Archive pour le 7 avril, 2011

Un art

Un art dans MEDITATION Photo_textes_mediter                L’ART DE LA MEDITATION

La méditation nous vient en aide quand nous souhaitons transformer nos pensées négatives de malheur, de haine ou de désespoir. Si nous vivons des événements malheureux ou si nous ne pouvons visualiser un horizon qui nous libère de tout désagrément émotionnel et parfois physique, il est intéressant de regarder en nous et de nous interroger sur la finalité de cette situation. À quoi se fier? Qu’est-ce qui est permanent? Qu’apprenons-nous sur nous-mêmes lorsque nous sommes confronté aux difficultés ? À mettre en perspective nos aspects négatifs et à dépasser notre intérêt personnel. Apprendre à relativiser nos sentiments et nos réactions permet de nous détendre et de regagner confiance en la vie même si quelque chose a réellement échappé à notre compréhension. Cela nous aide à reprendre espoir si nous nous sentons perdu.

Prenez un moment pour réfléchir à une situation difficile que vous êtes en train de vivre ou que vous avez récemment vécue. Ces moments se caractérisent par une inquiétude, une tension, une peur, un doute ou un désespoir. Ils font ressortir les aspects les plus négatifs de notre personnalité; nous sommes alors déconnecté de notre être supérieur, incapable de voir la lumière de l’amour de Dieu, totalement envahi par le désespoir et la peur.

Des jours, des semaines, des mois ou des années nous sont nécessaires pour surmonter ces situations négatives. Nous sommes imperméable à la vérité et à la perspicacité. Nous risquons d’être submergé par des sentiments de perte, de trahison, de séparation et de colère. Pourtant, en avouant nos sentiments, nous cédons à leur pouvoir et apprenons des choses sur nous-mêmes. Nous apprenons aussi l’existence de quelque chose de permanent et d’indélébile qui n’est pas affecté par les émotions; il s’agit du soi, ce substrat de notre vie qui ne change jamais quoi qu’il arrive en surface.

En examinant la situation qui vous a affecté, demandez-vous quels sont vos sentiments. Ne les jugez pas, laissez-les participer à votre expérience. Demandez-vous ce qui est permanent et quelle partie de vous-même n’est pas affectée par le changement? Que ressentez-vous ?

Maintenant, demandez-vous s’il y a d’autres sentiments ou pensées associés à cette situation. Vous êtes-vous senti confus, bouleversé ou distant ? Pouvez-vous laisser ces sentiments s’exprimer tels qu’ils sont, réels mais non entièrement vrais ?

Avez-vous tiré des conclusions de cette situation? Avez-vous résolu quelque chose en éprouvant ces sentiments? Vous êtes-vous ancré dans la réalité de votre vérité? Êtes-vous en accord avec votre conscience?

 Un tel examen de la situation peut vous éviter de vivre dans le renoncement ou le chaos. Si vous vous fiez à vos sentiments et à votre faculté de percevoir la vérité, vous pouvez également faire le nécessaire pour votre santé, votre bien-être et votre sécurité. 

Faites confiance à la source pour vous montrer comment être compatissant, aimant, fidèle à vous-même et juste envers les autres. Restez tranquille, ne faites rien. Libérez-vous de l’énergie que vous avez retenue en vous et prenez un moment pour être en paix avec vous-même. L’acceptation de la vérité vous permettra de vous connaître et donc de guérir. 

ENERGIE SUBTILE, AURA ET CHAKRAS – 2
par
AMBIKA WAUTERS 
SOURCE : Le livre des chakras, pages 22 à 37
Editions Soline, 2003 

Publié dans:MEDITATION |on 7 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Dialogue avec Satan

DIALOGUE AVEC SATAN 


Merci Satan de m’accorder un entretien. Je ne vous imaginais pas aussi proche des créatures, aussi simple et prêt à dialoguer avec nous. 

