Archive pour le 4 février, 2012

Le Projet Pléiadien

L’assistance pléiadienne dans la vie humaine

par Yasmine Rooney – tiré de la Revue UNDERCOVER #11 de Joël Labruyère.

L’HUMANITÉ

L’humanité a vu le jour de la même façon que chaque race au sein de l’univers – par une manifestation de la volonté de chacun des individus la composant. De même que tout être vivant et tout objet, elle a pour origine la source universelle (que la science nomme  » énergie du point zéro « ), une réserve d’énergie potentielle de laquelle émanent toutes les formes de vie. De cette source jaillit la lumière la plus pure, et la lumière est au commencement de toute matière.

LA VIE

Toute vie naît de la source universelle. La vie ne commence que lorsque l’un des aspects de cette énergie universelle désire s’individualiser et vivre une expérience dans la matière ou l’énergie (sans forme spécifique). Cette intention de prendre forme déclenche le processus de la conception. Les atomes apparaissent puis finissent par former cellules et entités physiques.

Le but de l’existence sous toutes ses formes est de créer et d’expérimenter la création. À l’issue de cette expérience, nous poursuivons notre chemin et concevons une toute autre création. Dès sa naissance, tout être vivant est le reflet de l’Art de créer. Nous nous sommes tous réjouis de pouvoir penser et vivre des existences merveilleusement différentes par lesquelles nous exprimer. La création est joie, et la joie est ce que désire toute forme de vie. Dans sa dimension humaine, l’homme ne se souvient plus de son but originel. Il est incapable de mettre fin à son expérience d’être humain pour s’orienter vers un autre choix d’existence et se borne à revivre sans fin les mêmes cycles d’expérience, inconsciemment et sans comprendre le processus de la vie.
Le Projet Pléiadien dans PLEIADES 530px-ESO_-_Milky_Way
LA SOURCE UNIVERSELLE DE LA VIE

L’intelligence animant la forme physique se caractérise par son pouvoir de création.
Ce n’est pas la forme physique elle-même (par exemple, le cerveau de l’homme) qui détient l’intention, mais l’intelligence qui a créé cette forme. C’est cette intelligence que nous appelons l’esprit.

L’esprit de chaque être humain réside au sein de la source universelle, une source infinie d’énergie donnant naissance aux idées que choisit l’esprit. L’intelligence est cet aspect de la conscience qui choisit les pensées directrices d’une expérience à travers la création, telle que l’aventure humaine. Elle ne choisit pas seulement une ligne de pensée, mais en définit également l’utilisation. Les pensées doivent-elles être conservées ou au contraire rejetées lorsqu’elles ne sont plus utiles ? Notre intelligence, l’esprit, dirige l’intégralité du processus.

Nous sommes, à tout moment, partie intégrante de la source universelle. Dans cette source nous régénérons constamment notre structure cellulaire et il en va de même pour tout ce qui existe dans la nature. Toute chose est engendrée par sa propre intelligence et il n’existe rien dans la nature qui soit dénué de vie. Des objets tels que les rochers ne nous paraissent sans vie qu’en raison de nos perceptions limitées de la vie et de la création. Si un objet a pris forme, alors il est doté de vie car la cohérence de sa structure atomique est la manifestation d’une intention. Lorsqu’un corps dépérit, alors l’intelligence qui l’habitait le quitte pour entamer un nouveau cycle de création. De ce corps il ne subsistera aucune forme originelle, de sorte que rien dans la nature ne connaît réellement la mort. En d’autres termes, la mort est la désagrégation de la forme originelle et son retour à sa source.

 

Publié dans:PLEIADES |on 4 février, 2012 |Pas de commentaires »

La cohabitation

Les Êtres humains doivent apprendre à cohabiter avec des portions plus lourdes de leur Être qui, en même temps, sont unies aux portions plus lumineuses. Vous êtes tous invités à réapprivoiser votre relation avec la vie, à partir de l’acceptation que vous puissiez vous tromper, faire des faux pas, et que la reconnaissance de votre Être ne soit pas remise en question dès qu’il y a ces faux pas.

Image illustrative de l'article Voie lactéePlusieurs aimeraient être déjà rendus, alors qu’en vérité, vous avez à franchir un escalier. Vous ne pouvez tout d’un coup être à l’autre étage. Vous avez des marches à gravir, et il faut être cohérent avec ceci. La douceur envers son Être en évolution est une qualité essentielle à intégrer dans l’incarnation. Être trop exigeant ou trop brusque envers soi ne fait qu’alourdir le parcours. Les fleurs ne poussent pas plus rapidement en tirant sur leur tige.

Votre foi inconditionnelle en la vie est beaucoup plus grande que le reste. Malgré tout ce que la vie peut avoir créé d’obstacle pour vous, vous continuez d’avancer, et cela est magnifique. Nous reconnaissons qui vous êtes. Nous reconnaissons l’Être d’amour que vous êtes. Chacun d’entre vous a beaucoup à offrir, et nous vous invitons à le reconnaître maintenant.

Nous vous remercions de votre présence amoureuse. Nous allons maintenant compléter ce message et vous saluer.

