Archive pour le 2 septembre, 2011

Le Karma dans la Nouvelle Energie

ShaNiraa – (information de ShaNiraa – Janvier 2010) - Titre original : « Karma in der Neuen Energie (ein Bericht von ShaNiraa im Jänner 2010) » – Transmis par ShaNiraa (Autriche) – Aimablement traduit de l’Allemand par Sophia (Belgique) pour le site ashtar.sheran.free.fr – Un grand merci à Sophia

Papillon bleuAloha mes très chers ! Me voici à nouveau et même si ceci n’est pas une canalisation, cela ne signifie pas que j’écris sans le soutien du monde spirituel. Au fond, nous ne sommes pas une seule seconde sans nos guides spirituels, qui sont toujours à nos côtés pour nous aider à nous libérer, à transformer, à abandonner…tout ce qui ne nous est plus utile dans la nouvelle énergie. Toutes les choses qui appartiennent à l’ancienne énergie, des programmes anciens, des fardeaux anciens et évidemment aussi l’ancien karma dont nous n’avons vraiment plus besoin maintenant. 

Je remarque que le sujet du karma dans la nouvelle énergie revient constamment. Comme il y a peu, dans le seul forum où je suis encore active. Je reçois aussi souvent personnellement des courriels et des questions concernant ce sujet, c’est pourquoi j’ai décidé de rédiger un petit texte et de parler de mes expériences lors de l’accompagnement des régressions dans la nouvelle énergie. 

Qu’en est-il exactement du fait qu’il n’y a plus de karma à l’époque nouvelle ? Comment comprendre le fait que tous ceux qui le choisissent peuvent maintenant être libéré de leur karma ? 

Pour expliquer cela, je dois d’abord expliquer ce qu’est réellement le karma, car je constate souvent que la plupart des personnes comprennent toujours le karma comme une sorte de « châtiment » à la tête duquel préside un juge, inconnu dans le plan physique, qui décide ce qui arrivera dans la vie suivante. 

Parfois on entend aussi que le karma est la loi de cause à effet. Je ne le vois pas ainsi, car la loi de cause à effet dit tout simplement que tout ce que pense ou fait un individu a une répercussion sur le Tout, et vu que cet individu est lui-même une partie du Tout, il ou elle est inévitablement concerné(e) par cette répercussion. Cette loi agit dans l’Univers entier, c’est une loi cosmique qui nous rappelle constamment que nous sommes UN, reliés de manière inséparable les uns aux autres. 

Mais le karma est un outil du niveau d’expérience de la dualité sur le plan physique, ou dans les 3ème et 4ème dimensions et n’est donc pas une loi cosmique universelle. 

Le karma nous permet d’acquérir des expériences afin de développer la compassion ou la compréhension de qui nous sommes en réalité. Afin de pouvoir parcourir ce processus du souvenir, nous avons d’abord dû oublier qui nous sommes, à savoir Lumière et Amour. 

Mais pourquoi tout cela ? Pourquoi avons-nous voulu oublier qui nous sommes ? Seulement pour, par des expériences laborieuses et douloureuses, nous en rappeler peu à peu ? Mais quel sens cela a-t-il ? 

Vu que nous sommes les enfants de notre Père-Mère-Dieu et par conséquent des créateurs nous-mêmes, le sens pourrait être : pour jouer dans notre propre création, ou autrement dit, afin de faire l’expérience de nous-mêmes dans notre propre création. Et tout cela est bien plus passionnant si, au sein de notre propre création, nous ne nous souvenons plus qu’au fond nous avons créé tout cela. Car c’est seulement de cette façon que nous pouvons le découvrir de manière toute à fait nouvelle. 

Un deuxième point important est certainement : afin de découvrir ce que nous sommes en réalité ! 

On ne peut pas reconnaître la lumière s’il n’y a pas l’obscurité qui met la lumière en évidence. Un exemple dans le monde physique est certainement la lumière des étoiles qui ne peut être vu que dans l’obscurité de la nuit. 

