Archive pour le 7 mars, 2012

Vous êtes un soleil

Archange Zadkiel, canalisé par Annelies Pélissier-Combescure, 16 octobre 2005

Bonjour à vous, enfants de la terre, enfants de la lumière. Je suis celui que vous nommez dans votre tradition l’archange Zadkiel. Ma joie est grande de m’exprimer ainsi à vous.

Solar prominence from STEREO spacecraft September 29, 2008.jpgVous êtes chacun enfants de la terre, enfants des étoiles, enfants de l’univers dans l’unité du tout. Chacun de vous portez en le diamant du cœur, le diamant de l’âme, un joyau, une source qu’il est temps de partager. Chacun de vous est un morceau de cristal, et lorsque ces multiples morceaux s’assemblent, c’est une merveilleuse œuvre d’art cristalline qui apparait et qui sert l’évolution de l’humanité.

Chacun de vous avez un trésor logé au plus profond du cœur, au plus profond de l’âme. Ce trésor ne demande qu’à être révélé, activé, partagé.

Pour révéler ce trésor, nous vous invitons à poser la paix en vous-même, poser la paix en les moindres cellules de tous vos corps. Accueillir l’énergie de l’amour de la Source, l’énergie de l’amour de la Vie, et vous reconnaitre vous-mêmes comme enfants de la Source.

Reconnaissez la beauté de la lumière à l’intérieur de vous. Alors cette lumière pourra rayonner dans la puissance de mille soleils, et ces mille soleils pourront mettre en place le plan divin, le puzzle divin, pour vous-mêmes, pour la terre entière.

Vous n’êtes point petits. Cette croyance est manipulation de l’égo, distortionné dans l’autodestruction. Vous êtes chacun un soleil. Permettez à ce soleil de devenir mille soleils. Chacun de vous a sa place dans son unicité, dans sa perfection.

Publié dans:CHANNELING, GUERISON |on 7 mars, 2012 |Pas de commentaires »

La Maîtrise des sentiments et des pensées


L’état de maitrise consiste à maitriser ses pensées, ses émotions et ses actes, en comprenant qui on est et en laissant s’exprimer l’être intérieur. Mais que signifie maitriser? Maitriser n’est pas refouler, faire barrage à des impulsions non contrôlées. Cette attitude de contrôle n’est pas forcément saine. Il y a une différence énorme entre réprimer une impulsion (contrôle, refoulement) et tarir la source de cette impulsion (maitrise).

Maîtriser, c’est d’abord observer ses réactions émotionnelles et mentales, les accueillir sans jugement et sans résistance, puis en comprendre l’origine, afin de les désamorcer. Puis atteindre un degré de quiétude et de calme parfait en toutes circonstances.

Il est possible de maitriser ses sentiments en maitrisant sa pensée. Un sentiment est la résultante d’une pensée. Par exemple, si je dois prendre le train pour aller voir un ami cher, et que le train est en grève, je peux ressentir de la colère contre les employés. Cela est dû à la pensée que je dois absolument voir cet ami et que j’en attends des bénéfices (de l’amitié). Mais je peux orienter ma pensée, et considérer que par cette grève, la vie me conduit vers des voies à explorer qui peuvent être riches d’enseignements pour moi, et même m’apporter des cadeaux. Si j’accepte ce détournement de mon programme et que je m’en remets à la vie, je peux découvrir que cet arrêt en gare me donne l’occasion de sortir de ma condition habituelle, et me mettre en contact avec des choses intéressantes que j’aurais autrement ignorées: rencontres et échanges avec les gens, visites, repos, etc. Alors mon sentiment de colère devient le calme, la joie et la gratitude.

http://www.spirit-science.fr/doc_spirit/spiritualite.html

Publié dans:PENSEE |on 7 mars, 2012 |Pas de commentaires »

Peuples de la Terre

 

Toute la chaîne de relations entre les éléments du grand cercle est empreinte de spiritualité. Tout comme avec les animaux, les Autochtones entretiennent des liens très étroits avec l’ environnement auquel ils confèrent un grand respect. La raison première est que la Nature est considérée comme la grande pourvoyeuse de l’humanité. Les liens avec la Nature ont donc un caractère sacré qui oriente les actions et les gestes de chacun au sein de l’environnement.

