Archive pour le 1 novembre, 2011

Eveil de la conscience

Ba and mum.jpgQuand l’Ego a été radicalement annihilé, la conscience est totalement éveillée ; dans ces circonstances, nous pouvons descendre à volonté dans les mondes infernaux avec l’intention de voir, d’entendre, de toucher et de palper la crue réalité de ces régions submergées. 

Ce type d’investigations étant très avancé, il ne peut être réalisé à volonté qu’avec une conscience absolument éveillée. 

Maître, vous nous parliez des deux avantages provenant de l’Essence, le premier étant qu’elle nous oriente pour vivre de façon adéquate, le deuxième qu’elle nous permet l’expérience directe. Dans l’expérience que vous avez eue au marché du quartier Fédéral, lors de cette terrible explosion, laquelle de ces deux facultés de l’Essence vous a alors permis de sauver votre vie ?. 

Noble monsieur, qu’il me soit permis de vous informer que la deuxième de ces qualités de la conscience, celle de l’expérience directe, m’a permis de connaître par anticipation ce qui allait arriver, c’est-à-dire la mort des pompiers. 

Maître, pourriez-vous nous expliquer quelle est la différence entre les projections du mental et les expériences réelles ?. 

Je vais donner une réponse à cette nouvelle question de l’auditoire avec le plus grand plaisir. Permettez-moi de vous informer, messieurs et mesdames, que les projections mentales sont de caractère purement subjectif, très différentes certes, des expériences réelles, qui sont de type objectif. 

Dans le premier cas, le mental projette ce qu’il a élaboré de façon subconsciente et, identifié avec ces projections, il tombe dans la fascination et dans les rêves propres de l’inconscience. 

Dans le deuxième cas, le mental a épuisé le processus de la pensée, il ne projette plus, il est ouvert au nouveau, il reçoit sans identification, et en l’absence de toute fascination, de tout processus de rêve. 

Je vais illustrer cette réponse avec un récit de type ultrasensible. Me trouvant hors de mon corps physique, en des moments où celui-ci dormait profondément dans le lit, j’invoquais un désincarné qui, pendant sa vie, fut un membre de la famille certes très proche. Le défunt se présenta vêtu d’un costume gris qu’il portait pendant sa vie ; il venait tout seul, il paraissait réellement un somnambule, disait des sottises, quelque chose que j’avais entendu chez quelqu’un. Mes efforts furent inutiles pour me faire reconnaître de lui ; le malheureux dormait profondément ; certes, il ne me voyait pas, au fond, il percevait exclusivement ses propres formes mentales et riait comme un fou à lier, comme un idiot. 

Il y a ici les deux aspects qui viennent donc éclairer la question. Ce défunt projetait ses propres formes mentales, rêvait avec elles, était absolument fasciné par elles et il ne me percevait même pas. Tandis que dans le deuxième cas, j’étais complètement conscient, éveillé, je savais que mon corps physique dormait dans son lit, je ne projetais pas ; j’avais épuisé le processus de la pensée, je m’ouvrais au nouveau, je recevais le désincarné, enquêtais sur lui, me rendais compte de l’état déplorable où il se trouvait. 

J’ai illustré avec ce récit, la question qui venait de l’auditoire. 

 

Vénérable Maître, quant à l’exercice de division de l’attention en trois parties qui se fait ici dans le monde physique, comment peut-il avoir des répercussions dans le monde Astral, si ce sont deux mondes totalement différents ?. 

Mes amis, si nous observons la vie des rêves normaux, communs et courants, nous pourrons voir ce fait concret selon lequel nombre de scènes du rêve correspondent aux événements de la vie quotidienne ; aux faits que nous avons vécus ici-même, dans le monde physique, aux actes de chaque moment. La conséquence directe de ce que nous affirmons est que nous pouvons insister sur ceci : l’exercice de la division de l’attention en trois parties se répète également, comme dans le cas des rêves, à ces heures où l’Essence, embouteillée dans l’Ego, se trouve hors du corps physique. 