Si notre vraie nature est amour, et qu’il n’existe rien d’autre que l’amour, alors il est évidemment difficile de comprendre ce que l’amour signifie au fond ou, plus exactement, ce que signifie être amour. C’est pourquoi le créateur descend dans sa propre création, oublie qui il/elle est afin de faire au sein de sa propre création l’expérience de ce que lui/elle n’est pas, car ce n’est que de cette manière qu’il/elle peut réellement comprendre sa propre magnificence et c’est précisément ici que l’outil « karma » entre en jeu : 

bel oiseauUne âme jeune s’incarne pour la première fois ici sur la Terre. Elle oublie ce et qui elle est et se retrouve dans l’illusion de la séparation. Subitement, elle se voit séparée de tous les autres et cela dans une vie qui n’est pas infinie. Il y a une fin, la mort, l’incertitude. Mais celle-ci semble encore bien éloignée au début et il y a dans ce monde tant de choses merveilleuses. La matière, quelle création magnifique et si réelle ! La jeune âme s’épanouit complètement dans ce monde matériel, elle joue avec la matière et elle savoure ce jeu à fond. Elle veut toujours plus, elle aimerait avoir toute la matière pour elle toute seule. À partir de l’illusion de la séparation, elle a peur que les autres puissent lui prendre quelque chose. C’est ainsi qu’elle commence à acquérir et à amasser des choses matérielles. D’un côté pour son plaisir, d’un autre côté pour se protéger le plus longtemps possible de l’incertitude, la mort, qu’elle a refoulé autant que faire se peut, mais qui plane pourtant comme une ombre menaçante au-dessus d’elle. Et pour accumuler encore davantage de richesses, elle devient de plus en plus brutale, vu qu’elle est séparée des autres ; elle ne sait pas ce que les autres ressentent et cela lui indiffère par conséquent. Qu’elle pourrait blesser autrui, cette idée ne l’effleure  même pas. Et finalement, par pure cupidité, elle tue un homme et la famille reste livrée à elle-même. 

Mais un jour, cette jeune âme aussi quitte le monde physique et se retrouve dans la 4ème dimension de la Terre, dans l’au-delà ou le plan astral de Gaïa. Là elle a un aperçu plus large et elle se rend compte de ce qu’elle a fait et elle comprend qu’elle n’a pas pu ressentir les sentiments de la famille de la victime ou de la victime elle-même, vu qu’elle n’avait encore jamais fait l’expérience de ce genre de chose. 

Et une chose est commune à toutes les âmes merveilleuses qui s’incarnent sur Gaïa : elles veulent comprendre ! C’est ainsi que cette jeune âme décide de faire toutes ces expériences. Elle veut savoir comment c’est lorsqu’on perd subitement un être cher à cause d’un autre, et elle veut savoir ce qu’on ressent lorsqu’on est persécuté et tué par jalousie et cupidité. Elle décide elle-même de faire toutes ces expériences et aucun juge ne porte un jugement sur elle. Il se peut qu’elle reçoive quelques conseils avisés d’autres âmes qui ont plus d’expérience, ou d’entités qui ne sont pas incarnées sur Terre et qui ont de ce fait un aperçu plus vaste qu’elle. Car, même dans le plan astral, elle n’a pas un souvenir parfait de qui elle est réellement. 

L’expérience terrestre peut de ce fait être vu comme une seule grande incarnation au sein de laquelle nous succombons à l’illusion de nous incarner des centaines de fois jusqu’au moment où, dans les deux plans, le plan physique et le plan astral, nous nous souvenons parfaitement de qui nous sommes réellement. La désignation âme « jeune » et âme « ancienne » est donc également une illusion, car en réalité nous sommes tous des êtres immortels. Mais au sein de l’expérience terrestre, la notion de « jeune âme » a tout à fait son bien-fondé si on prend comme point de départ la question de savoir dans quelle mesure une âme s’est déjà nouvenu de son essence véritable, l’amour. Et à l’aide du karma, chaque âme a l’outil nécessaire pour développer la compassion et la compréhension, pour comprendre à nouveau la loi cosmique de cause à effet et toutes les autres lois cosmiques qui se rapportent toutes au fait que nous sommes tous UN, inséparables les uns des autres. Et ce ÊTRE-UN est amour. En parcourant ‘l’école-Terre’, l’âme commence à comprendre ce que signifie réellement être amour et pour y arriver, elle passe par tout ce qui n’est pas amour et cela sous toutes les facettes imaginables. Résumé grossièrement, on pourrait dire que : 

Elle est le mal – elle est opprimée par le mal – elle commence à reconnaître ce qui est mal – elle se cache du mal – elle résiste au mal – elle reconnaît ce qui est bien – elle essaye de vivre le bien – elle vit le bien par peur du mal – elle découvre ses propres erreurs – elle perd la peur du mal – elle aspire à l’amour – elle prend conscience de l’amour – elle trouve l’amour – elle prend conscience qu’elle est elle-même l’amour et comprend ce que l’amour véritable signifie… 

Mais comment cela se passe-t-il dans la nouvelle énergie ? Comment fonctionne le fait que nous puissions maintenant nous libérer du karma et surtout : apprenons-nous alors encore ce que notre âme désirait apprendre ? Pouvons-nous vraiment apprendre et comprendre de cette façon ce que signifie être amour ? 