Comme tous les peuples de la terre, les peuples autochtones ont des mythologies qui permettent, aujourd’hui, de comprendre la culture, les traditions et les valeurs ancestrales de ces nations. Ces mythes sont généralement peuplés d’animaux, de monstres ou d’êtres humains parfois plus grands que nature. Ces mythes sont de nature cosmogonique, s’ils expliquent la formation de l’univers, des planètes et des astres, ou étiologiques, s’ils réfèrent à l’origine de phénomènes naturels, tels le tonnerre, les tremblements de terre, les éclipses, etc…

Bien souvent, dans les mythes et dans l’imaginaire, évoluent des animaux protecteurs qui guident et protègent les nations avec bienveillance. À l’opposé, cet imaginaire autochtone est peuplé de monstres qui s’en prennent aux humains, les effraient et leur inspirent la crainte et la peur. Dans les communautés, pendant des siècles, la tradition orale s’est chargée de transmettre cet héritage d’une génération à l’autre. Les festins étaient des occasions privilégiées au cours desquelles se perpétuaient ces traditions orales.

Peuples de la Terre dans ELEMENTS 330px-ThorLors des fêtes, la cérémonie du tabac, que l’on fumait en groupe en se passant le calumet, était un exercice spirituel permettant d’entrer en contact avec les ancêtres. De plus, des chants et des danses faisaient partie du caractère sacré de l’événement. Ces chants et ces danses étaient bien souvent associés à des espèces animales, tels l’aigle ou le serpent, et avaient des fonctions spécifiques. Des chants pour obtenir des visions et des songes, des chants de remerciements pour les âmes. Des danses et des chants pour exorciser les peurs collectives ou pour demander la protection d’un animal en particulier. Ces danses provoquaient des états de transe au cours desquels l’âme dominait le corps, favorisant ainsi les visions.

Les Autochtones avaient une confiance illimitée dans les amulettes qu’ils considéraient comme un objet de concentration de puissance favorisant la chance et la protection. Ces amulettes pouvaient avoir la forme de petites figurines taillées dans l’os, de pierres aux formes bizarres ou être des objets quelconques. Portées en permanence dans un petit sac à la taille, avec le tabac, les amulettes portaient chance à la chasse, à la pêche, à la traite et au jeu, tout en éloignant les créatures maléfiques.

Tous ces gestes du quotidien s’inscrivent dans la spiritualité des nations et prennent place dans la richesse de l’héritage transmis au fil des générations. De nos jours, nombreux sont les non-Autochtones qui découvrent ces traditions et cette spiritualité qui figurent parmi les choses dont les Autochtones d’Amérique du Nord n’ont pas été dépossédés au fil des siècles. La spiritualité autochtone a résisté au choc de la civilisation occidentale et à l’implantation du christianisme en terre d’Amérique.

Au cours des dernières années, alors que les dimensions politiques et économiques de la question autochtone ont retenu toute l’attention, les traditions spirituelles sont animées d’une nouvelle vitalité qui s’affirme de jour en jour. À l’aube du nouveau millénaire, cette spiritualité s’adapte aux conditions de vie moderne tout en sauvegardant ses valeurs fondamentales. Implantées sur ce continent depuis des millénaires, les nations autochtones ont lentement tissé leur culture, leur langue et leur spiritualité, en partageant le sentiment profond d’un lien sacré avec la Terre.

Pour en connaître plus, visitez le site : http://chez-alajaizi.e-monsite.com/pages/magie/rituel-et-tradition.html

Publié dans:ELEMENTS |on 7 mars, 2012 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3