Archive pour le 10 avril, 2011

Parenté

Parenté, filiation. 

Les parents transmettent-ils à leurs enfants une portion de leur âme, ou bien ne font-ils que leur donner la vie animale à laquelle une âme nouvelle vient plus tard ajouter la vie morale ? 

« La vie animale seule, car l’âme est indivisible. Un père stupide peut avoir des enfants d’esprit, et vice versa. » 

Puisque nous avons eu plusieurs existences, la parenté remonte-t-elle au-delà de notre existence actuelle ? 

« Cela ne peut être autrement. La succession des existences corporelles établit entre les Esprits des liens qui remontent à vos existences antérieures ; de là souvent des causes de sympathie entre vous et certains Esprits qui vous paraissent étrangers. » 

Aux yeux de certaines personnes, la doctrine de la réincarnation semble détruire les liens de famille en les faisant remonter au-delà de l’existence actuelle. 

« Elle les étend, mais elle ne les détruit pas. La parenté étant fondée sur des affections antérieures, les liens qui unissent les membres d’une même famille sont moins précaires. Elle augmente les devoirs de la fraternité, puisque, dans votre voisin, ou dans votre serviteur, peut se trouver un Esprit qui a tenu à vous par les liens du sang. »

- Elle diminue cependant l’importance que quelques-uns attachent à leur filiation, puisqu’on peut avoir eu pour père un Esprit ayant appartenu à une tout autre race, ou ayant vécu dans une condition tout autre. 

« C’est vrai, mais cette importance est fondée sur l’orgueil ; ce que la plupart honorent dans leurs ancêtres, ce sont les titres, le rang, la fortune. Tel rougirait d’avoir eu pour aïeul un cordonnier honnête homme, qui se vantera de descendre d’un gentilhomme débauché. Mais quoi qu’ils disent ou fassent, ils n’empêcheront pas les choses d’être ce qu’elles sont, car Dieu n’a pas réglé les lois de la nature sur leur vanité. » 

De ce qu’il n’y a pas de filiation entre les Esprits des descendants d’une même famille, s’ensuit-il que le culte des ancêtres soit une chose ridicule ? 

« Assurément non, car on doit être heureux d’appartenir à une famille dans laquelle des Esprits élevés se sont incarnés. Quoique les Esprits ne procèdent pas les uns des autres, ils n’en ont pas moins d’affection pour ceux qui tiennent à eux par les liens de la famille, car ces Esprits sont souvent attirés dans telle ou telle famille par des causes de sympathie ou par des liens antérieurs ; mais croyez bien que les Esprits de vos ancêtres ne sont nullement honorés du culte que vous leur rendez par orgueil ; leur mérite ne rejaillit sur vous qu’autant que vous vous efforcez de suivre les bons exemples qu’ils vous ont donnés, et c’est alors seulement que votre souvenir peut non seulement leur être agréable, mais même leur être utile. » 

barre de séparation

Texte issu du Livre des Esprits – Allan Kardec – Les principes de la doctrine Spirite. 

Publié dans:ENFANTS |on 10 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Ont-ils un sexe ?

Sexes chez les Esprits. 

 Les Esprits ont-ils des sexes ? 

« Non point comme vous l’entendez, car les sexes dépendent de l’organisation. Il y a entre eux amour et sympathie, mais fondés sur la similitude des sentiments. » 

L’Esprit qui a animé le corps d’un homme peut-il, dans une nouvelle existence, animer celui d’une femme, et réciproquement ? 

« Oui, ce sont les mêmes Esprits qui animent les hommes et les femmes. » 

Quand on est Esprit, préfère-t-on être incarné dans le corps d’un homme ou d’une femme ? 

« Cela importe peu à l’Esprit ; c’est suivant les épreuves qu’il doit subir. » 

Les Esprits s’incarnent hommes ou femmes, parce qu’ils n’ont pas de sexe ; comme ils doivent progresser en tout, chaque sexe, comme chaque position sociale, leur offre des épreuves et des devoirs spéciaux et l’occasion d’acquérir de l’expérience. Celui qui serait toujours homme ne saurait que ce que savent les hommes. 

barre de séparation

Texte issu du Livre des Esprits – Allan Kardec – Les principes de la doctrine Spirite

Publié dans:ESPRITS |on 10 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Après la mort

Sort des enfants après la mort

 L’Esprit d’un enfant mort en bas âge est-il aussi avancé que celui de l’adulte ? 

« Quelquefois beaucoup plus, car il peut avoir beaucoup plus vécu et avoir plus d’expérience, si surtout il a progressé. » 

- L’Esprit d’un enfant peut ainsi être plus avancé que celui de son père ? 

« Cela est très fréquent ; ne le voyez-vous pas souvent vous-mêmes sur la terre ? » 

L’enfant qui meurt en bas âge n’ayant pu faire de mal, son Esprit appartient-il aux degrés supérieurs ? 

« S’il n’a point fait de mal, il n’a pas fait de bien, et Dieu ne l’affranchit pas des épreuves qu’il doit subir. S’il est pur, ce n’est pas parce qu’il était enfant, mais parce qu’il était plus avancé. » 

Pourquoi la vie est-elle souvent interrompue dès l’enfance ? 

« La durée de la vie de l’enfant peut être pour l’Esprit qui est incarné en lui le complément d’une existence interrompue avant le terme voulu, et sa mort est souvent une épreuve ou une expiation pour les parents. » 

- Que devient l’Esprit d’un enfant qui meurt en bas âge ? 

« Il recommence une nouvelle existence. » 

Si l’homme n’avait qu’une seule existence, et si après cette existence son sort futur était fixé pour l’éternité, quel serait le mérite de la moitié de l’espèce humaine qui meurt en bas âge, pour jouir sans efforts du bonheur éternel, et de quel droit serait-elle affranchie des conditions souvent si dures imposées à l’autre moitié ? Un tel ordre de choses ne saurait être selon la justice de Dieu. Par la réincarnation, l’égalité est pour tous ; l’avenir appartient à tous sans exception et sans faveur pour aucun ; ceux qui arrivent les derniers ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. L’homme doit avoir le mérite de ses actes, comme il en a la responsabilité. 

Il n’est d’ailleurs pas rationnel de considérer l’enfance comme un état normal d’innocence. Ne voit-on pas des enfants doués des plus mauvais instincts à un âge où l’éducation n’a point encore pu exercer son influence ? N’en voit-on pas qui semblent apporter en naissant l’astuce, la fausseté, la perfidie, l’instinct même du vol et du meurtre, et cela nonobstant les bons exemples dont ils sont entourés ? La loi civile absout leurs méfaits, parce que, dit-elle, ils ont agi sans discernement ; elle a raison, parce qu’en effet ils agissent plus instinctivement que de propos délibéré ; mais d’où peuvent provenir ces instincts si différents chez des enfants du même âge, élevés dans les mêmes conditions et soumis aux mêmes influences ? D’où vient cette perversité précoce, si ce n’est de l’infériorité de l’Esprit, puisque l’éducation n’y est pour rien ? Ceux qui sont vicieux, c’est que leur esprit a moins progressé, et alors il en subit les conséquences, non pour ses actes d’enfant, mais pour ceux de ses existences antérieures, et c’est ainsi que la loi est la même pour tous, et que la justice de Dieu atteint tout le monde. 

barre de séparation

Texte issu du Livre des Esprits – Allan Kardec – Les principes de la doctrine Spirite. 

Publié dans:ENFANTS |on 10 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3