Écueils des médiums

 

Écueils des médiums dans ESPRITS 20100128231137!Medium-Eva-Carriere-1912La médiumnité est une faculté très multiple, et qui présente une variété de nuances dans ses moyens et dans ses effets. Quiconque est apte à recevoir ou à transmettre les communications des Esprits est, par cela même, médium, quel que soit le mode employé ou le degré de développement de la faculté, depuis la simple influence occulte jusqu’à la production des phénomènes les plus insolites. Toutefois, dans l’usage ordinaire, ce mot a une acception plus restreinte et se dit généralement des personnes douées d’une puissance médiatrice assez grande, soit pour produire des effets physiques, soit pour transmettre la pensée des Esprits par l’écriture ou par la parole.

Quoique cette faculté ne soit pas un privilège exclusif, il est certain qu’elle trouve des réfractaires, du moins dans le sens qu’on y attache ; il est certain aussi qu’elle n’est pas sans écueils pour ceux qui la possèdent ; qu’elle peut s’altérer, se perdre même, et souvent être une source de graves mécomptes. C’est sur ce point que nous croyons utile d’appeler l’attention de tous ceux qui s’occupent de communications spirites, soit directement, soit par intermédiaire. Nous disons par intermédiaire, parce qu’il importe aussi à ceux qui se servent de médiums de pouvoir apprécier leur valeur et la confiance que méritent leurs communications.

Le don de médiumnité tient à des causes qui ne sont pas encore parfaitement connues et auxquelles le physique paraît avoir une grande part. Au premier abord il semblerait qu’un don si précieux ne doit être le partage que des âmes d’élite ; or, l’expérience prouve le contraire, car on trouve de puissants médiums chez des personnes dont le moral laisse beaucoup à désirer, tandis que d’autres, estimables à tous égards, en sont privés. Celui qui échoue malgré son désir, ses efforts et sa persévérance, n’en doit rien conclure de défavorable pour lui, et ne pas se croire indigne de la bienveillance des bons Esprits ; si cette faveur ne lui est pas accordée, il en a d’autres sans doute qui peuvent lui offrir une ample compensation. Par la même raison, celui qui en jouit ne saurait s’en prévaloir, car elle n’est chez lui le signe d’aucun mérite personnel. Le mérite n’est donc pas dans la possession de la faculté médiatrice qui peut être donnée à tout le monde, mais dans l’usage que l’on en peut faire ; là est une distinction capitale qu’il ne faut jamais perdre de vue : la bonté du médium n’est pas dans la facilité des communications, mais uniquement dans son aptitude à n’en recevoir que de bonnes ; or, c’est là que les conditions morales dans lesquelles il se trouve sont toutes puissantes ; là aussi se rencontrent pour lui les plus grands écueils.

Pour se rendre compte de cet état de choses et comprendre ce que nous allons dire, il faut se reporter à ce principe fondamental, que parmi les Esprits il y en a de tous les degrés en bien et en mal, en science et en ignorance ; que les Esprits pullulent autour de nous, et que lorsque nous croyons être seuls, nous sommes sans cesse environnés d’êtres qui nous coudoient, les uns avec indifférence comme des étrangers, les autres qui nous observent avec des intentions plus ou moins bienveillantes selon leur nature.

Le proverbe : Qui se ressemble s’assemble, a son application parmi les Esprits comme parmi nous, et plus encore parmi eux, si c’est possible, parce qu’ils ne sont pas comme nous sous l’influence des considérations sociales. Toutefois si, parmi nous, ces considérations confondent quelquefois les hommes de mœurs et de goût très différents, cette confusion n’est, en quelque sorte, que matérielle et transitoire ; la similitude ou la divergence des pensées sera toujours la cause des attractions et des répulsions.

Notre âme qui n’est, en définitive, qu’un Esprit incarné, n’en est pas moins Esprit ; s’il est momentanément revêtu d’une enveloppe matérielle, ses relations avec le monde incorporel, quoique moins faciles qu’à l’état de liberté, n’en sont pas interrompues pour cela d’une manière absolue ; la pensée est le lien qui nous unit aux Esprits, et par cette pensée nous attirons ceux qui sympathisent avec nos idées et nos penchants. Représentons-nous donc la masse des Esprits qui nous environnent comme la foule que nous rencontrons dans le monde ; partout où nous allons de préférence, nous trouvons des hommes attirés par les mêmes goûts et les mêmes désirs ; dans les réunions qui ont un but sérieux, vont les hommes sérieux ; dans celles qui ont un but frivole, vont les hommes frivoles ; partout aussi se trouvent des Esprits attirés par la pensée dominante. Si nous jetons un coup d’œil sur l’état moral de l’humanité en général, nous concevrons sans peine que, dans cette foule occulte, les Esprits élevés ne doivent pas être en majorité ; c’est une des conséquences de l’état d’infériorité de notre globe.

 

barre de séparation

Extraits des revues spirites de 1858 à 1868 

ALLAN KARDEC

 

Publié dans : ESPRITS, HUMANITE, MEDIUM |le 27 juillet, 2011 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3