Je crois que vous n’ignorez pas que quand le corps dort, l’Essence embouteillée dans le Moi-Même, s’éloigne du corps physique. Ainsi donc, si nous nous habituons à pratiquer cet exercice, ici, dans le monde physique, d’instant en instant, de moment en moment, nous le répéterons ensuite instinctivement pendant les heures de sommeil et le résultat sera l’éveil de la conscience ; nous pourrons alors voir entendre, toucher et palper, tout ce que dans ces exposés nous avons dit quant à l’Enfer, au Diable et au karma. 

A mesure que l’Ego se dissoudra, la conscience s’éveillera de plus en plus et ceci, nous pouvons le constater au moyen de l’exercice de la division de l’attention en trois parties. L’Ego absolument dissous, l’exercice enseigné ici nous permettra d’utiliser la conscience de manière volontaire pour l’investigation des grandes réalités. 

 

BARRSEPA - chevaux couleurs ruade

Extrait du livre : Oui il y a l’Enfer, Oui il y a le Diable, Oui il y a le Karma – pages 225-227- Par Samaël Aun Weor  http://nous-les-dieux.org/LIVRES_PDF 

 

Publié dans:DEVELOPPEMENT |on 1 novembre, 2011 |Pas de commentaires »

Entre destin et liberté

L’équilibre entre destin et liberté dans le Contrat sacré

LE CONTRAT SACRÉ par CAROLINE MYSS 

Dans d’autres cultures et à d’autres époques, des gens ont vu dans leur Contrat sacré l’action du destin, la grâce de Dieu ou le karma accumulé par les gestes du passé. Le fatalisme sur la vie et la mort pousse certains Entre destin et liberté dans ACCORD 220px-Carl_Spitzweg_021à dire, par exemple:  » Le moment était venu pour lui « ,  » Ils étaient faits l’un pour l’autre » ou  » C’est l’emploi pour lequel elle était née « . La culture scientifique moderne attribue de tels événements à une prédisposition génétique, à un facteur de causalité ou au hasard. Les cultures orientales, qui ont étudié les processus intérieurs de l’âme et de la psyché plus longtemps et plus intensément que l’Occident, ont développé une croyance en un continuum de vies, plutôt qu’en une vie unique suivie d’une récompense ou d’une punition éternelles. Selon les lois du karma, votre vie actuelle reflète vos actions passées tout comme vos gestes en cette vie sèment des graines qui, arrivées à maturité, produisent des fruits dans des vies futures. Bien que le système oriental du karma (et de la réincarnation) soit censé être supervisé par des dieux ou par une énergie supérieure, nos récompenses et punitions, ainsi que le rythme de notre évolution spirituelle, reposent presque entièrement sur nos propres efforts… 

Pour vous aider à prendre part à ma vision des Contrats sacrés, j’utilise des comparaisons provenant des croyances orientales et occidentales sur les rôles relatifs du destin, du libre-arbitre et de la volonté divine. Mais selon moi, nous avons une relation profondément intime avec le Divin et une relation très impersonnelle avec l’ordre cosmique. Les lois universelles, telles que la causalité et l’électromagnétisme, s’appliquent également à tout le monde. L’orbite des planètes et le rythme des marées ne nécessitent aucune intervention de ma part. En réalité, nous incarnons les lois de l’univers chaque fois que nous exerçons notre pouvoir de choisir: lorsque j’opère tel choix, il y a telle conséquence, peu importe qui je suis. Mais je peux influencer la qualité de cette conséquence en demeurant consciente de mon intention. Cette capacité de déterminer nos motivations reflète notre lien intime avec le Divin. Mes intentions ne changent pas les lois, car chacun de mes choix aura tout de même des conséquences. Mais si mes motivations sont empreintes de compassion et de sincérité, elles auront des conséquences vraisemblablement positives. Et un simple geste peut entraîner une cascade inestimable d’effets physiques, émotionnels et spirituels. 

