Archive pour le 11 mars, 2012

Les revenants

 

Claude Lecouteux distingue les « vrais » revenants, défunts qui décident délibérément de revenir pour diverses raisons, par opposition aux « faux » revenants, constitués par des morts dont la présence semble perdurer quelque temps après leur décès, comme s’ils n’arrivaient pas à disparaître définitivement, ou bien tirés de l’au-delà pour défendre leur sépulture ou répondre à un appel de nécromancie.

Les vrais revenants - Pour Xavier Yvanoff :

Fichier:Dame blanche opéra.jpg« Le revenant est un mort qui apparaît revêtu de son enveloppe corporelle. Il est rarement anonyme. C’est un mort que l’on connu au village et qui « revient » en chair et en os pour se présenter devant les vivants, le plus souvent à l’endroit où il a vécu. Physiquement, il possède le même corps qu’un vivant. C’est parfois à s’y méprendre et sa pâleur supposée est une idée fausse. »

On peut a priori classer dans cette catégorie les Auto-stoppeuses fantômes, si toutefois elles ne sont pas seulement légendaires, qui paraissent suffisamment réelles pour être prises en stop par des automobilistes abusés.

Parfois, les âmes des morts existent dans les habitations. La preuve c’est qu’on éprouve littéralement le phénomène du « poil qui se hérisse ». Il y a des gens qui n’ont pas peur de les rencontrer et le font de leur propre gré pour les rencontrer. Il  y a des maisons qui renferment toujours les ombres du passé, tel que les passions, les amours, les haines, les intrigues les avaient marquées de manière indélébile. Parfois, la rencontre entre l’âme et l’être humain est le résultat des émotions violentes qui auront des impacts ineffaçables. Les messages sont à considérer pour que l’âme puisse reposer en paix.

 

Les revenants dans POLTERGEISTS et LEGENDES 400px-The_Canterville_Ghost_illustration

Les revenants sont des manifestations d’esprits. Ils peuvent se manifester à une personne par le biais de faits étranges. La majorité des revenants ont des actes inachevés ou encore des messages à faire passer, ce qui les pousse à être bloqué sur terre et à leurs âmes de ne pas se reposer en paix. Randy raconte : « J’ai eu la peur de ma vie lorsque je me suis retrouvée confrontée à un revenant. J’ai d’abord entendu des bruits bizarres que je ne sais expliquer, les portes claquaient et les rideaux bougeaient étrangement. Je n’y prêtais pas grande attention que lorsque je sentis une vague de froid me traverser le corps. J’ai décidé de faire appel à un voyant pour m’aider et il a réussi à faire partir l’esprit.»

Le mâcheur est une sorte de mort affamé. De sa tombe sort un bruit de mastication qui entraîne de nouveaux décès dans sa famille ou dans son village, et même parfois parmi le bétail. Quand on ouvre cette tombe, on découvre qu’il a dévoré ses mains ou qu’il est en train d’avaler son linceul. Pour s’en débarrasser, soit on procède comme avec l’appeleur, soit on place une motte de terre dans sa bouche ; on peut aussi lui lier la mâchoire ou le replacer dans le tombeau face contre terre afin qu’il se procure une nourriture de substitution. Des protocoles officiels d’exhumation datant des XVIIe et XVIIIe siècles décrivent ces mesures avec précision et même la révolte du cadavre qui s’agite et crie !

Publié dans:POLTERGEISTS et LEGENDES |on 11 mars, 2012 |2 Commentaires »

Poltergeists

Les poltergeists, ou esprit frappeurs, sont souvent qualifiés de « fantômes », bien qu’ils constituent une catégorie particulière. « On regroupe traditionnellement toutes ces manifestations sous le terme générique de petite hantise, qui diffère de la grande en ce quelle exclut les apparitions, les revenants, les fantômes. ».

Il s’agit essentiellement de mouvements d’objets inexplicables, de jets de pierres, de bruits sans cause physique apparente, de perturbations des appareillages électriques, de lumières, de départs de feux, etc. Les apparitions de formes floues sont très rares, ainsi que la référence possible à un ou plusieurs défunts. Ces phénomènes sont le plus souvent liés à la présence d’un ou d’une adolescent(e) perturbé(e).

Des bruits mystérieux, des craquements sinistres, des odeurs infectes, …..

Fichier:BorleyRectory1892.jpg

On appelle poltergeists ces phénomènes anormaux. Le mot est très ancien : il vient du folklore allemand et dérive de polter (« bruit ») et geist (« esprit »). Avec un peu plus de rigueur, les chercheurs en parapsychologie ont proposé de définir toutes ces manifestations d’esprits frappeurs par le concept de psychokinésie spontanée récurrente, ou PKSR.

 Des bruits mystérieux, des craquements sinistres, des odeurs infectes, des meubles qui s’envolent, des courants d’air glacés, des bruits de voix inexplicables, des jets de pierres, des lévitations involontaires, des installations électriques qui tombent en panne, des objets qui disparaissent : les « esprits frappeurs » ont une imagination féconde quand ils veulent manifester leur présence. 

Les premières relations de poltergeists viennent d’Allemagne : peu avant l’an 1000, des chutes de pierre, des coups et des grands bruits ont troublé la tranquillité de Bingen, une petite ville des bords du Rhin. A partir du XIIe siècle, sous l’influence de l’Église, on classe les poltergeists dans la catégorie des phénomènes d’origine diabolique. 

