monde des vivants, souvent au-delà d’un immense fleuve, sur des îles perdues en mer, sur des montagnes lointaines ou dans un monde souterrain. Ce domaine ne peut être atteint par les morts qu’au terme d’un périple très difficile ou très périlleux pour les vivants (p. ex. les chamans, les personnages surnaturels du mythe d’Orphée).

220px-Chaman_toungouse dans HUMANITEToujours selon leurs croyances, le monde a une surface circulaire recouverte d’un monde supérieur qui épouse la forme d’un dôme. Ces différents niveaux sont unis par un « axe cosmique », qui peut être représenté par un « arbre universel », un « pont arc-en-ciel » ou l’ « épine dorsale des mondes » (la Voie lactée). Les mythes religieux concernant l’Époux-étoile (Ojibwés-Témagamis), la Chaîne des flèches (Tlingits) ou l’Arbre qui grandit (Chilcotins) décrivent les contacts noués entre les êtres humains et le monde existant au-delà de cet axe. Lors des cérémonies, des éléments tels que des colonnes de fumée, les piliers centraux d’une habitation ou le pilier central de la hutte de la Danse du Soleil représentent cet axe. Des tourbillons ou des cavernes peuvent représenter des chemins menant aux enfers.

De nombreux groupes parlent d’une mer originelle ou d’un déluge universel. La plupart reconnaissent au moins six points cardinaux (les quatre coins du monde, plus le zénith et le nadir). Des sociétés de la côte du Nord-Ouest telles que les Kwakiutl divisent l’année en deux grandes saisons : l’été ( le temps « profane ») et l’hiver ( le temps « surnaturel »). C’est durant cette dernière que se déroulent la plupart des cérémonies religieuses. Les sociétés agricoles comme les Iroquois observent des calendriers rituels plus complexes, établis en fonction des périodes de cueillette de diverses plantes comestibles, et célèbrent une fête consacrée au renouveau de la vie, habituellement au milieu de l’hiver.

Un concept clé des sociétés des Premières Nations et des Inuits est la notion du Protecteur du gibier, un être surnaturel qu’on considère comme le maître ou l’intendant d’une ou de toutes les espèces animales, particulièrement celles qui sont chassées par l’homme. On en trouve des exemples caractéristiques dans la cérémonie de l’Ours chez les Abénakis et les Montagnais-Naskapis, de l’Esprit du bison dans les sociétés des Prairies et avec Sedna, la déesse de la mer et la Protectrice des phoques, chez les Inuits.

http://www.thecanadianencyclopedia.com/articles/fr/autochtones-religion-des

Publié dans : ESPRITS, HUMANITE |le 23 mars, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3