Affection des esprits

Affection des Esprits pour certaines personnes.

 

Affection des esprits dans ESPRITS kardec

 

Les Esprits affectionnent-ils de préférence certaines personnes ? 

 

« Les bons Esprits sympathisent avec les hommes de bien, ou susceptibles de s’améliorer ; les Esprits inférieurs avec les hommes vicieux ou qui peuvent le devenir ; de là leur attachement, suite de la ressemblance des sensations. » 

 

L’affection des Esprits pour certaines personnes est-elle exclusivement morale ? 

 

 « L’affection véritable n’a rien de charnel ; mais lorsqu’un Esprit s’attache à une personne, ce n’est  pas toujours par affection, et il peut s’y mêler un souvenir des passions humaines. » 

 

Les Esprits s’intéressent-ils à nos malheurs et à notre prospérité ? 

Ceux qui nous veulent du bien s’affligent-ils des maux que nous éprouvons pendant la vie ? 

 

« Les bons Esprits font autant de bien que possible et sont heureux de toutes vos joies. Ils s’affligent de vos maux lorsque vous ne les supportez pas avec résignation, parce que ces maux sont sans résultat pour vous ; car alors vous êtes comme le malade qui rejette le breuvage amer qui doit le guérir. » 

 

De quelle nature de mal les Esprits s’affligent-ils le plus pour nous ; est-ce le mal physique ou le mal moral ? 

 

« Votre égoïsme et votre dureté de coeur : de là dérive tout ; ils se rient de tous ces maux imaginaires qui naissent de l’orgueil et de l’ambition ; ils se réjouissent de ceux qui ont pour effet d’abréger votre temps d’épreuve. » 

 

Les Esprits, sachant que la vie corporelle n’est que transitoire et que les tribulations qui l’accompagnent sont des moyens d’arriver à un état meilleur, s’affligent plus pour nous des causes morales qui nous en éloignent que des maux physiques qui ne sont que passagers. 

 

Les Esprits prennent peu de souci des malheurs qui n’affectent que nos idées mondaines, comme nous faisons des chagrins puérils de l’enfance. 

 

L’Esprit, qui voit dans les afflictions de la vie un moyen d’avancement pour nous, les considère comme la crise momentanée qui doit sauver le malade. Il compatit à nos souffrances comme nous compatissons à celles d’un ami ; mais voyant les choses à un point de vue plus juste, il les apprécie autrement que nous, et tandis que les bons relèvent notre courage dans l’intérêt de notre avenir, les autres nous excitent au désespoir en vue de le compromettre. 

 

Nos parents et nos amis qui nous ont précédés dans l’autre vie ont-ils pour nous plus de sympathie que les Esprits qui nous sont étrangers ? 

 

« Sans doute et souvent ils vous protègent comme Esprits, selon leur pouvoir. » 

 

- Sont-ils sensibles à l’affection que nous leur conservons ? 

 

« Très sensibles, mais ils oublient ceux qui les oublient. » 

 

 

rxivj9lk dans ESPRITS

 

~ ~ ~     Les causes premières d’Allan Kardec   ~ ~ ~      

 

 

 

Publié dans : ESPRITS |le 24 novembre, 2010 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3