La nouvelle énergie a pour effet l’augmentation de la fréquence vibratoire de toute matière. L’illusion de la densité s’éclaircit chaque jour davantage et cela pas seulement depuis hier, déjà depuis quelques décennies. Et avec chaque année qui passe, ce processus s’accélère encore. Cela signifie que l’illusion de la séparation se dissout peu à peu et que nous pouvons à nouveau percevoir davantage l’unité avec tout ce qui est. De ce fait, la capacité d’empathie, de compassion s’éveille également. 

D-Todos.ES - Imagenes para MSN, MySpace, gifs animados, generadores de textos y mucho mas.Ces dernières années, nos amis spirituels nous ont dit à plusieurs reprises que nous pouvons demander à être délivré de notre karma et cela est vraiment possible. Rien que l’intention suffit pour permettre ce processus de grâce mais, vu que rien ne peut se faire sans notre accord, notre intention consciente est nécessaire. Lorsque cette intention est exprimée, alors se déclenche, avec l’aide des guides spirituels, un processus qui augmente la fréquence vibratoire, ce qui renforce visiblement la capacité d’empathie. Prenons l’exemple d’une personne qui, dans sa précédente incarnation, a abandonné une personne qui avait besoin de son aide, et dont le karma dans cette incarnation-ci aurait été d’être à son tour abandonné afin de comprendre ce que la personne avait jadis ressenti. Mais maintenant, dans cette vie-ci, elle demande la libération de son karma. Ses guides spirituels augmentent sa fréquence vibratoire et, sans le comprendre consciemment, cette personne se connecte au champ de la conscience collective afin de pouvoir ressentir précisément ces sentiments « d’être abandonné » sans devoir vivre ce destin à l’extérieur. La durée de ce processus dépend de la personne. Elle peut s’abandonner totalement à ces sentiments, méditer sur ces sentiments et les guérir en elle en un temps très court. Elle peut évidemment aussi lutter contre ces sentiments bizarres, qu’elle ne peut pas s’expliquer, et essayer de s’en défaire. Alors ce processus peut durer quelques années. 

Il est donc important de comprendre que la demande de libération du karma déclenche un processus qui doit effectivement libérer du karma. Ce processus requiert de l’attention, de la confiance et l’abandon et il peut être parcouru en peu de temps. La Lumière sait ce qu’elle fait et celui qui, en cette période, respire la Lumière et lui permet de faire son travail, celui-là s’est créé, dans un proche avenir, son nouvel avenir d’or. La grâce, le rayon argenté de la grâce, tout comme la flamme violette sont des outils merveilleux pour ce chemin de guérison. 

Ce qui est important à comprendre, c’est que ce n’est pas notre tâche de guérir la souffrance entière du monde. Il y a des différences entre le processus que je viens de décrire et le fait « d’endosser », par une compassion mal comprise, des émotions étrangères. Compatir ne veut pas dire souffrir avec ! 

Comme vous savez, je guide des régressions et la question qui se pose est évidemment de savoir : a-t-on encore besoin de régressions dans la nouvelle énergie pour dissoudre le karma ? 

En réalité, il n’a jamais été possible de dissoudre le karma au moyen d’une régression, car le karma est une leçon qu’une âme doit apprendre, et une régression ne remplace pas une expérience d’apprentissage, mais elle peut aider la personne concernée à comprendre ce qu’elle a à apprendre. Grâce à cette connaissance, la personne peut se consacrer particulièrement à ce sujet et, heureusement, il y a toujours plusieurs chemins pour apprendre une leçon. Ces chemins ne doivent pas forcément être douloureux et lorsqu’on sait de quoi il s’agit, alors on peut aussi choisir consciemment le chemin facile. 

