Découvrir nos peurs universelles

Gif diablesAussi diverses que puissent paraître les peurs de chaque personne, un fil en relie les nombreux masques. Je dis rarement « jamais » et « toujours » en décrivant les mécanismes de la création tels qu’ils me sont montrés dans la vie. Cela étant, je sais qu’il y a toujours des exceptions. Selon mon expérience de travail auprès de plusieurs milliers de personnes au cours des huit dernières années, chaque expression de peur que j’ai vue semble provenir de l’un ou de l’autre, ou d’une combinaison quelconque de trois pattems de perception sous-jacents. De ce point de vue, chaque symptôme, même s’il est extrême ou unique, devient le masque d’un système de croyances subtil mais puissant. Ces pattems sont si omniprésents dans les relations sociales, politiques, économiques, ethniques, culturelles, romantiques et commerciales de notre monde que je les appelle les trois peurs « universelles » ou centrales. (p. 116) 

Les patterns de peur universelle peuvent être si subtils dans notre vie, mais leur souvenir si pénible, que nous leur créons magistralement des masques acceptables. Comme pour une relique douloureuse dans les annales familiales rarement exposée, nous nous sommes inconsciemment entendus entre nous pour déguiser notre souvenir de manière que notre passé ne soit jamais oublié. Le déguisement est devenu le mécanisme de défense collectif qui nous permet de faire l’expérience des peurs à des niveaux de blessure subtils et acceptables. En distançant l’expression des peurs des peurs en soi, nous avons éloigné l’expérience de notre vie du pattem même que nous sommes venus guérir. (p. 116) 

Ces peurs sont masquées avec tant d’habileté, qu’en définitive, les patterns originaux qui propulsent la vie sont oubliés. C’est cette distanciation qui permet aux blessures de la vie d’apparaître sous la forme d’expériences discrètes, aléatoires et sans relation. Souvent, ces expériences ont été interprétées comme de la trahison, de l’abus et de la tromperie. La même distanciation masque la guérison de la vie telle que nous l’exprimons dans l’extase, la joie et le rire. (p. 116) 

Première peur universelle : l’abandon et la séparation 

Presque universel est le sentiment qu’éprouve chaque individu, dans chaque famille, chaque culture et chaque société, d’être en quelque sorte « séparé » de l’intelligence créative qui est responsable, en premier lieu, de son existence sur terre. Nous sentons que, quelque part dans les brumes oubliées de notre mémoire la plus ancestrale, nous avons été placés ici puis laissés ou abandonnés sans explication ni raison… (p. 116) 

L’expérience de la peur comprend la charge de ce que signifie cette peur pour nous maintenant et ce qu’elle a voulu dire pour nous, sous la forme de notre vie. Pour les fins de cet exposé, on peut définir la charge comme un a priori émotionnel relatif à la valeur ou à la pertinence du résultat d’une expérience donnée. La charge permet l’expérience de l’a priori, de façon qu’il puisse être guéri et soulagé de sa charge. Vôtre charge de peurs universelles, bien que souvent inconsciente, fait en sorte que vous allez créer des patterns de relations qui vous montreront vos peurs. Ces relations vous donneront l’occasion de reconnaître vos charges et de vous rappeler vos patterns centraux. Avez-vous la sagesse et le courage d’explorer ce que vos relations vous laissent voir? (p. 117) 

Si vous ne vous souvenez pas de vos sentiments de séparation et d’abandon, ou si vous avez choisi de reporter leur équilibration et leur guérison, il y a une forte possibilité que vos peurs s’expriment à vous de manières inattendues, vous rappelant le report de votre engagement, par le biais des relations que vous créerez magistralement dans votre vie… (p. 117) 

Deuxième peur universelle : le sentiment d’être indigne Presque universel est le sentiment qu’éprouve chaque individu, dans chaque famille, dans chaque culture et chaque société, de ne pas être en quelque sorte « à la hauteur ». Par la logique et la rationalisation, nous créons des scénarios décrivant pourquoi nous ne sommes pas à la hauteur de nos plus grands rêves, de nos aspirations les plus élevées ou de nos désirs les plus profonds. Malgré nos vœux, nos désirs et nos rêves, un doute est profondément ancré, que nous  » aurons  » toujours, parce que nous mettons collectivement en question notre mérite. (p. 118) 

Pourquoi nous attendrions-nous à nous sentir différemment ? Depuis au moins 2000 ans, nous nous sommes fait dire, par ceux à qui nous accordions confiance et respect, que nous sommes en quelque sorte des « êtres inférieurs » à nos contreparties angéliques. Nous nous sommes convaincus du fait qu’en naissant en ce monde, nous avons commis un acte pour lequel nous chercherons toujours rédemption auprès d’une force qui, nous a-t-on affirmé, dépasse notre entendement… (p. 118) 

Notre peur de l’inadéquation et de la valeur garantiront que nos relations refléteront notre peur. Si vous ne vous rappelez pas la valeur de votre vie en tant que partie intégrante de ce monde, il y a une forte possibilité que vos peurs s’expriment à vous de façons inattendues… (p. 119)

