Archive pour le 6 octobre, 2011

Gnomes, ondins, elfes, sylphes, fées

Gnomes, ondins, elfes, sylphes, fées, salamandres sont appelés élémentaux car ils vivent au cœur des éléments. Ils ont le pouvoir de passer dans le temps du rêve. Par sa longue expérience d’instructeur chamane, Maja Cardot sait les voir et entrer en relation avec eux. Cela fait partie de son livre, « Abc du chamanisme ». Soleil Levant lui a demandé de nous en dire quelques mots. 

Gif elfsOn peut entrer en relation avec les esprits de la nature, se créer des correspondances. Après avoir architecturé un appât, une situation, une mise en scène élaborée finement dans le détail, la visualiser dans l’astral, dans le moindre détail, et l’allumer (c’est-à-dire y faire passer l’énergie lumière) ; ce qui est pour eux irrésistible, fascinant, c’est la profondeur de l’écoute humaine. Ils obéissent au regard, énergie émerveillée. C’est comme un aimant (le doute est répulsif). C’est pour eux une nourriture délicieuse qui les met dans un état second et les pousse à la frontière de notre plan : notre monde où ils sont perceptibles dans leur mouvement de vie. 

Les Gnomes se nourrissent de lumière 

Ils se nourrissent également de quintessence d’odeurs, d’émergences de sentiments. La découverte de sons modulés les met en transe. Ils vivent dans un ronronnement d’infrason en fa majeur, le son même de la terre. Pour eux c’est une fête. Ils sont travailleurs. Ils aiment les parfums et l’odeur fine des gâteaux délicieux. Nous manquons ici de place pour vous donner la recette du gâteau des gnomes et vous conseillons de vous reporter au livre*. 

Les Ondins se nourrissent des reflets solaires 

Petites flammes de lumière dansantes à la surface des eaux, les ondins se nourrissent de multiples reflets solaires, transcendants, colorés et d’énergie créée par leurs danses luminescentes à contre courant en sautillant. Ils sont capricieux. Ils adorent danser avec le vent. On chuchote que des mariages entre Elfes, Sylphes et Ondins se font à la frontière de leur univers, eau/air. Bien souvent, ils se noient dans un océan d’amour transcendant. Les poissons en sont très friands. Ce sont eux, les ondins, qui font chanter l’eau des cascades. 

Exercice : la pêche aux ondins se décide la veille pour le lendemain. Il faut d’abord construire sa canne à pêche en prévenant l’arbre de notre intention (pour les détails, se reporter au livre, page 112). Ensuite, on attend la pleine lune. Et l’on part vers le bord d’un lac ou d’une rivière. Nous nous asseyons confortablement après avoir disposé des bougies à la frisure de l’eau afin que la lumière s’y mire. Nous glissons dans l’eau un miroir réflecteur qui est un appeau, puis nous récitons l’ode aux éléments (voir page 109, 110). Si vous en avez le courage, entrez vos pieds dans l’eau en sachant que vous ne pourrez les ressortir de la soirée. On commence par mettre la boule à l’eau. Ensuite, on la maintient à la surface. De temps en temps, on la trempe. Attention à ne pas lâcher la canne. Lorsque la boule a été acceptée, elle devient luminescente et la canne pèse très lourd (le poids de l’Esprit). La soirée se déroule en silence et en concentration. C’est là l’esprit méditatif de tout bon pêcheur. Chacun vit ses propres sensations. Après l’exercice, tout à fait régénérés, nous nous lançons dans la relation minutieuse de nos sensations qu’il est indispensable de noter sur le papier. Et surtout ce que l’on a vu dans « l’ombre lumière » des flammes des bougies et des rayons de lune qui se sont inscrits sur le miroir. Coucher le subtil sur le papier donne un ancrage rationnel.

 

barre poisson

Extrait : « Abc du chamanisme » par Maja Cardot et Isabelle Clerc – Editions Grancher, 185 pages, 18€ dans toutes les bonnes librairies. 

 

Publié dans:NATURE |on 6 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Elfes et Sylphes

Elfes et sylphes se nourrissent du langage de l’odeur des fleurs et des plantes 

Gif elfsLes Elfes et les Sylphes ont des caractéristiques différentes. Les Elfes sont gentils, harmonieux. Les Sylphes ont mauvais caractère. Ils sont gardiens du mantra du vent. Ils adorent pincer les dormeurs. Les Elfes et les Sylphes se nourrissent particulièrement du langage de l’odeur des fleurs et des plantes. Ce sont de véritables banques de données, car ils « stockent » les secrets des plantes afin de soigner les humains avec qui ils communiquent. Avaler un Elfe a le pouvoir de guérir la dépression. Ils échangent les dernières nouvelles du monde avec les insectes nobles, genre scarabée, abeille, libellule ou papillon, qui les tiennent des hautes sphères, bibliothèques de l’univers où toute la vie humaine dans ses moindres détails et sa vastitude est enregistrée. Ils adorent la musique. Les sons sont, pour eux, friandises délectables et captivantes. Pour les attirer, il faut penser juste. Chanter faux n’a pas d’importance. 

Les Fées se nourrissent de poésie, de beauté et d’harmonie 

Belles, éthérées, légères, lumineuses, les fées se nourrissent de résonances infinies, de poésie, de beauté, d’harmonie des sphères et de rigueur mathématique ; ce qui les faits tournoyer et danser. Elles ont, entre autres, le don d’alléger et de suggérer une solution aux poids des soucis, de rendre la brillance aux pensées humaines par mimétisme. Nous passerons sous silence les fées Carabosse qui ne sont que l’expression manifestée de la méchanceté humaine, ce qui donne des fées dévoyées.

 

Barre de séparation

Extrait : « Abc du chamanisme » par Maja Cardot et Isabelle Clerc – Editions Grancher, 185 pages, 18€ dans toutes les bonnes librairies. 

 

Publié dans:NATURE |on 6 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3