Ce que, dans l’accompagnement d’une régression, on désigne comme « dissolution du karma », est au fond la dissolution d’anciens souvenirs inconscients qui n’ont au fond rien à voir avec le karma en soi. Par exemple, il arrive souvent que des personnes souffrent de symptômes singuliers pour lesquelles la médecine officielle n’a aucune explication. J’avais, par exemple, une cliente qui souffrait de douleurs inexplicables dans la jambe. Lors de la régression nous avons découvert que dans la vie précédente elle était morte suite à des blessures graves à cet endroit du corps et que ce souvenir était toujours enregistré dans son champ énergétique. Ces souvenirs peuvent être de nature physique, mais également de nature émotionnelle et ils peuvent se manifester par des sentiments inexplicables, des peurs ou des schémas comportementaux. Ces choses peuvent être dissoutes à l’aide d’une régression, mais elles n’ont au fond rien à voir avec le karma. Il peut aussi arriver que les souvenirs d’une relation heureuse avec une personne nous attirent, dans cette vie-ci, de nouveau vers cette personne, bien qu’une relation ne soit pas prévue dans cette vie-ci. Là aussi, à l’aide d’une régression, on peut obtenir un détachement. 

Pourquoi cela arrive-t-il ? Est-ce une erreur du système ? Ou quel est le sens de ces souvenirs inconscients qui nous rendent apparemment la vie difficile ? 

Je pense que ces souvenirs inconscients amènent beaucoup de personnes sur le chemin spirituel, sur le chemin du souvenir et de la connaissance de soi et que rien n’arrive par hasard. Tout a un sens et de nombreuses personnes ont, en raison de tels souvenirs, osé faire une régression et après elles ont de plus en plus compris la grande vérité que nous sommes en réalité tous des êtres immortels. Nous sommes des créateurs, nous sommes amour, nous sommes lumière et nous sommes tous UN. Il y a des milliers d’années que nous avons oublié cela et à l’aide du karma nous avons compris ce que signifie d’être tout cela. Oui, nous l’avons déjà compris et c’est pourquoi l’outil karma n’est plus nécessaire à l’époque actuelle. Ce qui reste peut-être encore, peut, grâce à la capacité d’empathie, être rapidement reconnu. Il s’agit maintenant de se ressouvenir et pour cela, l’ancien outil de la régression est toujours très utile. Pour cela et aussi pour déclarer dissout tout le karma, car on peut aider les personnes qui, sur leur chemin, se décident pour une régression, de même, si elles le désirent, déclarer que leur karma est dissout et les accompagner à travers le processus qui est ainsi déclenché. C’est un chemin parmi beaucoup d’autres pour travailler avec la nouvelle énergie et pour créer ainsi un avenir d’or, exempt de revers et de drames dus à l’ancien karma. 

C’est dans ce sens que je joins les dates de mes séminaires de régression d’ici l’été 2010. S’il vous plaît, tenez compte du fait qu’il n’y a que maximum 4 places par séminaire, vu que j’accorde la priorité à la pratique et que les 3 jours sont entièrement mis à profit. 

Salutations lumineuses et poussière d’étoiles. ShaNiraa 

Source : Traduit de l’Allemand par Sophia (Belgique). 

Le texte original se trouve en allemand sur : http://www.sternenkraft.at Ce texte peut être reproduit, diffusé et utilisé en public à condition de : citer les auteurs tel qu’ils se sont définis eux-mêmes (http://www.sternenkraft.at). Le texte ne peut pas être retravaillé ou modifié. En cas de diffusion, les personnes qui lisent/écoutent ce texte doivent être informées des conditions de la licence de ce texte. Chacune de ces conditions peut être annulée après un accord écrit des auteurs/ayants droit. 

Publié dans:KARMA |on 2 septembre, 2011 |Pas de commentaires »

Laïla parle Chevaux

cheval gr.court  Ci-dessous des témoignages émouvants vécus par Laïla, démontrant combien les chevaux sont sensibles et que leur cœur donne sans concession. (channeling d’animaux

Le cœur brisé de Tremendo 

Catherine m’appela parce que son cheval, Tremendo, acquis récemment, refusait de faire quoique ce soit. Pourtant il avait participé auparavant à des concours de jumping. Il avait une grande réputation et a gagné beaucoup de prix. Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Je regardais sa photo, je rentrai dans ses yeux, je demandais qu’on me donne accès à lui. J’étais sur le chemin blanc, marchant vers lui. Il s’approcha triste et humble, sa présence douce et légère. Il me montra l’image d’un cavalier qui était fin, agile, gentil. Je sentis toute la complicité entre eux, c’était une merveilleuse sensation. 

Je devins Tremendo 

« Le cavalier est sur mon dos, c’est confortable avec lui, nous sautons l’obstacle ensemble, c’est un moment grisant, nous ne faisons qu’un. Nous gagnons. Excité, content, il me chuchote à l’oreille, s’occupe de moi. Puis un jour il est parti. J’ai entendu les palefreniers dirent qu’il était malade. Où est-il ? Que lui est-il arrivé ? Il ne revient pas… ». 