Dans le cadre de notre relation intime avec le Divin, ce dernier nous incite à tirer des leçons et à travailler à notre croissance spirituelle selon une méthode à laquelle nous résistons parfois. Cela peut paraître contradictoire : puisque nous avons co-créé notre Contrat avec le Divin, pourquoi y résister ou l’ignorer ? Parce qu’avant de naître, nous oublions les détails de notre entente. Nous devons nous rappeler notre dessein, le chercher. Ce n’est pas aussi difficile qu’il n’y paraît, car lorsque vous vivez en accord avec votre Contrat, vous savez habituellement que vous êtes sur la bonne voie… 

En définitive, nous faisons tous les jours des choix, conscients ou non, qui honorent notre Contrat en nous gardant sur la voie ou nous y ramenant. Nous pouvons également choisir de faire appel à des archétypes, à des guides spirituels et même à la grâce de Dieu, par la prière et la méditation, pour tenter de remplir plus promptement nos engagements. Si vous préférez ne pas croire en un véritable contrat prénatal ni en la réincarnation, ni même au pouvoir de la grâce, vous pouvez envisager votre vie sous un angle métaphorique, tel un voyage que vous avez accepté d’entreprendre… 

Vous pouvez également envisager votre Contrat sacré comme votre contribution unique à la vie qui vous entoure et qui découle de votre situation, de vos relations, de votre famille. Peu importe comment nous apparaît notre Cont220px-Chinguetti_biblio2 dans ENERGIESrat, nous devons, pour le décoder, accepter que tous nos gestes aient un but qui nous dépassera toujours, que chacune de nos actions affecte notre vie et celle des autres, pour le meilleur ou pour le pire… 

Les rêves ont renforcé ma croyance qu’un dessein sous-tend les événements, que notre vie est tracée, que ses étapes et ses stades nous donnent toujours l’occasion d’une transformation spirituelle, qui est le but ultime du travail avec notre Contrat. La transformation spirituelle survient lorsque, ne voyant plus les choses en termes strictement physiques et matériels, on s’aperçoit que leur déroulement s’appuie sur une logique, qu’elles sont comprises dans un vaste plan. Notre Contrat sacré nous offre d’innombrables chances de croissance et de changement, qui ne dépendent que de notre volonté de saisir les indices et les signaux subtils apparaissant en cours de route. Les rêves, les intuitions, les coïncidences apparentes et les rencontres aléatoires ne sont que quelques-uns des indices qui nous guident sur la voie de la transformation véritable. 

Le but de la transformation spirituelle 

La plupart d’entre nous avouerions probablement que le changement positif (et le fait d’aider les autres) est l’une de nos raisons d’être. Sans cette possibilité d’apprendre, de grandir ou d’être une force bénéfique, la vie serait plutôt stagnante. La connaissance de votre Contrat sacré vous permet de voir comment des événements et des rencontres apparemment aléatoires (positifs ou négatifs) font partie, en réalité, d’un scénario de vie qui vous fournit d’innombrables occasions de transformation spirituelle. 

On croit souvent à tort que la transformation spirituelle doit être déclenchée par un traumatisme ou une tragédie : une maladie grave, la perte d’un être cher, une catastrophe financière ou personnelle. La plupart d’entre nous avons de la difficulté à croire qu’un changement de perspective majeur puisse être motivé par le simple contenu d’un livre ou par les sujets de conversation d’un déjeuner entre amis… 

Contrats sacrés et relations humaines 

Parce que la vie est si complexe et qu’il y a tant à « voir » (de nous-mêmes, du monde et du Divin), nous avons des Contrats avec bien des gens dans notre vie. Imaginez qu’en s’incarnant, chaque âme se divise en innombrables fragments qui passent instantanément à l’exploration de l’âme globale. Vous le savez quand vous rencontrez des gens qui dégagent quelque chose de profondément attirant pour vous, et vous vous sentez peut-être « vide » lorsqu’ils partent. Le terme populaire âme-sœur, appliqué à un partenaire romantique idéal, reflète à peine cette vérité; en fait, nous avons plusieurs âmes~sœurs qui jouent des rôles fort différents dans la vie. Noble ami est peut-être un meilleur terme. Ce sont les gens que vous êtes non seulement destiné à rencontrer mais que vous devez rencontrer. Peu importe le nombre d’occasions de les rencontrer qui vous échapperont, si vous avez un Contrat, vous finirez par les rencontrer, peut-être plusieurs fois, jusqu’à ce que vous ayez complété tout ce que vous aviez à régler dans l’échange de vos âmes… 