 

- C’est que tu me connais mal ! Tu fais trop confiance aux racontars des curés et à la désinformation entretenue sur mon compte par mes célestes ennemis. 

 Peut-être ! Puisque je suis en votre présence, je voudrais bien entendre de votre bouche comment je devrais, selon vous, conduire ma vie. Je ne promets pas de vous suivre, mais je voudrais m’instruire. 

  - Tu parles pas trop mal pour un mortel. 

 Merci. Mais je n’aime pas les flatteurs. J’aimerais que vous me contiez, à votre façon, votre propre histoire. Qui étiez-vous avant d’être chassé de la cour du Seigneur Dieu, et quel est votre rôle aujourd’hui ? 

  - Ta question me surprend. Tu connais très bien tout cela. La Bible et les Curés, Dante et Milton, racontent mon histoire dans les moindres détails, même s’ils affabulent parfois ! 

 Je suis aujourd’hui le symbole même de l’horreur et de la cruauté, du mal absolu, du crime et de la perversité, de tout ce que les hommes doivent éviter. Mais les hommes sont si faibles que cette connaissance millénaire ne les retient pas devant le gouffre. Mes tentations sont plus fortes que leur volonté. Tu en as toi-même fait maintes fois l’expérience, et jusqu’à la fin de ta vie je vaincrai tes velléités de conversion au bien, je réduirai à néant tes bonnes dispositions. 

  - Vous reconnaissez donc que la Bible dit la vérité ? Surprenant aveu de votre part, vous qui incarnez le mensonge ! 

 Je suis aussi le Malin, l’Imposteur, Lucifer le porteur de lumière ! Lorsque je mens, je dois être crédible, je dois faire illusion, sinon je perdrais mon temps. 

  - En somme, vous ne pouvez tromper que celui ou celle qui veut bien se laisser tromper, les créatures dans l’erreur ou à ton service ? 

 Pas mal raisonné pour un simple mortel ! Mais tu ne fais pas le poids ! Ton pouvoir est nul. Ni ton intelligence, ni ta foi ne te permettront jamais de te transformer en démon pour me mystifier, comme moi je me déguise en ange pour tromper les croyants ! 

  - Dites-moi, Satan, quel est donc votre véritable rôle ? Selon l’Église, vous tentez de détourner les hommes du droit chemin, vous les empêchez de se libérer du péché, vous vous efforcez de leur barrer l’entrée au Paradis. Mais, pourquoi tout cela, au fond, puisqu’il est dit qu’à la fin des temps vous serez vaincu ? 

Pour embêter Dieu, pardi ! Pour lui montrer qu’il joue à qui perd gagne ! Je me moque au fond de toutes ces créatures veules, sottes et imbéciles qui succombent à mes tentations, qui tombent dans mes pièges ! Ce qui me passionne, c’est d’attirer dans mes filets des gens libres, bons, intelligents, des saintes et des saints ! J’aime pervertir les chastes, tenter les incorruptibles, corrompre les gens honnêtes. Mais ce sport est devenu difficile de nos jours, tant pour moi que pour Dieu. Car la plupart des hommes et des femmes cultivés, sensibles et intelligents nous échappent : ils ne croient plus en Dieu, ni en moi, le prince des ténèbres ! 

  - Pour remédier à cela, mon vieux, il vous reste à faire la paix avec Dieu, à vous réconcilier avec le Ciel, peut-être éviterez-vous ainsi que l’Homme ne prenne votre place à tous les deux ! 

 Ah ! ça, elle est bien bonne ! Mais ne vois-tu pas petit crétin que l’Homme a déjà pris ma place ! Que l’Homme est Satan ! Que l’homme en tant que race, c’est le Diable ! Et qu’il ne reste à Dieu que quelques brebis perdues, égarées, naïves, sans âme ni cervelle ! Des bêtes de somme, en somme ! Ha ! Ha ! Ha !
  

(Communiqué par Régis Morand Paris) 

Publié dans:POSSESSION |on 7 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3