Gif diablesSi de semblables scénarios se sont joués dans votre vie, il y a une forte possibilité que vos masques socialement acceptables et habilement créés soient en train de mettre en question votre amour-propre et votre mérite en ce monde. Les relations constituent votre façon de vous rappeler vos patterns centraux. Votre expression de chaque pattern dans la vie vous offrira la chance de vivre dans le manque, dans le fait de vous contenter de ce qui « ne suffit pas », de vous établir dans un pattem d’acceptation complaisante, ou de reconnaître ce que vous montrent vos relations et de choisir une option supérieure. (p. 119) 

Troisième peur universelle : lâcher prise et faire confiance 

Presque universellement, chacun de nous croit que, pour une raison inconnue cachée quelque part dans son passé lointain, ce monde n’est pas sécuritaire. À travers les perceptions de séparation et d’abandon, ou dans la mise en question de notre valeur personnelle, notre croissance nous a peut-être amenés à un endroit qui atteste que, pour survivre à cette expérience, nous devons vivre dans la suspicion à l’égard des processus de la vie. (p. 119-120)

 Pourquoi nous attendre à vivre autrement ? La confiance a une marge d’acceptation si étroite que tout résultat qui dépasse nos attentes est perçu comme une trahison et un abus. Chaque jour, la vie vous demande de démontrer votre confiance en ce monde. Faites-vous confiance aux processus de la vie, telle qu’elle vous est montrée ? À la divinité des processus de la vie, peu importe leur issue ? À la force intelligente qui s’exprime sous la forme de chaque être qui partage cette expérience de vie avec vous ? Si votre réponse est non, alors je vous demande pourquoi. Qui ou quelle expérience vous a enseigné qu’il n’était pas sécuritaire de faire confiance ? Pourquoi avez-vous choisi de croire en la non-confiance? (p. 120) 

Votre charge à propos de la « confiance » vous assure de créer des patterns de relations qui vous indiqueront vos attentes. Vous vous trouverez peut-être dans des relations qui refléteront votre croyance selon laquelle il est imprudent de faire confiance. De plus, vous vous trouverez peut-être dans des relations où les autres douteront du fait que vous méritez leur confiance. Des relations proches et intimes élargiront votre définition de la confiance et vous fourniront l’occasion de vous faire voir que la vie est sécuritaire. Avez-vous la sagesse et le courage de reconnaître ce que vous enseignent vos relations ? Si vous ne vous souvenez pas de vos sentiments de non-confiance et d’insécurité, ou si vous avez choisi de reporter leur équilibration et leur guérison, il y a une forte possibilité que les peurs s’expriment à vous, à travers vos relations, de manières inattendues… (p. 120) 

Il y a une bonne chance qu’une combinaison quelconque de ces patterns ait joué un rôle significatif dans votre vie. Reconnaître le rôle de ces trois patterns correspond à une étape puissante vers une plus grande maîtrise. Le fait de vivre votre connaissance vous transforme en votre sagesse. C’est la partie de la vie qui ne s’enseigne pas. On vous demande de devenir confiance, estime de soi et union. Au cours de votre guérison, chacune des relations que vous avez jamais entretenues au moyen de la charge de la peur universelle tombera. Il ne restera plus rien pour les maintenir en place. (p. 121) 

Nos peurs universelles semblent si bien déguisées et acceptées qu’il est souvent facile de les négliger ou de les rationaliser en leur donnant une forme différente de leur nature véritable. Voici un tableau qui identifie chacune des trois peurs universelles et les patterns caractéristiques de relation enracinés en chacune. (p. 121) 

La peur « universelle » exprimée sous les formes suivantes : 

L’abandon et la séparation . Des relations qui vous laissent atterré lorsqu’elles échouent ou qu’elles se terminent.
. Vous êtes celui que l’on quitte dans une relation.
. Vous êtes le premier à mettre fin à une bonne relation pour éviter d’être blessé. 

Le sentiment d’être indigne 

. Problèmes de manque d’estime de soi.
. Vous créez des relations de carrière, d’amitié et d’amour qui correspondent à vos attentes d’inadéquation. 
Lâcher prise et faire confiance 

. Vous êtes incapable de vous abandonner à votre expérience.
. Les relations reflètent vos attentes selon lesquelles ce monde n’est ni sécuritaire
ni digne de votre confiance. (p. 121)

Toute peur perçue n’est qu’une fraction de vous-même dans votre totalité. Dans cette totalité, votre substance est plus grande que tout fragment de peur pris séparément. (p. 122)

 

BARSEPA - étoiles

Source : VOYAGE INITIATIQUE par GREGG BRADEN : SOURCE : Marcher entre les mondes: la science de la compassion Ariane Editions, 2000 

 

 

Publié dans : PEUR |le 22 octobre, 2011 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 23 octobre, 2011 à 15:56 Philippe Calixte écrit:

    francesca,
    juste un petit Coucou pour t’encourager dans ton action au combien Positive. Beau texte qui complète très bien ma canalisation sur « les peurs ».
    a bientôt, Lumière *

    Amicalement Philippe Calixte

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3