Salutations à vous

Le Collectif Ashtar et la Grande Fraternité Universelle – lire la suite ici : www.psychologiedelame.com

Publié dans:HUMANITE |on 4 février, 2012 |Pas de commentaires »

L’état de séparation

Vous êtes des Êtres universels uniques, voguant dans un Univers d’amour. C’est ce que vous étiez consciemment avant d’entreprendre le parcours humain, et c’est ce que vous redeviendrez lorsque vous aurez de nouveau rejoint les niveaux de conscience élargie. En vérité, la majeure partie de votre Être n’a jamais quitté cet état. Cependant, lorsque vous avez entrepris le parcours de l’incarnation, vous avez continué à ressentir que vous étiez unique, mais l’expérience vous a amenés aussi à ressentir l’état de séparation, comme si vous ne faisiez plus partie de cet Univers d’amour. Vous avez alors interprété que c’est la dimension unique de votre Être qui n’était plus la bienvenue dans cet Univers d’amour, comme si vous aviez été chassé parce que vous portiez en vous quelque chose d’inapproprié.

En vérité, les Êtres humains ont voulu expérimenter la vie en dehors de l’amour, pour mieux comprendre l’amour à partir d’une perspective extérieure. Tout comme un poisson retiré de la mer souhaitera y fusionner de nouveau, les Êtres ont choisi de se séparer de l’amour pour mieux y revenir par la suite. Donc en vérité, lorsqu’un Être s’éloigne de l’amour, ce n’est pas pour demeurer séparé, mais pour mieux y retourner.

Donc si vous avez quitté l’Univers d’amour – cette sensation permanente d’union ressentie – pour vous retrouver dans un corps physique séparé de l’amour, et que par la suite vous avez interprété que c’est la dimension unique de votre Être qui n’était plus la bienvenue, vous aurez compris que vos efforts vont alors être orientés vers l’atteinte de cet état de perfection. L’envie de redevenir parfait est interprétée sur Terre comme le moyen de regagner sa place dans l’Univers.

2dfgrs.png

Se débarrasser des imperfections
Les Êtres ont alors imaginé qu’ils devaient se débarrasser de tout ce qui était imparfait en eux pour accélérer leur retour. Et c’est à partir de là que les distorsions ont été amplifiées sur Terre, partagées par tout un ensemble d’Êtres voulant retrouver leur état de perfection, tout en repoussant ce qui ne semblait pas être à la hauteur en eux.

Cette envie d’être parfait est partagée par l’ensemble des humains de votre planète, et celle-ci est expérimentée encore plus intensément dans vos sociétés occidentales. Les soifs de performances, la comparaison et la concurrence qui y sont valorisées sont les symptômes visibles de ce que nous vous décrivons.

Comprenez que cette envie d’être parfait camoufle une impression d’être imparfait. Celle-ci amène les humains à occulter la dimension de leur Être qui cherche à absorber l’amour pour devenir plus équilibré. Car pour absorber l’amour, il faut se reconnaître. Et pour se reconnaître vraiment, il faut sortir de l’équation « je me reconnais parce que je suis un Être qui performe ». Cette équation n’est pas salutaire, car elle amène les Êtres à vivre des tensions énergétiques. Dès qu’ils font un faux pas, ceux-ci ont l’impression de s’éloigner de leur but et de perdre leur statut universel. Et alors, la pression est telle qu’ils n’osent plus avancer, parce qu’ils ont peur de se tromper.

Beaucoup d’Êtres humains attendent d’avoir atteint un état de perfection avant de se mettre en mouvement. Ils imaginent que l’état de maîtrise s’atteint en devenant parfait. Ils se disent que lorsqu’ils auront raffiné leurs talents au point qu’ils seront parfaitement déployés et exprimés, alors là ils seront reconnus par l’Univers. Et ce besoin d’être parfait avant même d’avancer est paralysant pour tout Être qui entreprend le parcours de maîtrise.

Inertie ressentie
Voilà chères Âmes pourquoi tant d’humains ressentent une paralysie. L’inertie devient alors réconfortante, car elle maintient les Êtres dans un état illusoire de perfection. La perfection, si elle existe, se présente par l’expérience, et non à travers la contemplation. Votre Âme ne cherche pas la perfection, elle cherche à évoluer. Et chaque étape de son parcours la stimule. Elle sait qu’elle se dirige vers un état de perfection, mais son but n’est pas de l’atteindre, c’est d’avancer vers celui-ci.

La perfection humaine n’existe pas. Dans la dimension incarnée, la perfection côtoie l’imperfection. Lorsqu’un Être est parfait, le lendemain il est imparfait et cela est parfait ainsi. Il n’est demandé à personne d’atteindre la perfection dans la matière. Cela ne correspond pas à l’expérience qui a été choisie par les Êtres dans la 3e et 4e dimension. Il faudra atteindre les portails de 5e dimension pour que vraiment, l’état que vous considérez « perfection pure » prenne forme. Et vous aurez compris que la véritable perfection n’est pas de devenir parfait, mais d’aimer son Être en totalité.

Vous ne serez jamais « rendus », car l’évolution est éternelle. Même les Maîtres continuent d’évoluer. L’invitation ici est de prendre plaisir à chaque étape du parcours, plutôt que de chercher à atteindre la finalité avant même d’avancer. Viser un idéal est magnifique. Mais être paralysé par l’écart qui existe entre cet idéal et votre réalité courante est très limitant pour l’Âme.

Le Collectif Ashtar et la Grande Fraternité Universelle – lire la suite ici : www.psychologiedelame.com

Publié dans:REINCARNATION |on 4 février, 2012 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3