Commémoration des morts. Funérailles.

 étoileétoile

Les Esprits sont-ils sensibles au souvenir de ceux qu’ils ont aimés sur la terre ? 

« Beaucoup plus que vous ne pouvez le croire ; ce souvenir ajoute à leur bonheur s’ils sont heureux ; et s’ils sont malheureux, il est pour eux un adoucissement. » 

Le jour de la commémoration des morts a-t-il quelque chose de plus solennel pour les Esprits ? Se préparent-ils à venir visiter ceux qui doivent aller prier sur leurs dépouilles ? 

« Les Esprits viennent à l’appel de la pensée ce jour-là comme les autres jours. » 

- Ce jour est-il pour eux un rendez-vous auprès de leurs sépultures ? 

« Ils y sont plus nombreux ce jour-là, parce qu’il y a plus de personnes qui les appellent ; mais chacun d’eux n’y vient que pour ses amis, et non pour la foule des indifférents. » 

- Sous quelle forme y viennent-ils et comment les verrait-on s’ils pouvaient se rendre visibles ? 

« Celle sous laquelle on les a connus de leur vivant. » 

Les Esprits oubliés et dont personne ne va visiter les tombes y viennent-ils malgré cela, et éprouvent-ils un regret de ne voir aucun ami se rappeler à leur mémoire ? 

« Que leur fait la terre ? On n’y tient que par le coeur. Si l’amour n’y est pas, il n’y a plus rien qui y rattache l’Esprit : il a tout l’univers à lui. » 

La visite au tombeau procure-t-elle plus de satisfaction à l’Esprit qu’une prière faite chez soi ? 

« La visite au tombeau est une manière de manifester qu’on pense à l’Esprit absent : c’est l’image. Je vous l’ai dit, c’est la prière qui sanctifie l’acte du souvenir ; peu importe le lieu, si elle est dite par le coeur. » 

Les Esprits des personnes auxquelles on élève des statues ou des monuments assistent-ils à ces sortes d’inauguration, et les voient-ils avec plaisir ? 

« Beaucoup y viennent lorsqu’ils le peuvent, mais ils sont moins sensibles à l’honneur qu’on leur fait qu’au souvenir. » 

D’où peut venir à certaines personnes le désir d’être enterrées dans un endroit plutôt que dans un autre ? Y reviennent-elles plus volontiers après leur mort ; et cette importance attachée à une chose matérielle est-elle un signe d’infériorité chez l’Esprit ?  « Affection de l’Esprit pour certains lieux ; infériorité morale. Que fait un coin de terre plutôt qu’un autre pour l’Esprit élevé ? Ne sait-il pas que son âme sera réunie à ceux qu’il aime, quand même leurs os sont séparés ? - La réunion des dépouilles mortelles de tous les membres d’une même famille doit-elle être considérée comme une chose futile ? 

« Non ; c’est un pieux usage et un témoignage de sympathie pour ceux que l’on a aimés ; si cette réunion importe peu aux Esprits, elle est utile aux hommes : les souvenirs sont plus recueillis. » 

. L’âme, rentrant dans la vie spirituelle, est-elle sensible aux honneurs rendus à sa dépouille mortelle ? 

« Quand l’Esprit est arrivé déjà à un certain degré de perfection, il n’a plus de vanité terrestre et comprend la futilité de toutes ces choses ; mais sache bien souvent il y a des Esprits qui, au premier moment de leur mort matérielle, goûtent un grand plaisir des honneurs qu’on leur rend, ou un ennui du délaissement de leur enveloppe ; car ils conservent encore quelques-uns des préjugés d’ici-bas. » 

L’Esprit assiste-t-il à son convoi ? 

« Très souvent il y assiste, mais quelquefois il ne se rend pas compte de ce qui s’y passe, s’il est encore dans le trouble. » 

- Est-il flatté du concours des assistants à son convoi ? 

« Plus ou moins selon le sentiment qui les amène. » 

L’Esprit de celui qui vient de mourir assiste-t-il aux réunions de ses héritiers ? 

« Presque toujours ; Dieu le veut pour sa propre instruction et le châtiment des coupables ; c’est là qu’il juge ce que valaient leurs protestations ; pour lui tous les sentiments sont à découvert, et la déception qu’il éprouve en voyant la rapacité de ceux qui se partagent ses dépouilles l’éclaire sur leurs sentiments ; mais leur tour viendra. » 

Le respect instinctif que l’homme, dans tous les temps et chez tous les peuples, témoigne pour les morts est-il un effet de l’intuition qu’il a de l’existence future ? 

« C’en est la conséquence naturelle ; sans cela ce respect serait sans objet. » 

barre de séparation

Texte issu du Livre des Esprits – Allan Kardec – Les principes de la doctrine Spirite. 


Publié dans : ESPRITS |le 2 juin, 2011 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3