En 1184, au pays de Galles, le domicile d’un certain William Nott est ravagé par une force mystérieuse qui lacère les tentures et répand des ordures. Au XIIIe siècle, Gerald of Walles note l’existence d’un « esprit » qui apostrophe les gens. En 1599, Martin del Rio tente de classer tous les incidents connus : il compte dix-huit .sortes de démons, chacune se spécialisant dans le déclenchement d’un trouble particulier. D’après lui : « La seizième sorte de démons se compose de spectres qui, à certains moments et en certains lieux, notam ment dans des maisons, sont susceptibles de créer des bruits et des troubles divers. Je ne donnerai pas d’exemples ici, ce phénomène étant parfaitement connu. Certains réveillent le dormeur en cognant sur le matelas et en faisant tomber ledit dormeur du lit. »

Poltergeists dans POLTERGEISTS et LEGENDES 293px-Marley%27s_Ghost-John_Leech%2C_1843 L’étude scientifique des cas de poltergeists commence. Petit à petit, on délaisse l’explication des cas de PKSR par l’influence de « certains éléments ou esprits » pour se tourner alors vers des hypothèses beaucoup plus « naturelles ».

Dans les années quarante, on commence à expérimenter la psychokinésie, ou PK, au laboratoire de parapsychologie de l’université de Duke, aux États-Unis. En Angleterre, les recherches sur les phénomènes de PKSR sont menées par la Société pour la Recherche Psychique. Sir William Barrett est un des animateurs de cette recherche. Il étudie suffisamment de cas pour que les phénomènes de poltergeists soient reconnus comme indubitables. Ce qui ne donnait pas, pour autant, d’explications. En Allemagne fédérale et aux États-Unis, les recherches sont beaucoup plus récentes. Elles sont aussi plus rigoureuses et plus systématiques : le recoupement de leurs résultats ai dera d’ailleurs à se faire une idée plus précise du phénomène. En France, enfin, quelques cas célèbres ont longtemps défrayé la chronique, notamment celui du fameux curé d’Ars, régulièrement poursuivi par des esprits frappeurs, in cendiaires ou destructeurs. Quand ils n’étaient pas tentateurs… 

La plupart des données contemporaines sont centralisées par la Gendarmerie nationale, qui les étudie attentivement et qui leur a consacré un petit bureau d’études. Le cas de poltergeists le plus spectaculaire est très récent : il s’est manifesté d’août 1977 à septembre 1978, à Enfield, dans la banlieue nord de Londres. Plus de mille cinq cents incidents de nature PKSR ont été enregistrés, en présence de nombreux spécialistes venus étudier le problème. On a vu, parmi eux, des assistantes sociales, des thérapeutes du langage, des photographes, des psychologues, des prêtres et, bien entendu, des journalistes, entendit le corps tomber lourdement au fond de la baignoire et sauva Lady Eardiey.

Publié dans:POLTERGEISTS et LEGENDES |on 11 mars, 2012 |Pas de commentaires »

Origine des Fées

Plusieurs théories, plus ou moins sérieuses, coexistent pour expliquer l’origine des fées. La plus largement reconnue par les folkloristes, historiens, ethnologues, archéologues et écrivains voit dans les fées la survivance des divinités et esprits mentionnés dans les croyances païennes, notamment greco-romaines et celtiques, dont la fonction s’est trouvée modifiée avec la venue du monothéisme et surtout du christianisme en Europe, diabolisant ou rationalisant ces êtres.

Fichier:FairiesGothicArch.jpgAinsi, dès le vie siècle, Martin de Braga dit que les esprits des arbres et des eaux sont des démons chassés du ciel. L’érudit Alfred Maury explique qu’à son époque, les auteurs faisaient descendre les fées des nymphes, des Parques et des druidesses Walter Scott fait des sylvainssatyres et faunes, créatures sylvestres et champêtres des mythologies, les ancêtres des fées écossaises :

« Ces sylvains, ces satyres et ces faunes, dont la superstition peuplait les rives touffues et les bois élevés de cette contrée romantique, furent obligés de faire place à des déités dont le caractère ressemblait beaucoup au leur, et qui probablement tiennent quelques-uns de leurs attributs de leurs prédécesseurs classiques [...] nous voulons parler des fées [...]. »

— Walter ScottHistoire de la démonologie et de la sorcellerie

Origine des Fées dans POLTERGEISTS et LEGENDES 220px-LastDruidsLes différentes théories ne sont pas forcément exclusives, le mélange de certaines d’entre elles peut expliquer l’origine de divers personnages féeriques en Europe de l’Ouest. D’autres auteurs restent dans le domaine mythologique, tel l’Irlandais William Butler Yeats pour qui les Tuatha Dé Danann devinrent les fées lorsqu’ils furent vaincus, certains se faisant invisibles, d’autres gagnant Tir Na Nog et les derniers se cachant sous les tertresPierre Dubois remonte à la cosmogonie de la mythologie nordique, où le géant Ymir, démembré, donne naissance aux alfes (alfes sombresalfes noirs etalfes lumineux), qui eux-mêmes engendrent tout le petit peuple.

Les écrivains ont parfois livré leurs propres visions, souvent poétiques, de l’origine des fées. C’est le cas de J. M. Barrie qui raconte dans un chapitre du roman The Little White Bird au sujet de Peter Pan, en 1902, que « lorsque le premier bébé rit pour la première fois, son rire éclata en un million de fragments qui se dispersèrent en tous sens. Ce fut le commencement des fées ».

Publié dans:POLTERGEISTS et LEGENDES |on 11 mars, 2012 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3