D’un point de vue symbolique, de même que de la position traditionnelle d’une grande part de la pensée orientale, personne ne se trouve dans votre vie par hasard. Cela étant dit, cependant, il semble que certaines personnes comptent davantage. Vos intimes, tels que votre famille, vos amis, vos partenaires, vos amants, vos collègues proches, et même vos adversaires, font tous partie de vos ententes d’apprentissage sur terre. Mais parce que votre Contrat concerne l’ensemble de votre vie, on ne peut qualifier d’insignifiantes certaines autres relations qui semblent brèves ou banales… 

220px-Bibliotheque_alencon_670px dans SOCIETEÀ l’inverse, vous avez probablement déjà tenté de « provoquer » une relation sans que, malgré tous vos efforts, le lien ne se forme. Il y a des gens avec qui vous êtes censé vous trouver, et d’autres qui, quoi que vous fassiez, ne seront pas de votre vie. De même, certains ont beau frapper bruyamment à la porte de notre vie, mais malgré leurs efforts pour nous plaire ou attirer notre attention, nous ne sommes pas ouvert à l’idée de les accueillir. Aucun d’entre nous n’appartient à la vie d’un autre. Voici un indice qui vous aidera à déterminer si quelqu’un a sa place dans votre vie: devenez sensible à ce que j’appelle le facteur d’ »animation ». J’entends par le mot animation une sorte de courant électrique qui circule entre deux personnes lorsque l’énergie vitale fait irruption, comme entre des amants qui s’adorent absolument… 

L’absence d’électricité entre les gens est aussi évidente que sa présence. Sans ce courant, rien ne pourrait vous rapprocher pour former une relation. Vous serez peut-être à même d’établir un lien temporaire, mais à moins qu’il ne circule un flux naturel entre vous, votre lien sera instable et embrouillé. 

Parmi les liens riches en animation, mentionnons les relations avec des gens pour qui vous ressentez une aversion immédiate ou avec qui vous tombez dans une forme instantanée de jeu de pouvoir. Dans ces cas, vous pouvez être assuré d’avoir également quelque chose à apprendre d’eux, bien que ce soit plus difficile que l’attraction mutuelle… 

Selon les termes de votre Contrat, les petits tyrans de votre vie sont aussi utiles et importants que vos nobles amis les plus chers. Vous avez des accords à conclure de part et d’autre, car tous ont à vous enseigner sur vous-même quelque chose que vous ne pourrez apprendre nulle part ailleurs… 

Vous pouvez comprendre à travers la sagesse ou la difficulté 

Prenons cet exemple: apprendre le pouvoir du pardon est essentiel à votre voie spirituelle. Comme l’apprentissage du pardon indique que vous avez quelqu’un à qui pardonner, supposons que vous ayez besoin de pardonner à vos parents les pressions qu’ils vous ont fait subir ou les exigences qu’ils vous ont imposées. Ou encore que vous ayez à pardonner à un patron qui vous a congédié d’un poste qui vous assurait la sécurité financière mais vous laissait insatisfait et malheureux. Ces gens jouent dans votre vie un rôle qu’il vous faut comprendre. En interaction avec eux, vous apprendrez quelque chose sur votre raison d’être. Vous devrez décider consciemment de leur pardonner ou non. 

Sans aucun doute, le choix du pardon représente un plus grand défi que celui du ressentiment, mais cette voie plus difficile vous apportera la paix et la sagesse spirituelle. Bien qu’il convienne à notre sentiment d’indignation vertueuse, le ressentiment coûte plus cher à long terme: il affecte votre santé physique, mentale et émotionnelle. Lorsque vous choisissez de ne pas pardonner à vos parents, à vos employeurs et à d’autres supposés adversaires, vous vous isolez et vous vous aliénez des autres et du monde. Vous vous piégez dans une forme énergétique malsaine qui peut même vous amener, ironiquement, à dépendre des autres à cause de la maladie ou d’autres circonstances de la vie. 

Refuser une tâche spirituelle comme le pardon est une voie d’apprentissage pénible, mais, éventuellement, vous l’apprendrez. Et si vous repoussez la leçon, vous la retrouverez à maintes reprises sur votre route.

 

BARSEPA - coeur à ordi

Extraits du livre de CAROLINE MYSS  : CONTRATS SACRÉS, p. 16-57 – Ariane Éditions, 2002 

 

Publié dans:ACCORD, ENERGIES, SOCIETE |on 1 novembre, 2011 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3