« J’attends tous les jours. J’ai attendu longtemps. Peut-être reviendra-t-il ? Je n’ai plus envie de rien. Pourquoi m’a-t-il laissé ? Je ne comprends pas, nous étions si bien ensemble. Avec les autres personnes, ce n’est pas pareil. Les obstacles, cela m’est égal. On m’a envoyé dans d’autres endroits, avec d’autres cavaliers, mais ils ne m’intéressent pas, je n’ai plus envie maintenant. Je me fiche de tout. Encore une fois le van pour m’envoyer ailleurs. De plus en plus loin de lui. Je suis fatigué, je tombe, mes jambes ne me tiennent plus très bien. L’autre jour, sur le parcours de saut, un cavalier et moi sommes tombés, ils vont encore me renvoyer. Cela m’arrive de plus en plus souvent… « . 

Tremendo avait perdu le désir de mordre la vie à pleines dents, rien ne l’intéressait plus. Sa vie était directement liée à celle de son ancien cavalier. Catherine ne savait pas qui était cet homme, elle ne connaissait pas leur histoire. Elle avait acheté Tremendo, il était chez elle et il était brisé. Ce cheval avait besoin de temps. Il fallait arrêter le jumping et lui redonner le désir de vivre. Il fallait attendre. Catherine était prête. « Je le garde pour toujours. Je ne le vendrai jamais. Je l’attends. ». 

« Les animaux souffrent de la même façon que nous lorsque nous sommes séparés d’un être cher. Certains ne se remettent jamais d’un deuil. Ils pleurent dans leur cœur. ». 

La maladie de Miles 

Miles, un cheval bai, avait contracté la maladie de Lyme due aux tiques. Il habitait dans la banlieue new-yorkaise avec Arletta, grand et beau de tempérament fougueux et rebelle en faisait voir de toutes les couleurs à Arletta. Mais elle l’aimait « à en mourir ». Durant cette période, la flamme dans ses yeux s’était éteinte, il était léthargique et visiblement, il souffrait. Arletta l’avait mis au repos. 

Je rentrai d’abord dans son corps pour savoir ce qu’il sentait. Je ressentis ses contractures dans tous les membres, particulièrement aux jambes postérieures et au bas du dos. 

« Je suis fatigué, tellement las, comme si mon sang était composé d’eau, je n’ai plus envie de faire quoi que ce soit. De plus je me sens fébrile. Vraiment je ne me sens pas bien. Le moindre frôlement sur ma peau m’irrite. La chaleur, les voix fortes, tout m’insupporte. ». Je ressortis du corps du pauvre Miles. 

Je préfère connaître l’état des animaux avant de travailler sur eux, quand je sais exactement ce qu’ils ressentent, mon cœur s’ouvre et ainsi je suis un bien meilleur canal pour le soin. Souvent les soins se font à distance, juste avec une photo, le nom et l’âge de l’animal. Lorsque je suis à l’intérieur d’eux, je sens le manque de confort sous forme animale, je ne suis plus moi à ce moment-là, comme pour Miles, je suis lui tout en gardant ma conscience de petite Laïla. C’est tout. Je n’ai pas besoin de prendre leurs maux sur moi ou en moi car cela reste leurs douleurs. 

Quand je ressors, je rends tout au « Great Spirit », le Créateur, ainsi je me retrouve limpide et pure. 

Après plusieurs séances avec Miles, les tests de sang indiquèrent qu’il n’y avait plus rien, Arletta était enchantée, mais je sentais qu’il avait encore des douleurs aux jambes. Peut-être était-ce des séquelles ? C’est seulement quand je vis qu’il n’avait plus de douleurs physiques que je m’arrêtai de travailler sur lui. Je demandai à Arletta de lui accorder du repos. Tous les jours elle allait le visiter et lui amenait des friandises. L’amour et l’attention, sont ce qui compte le plus dans une guérison. Si l’animal garde l’envie de vivre, il y a toujours de l’espoir.

 

barre lumière rouge

Extraits du livre de Laïla del Monte « Communiquer avec les animaux« , paru aux Éditions Véga. 

http://www.chezkat.com/laila-parle-aux-chevaux.php Laïla del Monte – Communicatrice animal – Californie – USA – Tél : 001 818-758-9697 – Site web : www.lailadelmonte.com– email : Laila del Monte 

Publié dans:ANIMAUX |on 2 septembre, 2011 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3